mercredi 26 septembre 2018

Confession d'un masque de Yukio Mishima

Confession d'un masque de Yukio Mishima
Auteur : Yukio Mishima
Maison d'édition : Folio
Date de sortie : 1 avril 1983
ISBN : 9782070374557
Pages : 256
Prix : 8,30

Résumé : Dans le Japon des années 1930 et 1940, au milieu de désastres sans précédent, Kochan lutte contre ses pulsions. À l’école, la fascination qu’il éprouve pour un jeune camarade se mue en attirance sexuelle. Comment être homosexuel dans une société conformiste? Kochan devra-t-il renoncer à lui-même et porter un masque toute sa vie?




MON AVIS : Comme vous le savez, je participe au challenge mystère organisé par Frogzine. En ce mois de Septembre, il fallait lire un roman dont la couverture ne possède qu'une seule couleur en sachant que ni le blanc ni le noir ni le gris ne compte. Je fais donc mieux encore avec un zéro couleur.

Vous savez que j'aime la littérature asiatique. Je n'ai jamais eu de déception même concernant des genres que je ne lis pas habituellement. Ici, il est question de l'homosexualité au japon des années 30 à 40. J'ai un peu souffert au début de ma lecture tant il y a de descriptions et une ambiance étrange. Cela s'explique par le fait que Kochan, le personnage principal, est enfant. Il n'a pas conscience encore de sa préférence mais voit la réaction de ses proches. On pourrait penser que j'allais abandonné ma lecture. Et je dois avouer que j'ai failli. Pourtant, j'ai continué et j'ai même terminé ma lecture. Pourquoi?

Il y a un véritable paradoxe dans ce roman qui correspond au personnage principal. Le texte reflète ce que Kochan impose à tout le monde y compris à lui-même. De ce fait, l'écriture s'en ressent. On ressent surtout la lutte perpétuelle de Kochan contre ce qu'il est réellement au point de réussir à se convaincre d'être amoureux d'une jeune femme. Le récit est extrêmement sombre puisque le narrateur n'hésite pas à parler de tout notamment de ses frustrations et de ses désirs morbide. Oui, la mort est très présente et quand bien même il l'attend, dès qu'elle s'approche, il fuit. Comme quoi il tient à la vie.

Vous comprendrez donc que ce roman sombre m'ait parfois agacé et pourtant la curiosité l'emportait. Je continuais ma lecture alors que dans le même moment, je me disais qu'il fallait que je prenne une pause. Le personnage central est captivant de par son paradoxe. En même temps, il est lâche, manque cruellement de confiance en lui et se montre un peu pervers lorsqu'il est seul. Il est également très curieux.

Dans la seconde partie du roman, on suit l'évolution de Kochan pendant la seconde guerre mondiale. Ça permet d'en savoir plus sur le mode de vie des japonais lors de cette période historique. J'avoue franchement que cette partie du livre m'a beaucoup plus intéressé. Sans doute parce que Kochan m'a exaspéré de fuir sans cesse son homosexualité au point de ne jamais la nommer même si cela s'explique par les mœurs de l'époque.

En bref, ce fut une lecture qui encore maintenant me fait réfléchir et qui m'a captivé malgré son aspect sombre.


lundi 24 septembre 2018

Réception du 24 Septembre 2018

Haïku, poèmes japonais classiques

Haïku, poèmes japonais classiques
Auteurs : Collectifs
Maison d'édition : Guy Trédaniel
Date de sortie : Novembre 2017
ISBN : 978-2-8132-1532-1
Pages : 96
Prix : 22

Résumé : Les haïkus sont des poèmes très courts venus du Japon, composés traditionnellement de dix-sept syllabes, agencées selon la règle 5-7-5. Ils visent à raconter l’évanescence des choses. Les haïkus sont inspirants, déconcertants, et parfois grivois, légers ou plus graves.
Dans ce recueil magnifiquement présenté (avec reliure chinoise), nous retrouvons les haïkus des poètes classiques les plus célèbres, comme Matsuo Basho (1644-1694), Yosa Buson (1716-1784), Kobayashi Issa (1763-1828) et Masaoka Shiki (1867-1902).

MON AVIS : Ayant déjà lu un livre sur le haïku et lisant actuellement "le dit du genji" qui en est rempli, j'ai pris plaisir à découvrir d'autres poètes dans ce beau livre à la reliure chinoise. La mise en page est vraiment de toute beauté. Les poèmes sont écrits en japonais romanisé, en idéogramme et en français. Ça donne une esthétique vraiment agréable.

Avant les haïkus, nous avons une page d'explication sur le haïku et une page de biographie concernant les quatre poètes présents. C'est peut-être le seul point sur lequel je vais pinailler un peu. De mon point de vue, pour comprendre entièrement un haïku, il faut connaître personnellement l'auteur de ce haïku. Le problème est qu'une biographie de cinq à dix lignes ne suffit pas pour moi.

Heureusement, il s'agit des meilleurs. De ce fait, je les ai tous trouvé très beau et j'ai pu visualiser ce qu'ils sous-entendaient mais toujours de mon point de vue. Je ne suis pas certaine de ce qu'ils avaient l'intention de faire ressentir au lecteur. Quand je dis qu'ils font parti des meilleurs poètes, c'est pour une simple raison. Sans regarder les noms des poètes, j'ai senti la différence de style entre eux. C'est assez flagrant. 

En bref, si vous aimez les haïkus, que vous connaissez ce genre de poésie et que vous aimez les beaux livres, foncez. Je vous recommande même de jouer le jeu et de ne pas regarder les noms des poètes.

dimanche 23 septembre 2018

Les frontières égarées de Didier Paquette

Auteur : Didier Paquette
Maison d'édition : Jasmin
Date de sortie : Avril 2018
ISBN : 978-2-35284-223-1
Pages : 150
Prix : 18

Résumé : Une demeure isolée en forêt. Cinq invités et une étrange employée de maison. Une interrogation se lit sur les visages anxieux : quel lien mystérieux réunit dans cette maison ces êtres aux parcours si variés ?
Ce récit dresse le portrait de personnage en suspens qui, plus ou moins confusément, aspirent à une mise au net de leur vie, une bifurcation, peut-être même une rupture. Lesquels d’entre eux seront capables de se rendre dans les coulisses de leur propre théâtre ? 


MON AVIS : Merci à Babelio et aux éditions du Jasmin pour ce livre.

On suit six personnages au travers de ce livre : Anne, Manuel, Jean, Florence, Juliette et Jean-Marc. Chacun ont rencontré Max a un moment de leur vie. On découvre vite le personnage fantasque qu'il semble être. Max n'apparaît que très peu dans le roman. On ne le découvre que par le regard de ces six personnages. Étonnamment, je ne me suis pas attachée aux personnages encore moins aux femmes. Je ne sais pas pourquoi. J'ai eu l'impression de voir des portraits assez distants de chacun d'entre eux sauf peut-être Jean. Il m'a un peu touché mais sans plus.

Chaque personnage a un rapport avec l'art très présent tout au long du roman. Les références sont nombreuses. Ils ont aussi tous vécu un moment dans leur vie qui leur a fait changer de chemin. On a aussi le sentiment qu'ils ont tous oublié de vivre pour eux-même. Ils travaillent tous dans un domaine dans lequel ils sont dans l'obligation de s'oublier au point de le faire au quotidien. Le seul personnage à part est Juliette qui m'a un peu surprise.

Concernant le roman et son positionnement, j'avoue que je l'ai trouvé sombre, vraiment sombre. Max veut ouvrir les yeux à ses amis mais s'y prend comme un manche. Je n'ai pas trop compris son idée d'enfermer ses amis sans lui pendant trois jours. Je trouve ça glauque surtout quand on voit le résultat. Le plus surprenant dans cette histoire est que tous les personnages vont bouleverser leur vie suite à ça comme le voulait Max.

En bref, ce roman laisse à réfléchir. Il est sombre et élégant dans l'écriture avec un malaise sous jacent présent tout au long. Je vous laisse juge d'essayer sa lecture.

vendredi 21 septembre 2018

BOX Mille et un livres

À ma vie, à ta mort de Sandra Triname

À ma vie, à ta mort de Sandra Triname
Autrice : Sandra Triname
Maison d'édition : Plume Blanche
Date de sortie : Mars 2017
ISBN 979-10-94786-21-5
Pages : 371
Prix : 18

Résumé : Recouvert de symboles grecs faisant référence à Hadès, un corps mutilé et désormais inidentifiable, est retrouvé dans une cave à New York.
Jeune flic fraichement sorti de l’école de police, Mike Sullivan se retrouve chargé de cette affaire qui le mènera jusqu’au pied du World Trade Center, ce terrible jour du 11 septembre 2001.
Une fois son bras vengeur lancé et bien que la faucheuse soit belle à couper le souffle, rien ne peut la stopper.
Instrument du Destin ou de la Mort elle-même, il devra résoudre cette affaire en empruntant des sentiers dont personne ne revient jamais.

MON AVIS : Je redoutais la lecture de ce livre du fait qu'une partie de l'intrigue se déroule lors des attentats du 11 septembre 2001. Et bien je n'aurai pas du. Je m'explique

Pendant les dix premières pages, on découvre une jeune femme subissant des tortures dignes d'un épisode d'esprit criminel. Ensuite, on a l'enquête sur le meurtre de cette jeune femme mené par Harvey et son élève Mike Sullivan. J'ai adoré ces deux personnages. Certes, Harvey peut sembler être le stéréotype du flic qui en a trop vu ayant un penchant pour la bouteille, c'est loin d'être aussi simple. Son histoire est touchante et permet de comprendre ce qui le pousse à se comporter comme il le fait.

Mike Sullivan, jeune promu de l'école d'officier de police, fait tout pour se faire bien voir de ses collègues. Il possède une sensibilité rare pour un policier. Paradoxalement, il est très instruit et ça va bien aider pour l'enquête. J'ai été très touché par son histoire. Je ne peux pas en dire plus le concernant sous peine de vous en dire plus. J'aurai bien aimé avoir un petit quelque chose en plus à la fin sur lui.

Concernant l'histoire, elle est très surprenante puisqu'on sait qu'on va lire de l'imaginaire. Pourtant, cette partie n'arrive que bien plus tard et elle est très bien menée. L'autrice utilise différentes mythologies surtout grecques. Je ne dirai rien pour les même raisons qu'invoqué ci-dessus. Nous avons donc deux enquêtes parallèle : une ancré dans le réel et l'autre dans l'imaginaire.

Le gros point fort de ce roman est son aspect humain. On aborde énormément de thème de société. Par le biais de Harvey, on aborde les guerres passées et leur impact non seulement sur la société mais surtout sur les soldats oubliés dès la guerre finie. On parle des religions et surtout du niveau de croyances de l'homme et ses conséquences. Des tas d'autres sujets sont traités comme les sentiments humains, le jugement intempestif, la richesse et la pauvreté...Des passages qui m'ont tous plus par le biais du personnage central dont je n'ai pas parlé volontairement.

En bref, ce roman est un énorme coup de cœur que je relirai avec un immense plaisir. Je vous le recommande vivement.


mercredi 19 septembre 2018

Réception 19 Septembre 2018

Le soleil des hommes tome 1 : Nuit de cendres de Julie Limoges

Le soleil des hommes tome 1 : Nuit de cendres de Julie Limoges
Autrice : Julie Limoges
Maison d'édition : Hydralune
Date de sortie : 26 Septembre 2016
ISBN : 978-2-9558160-0-4
Pages :416
Prix : 16

Résumé :
Sale temps sur le monde.
Dans la nuit perpétuelle et sous la pluie, la guerre s’apprête à s’abattre une fois encore sur les terres exsangues du royaume des Hommes. Acculés par des hordes décharnées au sud, les Humains doivent à présent faire face aux armées multines prêtes à déferler par le nord.
Non loin de ce nouveau front, Akhyla et son groupe de mercenaires effectuent une mission délicate dans une auberge isolée. Une mission qui prend des allures de piège lorsqu’ils sont abordés par un guerrier aussi curieux que menaçant, puis attaqués par des soudards. Dans la mêlée générale qui s’ensuit, ils parviennent à s’emparer de leur objectif, un vulgaire orbe, avant de fuir pour sauver leur peau.
Réfugiés dans une bourgade voisine avec l’objet dérobé, ils sont loin de se douter que tous les yeux viennent de se braquer sur eux. 

MON AVIS : J'adore les éditions Hydralune. Je me devais donc de lire ce premier tome. On m'avait prévenu que ce livre était loin d'être de la fantasy classique. Et c'est vrai. On suit un groupe de mercenaire devant voler un objet dans une auberge. Suite à ça, ils vont l'apporter au commanditaire. Ça c'est le résumé. Et bien, c'est la moitié du roman.

Je vous rassure. Ce roman possède une écriture addictive et puissante qui s'adapte à chaque situation et personnage. Rien que pour ça il faut le lire. D'autant plus si vous connaissez les codes de la fantasy, vous serez dépaysé tant l'autrice s'amuse à ne pas les utiliser à part un peut-être et encore. Ce qui est le plus dépaysant est le fait que pour une fois les personnages centraux ne font pas parti intégrante de la quête ou du but de l'histoire. Au contraire, ils vont se retrouver face à une guerre plus tôt que prévu.

De tous les personnages, mon préféré est et restera Akhyla. Il a une poisse incroyable. Il se retrouve toujours dans des situations pas possible. À se demander pourquoi il met des vêtements propres (je me comprends là). Ce personnage possède deux particularités physiques qu'il cache. Je n'en dis pas plus afin de garder la surprise. C'est, je pense, une des intrigues qui aura de l'importance par la suite. La deuxième concerne un groupe de guerrier dont personne ne connait l'existence. Eux aussi auront et ont déjà d'ailleurs leur importance.

Un autre personnage, Enki, fait une entrée intéressante. Je l'ai même apprécié sur le coup mais pas longtemps. Quand on découvre qui il est vraiment et sa nature profonde, on ne le déteste même pas. On se dit juste que c'est un monstre. Rien de plus rien de moi. Ce roman, d'ailleurs, fait preuve d'une certaine liberté d'expression pouvant surprendre. Personnellement, ça ne m'a pas dérangé. Je trouve au contraire que ça correspond parfaitement à l'esprit de cet univers.

En bref, si vous cherchez de la fantasy surprenante loin des clichés et de l'action, je vous la recommande vivement. Je pense que je n'ai pas fini d'être surprise.

lundi 17 septembre 2018

Ray Shepard tome 1 : Amnésie de Morgane Rugraff

Ray Shepard tome 1 : Amnésie de Morgane Rugraff
Autrice : Morgane Rugraff
Maison d'édition : Plume blanche
Date de sortie :Janvier 2017
ISBN : 979-1094786185
Pages : 384
Prix : 19,99

Résumé : « Mon frère, si tu crois encore assez en quelque chose pour t’y raccrocher, fais-le ; car je vais te retrouver et te tuer. » Sombre et solitaire, Ray Shepard n'aspire qu'à une chose, poussé par la haine qu'il voue à sont aîné: se venger. Fortifier son fluide et renforcer l'âme du tigre blanc sont devenues ses deux lignes de vie. Privé de ses souvenirs et avec pour seule compagne une vengeance inassouvie, il entraînera malgré lui ses amis vers la mort et la désolation. Tandis qu'en chacun d'eux se révèle le pouvoir d'un Héritier, les complots s'accumulent et ébranlent leurs convictions. Qui sont ces mystérieuses organisations qui semblent l'observer depuis toujours? Entre révélations étranges et vérité dérangeante, Ray Shepard saura-t-il faire les bons choix et se frayer un chemin sur les voies de l'Alchimie? 

MON AVIS : Ce roman est costaud à lire. On a des informations tout le temps. On suit Ray Shepard, un jeune homme très particulier avec une aura très mystérieuse. Il n'a plus aucun souvenir de son passé et cherche par le biais de l'alchimie à s'en souvenir. Il est le leader des UCB, un groupe de duellistes.

Au fil de l'histoire, on découvre d'autres personnages notamment Jack et Kaylie qui font partie d'un groupe de duelliste opposé aux UCB. Jack et Ray semblent se détester mais on ne sait pas pourquoi. Kaylie est profondément amoureuse de Ray. Bien que son personnage évolue beaucoup, certains aspects d'elle m'ont un peu agacé. Heureusement qu'elle a cette volonté d'être plus forte. Concernant Mariah, elle est beaucoup plus complexe qu'il n'y parait et surtout on comprend mieux son amitié avec Ray au vu de son passé. Mathieu, le meilleur ami de Ray, est peut-être le plus proche de Ray et pourtant il se sent parfois très loin de lui.

Pour en revenir à Ray, on le sent en lute permanente, en colère et sur le point d'exploser. En public, il se montre toujours froid et distant. Pourtant, on le sent toujours à la limite de se laisser aller. Il se maîtrise sans cesse. Des rumeurs le concernant circulent surtout en rapport avec le directeur de l'école qui le convoque sans cesse.

L'intrigue est extrêmement bien travaillé. On ne sait pas qui est du bon côté et qui ne l'est pas. On n'a une réponse pour d'autres questions. Des forces en présences cherchent à approcher Ray mais dans quel but? On ne sait pas vraiment. Tout est que tous ont un but. L'une de ces forces a ma préférences quand bien même ils flirtent avec les limites mais ils ont plus d'humanité.

En bref, si vous aimez les intrigues complexes avec un personnage centrale pas facile à cerner et surprenant, n'hésitez pas à le lire. Personnellement, je me laisserai tenter par la suite.