lundi 20 juin 2022

Les annales du disque monde tome 1 : la huitième couleur de Terry Pratchett

Les annales du disque monde tome 1  : la huitième couleur de Terry Pratchett
Auteur : Terry Pratchett
Maison d'édition : Pocket
Date de sortie : 7 Janvier 2011
ISBN : 978-2-266-21181-9
Pages : 266
Prix : 7,10

Résumé : Dans une dimension lointaine et passablement farfelue, un monde en forme de disque est juché sur le dos de quatre éléphants, eux-mêmes posés sur le dos d'une tortue. A Ankh-Morpork, l'une des villes de ce Disque-Monde, les habitants croyaient avoir tout vu. Et Deuxfleurs avait l'air tellement inoffensif, bonhomme chétif fidèlement escorté par un Bagage de bois magique circulant sur une myriade de petites jambes. Tellement inoffensif que le Praticien a chargé le calamiteux sorcier Rincevent de sa sécurité dans la cité quadrillée par la guilde des voleurs et celle des assassins ; mission périlleuse et qui va les conduire loin : dans une caverne de dragons et peut-être jusqu'aux rebords du disque. Car Deuxfleurs appartient à l'espèce la plus redoutable qui soit : c'est un touriste...

MON AVIS : Que je suis longue pour faire mes chroniques depuis que j'ai commencé à travailler à la poste... Soyons honnête. Pour celle-ci, il y a une autre raison. Je ne sais pas combien de personnes m'ont recommandé cette série. J'ai fini par acheter le tome 1. Et pour tout vous dire, je suis déçue. Explication :

À force de lire partout que cette série était drôle et culte, j'en ai probablement trop attendu. J'ai quand même été rassuré de savoir que ce tome n'était pas le meilleur, pas celui reflétant la réputation de la saga. Au début, j'étais un peu déconcertée et amusée par la construction de l'univers. C'est quand même dingue un monde en forme de disque juché sur quatre éléphant, eux-même sur le dos d'une tortue. 

Après, on rencontre des personnages qui n'ont rien à voir les uns avec les autres. Rincevent est un sorcier bourru et surtout pas très doué. Il va être chargé de veiller sur Deuxfleurs, un touriste d'une naïveté confondante. Il a un bagage qui bouge tout seul. Ces scènes-là sont très drôles. C'était bien parti. Mais ça s'est plus ou moins arrêté là. L'effet de surprise passé, on s'amuse moins.

J'ai quand même terminé ma lecture par curiosité. Je voulais voir jusqu'où irait l'auteur. À la fin, je me suis demandée ce qu'on trouvait à cette série. Après je me suis demandée ce que j'avais loupé pour ne pas apprécier autant que les autres ma lecture. Finalement, ce n'est pas grave. Chacun ces goûts.

En bref, une déception mais pas totale. Je ne sais pas si j'en ai trop attendu ou si c'est l'effet de surprise ne se situait qu'au début.

mardi 7 juin 2022

22 bureau des longitudes de Bruno Doucey

Poète : Bruno Doucey
Maison d'édition : Bruno Doucey
Date de sortie : 6 janvier 2022
ISBN : 978-2-36229-390-0
Pages : 160
Prix : 16

Résumé : « Nous voici embarqués dans un voyage qui nous fera traverser non seulement des années, mais aussi des horizons. Car le temps déploie l’espace, et le visage de l’amour s’accorde comme une marée à celui de la vie. Les poèmes deviennent des pierres qui jalonnent le passage, délimitent un territoire poétique où la détresse de notre monde dialogue avec cet amour qui demeure vif, inaltérable comme dure l’espoir en un demain habitable. De la Sardaigne à la Crète, du Maroc à la Nouvelle-Calédonie, du Péloponnèse au Québec, le souffle de ce livre porte la beauté de chaque lieu, rappelle que gravir une montagne ou naviguer sur la mer permet d’aller à la rencontre du passé, et cette remémoration est une invitation à pénétrer dans la chair du présent. »

MON AVIS : C'est la première fois que je lis un recueil du patron de la maison d'édition. J'espérais le voir à Arras au salon du livre d'expression populaire et de critique social. Malheureusement, il n'y était pas. Pas grave. Ce n'est que partie remise. Ce recueil mélange poèmes déjà publié auprès d'autres éditeurs et nouveautés.

En lisant ce recueil, il m'est venue des images ensoleillées, des voyages, un léger vent sur le visage... Que de choses positives. Pourtant, à certains moment, Bruno Doucey s'adresse à des personnes disparues, parlent de choses difficiles mais pas souvent. Par ce recueil, on a une idée de la personnalité du poète. Il prend la vie comme elle vient et vit au présent. Il est aussi surtout très amoureux de sa femme. Et c'est tellement beau.

Ça n'empêche pas d'aborder des thèmes importants sur quelques poèmes. On a droit à un rappel de la seconde guerre mondiale. Bruno Doucey nous oblige à prendre conscience du monde actuel en parlant des évènements marquant du passé. Concernant le titre, sachez que le bureau des longitudes existent vraiment. J'adore apprendre des choses et ça arrive souvent avec cette maison d'édition.

En bref, j'aime toujours autant cette maison d'édition et je ne suis pas prête de les lâcher. Ils ont publié 200 titres. Ça va être compliquer de tous les avoir mais on y croit😉

jeudi 2 juin 2022

Le choix de l'horloge tome 1 : Pièce et conséquence de Alex Ferder

Le choix de l'horloge tome 1 : Pièce et conséquence
Autrice : Alex Ferdre
Maison d'édition : Auto édition
Date de sortie : 9 Mai 2022
ISBN : 978-2958203610
Pages : 297
Prix : 14,90

Résumé : Poisse est mon deuxième prénom. Je pète à peu près tout ce que je touche, un sort de maladresse à la con qui m’est tombé dessus gamine. C’est un peu pénible au quotidien, mais ça va je gère, tout comme les meurtres et les vols qui jalonnent mon boulot.
Jusqu’au jour où mon chemin croise celui d’un Lanceur de pièces, aussi désirable que méprisant. OK lors de notre confrontation, j’ai peut-être fait un truc que je n’aurais pas dû. Trois fois rien, je vous assure, mais un « trois fois rien » qui nous force à coopérer de façon très rapprochée contre notre volonté. Si seulement nos relations n’étaient pas basées sur un désir réciproque de s’écharper, ça rendrait les choses un peu moins compliquées !
Révélations, magie et amulettes vont lier notre Histoire tandis que des ennemis dont je n’avais pas conscience forment les rangs. Le Lanceur de pièces pourrait alors devenir mon allié ou bien … mon pire ennemi.

MON AVIS : Merci aux vénérables du blog book en stock et à Alex Ferder pour ce service presse dans le cadre du mois consacré à l'autrice que vous pouvez retrouver ici. Elles ont tellement parlé de l'autrice et surtout des romans que je n'ai pu m'empêcher de proposer ma participation. Je les remercie encore pour leur confiance.

C'est bizarre comme j'ai pu me reconnaître dans le personnage principale. Taline est une poissarde notoire et se considère comme maladroite. C'est la définition même de ce que je suis. C'est sûrement pour cette raison que j'ai souhaité lire ce livre en premier. 

Au début, on observe ce qu'il se passe du point de vue de Taline. On comprend qu'elle préfère se faire discrète tant qu'elle n'a pas les informations qu'elle veut...Quand tout se passe comme elle veut. Cette jeune femme n'est décrite physiquement qu'une fois. Rien qu'à ce moment-là je jubilais. Je savais qu'on aurait des situation rocambolesque. Les clichés ont la vie dure surtout du point de vue de ces messieurs. Taline sait en profiter.

Sauf qu'elle est poissarde. C'est ce qui l'amène à attraper la pièce d'un lanceur. En temps normal, ça aurait du la tuer. Ces lanceurs sont mystérieux. On sent un danger potentiel émaner d'eux. Malheureusement (heureusement pour le lecteur), la pièce reste dans la main de Taline. Elle se retrouve donc à devoir faire un choix (qu'elle n'a évidemment pas) : soit perdre sa main, soit accepter de devenir l'ensorceleuse du lanceur concerné. Il faut savoir qu'à chaque question posée, la pièce se lance toute seule pour donner une réponse. Parfois en faveur de Taline, parfois de Matej. C'est toujours amusant ces scènes. On attend surtout la réaction des deux.

Et comme elle a poisse (oui toujours pour notre plus grand bonheur), de tous les lanceurs, elle tombe sur le plus insupportable. Les joutes verbales entre les deux sont juste hyper drôle. J'ai été très étonnée par certaines scènes explicites. En temps normal, je n'aime pas ça mais l'univers et surtout les personnalités fortes rendent les scènes moins gênantes. 

D'ailleurs, concernant ces scènes, l'autrice a écrit un chapitre bonus du point de vue de Matej, le lanceur insupportable. J'avoue qu'à la place de Taline, j'aurai craqué beaucoup plus tôt. Ce mec passe son temps à jouer avec ses nerfs. Comme quoi, malgré son caractère de merde, elle sait être patiente. Ça ne l'empêche pas de n'en faire qu'à sa tête.
 
En bref, les vénérables n'ont pas menti. Cette histoire en plus d'être bien construite, intéressante, en donnant des informations au fur et à mesure, est drôle. Rien que pour les dialogues, ça en vaut la peine. Surtout, l'autrice sait rappeler qu'il y a un enjeu tout de même qu'il ne faut pas oublier.

lundi 30 mai 2022

Aromantic (Love) Story de Haruka Ono


Aromantic (Love) Story de Haruka Ono

Résumé : Futaba Kiryû, 32 ans, est autrice de mangas. Ce qu’elle adore par-dessus tout, c’est dessiner des shônen bien sociaux ! Le problème, c’est que ce genre ne marche plus du tout… Du coup, pour essayer de vraiment lancer sa carrière, son éditeur lui propose (impose ?) de s’essayer à un autre genre de shônen : le harem manga ! Gros hic : elle déteste ça, et surtout… elle ne s’intéresse pas du tout à l’amour. Bien malgré elle et agacée par l’injonction sociale qui impose aux femmes d’être forcément amoureuses, elle entame l’écriture d’un shônen manga romantique. Contre toute attente, le succès est immédiat, et la voilà condamnée à continuer de dessiner une série à laquelle, elle-même, elle ne comprend rien… Pour ne rien arranger, elle se retrouve très vite prise entre deux feux : d’un côté, la touchante vénération d’un assistant de douze ans son cadet, de l’autre, la séduction flamboyante d’un scénariste d’anime quadragénaire. Une situation cauchemardesque pour cette célibataire endurcie…

 

AVIS : Changeons un peu en parlant d'une série complète que j'ai lu : "Aromantic (Love) Story" série en 5 tomes. C'est l'avantage de la maison d'édition akata. Les séries sont souvent courtes et en plus traitent de sujets important. Ici, on parle d'asexualité et d'aromantisme, sujet rarement voir par du tout abordé en littérature. Bien que récemment, je vois que les choses s'améliorent.

Sous ses airs de comédie romantique, cette saga aborde des sujets importants. On parle de consentement, harcèlement et de l'impact de la société sur nos vies. Le personnage principale est autrice de manga. Ne s'intéressant pas au relation amoureuse, elle n'écrit que des shônen sociaux. Seulement, pour fonctionner, elle va publier un shônen romantique.

Le hic, c'est qu'elle n'y connaît rien du tout au relation amoureuse. Ça ne l'intéresse pas. Elle va se trouver confronté à un assistant complètement fan d'elle et amoureux et un scénariste qui va utiliser sa méconnaissance des choses pour lui permettre d'écrire son manga.

Dès le premier tome, on rit de la situation de Kiryû. C'est montré avec tellement d'humour qu'on ne peut que voir l'ironie des situations présentées. Surtout, on rencontre des personnages incapable d'exprimer correctement ce qu'ils ressentent. "the killer", l'assistant, est un stalker. Pourtant, il n'a aucune mauvaise intention mais il reste flippant. À côté, on a ce scénariste incapable d'aimer réellement. Il enchaîne les conquêtes et a choisi Kiryû pour la prochaine.

Cependant, comme vous le constatez, on rit mais la mangaka parle quand même de sujets loin d'être simples. Le comportement de ces hommes peut être perçu comme du harcèlement. L'héroïne, ayant du caractère, ne se laisse pas faire. C'est pour ça qu'on rit.

Certaines scènes sont dessinées avec plus de sérieux. Je pense à celle entre Kiryû et le scénariste qui confronte le lecteur au véritable harcèlement. La mangaka utilise les clichés des shôjo pour montrer que certaines choses qui font plaisir au lecteur, dans la vrai vie, ne sont pas normales. Et c'est glaçant. Surtout que la page précédente, on riait.

Autre point que j'ai adoré, c'est le fait que l'héroïne reste elle-même quoiqu'il arrive. Elle fait son expérience, se pose des questions, se remet même en question. On a quand même un personnage de 32 ans. La fin est donc loin des classiques du genre.

En bref, j'ai mis du temps pour lire cette série mais ça en valait la peine. Je la relierai avec certitude.

lundi 23 mai 2022

Au bord du bord de Laura Lutard

Au bord du bord de Laura lutard
Poétesse : Laura Lutard
Maison d'édition : Bruno Doucey
Date de sortie : 7 Avril 2022
ISBN : 978-2-36229-415-0
Pages : 80
Prix : 13

Résumé : Elle dit que l’écriture de ce premier recueil a commencé en Équateur, pays dont la géographie entre en résonance avec ses paysages intérieurs. Elle dit que lien et fracture s’entrelacent en elle sur une même ligne. Que sa vie intime est faite de lisières. Qu’elle appartient à une génération confrontée à l’urgence de penser le monde autrement. Elle dit qu’elle est une « orpheline amoureuse » parce que ses parents sont morts mais qu’elle aime immensément la vie. Elle dit les chemins qui s’inventent en marchant, les douves et les rebonds, le désastre qui nous guette et la douceur qu’il faut pour en dompter le fauve. Elle dit que la poésie et le théâtre lui permettent de se sentir deux fois vivante. Écoutez-la. La voix grave et chaude de Laura Lutard est un abri dans la tempête.

MON AVIS : Rien que le titre de ce recueil m'a donné envie. À cela, ajoutons l'avis de ma libraire qui m'a bien fait languir. Ce titre me parle et me rappelle tellement de choses personnelles. Dès que j'ai pu, j'ai craqué. Comme je l'imaginais, le recueil joue avec les frontières, les limites.

J'ai eu l'impression d'être un funambule pouvant basculer à n'importe quel moment d'un côté ou de l'autre. Laura Lutard met en avant une personne qui semble vivre avec ses démons mais l'amour la met en lumière. On sent ce partage ombre/lumière tout du long. 

On sent aussi l'engagement tout au long du recueil de manière plus ou moins subtil. Certains passages sont même directs. On ne peut pas rester insensible face à cette plume. Personnellement,  je me suis retrouvée dans la présence des démons mais de ne pas les laisser me submerger. Les combats de la poétesse sont très juste. Il y a même quelque chose parfois de tranchant.

En bref, j'ai adoré ce recueil que je relirai avec certitude. Je suis curieuse d'écouter la poétesse sachant que la poésie prend une ampleur toute autre à voix haute et encore plus si c'est mis en musique.

mardi 17 mai 2022

À l'ombre de nos secrets de Lily Haime

À l'ombre de nos secrets de Lily Haime
Autrice : Lily Haime
Maison d'édition : Milady
Date de sortie : 14 avril 2017
ISBN : 978-2-8112-2242-0
Pages : 520
Prix : 25

Résumé :
Seconde Guerre mondiale. La passion interdite entre un officier allemand et un résistant français, qui repousseront sans cesse les limites pour survivre et combattre la barbarie.

À quatre-vingt-onze ans, Julien vit aux États-Unis entouré de sa grande famille. Une famille qui ne connaît rien de son passé. Ce jour-là, au crépuscule de sa vie, il se souvient, pour eux…

En 1941, Julien a dix-neuf ans. Le domaine familial, en région bordelaise, est occupé par l’armée allemande. Idéaliste et courageux, le jeune homme se tourne vers la résistance, alors même que l’ennemi est sous son toit. Un ennemi qui peut avoir de nombreux visages… dont celui, saisissant, de Engel, soldat de la Werhmacht qui ne cautionne aucune des horreurs commises par son propre camp, et éveille en Julien des sentiments coupables. À l’heure trouble de l’un des plus grands génocides de l’histoire, au milieu de ces hommes et de ces femmes qui se soulèveront pour leur liberté, l’attirance qu’ils éprouveront l’un pour l’autre les mettra toujours plus en danger.

L’amour peut-il vraiment triompher de la guerre et des préjugés ?

MON AVIS : On commence ce roman par la fin. Julien se souvient de sa rencontre avec Engel pendant la seconde guerre mondial. On imagine bien la difficulté de vivre cette période mais dans la cas de Julien, ça l'est encore plus. En effet, il est né juif et surtout il est homosexuel. Autant dire qu'il risque gros à cohabiter avec les allemands. Ces derniers ont décidé de s'établir sous son toit.

Comme ça, on pourrait penser que ce roman est un énième roman sur la seconde guerre mondiale. Je vous répondrai non. Est-ce une énième romance homosexuel? Non plus. La complexité de cette histoire réside dans le lien entre la romance et la guerre. Engel est un soldat allemand également homosexuel. Évidemment personne ne le sait. La rencontre avec Julien est simple. On comprend tout de suite qu'ils vont se rapprocher tout en résistant à la tentation.

Là où ça devient intéressant, c'est que Julien a honte de son homosexualité et la refoule. On est à une époque qui ne cautionnait déjà pas les différences mais pendant la guerre, impossible ne serait-ce que d'y penser. Heureusement, Julien est bien entouré. Sa famille et ses amis le protègent du mieux qu'ils peuvent. J'aurai adoré avoir une illustration de Julien. 

Les personnages sont hyper bien construits et complexes. On ne peut que s'attacher à eux. J'avoue que Julien a eu ma préférence. La situation de Engel est loin d'être simple. En lisant les parties le concernant, je me suis demandée ce que j'aurai fait à sa place. Il s'est enrôlé juste pour retrouver ses parents et n'est absolument pas d'accord avec les idées du régime en place. 

La relation amoureuse évolue en même temps que la guerre. Elle est parfois tendre, parfois violente. Le lecteur ne peut qu'être percuté par touts ces aspects. L'autrice, en plus de montrer ce parallèle, a fait de véritable recherche sur la seconde guerre mondiale surtout concernant le sort réservé aux homosexuels et aux résistants. On sait que l'autrice n'a pas tout écrit mais c'est déjà bien suffisant.

Ce roman est rempli de tellement d'émotions que j'ai pris mon temps pour le lire. J'avais besoin de digérer certains passages difficiles. Parfois, selon mon état d'esprit, il m'arrivait de ne pas lire pendant des semaines le roman mais ça ne me gênait pas. Je me souvenais de tout ce que j'avais lu.

En bref, ce roman est extrêmement touchant et fait un rappel extraordinaire sur l'humain tout en rappelant les horreurs de la guerre que beaucoup ont oublié.