lundi 21 janvier 2019

Le noëlosaure de Tom Fletcher

Le noëlosaure de Tom Fletcher
Auteur : Tom Fletcher
Illustrateur : Shane Devries
Maison d'édition : Michel Lafon
Date de sortie : 23 Novembre 2017
ISBN : 978-2749933207
Pages : 342
Prix : 14,95

Résumé : Oubliez tout ce que vous savez sur le pôle Nord. Coupez-vous une généreuse part de pain d'épice, installez-vous au coin du feu, et préparez-vous à rencontrer : un garçon nommé William Molleroue, son père, M. Bob Molleroue, le Père Noël (le vrai !), un elfe du nom de Trompnez, Brenda Gassante, la fille la plus méchante de l'école (voire du monde entier), un bien vilain bonhomme qui se fait appeler le Chasseur, et le dinosaure le moins ordinaire qui soit... 

MON AVIS : Voilà un livre que je voulais lire pour noël mais je n'étais pas en mode lectrice. Comme j'ai eu besoin de me détendre et d'oublier un peu ma vie d'adulte, j'ai décidé de lire ce livre. La couverture est magnifique et les illustrations à l'intérieur font juste rêver. J'ai choisi celle au début du livre présentant les personnages.
William est adorable et son père fantasque. On s'attache à eux tout de suite. J'avais les yeux brillants comme une enfant en lisant le livre jusqu'à une première révélation. J'ai continué en me disant "ça n'empêche pas William d'être bien dans sa peau et heureux". Jusqu'à l'apparition de Brenda. Comment j'ai eu envie de la frapper! (J'aurai bien dit quelque chose de plus violent mais ce n'est pas bien). Et là, mon émerveillement s'est arrêté net.

Brenda n'est pas forcément la pire de l'histoire. Le chasseur est l'archétype du chasseur en pire. Le père noël et les elfes m'ont amusés (je pense tout de même que d'entendre chanter les elfes tout le temps doit être agaçant au bout d'un moment). Et le dinosaure est juste adorable.

Le gros point fort de ce livre, en dehors des illustrations, résident dans le fait que l'auteur ne fait pas dans la dentelle. Il parle de sujet difficile dont je ne peux, pour certains, pas mentionner ici sous risque de spoiler. Il aborde la confiance, la croyance, le harcèlement, la protection de la nature (par le biais du chasseur), de la famille, la différence et l'amitié. Il y a probablement d'autres mais ils ne m'ont pas sauté aux yeux.

Sous cette histoire semblant être toute mignonne, j'ai été étonné par la violence de certains passages. Je pense qu'un parent laissant son enfant lire ce livre doit en parler avec lui. Après, cela reste ma vision d'adulte. Sûrement qu'un enfant ne verra pas les choses comme moi. Les scènes parlant du harcèlement scolaire ne sont pas juste en passant. Cela va très loin. L'auteur montre jusqu'où ça peut aller. On peut aussi se dire que les enfants d'aujourd'hui ne sont pas stupide et voit tellement pire. Mais le dialogue me semble important. Heureusement que la magie de noël est présente.

L'auteur réinvente le père noël, ses rennes et des elfes. Ça fait sourire et rire même. Surtout les elfes et leur rapport à la nourriture. Ça doit coûter cher quand même. J'ai trouvé ça intéressant la façon dont le père noël procède pour les cadeaux aux enfants, les listes des enfants sages et pas sages. Je vous laisserai découvrir ça.

En bref, un livre dont je savais que j'apprécierai la lecture. Je ne m'attendais certes pas à ce genre de lecture mais elle fut vraiment agréable et pleine de surprise.

vendredi 18 janvier 2019

Point réception 18 Janvier 2019

Fangirl de Rainbow Rowell

Fangirl de Rainbow Rowell
Autrice : Rainbow Rowell
Maison d'édition : Castelmore
Date de sortie : 13 juin 2018
ISBN : 978-2362312960
Pages : 576
Prix : 6,90

Résumé : Cath ne vit que pour et par l’écriture. Elle est une fan inconditionnelle de la série de romans à succès Simon Snow… au point de rédiger elle-même les aventures de son héros préféré, en attendant la parution du dernier tome ! Elle vit dans une bulle qu’elle ne partage qu’avec Wren, sa sœur jumelle, loin de toute vie sociale.Pourtant, c’est désormais en solo qu’elle devra affronter le monde extérieur. Wren vient de lui annoncer l’impensable : cette année, à la fac, elles feront chambre à part. Cath saura-t-elle s’ouvrir aux autres et profiter de sa vie d’étudiante ? Et l’amour, dans tout ça ?

MON AVIS : J'ai lu ce livre dans le cadre de la lecture commune organisée par Elise in a book. J'en ai profité pour mon défi lecture. J'avais adoré "Eléanore et park" de l'autrice. Je n'avais donc pas d'inquiétudes à le lire. Pourtant, je n'ai pas été à fond dans ma lecture.

Cath et Wren sont aussi différentes que la glace et le feu et un peu stéréotypé. Cath est l'archétype de la jeune femme qui n'a pas confiance en elle, qui reste enfermée et que sais-je encore jusqu'au physique. Wren est lumineuse, s'assume parfaitement et surtout souhaite vivre éloigné de sa sœur. Elles sont jumelles mais opposées. Au début, le personnage de Cath m'agaçait mais comme j'étais malade, j'ai posé le livre et attendu d'aller mieux pour le lire. Même comme ça, j'avais l'impression que quelque chose m'échappait. Pourtant, quelque chose me donnait envie de le lire. Un vrai paradoxe.

Au final, j'ai lu une bonne moitié en une seule fois. Cela ne m'a pas empêché d'éprouver un sentiment étrange. Je n'ai pas su mettre le doigt dessus jusqu'à ce que j'en parle à ma mère (merci mamna de m'avoir écouté pendant bien une heure parlé de ce roman). La première chose qui m'a gêné, c'est les extraits du roman "Simon Snow" et de la fanfic. Je trouvais que ça cassait le rythme du livre. Mais, ça je pouvais faire avec. Mais il y a eu autre chose.

Certains passages comme la particularité de Lévi n'ont pas été creusé d'avantages. L'autrice mentionne et on passe à tout autre chose. C'est vraiment le sentiment que j'ai eu. Et surtout ça donnait lieu à quelques clichés. Je ne suis pas romance à la base, certes, mais c'est comme si je roulais tranquillement et qu'on me faisait faire une déviation vers une endroit moins sympa. Je ne sais pas si l'idée est claire. En tout cas, j'ai trouvé ça dommage. C'est comme si on vivait des moments séparés les uns des autres. Ça casse aussi le rythme légèrement.

Concernant la fin, je l'ai trouvé subtil mais il m'a manqué aussi quelque chose. Je ne sais pas quoi parce qu'elle est finement trouvée. Peut-être que je l'ai trouvé un peu brutal et sèche.

En bref, voilà un livre dont j'attendais plus. Une lecture sans plus. Je ne sais pas si je le relirais.

mercredi 16 janvier 2019

Blue morning tome 2 à 7 de Shoko Hidaka

Sur l'image, vous verrez dans l'ordre les tome 7, 2, 3, 4, 5 et 6.

Mangaka : Shoko Hidaka
Maison d'édition : Boy's love IDP
Date de sortie
Décembre 2015 / Février 2016
Mai 2016 / Juillet 2016
Juillet 2017 /Septembre 2017
ISBN :
978-2-36877-457-1 / 978-2-36877-458-8
978-2-36877-459-5 / 978-2-36877-460-1
978-2-36877-521-9 / 978-2-36877-554-7
Pages : 196 (tome 2 à 5) / 240 (tomes 6 et 7)
Prix : 7,95 le tome

Résumé : Une belle demeure, des domestiques, les lourdes responsabilités qui incombent à un jeune héritier du domaine familial et son froid et cruel précepteur... L'ambiance de Yuutsuna asa vous transportera dans un autre temps ! Devenez les témoins de l'histoire intemporelle du «Je t'aime moi non plus» !
Depuis la mort de son père, Akihito Kuze a dû endosser le rôle de Vicomte et reprendre les rênes de la famille. Et celui qui prend en main l'éducation de ce dernier n'est autre que le beau et intelligent intendant familial, Satoshi Katsuragi. Mais Katsuragi, qui est pourtant remarqué pour ses qualités en société agit de manière très froide avec Akihito. «Est-ce qu'il me déteste ?!» Akihito qui est attiré par Katsuragi veut connaître la raison de ce rejet ! Plongez dans cette épopée romanesque racontant l'amour d'un jeune vicomte et de son intendant !!

MON AVIS : J'avais lu le premier tome de cette série et j'avais adoré. J'ai lu le tome 2 pour le défi lecture 2019. J'ai enchaîné le lendemain avec tous les autres. Et je suis extrêmement frustrée de ne pas avoir la suite et fin de la série. Et oui, la série compte 8 tomes en tout.

Les graphismes sont juste magnifiques. Surtout concernant Katsuragi. La mangaka a un talent incroyable pour mettre en valeur ses personnages et les décors. Combien de fois me suis-je arrêtée devant certaines planches? Je ne saurais les compter. Elle arrive rien qu'avec les graphismes a montrer ce que ressent Akihito ou Kasturagi selon le point de vue. Désolé, je n'ai pas trouvé mieux comme graphisme. Il y en a des biens meilleures.

Concernant l'histoire, le premier point positif est qu'on ne s'attarde pas que sur l'histoire entre Akihito et Katsuragi. On nous parle aussi de ce qu'il se passe dans la haute société japonaise, de l'envers du décors, des manipulations, trahisons et autres. J'ai adoré voir tout cet aspect et la complexité des relations entre les familles, guerriers et vassaux. On a un cours sur l'histoire du Japon et de son évolution. 

Pour ce qui est de nos deux personnages principaux, qu'est-ce qu'ils sont têtus comme des mules! Il n'y en a pas un pour rattraper l'autre. Ils veulent le bien de l'autre en utiliser leurs idées complexes. Sauf qu'à chaque fois, ils leurs idées se contredisent et bien sûre, ils ne communiquent pas des masses. L'autre point fort est qu'il y a très peu de scène physique. Cela donne plus de crédibilité dans leur relation et de complexité. N'oublions pas que l'homosexualité n'est pas autorisé et que toute personne haut placé doit donner un héritier. Autant vous dire que ça va donner du fil à retordre à notre couple préféré.

L'évolution de Katsuragi est la plus perceptible. Entre le début de la saga et le tome 7, il devient un autre homme toujours inflexible et dangereux pour tout le monde sauf pour Akihito évidemment. Heureusement il va apprendre au contact de ce dernier. Je n'en dis pas plus. Akihito évolue aussi mais de manière plus subtile. Ça ne m'a pas trop étonné. Ça ressemble bien à son caractère.

En bref, je suis fan de cette série. J'ai hâte de lire le dernier tome même si je sais que les personnages me manqueront mais les fins de tomes donnent juste envie de lire le suivant.

lundi 14 janvier 2019

Happa no ko de Karin Serres

Happa no ko de Karin Serres
Autrice : Karin Serres
Maison d'édition : Rouergue
Date de sortie : Octobre 2018
ISBN : 978-2-8126-1689-1
Pages : 144
Prix : 12,60


Résumé : La planète est désormais couverte par une seule ville, aux tours immenses, d’où toute nature a disparu. Les humains passent leur temps à jouer, tandis que les robots sont au pouvoir. Un matin, Madeleine, une ado vivant dans le quartier France 45-67, découvre que ses mains sont devenues vertes… Mais elle n’est pas la seule : de l’autre côté de la planète, Ken, du quartier Japon 23-58, est aussi victime de ce phénomène. Un roman fantastique, très inspiré par la culture japonaise, qui plaira aux lecteurs de manga.

MON AVIS : Merci aux éditions Rouergue de m'avoir permis de lire ce service presse.

On rencontre Madeleine, une ado banale, qui va se retrouve avec des mains vertes du jour au lendemain. Elle vit dans un monde futuriste dans lequel les robots et les jeux dominent. Kenji, un japonais du même âge, va aller à sa rencontre. Il a également les mains vertes. Leurs personnalités sont opposés. Madeleine s'inquiète de la couleur de ses mains et cherchent juste à se débarrasser de la couleur de ses mains. Kenji, lui, veut convaincre Madeleine de ce que son grand père lui a laissé. Je n'en dis pas plus.

Ce roman est un véritable mélange des genres en si peu de pages que c'en est dingue. Surtout qu'il est court. On y trouve du cyberpunk, de la dystopie, de l'écologie et c'est destiné à la jeunesse. Malgré le peu de pages, ce roman est cohérent et simple. En plus de tout ça, l'autrice a utilisé une légende japonaise : les "Happa no ko" (le peuple des feuilles). Tout s'enchaîne rapidement ce qui fait qu'on n'a pas le temps de ressentir grand chose. Dommage. Il y avait pourtant des scènes qui auraient pu faire réagir mais pas le temps du à l'enchaînement des scènes.

En bref, un roman fort sympathique qui aurait pu être mieux avec un rythme moins élevé.

vendredi 11 janvier 2019

Point lecture 11 Janvier 2019

Et si c'était vrai...de Marc Lévy

Et si c'était vrai...de Marc Lévy
Auteur : Marc Lévy
Maison d'édition : Pocket
Date de sortie : 18 Octobre 2018 (nouvelle édition)
ISBN : 9782266290593
Pages : 256
Prix : 7,50

Résumé : Que penser d'une femme qui choisit le placard de votre salle de bains pour y passer ses journées ? qui s'étonne que vous puissiez la voir ? qui disparaît et réaparaît à sa guise et qui prétend être plongée dans un profond coma à l'autre bout de la ville ? Faut-il lui faire consulter un psychiatre ? en consulter un soi-même ? ou tout au contraire, se laisser emporter par cette extravagante aventure ?
Et si c'était vrai ?...
Une histoire tendre, une aventure pleine d'humour et de rebondissements.

MON AVIS : Grâce à ce livre, j'ai rempli une catégorie de mon défi de l'année et le premier challenge avec frogzine. J'appréhendais pas mal cette lecture au vu de tout ce que j'ai entendu dessus. Au final, j'ai été agréablement surprise. Je ne vais pas refaire l'histoire. Je pense que beaucoup l'ont lu...sauf moi.

Certes, il y a quelques clichés. Pourquoi Lauren se déshabille-t-elle forcément en rentrant chez elle? Là, c'est juste moi qui fait la remarque mais j'avoue que les femmes se déshabillent facilement sous la plume d'un homme. Bref, c'est la seule chose qui m'a fait tiquer. À part ça, j'ai trouvé intéressant le fait que l'auteur s'attarde sur le milieu médicale par le biais de ce personnage. Cette infirmière va se retrouver dans le comas et dans le même temps, dans le placard du nouveau locataire de son appartement, Arthur.

Arthur est une bonne personne. J'ai beaucoup aimé la situation cocasse dans laquelle il se retrouve. Ça remet un peu d'égalité entre les deux personnages. L'idée de Marc Lévy est excellente. Lauren a besoin que quelqu'un l'aide et Arthur étant généreux va le faire sans se dire un instant qu'on va le prendre pour un fou. Étonnamment, il apprend tout très vite mais pourquoi pas. C'est typiquement le genre de livre à lire pour se détendre et c'est tout.

J'ai beaucoup aimé découvrir le passé de Arthur. Sa mère lui a donné une excellente éducation et quelque peu atypique. Le meilleur ami d'Arthur est vraiment drôle et très ouvert d'esprit. La relation qui se tisse entre Lauren et Arthur est vraiment étrange. Ayant une lecture visuelle, j'avoue que certaines scènes m'ont un peu perturbé et ça ne m'a pas donné envie de voir le film.

J'ai aimé le mélange des genres. On passe d'une romance à du fantastique à une enquête. C'est juste incroyable d'avoir réussi à faire ça sans que ce ne soit trop. C'était vraiment prenant. Je n'en suis pas revenue de lire ce roman en une seule fois.

En bref, j'ai passé un excellent moment en compagnie des personnages et j'ai hâte de lire la suite.

mercredi 9 janvier 2019

Neph et Shéa tome 1 : la fuite de Aline Wheeler

Neph et Shéa tome 1 : la fuite de Aline Wheeler

Autrice : Aline Wheeler
Maison d'édition : Autoédité (impression par Book on demand)
Date de sortie : 5 Novembre 2018
ISBN : 978-2322164059
Pages : 340
Prix : 16


Résumé : Au nord de l'Idalie, Shéa fuit la Tour des Ombres pour sauver sa vie. Plus loin au sud, Neph fuit La Forteresse pour échapper à un destin guerrier dont il ne veut pas. Leurs chemins les feront se rencontrer et les mèneront chez Berht, un vieil excentrique ami de la Prime Reine. Celle-ci chargera ce trio improbable d'escorter un curieux émissaire elfe jusqu'à Cérasa, une ville au sud du pays. Mais derrière cette mission officielle, s'en cache une autre, secrète, bien plus importante et plus dangereuse. Deux cents ans après la Grande Guerre qui opposa les peuples unis de Tell'Andra aux Funestes, la paix qui régnait dans le monde s'étiole à nouveau. Une nouvelle ère sombre s'annonce.

MON AVIS : On suit Shéa, maître des ombres qui fuit la Tour où elle vivait. Au cours de sa fuite, elle va rencontrer Neph, un barde un peu atypique. La première possède un caractère bien trempée. Elle est loin des personnages féminin que l'on rencontre habituellement. Neph a un côté vintage par son éloquence. Tous deux vont devoir affronter les ennemies de Shéa et pas seulement. Leur fuite va les mener chez Berth, un personnage que vous laisse le loisir de découvrir.

Leur arrivé chez cet homme va changer leur vie et pas qu'un peu. Ils vont travailler pour la reine en escortant un elfe, personnage qui m'a bien plus. En réalité, j'ai apprécié tous les personnages. Ils possèdent des personnalités fortes. Le premier point positif de ce roman concerne les romances. Ici pas de triangle amoureux, chose que je déteste. Neph et Shéa sont déjà en couple et ont passé la majorité. Ça change.

Le deuxième point positif concerne le monde qu'à créer l'autrice. Elle prend le temps de nous expliquer son univers et l'histoire de Tell-Andra et son rapport avec d'autres région. Chaque personnage possède des dons différents. Celui de Shéa est le plus impressionnant. J'ai eu l'impression de voir ce que l'autrice décrivait. Celui de Neph est plus élégant et s'allie parfaitement avec le guerrier qu'il est. Quant à l'elfe, il possède un don en rapport avec le vent. Je pense qu'on est loin de tout savoir le concernant.

Le roman est très bien rythmé. On suit l'intrigue en attendant sans cesse les retournements de situations qui n'ont pas forcément lieu. Ou en tout cas, pas tout de suite. Ce que j'ai aimé c'est le fait que l'autrice s'amuse à nous imposer en penser un cliché pour casser ensuite cette impression. Ça m'a vraiment amusé. L'autrice fait beaucoup de révélations tout en prenant son temps. On a vraiment le temps de les retenir. Le seul bémol concerne la fin de ce premier tome; On s'y attendait un peu trop mais ce n'est pas grave.

En bref, j'ai passé un excellent moment en compagnie de Neph et Shéa. Je n'avais qu'une seule envie à la fin de ce premier tome, lire la suite.

lundi 7 janvier 2019

Vice-Vers'Âmes de Muriel Rawolle

Vice-Vers'Âmes de Muriel Rawolle
Autrice : Muriel Rawolle
Maison d'édition : Auto édition
Date de sortie : 01 Novembre 2018
ISBN : 978-2-901231-01-1
Pages : 352
Prix : 19

Résumé : À la suite d’une expérience de mort imminente, Samuel, jeune étudiant du XXIe siècle, se retrouve propulsé dans le corps de l’une de ses vies antérieures, Clémence une jeune bourgeoise de 1851, et inversement. Si de son côté, Samuel est d’abord persuadé d’être victime d’effets hallucinogènes, il doit s’adapter tant à la physiologie féminine et à la soumission qu’elle implique qu’à l’absence de technologie du XIXe, ou à ses coutumes matrimoniales. Tandis qu’au XXIe siècle, n’osant confier son désarroi au corps médical de l’hôpital où elle se réveille, Clémence, persuadée d’être amnésique et de se souvenir d’une vie antérieure, tente de s’approprier une enveloppe charnelle, une existence et une époque qu’elle croit siennes jusqu’au jour où le doute n’est plus possible. Car au XIXe, Samuel avec son tempérament et sa personnalité un brin narcissique, transforme la jeune bourgeoise qu’il incarne en une débutante que les salons et quelques grands noms de l’Histoire s’arrachent. Cette course éperdue n’a qu’un but : dans ce siècle où l’ésotérisme se développe, trouver le médium qui lui permettra de revenir à son époque.

MON AVIS :  Merci à Muriel Rawolle d'avoir accepté ma demande de SP.

Les débuts ont été un peu difficile. On suit Samuel, un jeune homme sexiste, macho, arrogant et vantard. Je n'ai vraiment pas pu l'encadrer en juste un chapitre. En parallèle, on suit Clémence, une jeune femme du XIXème siècle atteint du syndrome de la tourette. On s'attache vite à elle et surtout à ses pensées. Il n'empêche que rien que le personnage de Samuel peut rebuter à l'idée de lire le livre. Heureusement que j'ai insisté. Ce passage est rapide. L'autrice tient juste en peu de pages à ce que l'on comprenne qui sont les personnages et je pense surtout à Samuel.

Une fois que Samuel se réveille dans le corps de Clémence et inversement, les choses s'améliorent nettement. Samuel va affronter la vision de la femme au XIXème siècle et pas seulement. Une scène m'a vraiment choqué. Samuel est confronté à quelque chose que toutes les femmes ont vécus. Il est également choqué et revoit d'un coup sa vision de la femme. L'évolution de ce personnage est réellement visible et on comprend son envie de revenir au XXIème siècle.

Concernant Clémence, la découverte du XXIème siècle va la bouleverser complètement dans un premier temps mais voyant que sa vie y est bien plus simple, elle ne cherche pas trop à retrouver sa place au XIXème. Ce que l'on peut aisément comprendre. Les passages de la découverte du corps de l'autre était amusant surtout du point de vue de Clémence.

L'autrice a fait des choix audacieux et cohérents. Elle a utilisé des éléments du XXIème au XIXème sans que ça choque. Au contraire, on rit en imaginant la scène. D'autant plus qu'une femme écrivaine au XIXème est très mal vue. Cela vous intrigue? Tant mieux. Il faudra lire le roman pour comprendre. Tout au long du livre, on a des annotations que l'on n'est pas obligé de lire mais je vous le recommande. Le travail de recherche de l'autrice est vraiment incroyable. Les anecdotes et les lieux sont réels. Je suis admiratives à l'idée du temps qu'elle a passé à lire tout ça et surtout des horreurs qu'elle a pu lire.

Il y a énormément de thèmes abordés dans ce roman, vous l'avez compris. Je vais forcément en oublier mais les deux qui me viennent à l'esprit sont la place de la femme et l'évolution de la société. On y aborde également la religion et son côté obscure, les apparences, les écrivains de l'époque et au passage on prend un cours d'histoire. Tout ceci est superbement géré sans que l'on ne perde l'essence de l'un ou de l'autre. On parle également de sujet d'actualité. Je ne sais pas comment l'autrice a réussi à écrire les propos de Samuel au début.

En bref, ce roman est une excellente surprise. Je vous le recommande vivement si vous aimez les réflexions sur la société sans être moraliste.