vendredi 22 mars 2019

TOP 10 des livres asiatiques que j'aimerai lire

La fille qui tressait les nuages de Céline Chevet

La fille qui tressait les nuages de Céline Chevet
Autrice : Céline Chevet
Maison d'édition : Chat noir
Date de sortie : Juin 2018
ISBN : 9782375680797
Pages : 292
Prix : 19,90

Résumé :
Saitama-ken, Japon.
Entre les longs doigts blancs de Haru, les pelotes du temps s’enroulent comme des chats endormis. Elle tresse les nuages en forme de drame, d’amour passionnel, de secrets.
Sous le nébuleux spectacle, Julian pleure encore la sœur de Souichiro Sakai, son meilleur ami. Son esprit et son cœur encore amoureux nient cette mort mystérieuse. Influencée par son amie Haru, Julian part en quête des souvenirs que sa mémoire a occultés. Il est alors loin de se douter du terrible passé que cache la famille Sakai…
Fable surréaliste, la Fille qui tressait les nuages narre les destins entrecroisés d’un amour perdu, une famille maudite et les tragédies d’une adolescence toujours plus brève.

MON AVIS : Quand on voit cette couverture, les premiers mots qui viennent à l''esprit est zen, poésie et beauté. Et effectivement, on trouve ça dans le roman mais pas seulement. Ne vous fiez pas aux apparences. Et ça aussi, cela correspond parfaitement au roman.
Dès le début, j'ai été surprise. Vous savez que j'appréhende toujours de lire un roman dont l'intrigue se passe au Japon écrit par un auteur occidentale. Et bien, je m'incline avec respect. L'autrice a un style très japonais dans l'écriture au point de rappeler par moment Haruki Murakami (surtout sur un sujet mais je ne le mentionnerai pas). On y trouve de la poésie et beaucoup d'émotions surtout par le biais du personnage de Julian. Je n'en dirai pas plus de peur d'en dire trop. 
La construction de l'intrigue est très bien faite. On suit Julian endeuillé par la mort de la sœur de son meilleur ami. Il m'a profondément touché. On suit ses souvenirs et par son biais Souichiro, Akiko et Haru. Souichiro m'a rappelé ces personnages que l'on peut trouver dans les films et mangas. Il semble froid et dure, ne semble s'intéresser à rien mais ce n'est qu'apparences. Concernant Haru, j'ai été partagé. J'ai eu envie de la frapper parfois face à sa cruauté. Et même à la fin, je n'arrive pas comprendre ce qu'elle fait. Par d'autres moments, elle m'a touché mais je ne sais pas si elle manipulait Julian ou non.

Enfin, Akiko. Non je ne l'ai pas oublié. Ce personnage est mon préféré de ce roman et ma grande frustration. J'étais vraiment partie pour un coup de cœur mais pour ce personnage, ma frustration fut telle que j'ai envoyé un message à l'autrice. J'avais besoin de me rassurer. Ce personnage est atypique, bien loin des standards que l'on trouve partout. C'est tellement rafraichissant. Mais ce chapitre....AAAAAHHHH! Oui je hurle en tapant sur le clavier.

L'intrigue en elle-même m'a rappelé, pour une partie, un conte japonais que je ne nommerai pas pour les connaisseurs qui passeraient sur le blog. J'adore ce conte alors forcément, c'était un point fort en plus tant il est respecté et même détaillé. Je sais qu'il existe pleins de versions de ce conte. D'un roman qui commence comme un roman japonais prend une tournure inattendu. L'autrice nous apaise, nous présente les personnages. Dans le même temps, elle nous fait comprendre sans que l'on s'en rende compte que quelque chose cloche, nous échappe. Et tout à coup, tout s'emballe. On ne peut s'empêcher de tourner les pages, d'imaginer la suite, d'espérer sans vraiment oser au point de ne plus lâcher le livre.


En bref, ce livre est une merveille sombre et poétique. Je ne peux que le recommander. Néanmoins, âmes sensible, faites attention. Ce livre est très proche du coup de cœur. Akiko, je pense à toi.

mercredi 20 mars 2019

Poupelle et la ville sans ciel de Akihiro Nishino

Poupelle et la ville sans ciel de Akihiro Nishino
Auteur : Akihiro Nishino
Illustrateurs : Akihiro Nishino / Munashichi
Maison d'édition : Nobi Nobi
Date de sortie : 14 Novembre 2018
ISBN : 9782373492057
Pages : 96
Prix : 16,90

Résumé : Un soir d’Halloween, dans une ville isolée du monde et remplie de cheminées fumantes  qui n’a jamais vu les étoiles, un homme-ordures naît d’une montagne de déchets. Rejeté par tous, sa rencontre avec  le gentil ramoneur  Lubicchi  va changer sa destinée : les deux se lient d’amitié et le petit garçon le baptise  Poupelle. Cependant, les autres enfants voient cette relation d’un mauvais œil et s’en prennent à  Lubicchi. Ce dernier étant en plus préoccupé par  la  recherche désespérée  du pendentif  renfermant une photo de son père  disparu… 

MON AVIS : Je pense que rien qu'à la couverture, vous avez compris la raison pour laquelle j'ai craqué. En plus, c'est les éditions nobi nobi et en plus, c'est fait par un japonais. Tous les ingrédients étaient réunis pour que je craque. Je n'étais d'ailleurs pas censée acheter de lire le jour où j'ai craqué. Et vous savez quoi? Je n'ai aucun regret. Bien au contraire. Quel dommage de ne pas lire une petite merveille qui aborde tant de thèmes.

En effet, on suit l'histoire de Poupelle, un homme un peu particulier qui va être victime de harcèlement. On parle beaucoup de la différence mais pas seulement. L'importance de la famille et de l'amitié y a une grande part. Je n'en dirai pas plus. Je pense que les mots que je vais écrire seront fades face à la beauté de ce livre.

Maintenant, parlons des illustrations. Quant je pense que l'auteur a utilisé le financement participatif afin de créer cet album, je me demande ce qui passe par la tête des éditeurs. Heureusement, en France, on a de la chance. Les illustrations sont de toutes beautés. Elles mélangent l'étrange, halloween et le steampunk. Par certains aspects, je pense que l'influence d'un certain Miyazaki pourrait se faire sentir. J'ai bien écrit "pourrait". L'auteur/illustrateur a son propre univers que l'on peut déjà apercevoir sur la couverture. Cela décrit bien l'album sans trop en dévoiler.

En bref, cet album est d'une beauté incroyable. Je ne me lasse pas de le feuilleter encore et encore. Autant vous dire que, pour moi, c'est un coup de cœur et que je vous sommes de le lire dans les plus brefs délais.


lundi 18 mars 2019

Tragic circus de Cécile Guillot et Mathieu Guibé

Tragic circus de Cécile Guillot et Mathieu Guibé
Auteurs : Cécile Guillot Mathieu Guibé
Maison d'édition : Chat noir
Date de sortie : Avril 2017
ISBN : 978-2-37568-033-9
Pages : 216
Prix : 14,90

Résumé : « Mesdames et Messieurs ! Jouvenceaux et jouvencelles ! Petits et grands ! Approchez, approchez ! Venez assister à un spectacle unique en son genre. Notre cirque vous ouvre ses portes et dévoile ses mystères. »
À chaque prestation, les monstres de foire enchantent les spectateurs : l’enfant funambule, le dompteur de fauves et la charmeuse de serpents, clowns et jongleurs, sans oublier l’effroyable homme sans visage…
Mais que se passe-t-il au cirque Andreani une fois le rideau retombé ? Quels sombres tourments agitent les âmes et enflamment les cœurs ? À moins qu’il n’y ait à l’œuvre une magie pernicieuse… Cela, Cătălina, la nouvelle diseuse de bonne aventure, va tenter de le découvrir, mais même les Tarots ne sauraient la prémunir contre l’indéfectible fatalité…

MON AVIS : J'aime beaucoup ces auteurs dont je suis le travail avec un réel plaisir. De voir un livre écrit ensemble, je n'ai pu résisté. Je ne m'attendais juste pas à ce que j'ai lu. On suit deux histoires en parallèle. Dans la première, on suit Catalina, une diseuse de bonne aventure. Dans la deuxième, on suit Pierre et Hortense qui vivent une relation amoureuse grâce à la musique.

Ces deux histoires sont forcément liées mais je ne dirai pas de quelle manière. Catalina a perdu sa grand-mère et n'arrive pas à subvenir à ses besoins malgré ses dons. Elle va rejoindre un cirque pour le moins inhabituel. Dès le début, j'ai détesté Andréani. Et plus le temps passe, plus je l'ai détesté. Catalina est peut-être la seule a resté indépendante malgré le comportement de ce personnage.

On rencontre les autres membres du cirque. Ashera est vraiment intéressante. Dommage de ne pas avoir eu plus d'information. Ophélia est le personnage le plus ambigüe mais on comprend pourquoi. J'ai été triste de voir ce qui lui arrive même en colère. J'avoue que la féministe en moi a plus que grincé des dents. Les thèmes abordés sont extrêmement durs.

Parallèlement, Pierre est un violoniste qui va rencontrer une cantatrice qui va le bouleverser aussi bien musicalement que sentimentalement. Leur relation est tellement belle. Ce qu'il se passe m'a pas mal attristé. J'aurai tellement aimé que ça se finisse autrement. Cette partie-là critique l'envie et l'égocentrisme. 

Au niveau de l'écriture, on retrouve les styles de ces auteurs. Ça m'a amusé de repérer les passages écrits par l'un ou l'autre. Je me suis également posée une question. L'histoire de Pierre m'a rappelé une nouvelle de Cécile Guillot dans "Belladonna". Je ne sais pas si c'est volontaire. En tout cas, la musique prend une place comme c'est le cas dans certains de ses romans tout comme pour Mathieu Guibé.

En bref, ce roman est vraiment très sombre. Je l'ai lu mais j'ai souvent grincé des dents et ai ressenti une certaine gêne par moment.

samedi 16 mars 2019

Point lecture édition du chat noir

Veuillez m'excuser pour le retard mais du fait d'une panne d'électricité, je ne peux poster ma vidéo que maintenant.

vendredi 15 mars 2019

Witch song de Amber Argyle

Witch song de Amber Argyle
Autrice : Amber Argyle
Maison d'édition : Lumen
Date de sortie : 24 Août 2014
ISBN : 978-2371020191
Pages : 453
Prix : 15

Résumé : Dans les profondeurs de la fore^t, a` l'abri de la haine des habitants du village voisin, Brusenna me`ne une existence paisible aux côtés de sa mère. Elle sait simplement qu'elle est une sorcière, une des gardiennes de la nature qui contrôlent les éléments par la force de leur chant. Quand, un matin, on vient lui enlever sa mère pour une mission dont elle ignore tout, le monde de Brusenna bascule.
Jeune et sans expérience, elle se retrouve seule dans un pays violent et cruel, où se lève le vent de la guerre. Les Chasseurs ne tardent pas à la débusquer, car elle est désormais la dernière. La dernière des sorcières. Avec une seule mission : survivre. Et un seul allié, le Gardien chargé de l'amener à bon port.

MON AVIS : Ce livre est une des antiquités de ma PAL. Merci à Elise in a book d'avoir créé cette lecture commune qui m'a poussé à l'en sortir. Après lecture, je me demande vraiment pourquoi je l'ai laissé prendre la poussière autant de temps.

On suit Brusenna qui est une sorcière. Du jour au lendemain, sa vie va basculer suite au départ de sa mère. Des chasseurs vont la traquer mais elle ne va pas se laisser faire. Avec l'aide de Joshen, elle va chercher sa mère et apprendre réellement son statut de sorcière. Certains ont vu Brusenna comme étant fragile et un peu idiote. Je m'en souviens. Personnellement, j'ai vu une jeune femme qui se bat et respecte ses principes. J'ai beaucoup apprécié ça. Certes, elle peut se montrer maladroite mais c'est cohérent avec l'éducation que sa mère lui a donné.

Concernant l'intrigue, on est vraiment dans une traque mais pas seulement. Il y a plusieurs intrigues. Brusenna cherche à libérer les sorcières. Wardof, le chasseur, cherche à tuer Brusenna. Et il y a la méchante de l'histoire Espen. Mais est-elle vraiment la méchante? Oui et non. D'autres choses se cachent sou cette intrigue au premier abord simple. J'ai hâte de lire la suite en espérant qu'il n'y ai pas de triangle amoureux. J'en ai un peu peur. À moins que ce personnage ne se montre comme un enseignant. Je ne sais pas.

En bref, j'ai passé un agréable moment avec cette lecture et je prendrai plaisir à lire la suite.

mercredi 13 mars 2019

Thibault Colon de Franciosi : artbook



Bonjour à toutes et à tous,

aujourd'hui, je vais vous parler d'un illustrateur que j'ai eu l'occasion de rencontrer : Thibault Colon de Fransciosi. J'avais adoré son artbook précédent dont vous pouvez trouver mon avis ici.

Il a également publié une collection d'album jeunesse "Pitit crock" qui est juste mignon. Je n'ai pas le livre mais j'ai pu le feuilleter. Il est vraiment chouette et dans un genre complètement différent. À cela s'ajoute ses illustrations que l'on peut acheter sur son site officiel.

Si je vous parle de lui, c'est tout simplement pour vous présenter son nouveau projet "Le gang des Bicquettes" entièrement dessiné au stylo bille. Il sera en projet de financement participatif par le biais de la plateforme ulule du 12 mars 2019 au 9 mai 2019. Voici le lien : https://fr.ulule.com/artbook-stylo/

Afin que vous ayez une idée de son projet, l'illustrateur m'a envoyé quelques illustrations afin de vous faire saliver. Et je me fais un plaisir de vous les partager :


Alors dites moi tout! Êtes-vous tenté? Moi oui.

lundi 11 mars 2019

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig

Vingt-quatre heures de la vie d'une femme de Stefan Zweig
Auteur : Stefan Zweig
Maison d'édition : Folio
Date de sortie : 24 Octobre 2013
ISBN : 9782070449552
Pages : 160
Prix : 4,30

Résumé : Scandale dans une pension de famille « comme il faut », sur la Côte d'Azur du début du siècle : Mme Henriette, la femme d'un des clients, s'est enfuie avec un jeune homme qui pourtant n'avait passé là qu'une journée... Seul le narrateur tente de comprendre cette « créature sans moralité », avec l'aide inattendue d'une vieille dame anglaise très distinguée, qui lui expliquera quels feux mal éteints cette aventure a ranimés chez la fugitive. Ce récit d'une passion foudroyante, bref et aigu comme les affectionnait l'auteur d'Amok et du Joueur d'échecs, est une de ses plus incontestables réussites.

MON AVIS : Je ne sais pas trop ce que je vais bien pouvoir écrire sur ce texte. La situation est la suivante : le narrateur se fait l'avocat d'une femme noble qui s'enfuit avec un jeune hommes alors qu'elle est mariée avec enfants. Ce comportement choque tout le monde. Le narrateur décide de la défendre avec de bons arguments. Au milieu de ces contestataires (le mot est un peu fort mais c'est l'idée), une dame âgée va lui parler. Un soir, elle lui raconte l'histoire d'une journée de sa vie.

Le récit de cette journée est intense, élégant et juste. On sent que cette dame revit cette journée comme si cela se déroulait une fois encore. On comprend pourquoi le fait que le narrateur défende Mme Henriette l'ait autant troublé et encore plus à la fin de l'histoire. Cette dame exceptionnelle et respectée dévoile un secret qui pourrait en choquer plus d'un. Elle le dévoile à un parfait inconnu sans rien attendre en retour et surtout pas un mot.

L'écriture est fluide et simple. On a l'impression de lire un court métrage tant on voit les mots. On ne lit pas. On regarde. C'est vivant, beau et élégant. Les émotions sont à l'état brutes. On est étonnant de la justesse des mots d'un homme pour un personnage féminin proche d'un coup de folie. Quelque que soit l'âge que l'on a, personne n'est à l'abri de tout plaquer pour vivre quelque chose de nouveau, de se laisser tromper par un visage angélique.

En bref, ce texte n'est pas un classique pour rien. Il est beau et élégant et juste. N'hésitez pas à le lire. D'autant plus qu'il est court.

vendredi 8 mars 2019

Ta deuxième vie commence quant tu comprends que tu n'en as qu'une de Raphaëlle Giordano

Ta deuxième vie commence quant tu comprends que tu n'en as qu'une de Raphaëlle Giordano
Autrice : Raphaëlle Giordano
Maison d'édition : France Loisirs (existe dans d'autres formats)
Date de sortie : 17 Septembre 2015 (chez Eyrolles)
ISBN : 978-2212561166 (chez Eyrolles)
Pages : 224
Prix : 14,90 (pour France Loisirs)
Publié également chez Pocket


Résumé : - Vous souffrez probablement d'une forme de routinite aiguë.
- Une quoi ?
- Une routinite aiguë. C'est une affection de l'âme qui touche de plus en plus de gens dans le monde, surtout en Occident. Les symptômes sont presque toujours les mêmes : baisse de motivation, morosité chronique, perte de repères et de sens, difficulté à être heureux malgré une opulence de biens matériels, désenchantement, lassitude...
- Mais... Comment vous savez tout ça ?
- Je suis routinologue.
- Routino-quoi ?
Camille, trente-huit ans et quart, a tout, semble-t-il, pour être heureuse. Alors pourquoi a-t-elle l'impression que le bonheur lui a glissé entre les doigts ? Tout ce qu'elle veut, c'est retrouver le chemin de la joie et de l'épanouissement. Quand Claude, routinologue, lui propose un accompagnement original pour l'y aider, elle n'hésite pas longtemps : elle fonce. A travers des expériences étonnantes, créatives et riches de sens, elle va, pas à pas, transformer sa vie et repartir à la conquête de ses rêves...

MON AVIS : À force d'entendre parler de ce livre, j'ai fini par me laisser tenter. Et j'ai bien fait. Ce livre est une bouffé d'air frais et fait beaucoup de bien. Je vous ai déjà parlé de ces livres qui sont arrivés au bon moment dans ma vie? Et bien celui-ci en fait parti. Si vous vme suivez, vous savez que j'ai eu une poisse assez dingue pendant quelques temps. Lorsque j'ai commençais cette lecture, j'en sortais tout juste et je mettais en place des changements sans penser que ce livre m'y aiderait en partie.

En commençant ma lecture, je me suis identifiée de suite à Camille qui enchaîne les catastrophes. Et lire son évolution, le ménage qu'elle va faire dans sa vie suite à une rencontre m'a fait un bien énorme. J'ai adoré son fils qui au final connaît très bien sa mère. Pour ce qui est de Stéphane, j'ai eu un peu envie de le secouer mais au final, on comprend. Les petites choses que fait Camille pour changer sa vie paraissent ridicule mais ça soulage, on retire un poids de ses épaules. On voit Camille s'épanouir et retrouver le sourire.

Concernant les méthodes utilisées, j'avoue que sans le savoir, j'en ai pratiqué quelques unes. Ça fonctionne vraiment et je vous invite à le faire : vider ses placards de ce dont on ne sert plus (ok, les livres c'est plus compliqué mais le reste je le fais régulièrement), refaire son logement (tous les six mois en moyenne😂)...Il y en a d'autres que je voudrai essayer que j'ai lu dans le livre mais j'avoue ne pas avoir de modèle. Enfin, si mais c'est compliqué.

En bref, je n'en dirai pas plus sur ce livre afin de vous laisser le découvrir. Il fait du bien et c'est tout ce qu'il y a à retenir.