dimanche 23 juillet 2017

La mort Blanche : chronique de la der des ders

La mort Blanche : chronique de la der des ders

Scénariste : Robbie Morrison
Dessinateur :Charlie Adlard
Maison d'édition : Delcourt
Date de sortie : 7 Mai 2014
ISBN : 978-2-7560-5127-7
Pages : 98
Prix : 15,90


Résumé : En plein milieu de la "Der des ders", Pietro rentre chez lui dans les montagnes du Trentino. À la place du monde de merveilles et d'aventures dont il se souvient, il trouve un lieu de mort, de désespoir, où les éléments sont aussi dangereux que l'ennemi. Tous les soldats craignent par-dessus tout la Mort Blanche, ces avalanches provoquées par les coups de canons qui écrasent tout sur leur passage...

MON AVIS : Yatta! Je suis retournée à la médiathèque! Je n'y suis pas allée depuis un an et demi. J'en ai profité et décidé de m'ouvrir un peu plus à ce genre littéraire que je ne fais qu'effleurer pour le moment : la bande dessinée. J'en connais qui vont être ravi en lisant ces lignes. Pourquoi avoir choisi ce titre? Tout simplement parce que j'ai déjà, dans le cadre d'un de mes postes, eu l'occasion de lire une BD sur la guerre et que je l'avais adoré (c'était il y a 3 ans donc vous ne la trouverez pas ici). L'ai-je aimé? 

Avec ce genre de BD, la question n'est pas d'aimer ou non, c'est d'accepter ou non le message et l'histoire qui y est racontée. En effet, dès le début, on est prévenu par les créateurs. Cette histoire raconte un aspect méconnu de la première guerre mondiale et surtout d'une bataille dont on ne parle jamais. En tout cas, personnellement, je ne connaissais pas. C'est d'ailleurs l'une des raisons pour lesquelles je l'ai choisi.

Les dessins sont fait par celui qui a fait Walking dead (Samira si tu lis ces lignes, c'est pour toi). La couverture est un excellent résumé de ce que vous trouverez dedans. C'est la guerre alors autant vous dire que si vous ne voulez pas voir d'horreur ou de morts ou ouvrir les yeux sur l'horreur de la guerre, passez votre chemin. Le but n'est pas de divertir mais de nous montrer un pan de l'histoire sans nous épargner. Bien au contraire, nous devons ouvrir les yeux. Les créateurs ont parfaitement su transmettre l'horreur et surtout l'envers du décors.

En effet, les soldats ne sont pas toujours d'accord mais n'ont pas le choix. Ils sont également nombreux et ne peuvent pas forcément tous s'apprécier. Encore moins lorsqu'un soldat italien revient après un voyage au pays ennemi...Vous voyez où je veux en venir? Le pire c'est peut-être la fin de la BD. Tout du long, on nous laisse des indices sur la cruauté dont peut faire preuve la hiérarchie mais on se dit que c'est impossible et pourtant si. Et en plus, tous le savent mais personne ne parle.

En bref, il n'y a pas grand chose à dire sur cette BD. Elle doit être lu ne serait-ce pour ce qu'elle apporte non seulement sur l'histoire mais également sur l'horreur de la guerre et de ce qu'elle fait aux hommes.

vendredi 21 juillet 2017

L'île au trésor de Robert Louis Stevenson

L'île au trésor
Auteur : Robert Louis Stevenson
Ancienne édition (Voici un lien pour la version poche : https://www.pocket.fr/tous-nos-livres/classiques/lile_au_tresor-9782266211208/)
Résumé : Le jeune Jim Hawkins ayant acquis la carte d'une mystérieuse île au trésor accompagne le docteur Livesey et le squire Trelawney dans une expédition qui devrait leur permettre de trouver fortune. Mais à bord de l'Hispaniola où ils ont embarqué se trouve le cuisinier John Silver, en fait un traître et un pirate, bien décidé à s'emparer du trésor. Rapidement les matelots se rallient à la cause de John Silver et de violents affrontements opposent les deux partis.(résumé trouvé sur Amazon)


MON AVIS : Pfff...Que ce fut compliqué...Je commence à lire des grands classiques surtout par curiosité. Heureusement que j'ai acheté celui-ci d'occasion. Ce livre est censé être fait pour la jeunesse mais quelle complexité! Je ne sais pas si c'est le fait qu'il s'agisse d'une vieille édition ou si c'est un problème de traduction ou si c'est juste l'époque. La seule chose que je sais, c'est que j'ai beaucoup de mal avec ce livre. Pourtant je l'ai lu jusqu'au bout. Que s'est-il donc passé? 

Comme dit juste au dessus, je l'ai trouvé très complexe pour un livre jeunesse. Ne serait-ce qu'au niveau des personnages. Entre le véritable nom, le surnom et l'autre appellation du personnage, il faut suivre. Juste pour John Silver, je ne sais pas combien de nom lui ont été donné. Quand à l'écriture, elle ne m'a pas captivé du tout. Elle est également complexe. Pour un roman d'aventure, je me suis retrouvée d'une passivité incroyable en le lisant. En effet, l'auteur l'a écrit de telle manière que l'on reste spectateur et passif. 

Par exemple, dans les moments d'actions, je n'ai pas vibré. Je n'ai absolument rien ressenti. L'écriture était plate. Je n'arrivais pas à situer les personnages au moment présent ni à visualiser les scènes. Pourtant, l'idée était bonne mais ça s'arrête là.

Pour les personnages, ne me demandez rien. Je suis dans l'incapacité la plus totale de vous les décrire. J'ai même eu le sentiment, ne serait-ce que pour le héros, que ce n'était pas le même à la fin par rapport au début. Tant mieux, ça veut dire que le personnage évolue mais au point de ne plus rien avoir avec ce qu'il était au début? J'ai comme quelque doute.

Concernant le contenu, pareil. Je ne comprends pas pourquoi il serait destiné à la jeunesse quand je vois les traquenard, trahison et meurtres gratuits. Si encore c'était écrit de manière subtil mais même pas. On nous le dit clairement. Alors si le but est que l'enfant ne reproduise pas ça, c'est raté parce qu'il faudrait déjà comprendre les trahisons ou possible trahison. Je ne dirais rien de plus afin de ne pas spoiler.

En bref, ce fut une lecture éprouvante pour moi. Je ne le recommanderais pas à la jeunesse non plus. Après, ce n'est que mon avis. je me trompe peut-être. Pour ceux qui l'ont lu, qu'en avez-vous pensé?


mercredi 19 juillet 2017

Lee Hyori

Lee Hyori

Qui est-elle?

Lee Hyori est une chanteuse coréenne. Elle a fait partie d'un groupe de Kpop Finkl de 1998 à 2005 avant de lancer sa carrière solo. Elle est également auteure, compositrice, animatrice, comédienne et mannequin. Ses chansons ont toujours été un succès.

Comment l'ai-je découverte?

En surfant sur youtube, je cherchais une musique un peu jazzy et je suis tombée au bout de deux heures sur la chanson "going crazy" de cette chanteuse. Si ce n'est pas votre style de musique, regardez le clip juste pour le clip. Il est vraiment bien fait et l'artiste a beaucoup d'humour. Je suis dingue de la chanson. Lee Hyori n'est pas une danseuse et ça se ressent sur scène. Les chorégraphies ne sont pas du tout compliquées. Ce n'est pas volontaire. Elle reste très professionnelle et pleine d'humilité.
Si vous voulez la preuve de son humour et son autodérision, vous pouvez également regarder ce clip qui est bien plus drôle mais qui dénonce certaines choses tout de même. Et, oui, les filles peuvent être mauvaises. Je précise parce qu'en Corée du Sud, une fille mauvaise, ça n'existe pas...Bref, passons :
Et comme elle est mannequin, elle a fait cette chanson consacrée à la miss coréenne. Le clip est sobre et très simple. en même temps, elle est tellement belle. Pas besoin de plus.

Toutes ces chansons font parti de l'avant dernier album de Lee Hyori "monochrome" qui est juste parfait. Il y en a d'autres magnifique notamment un duo d'une beauté incroyable. Alors quand j'ai appris qu'après trois ans d'absences, elle revenait, je n'ai su résister. Et quel album!

"BLACK" : nouvel album

Son album est un ovni dans l'industrie musicale coréenne. Tous font des musique énergique déballant des sentiments ou sensation lorsqu'elle présente un album plus posé, et calme avec un soupçon d'expérience musicale. Les médias coréens sont déjà en train de lui dire qu'elle ne gagnera pas de prix, qu'elle est loin dans les classements, qu'elle est fini et que sais-je encore. 

J'ai beaucoup aimé sa réponse. Elle sait parfaitement qu'elle ne gagnera pas avec cet album mais elle a fait l'album qu'elle voulait et c'est l'essentiel. Je me souviens qu'elle devait faire un comeback il y a deux ans. Elle avait annoncé qu'elle n'en ferait pas tant que les fans feraient le pied de grue devant chez elle. Et ça a fonctionné.

J'ai écouté en premier "séoul". J'avoue que j'étais dubitative. Je trouve que la chanson ne le met pas en valeur. Elle n'est pas mauvaise mais pas exceptionnelle.

Heureusement, un nouveau single vient de sortir "Black" que j'ai adoré. J'aime beaucoup l'aspect western de la chanson. À l'écoute, on imagine tout de suite un désert, la chaleur ou quelque chose comme ça. Chose qui m'a surprise : les stylistes ne l'ont pas valorisés. Certes, elle a 38 ans maintenant mais elle reste très belle et possède toujours une belle voix.

Petit bémol : les chorégraphies. Je n'en vois pas du tout l'intérêt. Je les trouve en trop, superflue. Sur "white snake" pourquoi pas mais pas les autres. 

J'attends vos avis : vous aimez ou pas?


lundi 17 juillet 2017

Maybe Someday de Colleen Hoover

Maybe Someday
Auteure : Colleen Hoover
Maison d'édition : Hugo news romance (ou pocket en poche)
Date de sortie : 7 mai 2015
ISBN : 978-2755618426
pages : 350
Prix : 17 (pour le grand format)


Résumé : Sydney, 22 ans, a tout pour elle : le mec parfait, Hunter, un bel avenir et un superbe appartement en colocation avec sa meilleure amie. Jusqu'au jour où elle apprend que ces deux êtres qui lui sont si chers lui cachent un secret impardonnable.
Sydney décide alors de tout plaquer. Elle se rapproche de plus en plus de Ridge, son mystérieux voisin musicien. Comment rester insensible aux magnifiques mélodies qu'il lui joue à la guitare ?
Et si le cœur de Ridge est pris depuis bien longtemps, il ne peut ignorer la force silencieuse qui le pousse lui aussi vers Sydney.
Sauront-ils guérir de leurs blessures et écouter leur cœur ? 

MON AVIS :  Vous savez que j'aime la musique? Oui? Non? Pour ceux qui ne le savent pas, sachez que j'en parle un peu sur le blog (j'avoue que ça fait un moment que je n'en ai pas fait mais je n'ai pas eu de coup de foudre musicale en ce moment). Pourquoi dire ça? Parce que ce livre parle de musique entre autre chose et mon amour pour la musique a été plus que satisfaite d'autant que les chansons sont juste d'une beauté....J'y reviendrais plus tard.

Vous savez que je n'aime pas les livres ayant ce type de couverture? Ça me fait penser à tous ces romans qui se passent en-dessous de la ceinture et que je déteste par dessus tout (j'avoue j'en ai essayé deux et je ne les ai pas terminés). Alors pourquoi avoir acheté et lu celui-ci? À cause des chroniques enchantées que j'ai lu dans la blogosphère. Et qu'est-ce que j'ai eu raison. Je vais vous expliquer.

La couverture résumé assez bien le roman tout en conservant son mystère. Le résumé pareil. Il fait son job mais ne dit rien. Cela reste une romance classique dans le sens où on se doute de comment va se terminer l'histoire. Soyons honnête mais, parce qu'il y a un mais cette histoire n'est pas pleine de niaiseries absolument indigeste ni d'hommes complètement obsédés. (un énorme bon point quand on connait mes valeurs). 

L'écriture est juste. Au début, j'avoue que j'ai eu un peur. Je lisais un texte très langage de jeunes adultes. Logique au vue de l'âge de l'héroïne mais ça n'a pas duré. Juste le temps de placer l'histoire comme si l'auteure avait eu du mal à la commencer (ce que je peux comprendre). On a une situation de base très classique. La suite l'est beaucoup moins. Le langage est parfois très adapté à la situation sans être vulgaire. Il correspond au personnages qu'il faut apprendre à connaître. Et on découvre pleins de choses sur l'écriture d'une chanson.

Concernant les personnages, nous rencontrons Sydney qui n'a pour seuls défauts que de pleurer beaucoup, à juste titre très souvent mais à la fin j'avoue que ça m'a agacé le temps de lire qu'elle pleurait et j'oubliais. Son autre défaut, si c'en est un, est qu'elle est comme beaucoup d'héroïne, très jolie voir sexy. Mais bon, il faut vendre. Ne l'oublions pas sur tout du rêve. Hunter, l'ex est juste, pardon pour la vulgarité, un connard. Oui, il n'y a rien d'autre à dire. C'est à cause de ce genre de mec que pleins de filles refusent de se mettre en couple puisque coucher n'est pas tromper à ses yeux. Je ne parle pas de la soit-disant meilleure amie. Ridge est le genre d'homme dont tout le monde rêve. Il est honnête, franc, joyeux et rempli d'humour accompagner d'une sensibilité incroyable et ne parlons pas de sa loyauté et de sa fidélité. Il a tout de même des défauts. Il arrive à se cacher des vérités qui font mal et est très têtue quand il s'y met.

Ses amis sont aussi importants. En effet, Warren est en apparence obsédé mais juste en apparence. il est très amoureux de sa copine Bridgette qui n'est également qu'une apparence. Ils ont un foutu caractère tous les deux et c'est impressionnant de voir qu'ils sont capables d'être en couple sans se battre. Leur couple est des plus originale. Il y a également Maggi. Une jeune femme forte et honnête, bienveillante et qui sait affronter la vérité en face.

Autre gros point fort de ce roman, c'est les sentiments. Ils sont exploités avec justesses et même avec poésie non seulement pas les chansons mais au fil du roman. Il y a une sorte de magie qui opère et qui vous emporte. Vous ne pouvez pas rester de marbre face à la puissance émotionnelle du roman. C'est pour ça qu'il fonctionne aussi bien. On rit, on frissonne, on espère, on sent les larmes montées aux yeux...Bref, vous aurez tous ressenti en lisant cette romance. Je ne parle même pas des thèmes abordés : on parle de maladies, de handicap et de la vision du handicap par les "valides" (je n'aime pas ce mot et Ridge et Sydney nous prouvent bien que le handicap peut être une force voir un avantage indéniable.). On aborde les apparences, la complexité des relations, la collocation, la fidélité, la loyauté...Et tant d'autres. J'en oublie mais il y a de quoi faire.

En bref, ce roman m'a fait vibrer et rêver et même parfois émerveiller. Je vous recommande de le lire en écoutant la bande son qui va avec. La magie opère encore plus. Et à ceux qui disent 'mouais une romance genre..." Croyez moi, je déteste ce genre mais là je me suis faite avoir complètement.

samedi 15 juillet 2017

Myrath

Myrath
Myrath

Une chose que j'aime bien faire quand j'ai le temps, c'est aller sur Youtube et découvrir de nouveaux artistes surtout quand j'ai envie de nouveauté. J'avoue que je ne cherchais pas forcément après ce genre musicale et encore moins a m'éloigner de l'Asie mais quelle claque!

J'adore leur logo. Il n'est pas magnifique? Savez-vous qu'il s'agit d'un groupe de métal progressif? J'avoue que le mot métal me semble un peu fort. C'est vrai qu'il y a des guitares mais également du violon (ou plutôt une guitare imitant le son du violon....enfin je me comprends) du aux origines du groupe. Et, oui, je sors de ma zone de confort avec un groupe Tunisien. C'est la deuxième claque que je me suis prise. Parce que j'ai beau dire ce que je veux, je conserve des pseudos certitudes qui n'ont pas lieu d'être.

En quoi ce groupe est génial? 
Je l'ai découvert avec le titre "Believer", single de leur dernier album "legacy". Juste une bombe de perfection. Ça faisait longtemps que je n'avais rien écouté d'aussi bon. Le clip est aux couleurs orientales et le scénario est génial et peut faire rêver. Je pense surtout qu'ils se sont éclatés. La voix du chanteur est juste incroyable. Ça me rappelle les groupes de rock anciens avec ce petit plus que possède les chanteurs orientaux par moment.

Néanmoins, ce n'est pas ma chanson préférée. en fait, j'en ai plusieurs notamment celle-ci : "Endure the silence" (en tout cas en ce moment jusqu'à ce que je change). Ça force, c'est les sonorités orientales qui donnent une force et une magie incroyable. J'aime beaucoup le texte également.


Aussi, parce que je ne goutte pas au plaisir de vous en faire découvrir d'autres, il y a "Duat" (la vidéo n'est pas un clip mais bon). C'est cette chanson qui m'a achevé et pousse à écouter leur album. Je découvre doucement le reste de leur discographie mais j'ai comme l'impression que les autres ne seront pas de ce niveau là.


Ai-je réussi à vous convaincre? Rassurez-vous. Je n'en ai pas fini en matière de musique.

jeudi 13 juillet 2017

La tour de Cécile Duquenne

La Tour de Cécile Duquenne
Auteure : Cécile Duquenne
Maison d'édition : Voyel
Date de sortie : 5 Novembre 2015
ISBN : 9782364753280
Pages : 172
Prix : 12

Résumé : Jessica, 16 ans, se réveille dans un marécage artificiel aux dangers bien réels. Très vite, elle comprend qu'elle se trouve au sous-sol d'une étrange tour sans fenêtres, et que le seul moyen d'en sortir est de monter jusqu'au toit. Accompagnée de quelques autres jeunes, elle se lance dans l'ascension de sa vie, explorant chaque niveau, affrontant les dangers embusqués…
Et les révélations.
Car Jessica n'a plus aucun souvenir d’avant son arrivée ici. Ils lui reviennent par bribes, étage après étage, et plus elle en apprend, moins elle désire sortir – surtout que son pire ennemi se trouve à l’intérieur avec elle. Bientôt, l'envie de se venger prend le pas sur l'envie de s’échapper…
Et si en exhumant les secrets de son passé, Jessica levait aussi le voile sur la véritable fonction de La Tour ?

MON AVIS : Au moment ou j'écris ces lignes, le projet ulule de la maison d'édition se termine. Ils ont réussi à récolter l'argent dont ils avaient besoin et j'en suis ravie....Je dois bien admettre que c'est le seul roman que je possède de chez eux. Je m'en veux parce que j'ai vécu une expérience incroyable. j'ai lu de bout en bout un roman que je n'aurais pas lu en sachant son contenu et en l'aimant de surcroit. 

Dès les premières pages, on sait que le roman ne sera pas comme les autres. On est dans la tête du personnage centrale. On ne sait rien sur elle si ce n'est son environnement. On découvre petit à petit certaines informations sur elle au fil de la lecture. C'est particulier dans le sens ou l'écriture nous semble froide comme une succession de pensées ou de réflexions. Au début, j'ai eu peur. Je me suis dit "certes, c'est original mais pas tout un roman même un court". Heureusement, c'est un roman que je qualifie de crescendo. Le style s'en ressent. De cette écriture distante et hachée, on passe à une écriture de plus en plus humaine et remplie de sentiment humain. 

En parlant de sentiments humains, on en parle beaucoup dans ce roman. L'auteure nous montre que si nous faisons du mal, ce n'est pas forcément parce que nous sommes mauvais mais parce que des gens nous poussent à commettre des actes mauvais. Elle dénonce également le viol mais pas seulement comme tel mais également le regard que les gens portent sur la victime. J'ai été gêné par la manière dont elle le dénonce et en même temps, elle montre les conséquences que cela peut avoir.

Concernant les personnages, je n'ai pas grand chose à dire. Pour une fois, dans un roman, ce n'est pas les personnages que j'ai retenu mais le contenu. Vous voyez ce que je veux dire? Les personnages et leurs histoires ne sont qu'un prétexte à la dénonciation de pas mal de choses. Qu'il s'agisse de Jessica dont je me suis sentie assez proche, de James qui m'a interpellé dès le début ou de Jonathan parmi d'autres...ils ont tous apporté une vision nouvelle des choses, de ses stéréotypes affligeants qu'on nous sert à tout bout de champs. 

Autre chose très importante : en commençant ce roman, je me suis épatée. J'ai écrit plus haut que jamais je n'aurais lu ce livre en connaissant certains évènements. Pourquoi? Parce que j'ai cru que j'allais lire un roman d'horreur au début et que ça ne m'a fait ni chaud ni froid. Ok, j'avoue. J'exagère. Je me suis bien dit "beurk. C'est dégueulasse." Mais ça s'arrête là. Au contraire, ce roman est fascinant parce que l'auteur nous pousse en tant que lecteur à nous regard dans un miroir. Elle nous montre que l'horreur nous fascine et que c'est en utilisant l'horreur qu'elle peut aborder des thèmes importants. Heureusement l'horreur est vraiment présente au sens propre au début. Par la suite, on se retrouve plutôt dans une sorte d'enchainement d'épreuves. De l'horreur, on passe au roman d'aventure à la dystopie. Elle joue avec les genres littéraires et c'est plaisant.

En bref, ce n'est pas un roman que je recommanderais à tous mais personnellement j'ai trouvé cette expérience incroyable et originale. Je la renouvellerais avec plaisir.

mardi 11 juillet 2017

Slimane

Slimane


Ça faisait longtemps! Voici un article musical concernant un artiste français : Slimane. Vous avez sûrement entendu parler de lui. Il a participé à l'émission The voice. Pour être honnête, je ne regardais pas the voice jusqu'à l'édition 2017. Je l'ai donc découvert avec son premier single "Paname". Vous ne connaissez pas? Je peux vous assurer que vous l'avez déjà entendu :


J'ai tout de suite aimé cette chanson. Je n'ai pas pour autant écouté l'album mais je me suis retrouvée obligé de le faire quand j'ai entendu "Adieu":

En écoutant l'album, j'ai été très touché par la plupart des chansons. Je ne peux pas dire toutes. C'est impossible mais en grande partie. J'en retiens une en particulier : "Le vide". Elle me donne des frissons. J'ai vu qu'il y avait un clip mais je ne l'ai jamais regardé. Le texte à lui seul m'a permis de crée mon propre scénario. Pour vous, je le mets quand même :


Si j'ai choisi de vous parler de lui, c'est surtout pour son nouveau single "j'en suis là". 

Cette chanson me donne des frissons. Il l'a chanté en avant première dans the voice. Son interprétation, sa voix, son regard et ses gestes m'ont mis les larmes aux yeux. Il a une façon de prononcer les mots, de leur donner un sens réel peu commun dans la musique. Il les soulignent avec justesse. 

Je peux vous assurer que peu d'artistes arrivent à me faire pleurer (ils se comptent sur les doigts d'une main). Le clip est simple et efficace et renforce le sentiment que l'on éprouve avec la chanson. J'en frissonne rien que d'y penser. Cette chanson passe en boucle chez moi en ce moment.


En bref, j'ai hâte d'écouter son nouvel album qui ne sort qu'en automne. Patience. Et vous, qu'en pensez-vous?