lundi 17 décembre 2018

La cité automate de Cécile Guillot et Mina M

La cité automate de Cécile Guillot et Mina M

Autrice : Cécile Guillot
Illustratrice : Mina M
Maison d'édition : Miroir aux troubles
Date de sortie : 10 Octobre 2018
ISBN : 979-10-93585-64-2
Pages : 76
Prix : 10


Résumé : Après un accident de la route, Noé se réveille dans un lieu étrange où se dressent de sombres tours aux tic-tac inquiétants… Le voilà dans la Cité Automate où s’engage alors une course contre la montre haletante, une course contre la Mort.



MON AVIS : J'adore Cécile Guillot et Mina M. Ce duo fonctionne encore une fois à merveille. Les illustrations renforcent les descriptions de l'autrice. Elles sont sublimes comme d'habitude. Pour ce qui est de l'histoire, elle est assez courte du fait qu'elle est destinée à des jeunes dyslexiques. Je trouve qu'elle est vraiment adaptée à ce publique en plus d'être simple.

On suit Noé qui se réveille dans un monde inconnu suite à un accident. Il va être accueilli par son chat. J'ai adoré ce chat. Il a un caractère incroyable digne d'un chat. Ce monde reflète les idées steampunks avec des rouages et des horloges. On s'y croirait vraiment. L'histoire est certes courte, comme dit plus haut mais est très rythmé du fait de l'intrigue. 

Si vous cherchez une histoire adaptée à de jeunes lecteurs ou souhaitez juste lire une histoire sans fioriture ni prise de tête, c'est ce qu'il vous faut. Personnellement, j'ai pris plaisir à lire cette histoire.

vendredi 14 décembre 2018

Point lecture spécial STEAMPUNK

In real life tome 1 : déconnexion de Maiwenn Alix

In real life tome 1 : déconnexion de Maiwenn Alix
Autrice : Maiwenn Alix
Maison d'édition : Milan
Date de sortie : Août 2018
ISBN : 978-2745990921
Pages : 408
Prix : 16,90

Résumé : Dans un futur postapocalyptique, les humains vivent dans de petites implantations agricoles, travaillant à régénérer les écosystèmes endommagés. Chaque individu est connecté au Système. À travers ce vaste réseau numérique, les gens peuvent communiquer par la pensée et visiter pendant leur sommeil des "rêves éveillés", des rêves si réels qu'ils permettent aux membres du Système de vivre une existence virtuelle en parallèle de leur vie dans l'implantation.
Chaque nuit, les adolescents s'affrontent dans des épreuves de construction de rêves. Le jour de la Répartition, les plus doués quitteront leur implantation pour consacrer leur vie à l'élaboration des rêves éveillés.
Brutalement arrachée au Système alors qu'elle est sur le point de remporter le Tournoi des constructeurs, Lani découvre un monde "hors connexion", dans lequel son pouvoir d'élaborer des rêves lui offre un destin inattendu.

MON AVIS : Voilà mon dernier livre lu dans le cadre du challenge de Frogzine pour l'année 2018. Le thème était la science fiction. On est en plein dedans avec les nouvelles technologies qui s'implantent dans le cerveau. Ce livre est un véritable paradoxe pour moi. En quoi? Lisez la suite pour comprendre.

Le début du livre nous décrit la vie au sein du Système. Elle semble idyllique, parfaite et pleine de bons sentiments. Heureusement, l'autrice ne s'attarde pas sur cette partie. De toute façon, il y a peu de choses à en dire. C'est lorsque Lani se fait enlever que tout bascule. Et l'histoire devient complètement addictive. J'ai eu beaucoup de mal à m'arrêter de le lire. En plus, l'autrice manipule bien son lecteur en terminant chaque chapitre sur un énorme suspens.

Les deux mondes qui s'opposent sont le monde connecté à celui qui ne l'est pas. En tant que lectrice, j'ai eu le sentiment qu'on était vraiment entre deux époques: la futuriste avec les personnes possédant un implant connectant tout le monde et un autre où l'on pourrait se penser loin dans l'histoire (je n'ai pas d'époque précise en tête). J'ai trouvé cette idée très intéressante. Il exploite les dangers de la technologie.

Le paradoxe réside dans les classiques utilisés dans l'intrigue. J'ai senti venir à des kilomètres la romance et je ne parle pas de la fin du premier tome. Je n'ai pas été étonné du choix de l'intrigue mais le pire, c'est que ça marche quand même. Ça marche parce que les personnages sont attachants et la romance loin d'être niaise. L'explication réside dans le romans et dans le centre même de l'intrigue. Je ne peux donc pas vous en dire la raison exact.

Le point fort, à mon sens, est le chef des non connecté, Socrate. Déjà son prénom m'a pas mal interpellé mais en plus, je le trouve très honnête. Il ne promet rien mais cherche des solutions. Ça change un peu des dystopies traditionnelles dans lesquelles on a vraiment deux façon de penser opposées. Socrate est plus nuancé.

En bref, j'ai passé un excellent moment avec ce roman malgré les deux points classiques du genre qui ne m'ont pas tant gêné que ça au final. Peut-être parce qu'on ne s'y attarde pas.

mercredi 12 décembre 2018

Le guide steampunk de Etienne Barillier et Arthur Morgan

Le guide steampunk de Etienne Barillier et Arthur Morgan
Co-auteurs : Etienne Barillier et Arthur Morgan
Maison d'édition : ActuSF
Date de sortie : Juin 2013
ISBN : 978-2-917689-49-3
Pages : 312
Prix : 10

Résumé :
Des machines gigantesques mues par la vapeur, des héros en hauts-de-forme et monocles, des héroïnes en crinolines et ombrelles... L’imagerie du steampunk ne cesse de fasciner depuis la création du genre dans les années 1980. Mais, quelles en sont les origines ? Et quelles sont les Ouvres majeures en littérature, au cinéma ou en bande dessinée ?
Rédigé par Étienne Barillier, spécialiste incontournable du genre, et Arthur Morgan, cofondateur de la communauté French Steampunk, ce guide dresse un état des lieux du steampunk aujourd’hui autour, notamment, de rencontres avec Tim Powers, K. W. Jeter, James Blaylock, Greg Broadmore ou Mathieu Gaborit.
MON AVIS : Ce livre est une mine d'informations autour du steampunk. Dans un premier temps, les auteurs se posent des questions autour du genre afin d'essayer de le définir. On nous parle ensuite du proto steampunk (Jules Verne par exemple) et de la naissance de ce mouvement par le biais de Jeter, Blaylock et Powers. Le steampunk est donc à la base un genre littéraire mais pas seulement. Afin de nous permettre de découvrir ce genre, on nous propose des fiches de lecture concernant des romans qui sont dans cette catégorie ou pourrait l'être. Cette précision est importante.

On y trouve des interviews d'auteurs emblématiques du genre. Ils essaient par ce biais de donner une définition précise du steampunk. Bien leur en face. C'est quasiment impossible tant on peut faire de chose avec ce genre littéraire. Comme je le disais, il n'y a pas qu eles livres qui sont concernés. On y parle d'autres médias comme les jeux vidéos, films et séries. Mais également des vaporistes, ces personnes qui fabriquent leur costumes. On nous donne d'ailleurs des conseils puisque la base de ce milieu est le faire soi-même.
La musique est également présente. J'ai écouté tous les groupes proposés notamment Abney Park, la référence première du genre. Ma préférence ne va pas au plus connu. C'est toujours comme ça. J'ai une nette préférence pour Coppelius band. Leur site est d'une beauté à couper le souffle. Je ne comprends rien à l'allemand mais je m'amuse à fureter.

Autant vous dire qu'avec ce livre que j'ai littéralement dévoré, ma wish list en a pris un coup même concernant la BD, j'en ai ajouté. Qui sait? Je vais peut-être m'y mettre sérieusement. Si vous souhaitez comprendre le steampunk et toutes ses facettes, n'hésitez pas à lire ce livre. Vous aurez ainsi les bases ainsi qu'une bonne dose de références à exploiter.

lundi 10 décembre 2018

La France Steampunk de Etienne Barillier et Arthur Morgan

La France Steampunk de Etienne Barillier et Arthur Morgan
Auteurs : Etienne Barillier et Arthur Morgan
Photographe : Nicolas Meunier
Maison d'édition : Mnémos
Date de sortie : Septembre 2015
ISBN : 978-2-35408-331-1
Pages : 144
Prix : 36

Résumé : Une rumeur court depuis longtemps. Un livre circulerait sous le manteau, un livre racontant la France steampunk du Xixe siècle, un livre qui aurait inspiré une partie du steampunk français. Que s'est-il passé en 1871 ? Quelle est cette Grande Machine que toutes les puissances européennes convoitentent ? Et quelle est cette France devenue étrangement steampunk ? Les deux meilleurs spécialistes français du steampunk se sont lancés à corps perdu dans cette enquête et ont retranscrit l'ensemble des documents retrouvés. Accompagnés du photographe Nicolas Meunier, ils ont sillonné l'Hexagone à la rencontre des communautés steampunk. Car, elles seules détiennent le fin mot de l'histoire !

MON AVIS : Ce livre est une surprise. On mélange l'histoire avec les vaporistes sous forme de reconstitution historique. Pourtant, c'est du steampunk. Vous et moi savons qu'ils jouent avec l'histoire. Ici, la question est de savoir qu'est-ce qui est vrai et qu'est-ce qui est faux. Pour beaucoup de choses, c'est une évidence. Pour les personnages, ça l'est beaucoup moins. Ce livre donne envie d'en savoir plus sur la commune, évènement historique dont on parle, au final, si peu à l'école.

On lit le journal de André Bertille de Favard. Français exilé en Grande Bretagne, il va venir en mission avec un espion britannique en France afin de récupérer la grande machine. on va suivre son périple à travers la France au cours duquel rien ne se passera comme prévu. Ce personnage bien sympathique va évoluer tout au long du récit. On y croisera Louise Michel, personnage emblématique de la commune. C'est pour cette raison que ce livre est le roman steampunk le plus subtil que j'ai lu à ce jour.

L'objet livre est également de toute beauté puisque des vaporistes se sont costumés afin de reconstituer l'histoire. Les photographies de Nicolas Meunier sont magnifiques et souvent accompagnées d'explications. On nous parle soit du choix du costume soit de faits historiques avérés. Ce qui explique par moment la confusion. Le trouble entre histoire et fiction est parfaitement maîtrisé. Sachant que ces messieurs adorent les romans des créateurs du steampunk, ça ne donne qu'envie de les lire.

En bref, ce livre est une petite pépite. Si vous aimez vous perdre dans l'histoire et la fiction et les objets livres splendides, n'hésitez pas un seul instant.

samedi 8 décembre 2018

Pensées du soir


Les larmes coulent
Encore
Toujours la même chose
Ras-le-bol, lassitude, souffrance
Cocktail explosif

Est-ce que je suis conne d'être trop sensible
Est-ce que je suis conne d'être non violente
Est-ce que je suis conne d'être trop gentille
Est-ce que je suis conne de pardonner
Encore et toujours

Je rêve de m'endormir
D'observer ces gens qui font mal
D'entendre leurs excuses
De s'inquiéter

Je sais que ça n'arrivera pas
Tout le monde a besoin d'un défouloir
Je suis la cible idéale
À toujours oublier...
En apparence

Je n'oublie pas le mal qu'on me fait
Je n'oublie pas les mots prononcés :
"Je préfèrerai te voir morte"
"pauvre conne"
"Tu ne sais pas ce que c'est que la vie"

Et j'en passe
La mémoire est bien trop efficace
Elle marque au fer rouge ces mots
Ils m'accompagnent, me plongent sous l'eau

Et je me relève encore et toujours
Je ne sais faire que ça:
Souffrir, tomber, me relever

Pourquoi espérer encore et toujours?


vendredi 7 décembre 2018

Point réception du 7 Décembre 2018

Olympia ou la mécanique des sentiments de Vanessa Callico et Senyphine

Olympia ou la mécanique des sentiments de Vanessa Callico et Senyphine
Autrice : Vanessa Callico
Illustratrice : Senyphine
Maison d'édition : Héron D'argent
Date de sortie : Juillet 2017
ISBN : 979-10-94173-42-8
Pages : 48
Prix : 25
+ CD

Résumé :
Dans un XIXe siècle rêvé, le jeune professeur Othon, célèbre scientifique de Londinum, est coupé du monde extérieur depuis toujours par sa mère, Lady Mary. Se sentant seul, il décide d'inventer une belle poupée automate qui deviendrait son âme sœur.
Non loin, la journaliste Olympia se souvient d'un petit garçon avec qui elle jouait au parc, autrefois. Pour le retrouver, il lui faudra affronter son passé…
Parviendront-ils à réparer la mécanique de leurs sentiments ?
Un conte musical fantastique pour toute la famille, dans un univers de magie et d'émotion inspiré des mondes de Jules Verne.

MON AVIS : J'adore le steampunk et cette magnifique couverture m'a interpellé. J'ai craqué au salon du livre de Mons. Le prix peut paraître élevé mais, croyez-moi, ce livre les vaut largement. Je suis étonnée de ne pas voir apparaître le mot steampunk alors qu'il me semble en faire parti (d'autant plus qu'au moment où j'écris ces lignes, je lis "le guide du steampunk").

Avant de commencer à vous parler de ce livre, je tiens à vous encourager à écouter le CD en même temps et à lire le livre au même rythme que le CD. il est important de ne pas se précipiter. La qualité de son est parfaite. Le conteur a une voix très douce. Les chanteurs/chanteuses sont incroyables. J'ai eu le sentiment de plonger complètement dans l'univers de par le chant et la musique. D'ailleurs, je vous mets au défis de reconnaître les influences musicales. C'était vraiment amusant.

On suit Othon, un jeune homme condamné à rester enfermé chez sa mère et à créer sans cesse. Il rêve de voir l'extérieur et se met en tête de créer une poupée pouvant ressembler à une jeune fille qu'il a vu en rêve. On rencontre également Olympia, une journaliste qui quitte son mari pour affronter son passé. J'ai adoré Olympia. Quant à Othon, je ne m'y attendais pas à ce retournement de situation. Étant donné qu'il s'agit d'un conte, on s'attend à quelque chose de classique. Et bien non.

L'objet livre est juste incroyable. Je ne connaissais pas Senyphine mais je vais la suivre avec plaisir tant je suis éblouie par la qualité graphique. Je vous laisse une illustration bien plus parlante que mille mots.

Pour revenir à l'ambiance musicale qui accompagne le livre, je la trouve nécessaire afin d'être dans l'émotion en plus. Au début, j'étais très détendue puis amusée et à la fin j'étais remplie d'émotions face aux révélations loin d'être anodine. Je ne parle pas de la fin. J'étais censée faire une vidéo juste après. Je l'ai refaite tant j'étais encore dans l'histoire de ce petit livre.

En bref, ce livre est un petit bijoux que je vous recommande vivement. N'oubliez pas de lire en même temps que le CD pour accroître émotion et ambiance.

mercredi 5 décembre 2018

Nell

Voici un groupe que je ne vous ai toujours pas présenté sur le blog. J'en suis réellement étonnée parce que je peux écouter en boucle pendant des heures une de leurs chansons. J'aime beaucoup leur musique dans l'ensemble mais celle-ci, de part son message et la qualité musicale, a une place particulière. Vous la trouverez en deuxième position.

Sur la photo ci-dessus, vous pouvez voir les quatre membres du groupe qui sont Kim Jong Wan (Chant, Clavier, Guitare), Lee Jae Gyeong [Nell] (Guitare), Lee Jeong Hun [Nell] (Basse), Jeong Jae Won (Batterie). ils ont commencé en 2001. Depuis 2016, ils ont leur propre label et c'est tant mieux. On sait très peu de choses sur eux. Personnellement, je m'en fous complètement mais pour ceux qui se poseraient des questions, c'est raté avec eux. La seule chose certaine est qu'ils ont déjà tous fait leur service militaire. Sachez qu'il existe pour certains titres des versions longues mais je vous épargne ça. L'essentiel réside dans la musique.

Pour la sélection de titre, j'ai eu un mal fou à vous en sélectionner à part les deux premiers tant il me paraît difficile de vous montrer l'étendu de leur musique.

Bref, fini le blabla, on passe à la musique. C'est un peu pour ça que je vous fais cet article. Si j'ai pensé à vous le faire, c'est tout simplement du au fait qu'ils ont sorti un nouveau single du même niveau que ce que je préfère chez eux. Le single s'appelle Let's part. Elle est juste magnifique.

Le chanteur a une voix sublime et douce. C'est pour ça que je préfère les balades chez eux. Ça met sa voix en valeur. Quand bien même ce titre est sublime, mon top 1 reste le même titre de toujours.

Sinon, je vais peut-être vous présenter ce fameux titre que je peux écouter toute une après-midi en boucle : The day before. Je vous recommande vivement de regarder ce clip en entier. Je trouve l'harmonie entre le clip et la chanson parfaite. 

Si vous voulez de plus rythmé, voici "Dream catcher" :

Après, vous avez plus rock : "Ocean of light"
Ou ça encore : "The great escape"

Enfin, un live : "Song of a ghost" juste incroyable

Il y a en tellement à écouter et à regarder (les clips sont toujours sublimes) encore comme "white night", une version live que je n'arrive pas à vous trouver (désolé), "lost in perspective", et bien d'autres mais je pense que vous avez compris l'idée. Des concert du groupe sont disponibles sur youtube si ça vous tente. J'avoue que je n'en ai pas encore regarder. Il va falloir remédier à ça rapidement. Sur ce je vous laisse et retourne à ma lecture qui n'avance décidément pas.

N'hésitez pas à me recommander des groupes de ce genre. J'en suis friande. Qu'en avez-vous pensé?

lundi 3 décembre 2018

Challenge Mystère 2019 de Frogzine



Bonjour à toutes et à tous,

J'ai participé cette année au challenge mystère organisé par Frogzine. Elle remet ça en 2019. J'ai adoré ce challenge. Cela permet de redécouvrir sa PAL (pour ceux qui ont trop de livres à lire) et surtout de sortir des livres qui trainent depuis longtemps dans la PAL.


Personnellement, je m'inscris au niveau Mystérieux mystère c'est-à-dire lire un livre du thème imposé pour le moi.  C'est largement faisable pour moi même si je trouve du travail. Et surtout, ça me permettra d'en faire d'autres et de ne pas me retrouver coincé avec des SP ou autres comme cela a été le cas en Novembre/Décembre comme tous les ans depuis que je suis blogueuse.

Et vous? Allez-vous vous lancer un challenge ou pas pour 2019?