mardi 25 juin 2019

Les étoiles de noss head tome 2 rivalités de Sophie Jomain

Autrice : Sophie Jomain
Maison d'édition : France loisirs
Date de sortie : 2013 pour France loisirs
ISBN : 978-2290082157 (édition j'ai lu)
Pages : 470 (pou l'édition france loisirs)
Prix : 7,20 chez j'ai lu poche

Résumé : Pour moi, une nouvelle vie commençait : l’université à St Andrews avec Leith, mon petit ami loup-garou. J’avais espéré que le calme était revenu, que je vivrais ma première année de fac comme n’importe quelle jeune fille, ou presque. Douce utopie, rien ne se passe jamais comme on le voudrait. Il fallait qu’ils se fassent la guerre, c’était plus fort qu’eux. Leur haine ancestrale allait les pousser à bout. J’étais dépassée. Je n’en avais aucune idée alors, mais les forces qui devraient s’affronter allaient au-delà de tout ce qu’on peut imaginer. J’étais au moins sûre d’une chose : tôt ou tard, je paierais les pots cassés. Peut-être même que je ne m’en sortirais pas indemne.

MON AVIS : J'ai lu le premier tome de cette série il y a longtemps. Je ne me souviens même plus quand. C'est dire. Sûrement avant ma frénésie livresque. J'ai eu du mal à me mettre dedans mais pour une raison simple. J'étais en pleine boulimie mangas. Dans ce roman, pendant une partie, il ne se passe pas grande chose. J'aurai peut-être voulu que l'on rentre dans le vif du sujet plus vite mais ce n'est pas grave.

Une fois que l'on découvre qui est vraiment Darius et sa bande d'amis. Enfin, amis...vite fait quoi. On se retrouve donc avec une bataille loup-garou vs vampires. Les vampires ne sont pas comme les vampires classiques. Hannah se retrouve au milieu de cette guerre mais elle a son caractère et heureusement. Elle n'a peur de rien. 

J'ai beaucoup apprécié Darius une fois la carapace percée. Les évènements s'enchaînent et les rebondissements avec. Les deux derniers chapitres sont surprenants. Je suis curieuse de ce qu'il va se passer par la suite. Je sens un triangle amoureux à plein nez. On verra bien. 

Le point positif, c'est d'avoir utilisé les loups garous et vampires pour parler de racisme et de discrimination. Hannah, au milieu de tout ça essai de comprendre leur haine respective. Les deux sont incapables d'expliquer pourquoi. C'est juste comme ça. Ça m'a rappelé pas mal de choses.

En bref, une lecture sympathique avec un fond bien plus sérieux qu'il n'y paraît.

lundi 24 juin 2019

MANGAS EN VRAC

CHIISAKOBE TOME 1

Chiisakobe tome 1 de Minetaro MochizukiMangaka : Minetaro Mochizuki
Maison d'édition : Le lézard noir
Date de sortie : 1 Octobre 2015
ISBN : 9782353480791
Pages : 206
Prix : 15

Résumé Shigeji, jeune charpentier, perd ses parents et l'entreprise familiale, « Daitomé », dans un incendie. Se rappelant les paroles de son père, « quelle que soit l'époque dans laquelle on vit, ce qui est important, c'est l'humanité et la volonté », il fait le serment de reconstruire Daitomé. Mais son retour à la maison natale s'accompagne de l'arrivée de Ritsu, amie d'enfance devenue orpheline et qu'il embauche comme assistante, et de cinq garnements au caractère bien trempé échappés d'un orphelinat. La cohabitation va faire des étincelles. Adaptation du célèbre roman de Shûgorô Yamamoto situé dans la période Edo et que Minetarô Mochizuki transpose dans le Japon d'aujourd'hui, Chiisakobé attire d'abord le regard par son dessin pop.


Chiisakobe tome 1 de Minetaro MochizukiMON AVIS : J'ai beaucoup entendu parler de ce manga. Il m'intriguait depuis pas mal de temps. J'ai donc craqué. C'est un manga très atypique. Le graphisme à lui tout seul sort de l'ordinaire. C'est à l'image de ce manga typiquement dans l'ambiance japonaise. On voit les expressions des personnages et des zooms sur leurs gestes.
Shigeji doit reconstruire l'entreprise familiale suite à un incendie. Il est très renfermé et très discret. On ne sait pas ce qu'il a dans la tête. Il est particulièrement têtu. Son assistante et amie, Ritsu, décide de garder cinq orphelins. Tous ont un caractère difficile. On se rend compte que cette maison rassemble les personnes rejetées par la société ou qui n'y correspondent pas. 

La pudeur est de mise dans ce roman à l'image du Japon. On n'exprime pas ce qu'on ressent. On se doit de respecter les traditions ce que refuse Shigeji. C'est un peu le mouton noir de ce roman mais pour quelle raison?Il faudra lire la suite afin de comprendre.

En bref, voici un manga atypique qui vous emmène sans que vous ne vous en rendiez compte.


Quand la neige m'appelle

makoto aizawa, quand la neige m'appelle
Mangaka : Makoto Aizawa
Maison d'édition : Chatto Chatto
Date de sortie : 28 Mars 2019
ISBN : 9782490453030
Pages : 192
Prix : 7,95

Résumé : Par une nuit d’hiver, un jeune soldat voit mourir de froid son camarade après un accident durant l’entrainement. C’est au bord de la mort que celui-ci croit voir une femme venir prendre la vie de son ami. Le jeune Sakai ne doit sa propre survie qu’à la beauté aussi envoutante, qu’inquiétante, de cette mystérieuse femme.

makoto aizawa, quand la neige m'appelleMON AVIS :  Je n'avais pas encore testé cette nouvelle maison d'édition. Avec ce manga, c'était l'occasion. C'est une adaptation d'un roman de Lafcadio Hearn. Ce titre s'inspire du conte japonais la femme des neiges. Cependant, il va beaucoup plus loin. Il existe tant de variante de ce conte...Je trouve que ce manga rassemble plus ou moins toutes ces versions. 

Jamais au cours du manga il n'est clairement indiqué que le personnage féminin est la femme des neiges. Il faut le deviner. Est-ce que ça freine la compréhension du manga? Je ne pense pas. L'ambiance en est plus mystérieuse. Tout est dans la subtilité et le sous entendu. Le dernier chapitre est même très justement trouvé.

Le graphisme est très atypique. Ça va très bien avec le contenu. Tout est très épuré et intimiste par moment. Il n'y a pas de cases en trop. Les expressions sont présentes.

En bref, j'ai beaucoup apprécié ce manga réécrivant le conte de la femme des neiges. N'hésitez pas à retirer la couverture détachable. Il y a quelques surprises.


vendredi 21 juin 2019

POINT RECEPTION JUIN 2019

La tresse de Laetitia Colombani

La tresse de Laetitia Colombani
Autrice : Laetitia Colombani
Maison d'édition : Grasset
Date de sortie : 10 Mai 2017
ISBN : 9782246813880
Pages :  222
Prix : 18

Résumé : Trois femmes, trois vies, trois continents. Une même soif de liberté.
Inde. Smita est une Intouchable. Elle rêve de voir sa fille échapper à sa condition misérable et entrer à l’école.
Sicile. Giulia travaille dans l’atelier de son père. Lorsqu’il est victime d’un accident, elle découvre que l’entreprise familiale est ruinée. 
Canada. Sarah, avocate réputée, va être promue à la tête de son cabinet quand elle apprend qu’elle est gravement malade. 
Liées sans le savoir par ce qu’elles ont de plus intime et de plus singulier, Smita, Giulia et Sarah refusent le sort qui leur est destiné et décident de se battre. Vibrantes d’humanité, leurs histoires tissent une tresse d’espoir et de solidarité.

MON AVIS : On suit le parcours de trois femmes dans trois pays différents. Je trouve le titre très bien choisi tout comme cette couverture. En Inde, Smita, mère de famille, fait parti des intouchables. Sa caste était censée disparaître à la demande de Gandhi. Il n'en est rien. Smita nettoie les toilettes sèches en Inde à la main. Elle ne veut pas de ça pour sa fille alors elle va tout faire pour lui éviter ça. Cette mère de famille est admirable. D'autant plus dans un pays qui méprise autant les femmes. La façon dont elles sont traitées est juste effroyable.

En Sicile, Giulia mène une existence paisible en travaillant à l'usine de son père. Ils y fabriquent des perruques jusqu'à ce que son père est un accident et qu'elle découvre que l'entreprise familiale est ruinée. Giulia est calme et posée. Elle sait ce qu'elle veut mais ne s'impose pas jusqu'à une rencontre qui va changer sa vie et lui donner confiance en elle. Elle va aller à l'encontre des traditions italiennes.

Au Canada, le parcours de Sarah est peut-être le plus dingue. Elle est mère célibataire de trois enfants, avocate qui sépare parfaitement sa vie privée et sa vie professionnelle jusqu'à ce qu'elle tombe gravement malade. Étant fidèle à elle-même, elle décide de traiter sa maladie comme n'importe quel dossier jusqu'à ce que sa secrétaire l'annonce à la société.

Ce roman est très bien fait, très bien écrit. Ces trois femmes vont découvrir leur force alors qu'elles se trouvent au pied du mur. Et sans le savoir, elles sont liées les unes aux autres. Je n'en dirai rien de la raison tant elle est belle et loin de ce que j'imaginais. On pourrait même dire que ce roman est un hymne à la femme, à sa liberté.

On aborde beaucoup de choses différentes dans ce roman. La place de la femme dans la société est certes le thème premier mais pas seulement. Par le biais de ce roman, la question se pose de l'impact des traditions sur la société. La maladie et le regard des gens sur celle-ci est parfaitement décrite. 

En bref, ce roman est très touchant. Je ne m'attendais pas à ce qu'il me plaise tant. Je ne peux que vous le recommander.

mercredi 19 juin 2019

Kasane, la voleuse de visage tome 10 à 14 de Daruma Matsuura



Kasane, la voleuse de visage tome 10 à 14 de Daruma MatsuuraKasane, la voleuse de visage tome 10 à 14 de Daruma MatsuuraKasane, la voleuse de visage tome 10 à 14 de Daruma Matsuura
Kasane, la voleuse de visage tome 10 à 14 de Daruma MatsuuraKasane, la voleuse de visage tome 10 à 14 de Daruma Matsuura

Mangaka : Daruma Matsuura
Maison d'édition : Kioon
Date de sortie
26 Octobre 2017 / 8 Février 2018 / 21 Juin 2018 / 08 Novembre 2018 / 23 Mai 2019
ISBN
9791032701423 / 9791032702161 / 9791032702710 
9791032703298 / 979-1032704172(édition collector pour le tome 14)
Pages
189 / 224 / 194 / 208 / 210 (+80 pages pour la nouvelle inclus dans l'édition collector du tome 14)
Prix : 7,65 le tome

Résumé : Kasane est une fillette au visage repoussant, presque difforme, régulièrement insultée et maltraitée par ses camarades de classe. Sa mère, actrice de premier plan célèbre pour son immense beauté, lui a laissé pour seul souvenir un tube de rouge à lèvres et une consigne mystérieuse : “Si un jour ta vie devient trop insupportable, maquille tes lèvres, approche l’objet de ta convoitise et embrasse-le.” Quand, au bord du désespoir, Kasane s’exécute, elle fait une découverte incroyable : le rouge à lèvres légué par sa mère lui permet de s’approprier le visage de ses victimes ! À la fois malédiction et bénédiction, cet héritage va offrir à la jeune femme un avenir auquel elle n’osait rêver jusqu’alors…

MON AVIS : Cette série intense et sombre est officiellement terminée. Il me reste juste le roman sur la mère de Kasane et j'aurai réellement tout lu. J'espère que Daruma Matsuura sortira d'autres mangas. Je les lirai à coup sûr.
Dans les derniers tomes de cette série, on découvre la vérité sur la mère de Kasane mais pas seulement. L'histoire avance à une vitesse dingue. Les retournements de situations sont nombreux. Kasane montre un autre aspect d'elle-même. De la femme prête à tout pour parvenir à ses fins, elle va se poser et se poser les bonnes questions. Qui est-elle réellement? Que veut-elle vraiment? La dernière pièce dans laquelle elle joue est très bien trouvée. C'est un véritable pied de nez à la société de l'apparence. 

Concernant la fin, je l'ai lu trois fois. Je voulais être sûre d'avoir compris tant elle est subtile. Ellee st surtout d'une justesse incroyable et impossible à imaginer. L'auteur a fait un choix qui n'est ni positif ni négatif. C'est juste au regard de ce qu'il s'est passé dans la série.

Concernant Kingo, tout au long de la série, j'étais partagée. Je ne l'aimais pas et à d'autres, si. Je ne sais pas si vous voyez ce que je veux dire. Au vue des révélations, j'ai ressenti de la peine pour ce personnage. Je ne dirai rien, pas même un indice. Néanmoins, une chose que 'on ne peut lui reprocher. Il est le seul à comprendre Kasane et à la connaître parfaitement. 

En bref, ce manga est une pépite que je ne peux que recommander. D'autant plus au regard de la qualité du graphisme. Un film adapté va sortir mais j'ai un doute quant à sa qualité.

lundi 17 juin 2019

Métaphysique des tubes de Amélie Nothomb

Autrice : Amélie Nothomb
Maison d'édition : Le livre de poche
Date de sortie : 2002
ISBN : 9782253152842
Pages : 156
Prix : 5,90

Résumé : Parce qu’elle ne bouge pas et ne pleure pas, se bornant à quelques fonctions essentielles – déglutition, digestion, excrétion –, ses parents l’ont surnommée la Plante. L’intéressée se considère plutôt, à ce stade, comme un tube. Mais ce tube, c’est Dieu.
Le lecteur comprendra vite pourquoi, et apprendra aussi que la vie de Dieu n’est pas éternelle, même au pays du Soleil levant...
Avec cette « autobiographie de zéro à trois ans », Amélie Nothomb nous révèle des aspects ignorés de sa personnalité et de la vie en général, tout en se montrant plus incisive, plus lucide et plus drôle que jamais.

MON AVIS : On suit l'histoire de l'autrice de ses zéros à trois ans. Au début, je me demandais ce que je lisais. Je me disais l'autrice avait bu un peu trop de champagne. Et non. En fait, elle met en avant le fait qu'un bébé est un roi, une divinité pour les parents. On le laisse faire ce qu'il veut. Dans le cas de Amélie, elle était pour le moins atypique pour une enfant.

Je vous mets une citation au tout début qui m'a fait exploser de rire au point d'être obligé d'attendre le lendemain pour reprendre ma lecture : "les parents du tube étaient de nationalité belge, par conséquent, dieu était belge ce qui expliquait pas mal de désastres depuis l'aube des temps. adam et eve parlaient flamand, comme le prouva scientifiquement un prêtre du plat pays il y a quelque siècles." Je pense que vous comprenez mieux pourquoi.

L'autrice a fait fort également en réussissant à parler de la seconde guerre mondiale et de l'impact que ça a eu sur les japonais. Parce que, oui, l'histoire se passe au Japon. Sa famille a une gouvernante que j'ai beaucoup aimé et une autre un peu plus tard horrible. Au fil des pages, du bébé qui s'exprime à la troisième personne, elle utilise "je". Elle observe beaucoup et prend un peu tout le monde de haut. Les dernières pages m'ont un peu choqué. Je ne m'y attendais pas du tout.

En bref, j'ai apprécié ce roman de l'autrice. Je ne sais jamais comment je vais réagir. Celui m'a beaucoup plus et je pense qu'une seconde lecture me permettrait d'avoir un autre regard sur ce roman.

vendredi 14 juin 2019

Point lecture spécial jeunesse

Victor London, l'ordre coruscant de Patrick McSpare

Victor London, l'ordre coruscant de Patrick McSpare
Auteur : Patrick McSpare
Maison d'édition : Scrinéo
Date de sortie : 15 Octobre 2015
ISBN : 978-2-3674-0359-5
Pages : 352
Prix : 16,90

Résumé :
1867, Londres. Orphelin âgé de treize ans, Victor London endure la triste vie des quartiers miséreux et s’évade en rêvant aux aventures d’Oliver Twist, son héros préféré.
Quand de redoutables inconnus l’enlèvent, la réalité dépasse soudain la fiction.
Dans l’Angleterre Victorienne, sciences et techniques secrètes se confrontent à la sorcellerie. Otage d’une lutte sanglante, Victor va s’efforcer de survivre et croiser une galerie de personnages mystérieux… dont un autre Victor qui répond au nom de Hugo.
Le plus dangereux des voyages commence, pour Victor London.

MON AVIS : Voici ma première lecture dans le cadre de ma préparation aux halliennales et c'est une légère déception. Je n'ai pas trop suivi ce qu'il se passe dans ce roman. On suit Victor, un orphelin de treize ans qui va être enlevé on ne sait pour quelle raison. Il va passer son temps à suivre ses kidnappeurs. 

Victor a une grande éloquence et une grande culture au regard de sa situation. Pourquoi pas. L'explication est plausible. Là où j'ai eu du mal à suivre, comme le personnage, c'est sur la raison pour laquelle il est enlevé. Jusqu'au bout je n'ai pas compris l'intérêt. Je pensais qu'avec le dénouement j'y verrai plus clair mais c'est resté très flou. J'attendais également une touche de fantastique. Certes, elle est présente mais ça m'a paru invraisemblable.

Au vu des notes en cours de lecture, je pense que j'ai été perdu du fait que je n'ai lu actuellement que le premier tome de la série "les hauts conteurs". En effet, deux passages mentionnent cette saga dont je n'ai lu que le premier tome. Alors je me demande si l'histoire de ce roman n'aurait pas été plus claire pour moi en l'ayant lu. Il n'empêche qu'en attendant, j'ai trouvé cette histoire dingue. j'avais le sentiment d'être comme Victor : ne rien comprendre à ce qu'il se passe.

En bref, j'attendais probablement plus de cette lecture. Je me sens perdue rien qu'en y repensant. j'espère que c'est juste parce que je n'ai pas lu la saga complète des hauts conteurs.

mercredi 12 juin 2019

Fanny Cloutier T01 - L'année où j'ai failli rater ma vie de Stéphanie Lapointe


Autrice / Illustratrice : Stéphanie Lapointe
Maison d'édition : Kennes
Date de sortie : 27 Mars 2019
ISBN : 9782875806727
Pages : 376
Prix : 22,50

Résumé : J’ai souvent entendu dire que la chose la plus difficile dans la vie c’est de commencer quelque chose. Alors 3-2-1: GO! Je m’appelle Fanny Cloutier, j’ai quatorze ans, presque quinze. Les deux choses que je sais faire le mieux dans la vie, c’est dessiner dans mon journal intime ou bien subir les décisions excentriques de mon père. D’ailleurs, il doit bientôt se rendre à l’étranger pour tenter de développer une invention personnelle. Et moi, je vais devoir aller chez ma tante, Lorette. Comment je vais faire pour m’intégrer à cette famille et à une nouvelle école? Aucune idée!

MON AVIS : Merci à Babelio et à la maison d'édition pour ce roman illustré. Et ce livre est tombé à pic puisqu'il passe pour mon challenge qui était de lire un livre québécois.

J'avais un peu hésité avant de cliquer sur "je veux ce livre". Quelque chose m'interpellait alors je me suis dit "pourquoi pas". Et j'ai eu raison. J'avais peur de tomber sur le journal intime d'une adolescente très cliché mais pas du tout. Ne serait-ce que pour l'objet livre, il faut l'ouvrir. Ça me fait penser au carnet des blogueuses/blogueurs. Pleins de couleurs, des dessins et même des papiers pliés collés à l'intérieur.
Fanny n'a vraiment pas de chances. En quinze jours de temps, sa vie est chamboulée. Son père part au japon et elle découvre qu'elle a de la famille dans une petite ville appelé Sainte Lorette. Elle va y passer sa nouvelle année scolaire. Fanny a son petit caractère mais elle se sent abandonné et perdue. Qu'est-ce que son père lui a caché d'autres? C'est la question qui va être posé sur une grande partie du livre. Avec Henri et Léonie, ils vont chercher a découvrir les secrets du père de Fanny.

Fanny est encore adolescente mais on la voit également grandir. Sa colère et sa solitude son légitime. Elle est féministe et ne se laisse pas marcher sur les pieds. J'ai adoré ça. Ça change de ces adolescentes qui ne parlent que des garçons. L'autrice a fait le choix judicieux d'aborder également des sujets que toutes adolescentes n'osent pas forcément parler.

Léonie nous semble un peu fade au début mais lorsqu'elle va devenir amie avec Fanny, on va découvrir une Léonie beaucoup plus rock'n'roll. Quant à Henri, du crétin fini on va le découvrir plus attentionné et plus sympa. C'est peut-être lui qui va le mieux comprendre Fanny. Dans le second tome, j'ai l'impression qu'on verra Fanny avec son père. Je serai curieuse de lire ça.

En bref, un roman jeunesse très beau et très bien fait. Je vous le recommande même pour un public adulte. J'ai été surprise par les découvertes des adolescents.
Challenge frogzine




lundi 10 juin 2019

Manuel du guerrier de la lumière de Paulo Coelho

Auteur : Paulo Coelho
Maison d'édition : Le livre de poche
Date de sortie : 22 Mars 2000
ISBN : 978-2253147725
Pages : 156
Prix : 6euros chez j'ai lu


Résumé : Les guerriers de la lumière se reconnaissent au premier regard. Ils sont au monde, ils font partie du monde. Souvent ils trouvent que leur vie n'a pas de sens. Mais ils n'ont pas renoncé à le trouver. Ils s'interrogent. Ils refusent la passivité et le fatalisme. C'est pour cela qu'ils sont des guerriers de la lumière. On trouvera dans ce libre bref, simple et précieux, la synthèse de la philosophie humaniste de Paulo Coelho : un message de confiance et de vie qui avec L'Alchimiste et La Cinquième Montagne, a déjà touché des millions de lecteurs dans le monde entier. 

MON AVIS : Voici un livre que je n'aurai jamais lu sans le défi lecture auquel je participe cette année. Il s'agit d'un essai un peu particulier. Le personnage principal essaie d'entendre le bruit d'une cloche au fond de l'océan indiqué par une femme. Des années plus tard, alors qu'il revient au bord de la plage, cette femme le rejoint. Elle lui demande d'écrire le manuel du guerrier de la lumière.

Chaque page est une réflexion sur la vie et ses difficultés. Mis à part la référence à la religion, j'ai été en accord avec ce roman d'une justesse étonnante sur l'humain dans sa globalité. On vit tous des moments de doute, d'égarements et nous avons tous des principes. Il ne tient qu'à nous de les respecter. J'ai particulièrement apprécié les passages ou le guerrier met un pied à terre et prend le temps de se relever ou s'isole. 

En bref, c'est un très beau texte apaisant et juste que je vous recommande.