mercredi 12 août 2020

Les chats des neiges ne sont plus blancs en hiver de Noémie Wiorek

Les chats des neiges ne sont plus blancs en hiver noémie wiorek
Auteur : Noémie Wiorek
Maison d'édition : Homme sans nom
Date de sortie : 1 Juin 2020
ISBN :
978-2-918541-68-4
Pages : 408
Prix : 21,90


Résumé :

Morz est la terre la plus au nord du monde. Des siècles plus tôt, la neige a cessé de tomber et la glace a fondu, devenue une boue informe et immonde.
Il y a une ombre dans l'est de Morz ; celle de Noir, un esprit maléfique prêt à tout pour provoquer la ruine du royaume. Sur ses talons court le Second, un guerrier prodigieux, plus cruel et féroce que tous les séides gravitant autour d'eux.
Il y a un enfant sur le trône de Morz : on attend de lui la ferveur de ses ancêtres pour maintenir le royaume dans la Lumière. Mais le prince Jaroslav doute de sa place, de son pouvoir, et ne souhaite qu'une seule chose : vivre en paix.
Et dans le nord, près des montagnes, ourdissent les sorcières, vengeresses, dévorées par le rêve incertain de refaire un jour tomber la neige sur leur monde déchu.


MON AVIS : Merci à la maison d'édition de m'avoir proposé ce service presse.
Honnêtement, j'ai été très surprise par leur proposition. Dès les premières lignes de l'extrait qui m'a été envoyé, je savais que j'aimerai ce livre. Et j'étais très loin d'imaginer que je ne me contenterai pas d'apprécier ce roman.

Pour commencer, parlons de l'objet livre : il est absolument sublime. La couverture marque les esprits. le titre intrigue. Je ne parle pas de la tranche mêlant noir et blanc. Les pages intérieures possèdent un cadre stylisé et les entêtes de chapitre un petit dessin. La deuxième de couverture est coloré de feu.

Concernant le résumé, sachez qu'il n'y a aucun spoilers. Je dirai même que le résumé ne dit absolument rien du roman. J'ai déjà lu des résumés (et même souvent) qui m'empêchait d'être surprise lors de ma lecture à cause d'un mot clé ou de quelques choses qui me donnerait une indication. Ici, il n'en est rien.

Lorsque j'ai commencé ma lecture, la première chose que je me suis dite, c'est "quelle écriture!". Au point de vouloir le savourer et non le dévorer. Je ne me souviens pas d'avoir lu un livre de cette qualité d'écriture. Chaque mot compte. L'autrice les a choisi avec soin. Rien ne filtre et en même temps leur poids est fort. Il claque, émeuve, angoisse ou autre à chaque fois qu'il le faut. On sent le travail fourni et c'est plus qu'agréable. Dès le prologue, on rentre dans le vif du sujet.

Le second point concerne cette capacité de passer de moments poétiques à des moments violents tout en conservant la beauté des mots. Je pense à une scène en particulier. L'écriture si belle et poétique m'avait endormi jusqu'à la dernière phrase du chapitre qui m'a scotché.

On en vient au point suivant : les rebondissements. Il y en a tellement. Je reviens sur l'importance du choix des mots. Ça prend tout son sens ici. L'autrice prend un malin plaisir à nous endormir ou à nous envoyer sur de fausses pistes par le biais de ses personnages y compris dans les dernières lignes ou chaque mot à pourtant son importance. Combien de fois ai-je frissonné, ai-je été frustrée ou encore estomaqué par les évènements.

L'autrice s'amuse avec les codes du genre. La fantasy oppose toujours un méchant à un gentil d'une manière ou une autre. Je pensais que ce serait le cas. Ce fut le cas mais pas tout le temps. En fait, ce roman est plein de folie humaine. Je ne sais pas quel est le personnage sain d'esprit dans ce roman. L'autrice exploite une idée précise : jusqu'où un homme est prêt à aller pour ses idéaux, ce en quoi il croit. Et c'est une réussite.

Un autre point fort de ce roman (oui il y en a beaucoup) est la psychologie des personnage. J'ajouterai leur évolution également. Chaque personnage change au cours de l'histoire. Jaroslav remporte la palme. À un moment donné, je me disais "dommage qu'on ne voit pas plus ce personnage). J'ai mieux compris après pourquoi. Noir a été le plus complexe à comprendre et surtout à découvrir le secret (l'importance de chaque mot je vous dis). Tomislav n'est pas le champion de Jaroslav pour rien. Agnieska est le personnage le plus complexe que j'ai pu découvrir.

D'ailleurs, dans ce roman, sachez que ces dames sont très présentes et particulièrement bien représentées. Elles sont fortes, font face à leur faille et font ce qu'il faut pour ce en quoi elles croient. Honorata, mère de Jaroslav, est une reine qui a les yeux et les oreilles partout. Une main de fer dans un gant de velours. agnieska que j'ai mentionné plus haut dont je ne dirai rien de plus. J'ai adoré son apparition dans le roman. Enfin, Asriel, une ambassadrice, est très peu présente mais sa présence m'a marqué. J'aurai même aimé un petit quelque chose en plus la concernant.

En fermant le livre, j'étais contente de le terminer et triste à la fois. Je ne voulais pas que ça s'arrête. Je voulais savoir encore tant de choses sur l'avenir de personnages. Je ne les nommerai pas sinon ce n'est pas drôle.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire