mardi 8 août 2017

Pierre-Fendre de Brice Tarvel

Pierre-Fendre de Brice Tarvel
Auteur : Brice Tarvel
Maison d'édition : Les moutons électriques
Date de sortie : 24 août 2017
ISBN : 978-2-36183-361-9
Pages : 272
Prix : 19,90


Résumé :
On n’y entre pas plus qu’on n’en sort. On y naît, on y vit, puis on y meurt. Un monde clos de murailles infranchissables, chapeauté d’un éteignoir de grisaille. Certains ont l’illusion d’un nid somme toute douillet, d’autres ragent d’habiter une prison. Dulvan et son ami Garicorne appartiennent à ces derniers. Sans savoir ce qu’est vraiment le Grand Dehors, ils aspirent à en percer les mystères et rêvent d’une existence tout autre. Mais, pour ce faire, il convient de faire tomber l’enceinte géante, c’est-à-dire se rendre dans la salle-territoire de l’éternel hiver afin d’arracher la Sommeilleuse à ses songes. Comme le racontent les vieux récits, l’énigmatique endormie est-elle cependant bien une déesse dont les errances oniriques ont fait que le château et tout son contenu soient devenus réalité ?
Parce qu’elle ne peut supporter l’idée de perdre son frère, Aurjance quittera son cher royaume du printemps pour se lancer à la poursuite du jeune homme. Quant à Murgoche, la peu recommandable sorcière, elle n’entendra pas se laisser flouer par deux foutriquets.
MON AVIS : Merci à la maison d'édition Les moutons électriques pour cette avant-première. Je n'avais pas encore lu de livre de cette maison d'édition. Ou plutôt, je pensais n'en avoir pas lu mais si. J'ai un format poche de Estelle Fayé que j'avais beaucoup aimé. Qu'en ait-il de ce roman?
J'ai été très surprise par l'écriture de ce roman. L'auteur nous met dans l'ambiance avec l'utilisation du vieux français. Il n'y en a pas tout au long du roman. Je vous rassure, même sans connaître les mots, on arrive à comprendre. Je vous le jure. L'intelligence est justement là : la tournure des phrases permet une compréhension entière du roman sans avoir à chercher dans un dictionnaire. J'ai même trouvé ça jouissif de lire un roman avec un style d'écriture aussi unique. Je me demande si c'est écrit de la même manière dans ses autres œuvres. 

Le style d'écriture nous emmène dans une époque différente de la nôtre mais pas seulement. Elle nous permet d'être dans une ambiance particulière dès le début qui cadre parfaitement bien à l'histoire. On voyage et découvre le monde créé au travers des différentes saisons. Chacune ayant son lot de dangers à affronter. Cela peut paraître simple mais loin de là. Il faut avoir ces idées-là et j'avoue que je m'incline face à l'intelligence dont à fait preuve l'auteur. J'y reviendrais un peu plus loin.

Un autre aspect qui m'a beaucoup plus, c'est l'impression de lire un conte de fée au début. On glisse rapidement vers le fantastique par le biais des créatures puis la fantasy par le biais du voyage. Ce mélange des genres est vraiment agréable et surtout harmonieux. Ce n'est pas comme dans d'autres romans au sein desquels les mélanges sont inégaux et non volontaires. Je pense qu'au contraire, ici, c'était la volonté de l'auteur, de briser les frontières entres les genres littéraires.

Concernant les personnages, j'ai juste envie de dire big up à Murgoche. Je pense que les moments drôle se sont produits avec elle. Quelle poisse elle a eu. Pour une sorcière c'est pas top quand même. L'ironie sarcastique autour de ce personnage permet au lecteur de se détendre et surtout de s'amuser un peu. Son comparse Yuk m'a plu dès le début même s'il s'est quand même bien fait avoir. Dulvan est très touchant. Sa relation avec Garicorne est très belle et surtout naturelle. Ils sont très proches et surtout se font confiance même si Garicorne a un côté un peu vantard. Aurjance est une jeune femme de caractère contrairement à sa douceur apparente.

Ce roman aborde énormément de thématiques diverses et variées. Son écriture permet de transposer les évènements à notre société. On y parle de la nature et de son pouvoir sur les humains. La cause LGBT est mentionné avec un naturel rare dans un roman par le biais de la relation unissant Garicorne et Dulvan. L'homophobie est de ce fait dénoncé. La vision de la femme est abordée sous différente forme : on passe par son rapport à l'homme, sa soit-disant faiblesse et le regard des hommes sur elles. On aborde le handicap et la maladie.

En bref, j'ai pris plaisir à lire ce roman atypique aussi foisonnant d'idées et possédant un esprit d'une finesse rare. Si vous voulez sortir des sentiers battus, foncez. L'originalité vous tend les bras.

Aucun commentaire:

Publier un commentaire