mardi 20 juin 2017

Improvisation

Nous avons la chance d'être dans un pays libre. On peut porter ce que l'on veut, dire à peu près ce que l'on veut et penser comme le souhaite. On peut aimer une personne de même sexe sans être arrêté pour autant. Nous avons beaucoup de chances. Alors pourquoi ne sommes-nous jamais satisfait de ce que l'on a? Pourquoi certains ressentent le besoin de briser leur propre bonheur?

Dans ce beau pays qu'est la France, il y a certaines personnes qui s'inquiètent plus du fait que des couples LGBT puissent se marier que de la haine qui se propage ici. Ça me dépasse. On devrait plutôt s'entre-aider, se soutenir les uns les autres au lieu de s'insulter et s'humilier....Mais c'est tellement plus simple d'humilier quelqu'un afin de se sentir supérieur...Et vous n'en avez pas honte?

Pourquoi est-ce que j'écris cela? Parce que je vois des émissions comme TPMP qui ont un public jeune qui ne prend pas ses responsabilités, qui favorise la haine et qui peut encore être diffusé comme si rien ne s'était passé, parce que je vois au quotidien les comportements de chacun, parce que je vois certains hommes se comporter comme des chiens à l'égard d'une femme.

Je sais que je me berce d'illusions mais je rêve qu'on puisse pour une fois dans notre vie nous comporter comme on le devrait : comme des êtres humains. Ou plutôt devrais-je dire comme la part lumineuse de l'être humain.

3 commentaires:

  1. Un pays libre! pas tout a fait.
    Nous devons toujours faire attention aux paroles que nous disons, pour ne pas blesser, heurter... Mais je pense que c'est avec l'âge que cella s'apprend.
    L'âge apporte beaucoup de sagesse.
    C'est également avec l'âge qui avance, que nous apprécions le bonheur que nous avons. Car c'est celui que nous avons construit. Chacun construit son propre bonheur.
    C'est notre part lumineuse.
    Agnes


    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. On a quand même plus de liberté que dans d'autres pays. C'est ça que je pensais en écrivant ce texte

      Supprimer
  2. Oui, c'est vrai. Nous faisons parti d'un pays libre.
    Agnes

    RépondreSupprimer