mercredi 31 mai 2017

Le corps du livre de Guarnièri Mollier Massin

Le corps du livre


Auteur : Guarnièri Mollier Massin
À l'occasion de la fête de la librairie indépendante
Date de sortie : 1 avril 2017
ISBN : 2330075979

Résumé : Que raconte une jaquette indépendamment du contenu du livre ?
Comment sommes-nous captés par ces graphies déroutantes, par ces images, par ces motifs, par ces logos si familiers qui nous incitent parfois à la collectionner ?
Cette fusion du fond et de la forme interpelle le lecteur et chemine en lui nous ne savons pas toujours comment !
À travers cet ouvrage nous mènerons l’enquête afin d’élucider ces énigmes... 


MON AVIS : Merci à la fête de la librairie indépendante d'exister de ce cadeau à ceux qui le souhaitaient. On avait le choix entre un livre ou une rose. Me connaissant, pas besoin de me demander ce que je préférais. Ce livre parle du visuel du livre. Il est très intéressant. On apprend beaucoup sur l'évolution des couvertures mais également des technologies utilisées. Les intervenants témoignent de leur travail, de ce qu'ils ont tenté. Il peut paraitre parfois complexe mais c'est assez fascinant de voir la complexité que cela représente d'illustrer la couverture d'un livre.

Ce livre est également bourré de références littéraires. Je ne vous dis pas ce qu'il est advenu de ma wish list. C'en est désespérant. Les auteurs témoingnent de ce qu'ils ressentent à la vue de la couverture du roman.

En bref, un documentaire intéressant parfois un peu complexe et qui fait également envie.

lundi 29 mai 2017

La fille qui lisait dans le métro de Christine Féret-Fleury

Auteur : Christine Féret-Fleury
Édition : Denoël
Date de sortie : 9 mars 2017
ISBN : 9782207133958
Pages : 176
Prix : 17,90

Résumé : Juliette prend le métro tous les jours à la même heure. La ligne 6, le métro aérien. Ce qu’elle aime par-dessus tout, c’est observer, autour d’elle, ceux qui lisent. La vieille dame, le collectionneur d’éditions rares, l’étudiante en mathématiques, la jeune fille qui pleure à la page 247. Elle les regarde avec curiosité et tendresse, comme si leurs lectures, leurs passions, la diversité de leurs existences pouvaient donner de la couleur à la sienne, si monotone, si prévisible.
Jusqu’au jour où Juliette décide de descendre deux stations avant son arrêt habituel, et de se rendre à son travail en coupant par une rue inconnue ; un pas de côté qui va changer toute sa vie. 

MON AVIS : Moi, amoureuse des livres, vous vous dites que j'ai adoré. Et bien, erreur. Je n'ai pas réussi à entrer dans le livre avant la dernière partie et encore pas tout à fait. Mais comment est-ce possible? 

La couverture a beau être alléchante, le résumé est un petit peu mensonger. Le style de l'auteur n'est pas en cause. Elle écrit bien. Rien à dire à ce sujet mais le résumé retrace le tout début du roman et on s'arrête là. Ensuite, c'est assez confus, lourd à mon sens. 

Je pense qu'un peu de précision s'impose. Je m'attendais à lire un roman dans lequel Juliette observerait des gens pendant leur lecture, leur réaction ou d'autres choses, que l'on découvrirait les titres des romans et pourquoi pas une rencontre entre amoureux des livres. Et bien, ce n'est pas ce qui se passe. Je ne dirais pas ce qu'il se passe mais les observations s'arrêtent au début. Ensuite, elle se retrouve "obligé" de donner des livres. Je n'ai rien contre. Cependant, moi, aimant les livres, je n'ai pas beaucoup ressenti cette amour là dans les livres.

En effet, on se retrouve avec un monsieur qui utilise un livre afin de garder la porte de son immeuble entre-ouverte. Comme Juliette, je n'ai pas apprécié. Certes, on a une explication mais quelqu'un qui se dit amoureux des livres ne ferait jamais ça. Les passages sur le lien qui unissent les hommes et les livres sont peu nombreux et trop en arrière plan. Ce qui compte, ce n'est pas les livres au final mais ce que va vivre Juliette. Parlons d'elle d'ailleurs. Je ne me suis pas attachée à elle du tout. On en apprend beaucoup sur elle mais j'ai trouvé ça des plus confus. Je la trouvais trop hésitante, effacée et encore. Je me demande même si j'avais vraiment un avis sur elle tant je ne rentrais pas dans le livre. Je lisais sans lire au début pour dire.

Nous avons Soliman. Un homme atypique, un peu fou mais tellement humain. Il accumule les livres et les aiment. Maintenant, on pourrait se dire oui mais...Il y a sa fille que j'ai beaucoup aimé. Une femme dans un corps d'enfant tant elle sait ce qu'elle veut. Comme son père elle aime les livres mais pas au même point. Nous avons Léonidas (j'avoue que ça m'a fait sourire) : un homme très élégant lisant toujours le même livre. On pourrait penser qu'il vient d'une autre époque. Il m'a touché mais pas assez. Peut-être aurait-il fallu qu'il soit plus travaillé.

Dernier point : les références littéraires cités. J'avoue avoir été surprise de trouver pas mal d'auteurs asiatiques nommés (Murakami, Shonagon et Otagawa entre autre. J'en ai lu deux et le dernier est dans ma PAL). Ensuite, nous avons principalement des grands classiques. Je n'ai pas de réels découvertes à part la poésie que cite Soliman. Le reste, on en a tous entendu parlé. J'aurais aimé également qu'il y ait un réel mélange des genres. En effet, je n'ai vu apparaître qu'un seul roman de l'imaginaire. Encore une fois, ce genre est oublié. L'auteur a voulu mettre en avant de grands lecteurs mais s'ils n'avaient pas été cloisonné, cela aurait été mieux. Là, c'est purement subjectif comme avis.

En bref, je n'ai pas été convaincu par ce roman dont j'attendais plus de choses et quelque chose de bien différent. Un point positif, on est loin des clichés.

samedi 27 mai 2017

Notes de chevet de Sei Shonagon

Notes de chevet


Auteur : Sei Shonagon
Maison d'édition : Mazenod
Date de sortie : 2014
ISBN : 9782850885921
Pages : 352
Prix : 179 euros
Autre édition : Gallimard à 13,50 euros

Résumé :
Les Notes de chevet sont l'un des plus beaux livres de la littérature japonaise. Composées dans les premières années du XIe siècle, au moment de la plus haute splendeur de la civilisation de Heian, par Sei Shonagon, une dame d'honneur, attachée à la princesse Sadako. Ces notes intimes proposent, sous forme de tableaux, de portraits, de récits, une illustration du Japon sous les Fujiwara.
Les impressions sur le vif de l'auteur, abordent tour à tour les choses qu'elle aime ou déteste voir, écouter, manger et boire, ainsi que des historiettes au sein de la cour impériale, des poésies et quelques avis sur ses contemporains.
Cette édition exceptionnelle est illustrée par les œuvres d'Hokusai, le maître japonais de l'ukiyo-e, dont le trait raffiné entre en parfaite résonance avec la sensibilité et la grâce de l'écrivain. Elle invite le lecteur à découvrir la manière japonaise de sentir le monde, la nature -partie indissociable de la vie affective et intime au Japon-, de se former à l'écoute des mille détails du quotidien et d'en goûter les beautés simples qu'il offre. Une introduction et des notes permettent de comprendre et savourer pleinement cette prose poétique, y compris tous les jeux subtils sur les mots.

MON AVIS : Je cherchais un livre comprenant les estampes de Hokusai. Je ne savais pas quel livre exactement je voulais. Par pur hasard, je suis tombée sur ce livre sur le site de la maison d'édition. J'ai craqué malgré le prix. C'est un ouvrage vraiment particulier. Je vous rassure. Si ce livre vous tente, il existe en format poche chez Gallimard mais sans les illustrations merveilleuse.
Parlons du coffret. Il est juste magnifique. Ne serait-ce que la couverture. Elle correspond d'ailleurs très bien à ce que l'on imagine de Sei Shonagon. Ensuite,  nous déballons les les livres. L'œuvre en elle-même possède une reliure à la japonaise. La qualité du papier est unique. J'avoue en avoir été surprise mais qu'est-ce que c'est agréable. Ajouté à ce livre, nous avons une introduction nous permettant de nous préparer au Japon de l'époque ainsi que des notes expliquant la subtilité du texte.

La plume de Sei Shonagon est fascinante. Rappelons qu'elle a réellement existé et que le texte a été écrit dans les années 990. Elle a une plume poétique, juste et remplie d'observation. Elle nous apprend à observer ce qui nous entoure dans le détail. On découvre la cour japonaise de l'époque. C'est somptueux et parfois dur. Sa relation avec sa maitresse est incroyable. Leur façon de communiquer est magique : l'échange de notes ou de lettres, les poésies. Mais le plus intéressant est de découvrir la personnalité de Sei. Elle a du tempérament et n'a pas peur de dire ce qu'elle pense, pas même à l'empereur. On apprend ce qu'elle aime ou non. Elle reste tout de même assez superficielle par rapport à l'esthétique.

Concernant les notes, sont-elles toutes importantes? Non, certaines ne m'ont pas paru essentielles. Pour d'autres, je n'ai pas compris le sens caché lorsqu'elle liste les montagnes ou autres. Néanmoins, la plupart des notes est essentielle. Certaines sont même amusante voir drôle. Les échanges, la poésie étaient de rigueur à cette époque et c'est ça qui m'a plu.

La grande question : quel rapport avec Hokusai? C'est très simple. Ils n'ont peut-être pas vécu à la même époque mais leur travail dit la même chose. Chaque estampe choisie représente parfaitement l'essence de la note qu'elle concerne. C'est assez incroyable de voir que ces deux personnes ont le même point de vue sur leur pays à des époques différentes. Ne parlons pas de la beauté des estampes que tout le monde connait. Je vous invite tout de même à découvrir les autres. Certaines sont justes encore plus belle que la vague.

En bref, un livre intéressant qui vaut largement son prix. Si vous aimez le Japon au point de vouloir en apprendre plus, foncez. Personnellement, je l'ai dégusté en douceur. Il invite à la douceur, à se poser et à se détendre.

jeudi 25 mai 2017

Éditions Malpertuis

Éditions Malpertuis

Et oui, nouvelle article consacré à une petite maison d'édition. J'avoue à me grande honte ne pas avoir de livres de leur maison d'édition. C'est pas bien. Je compte bien me rattraper. Il n'empêche que j'ai décidé de venir en aide aux maisons d'édition. C'est pour cette raison que j'en parle ici. Ne passez pas votre chemin. Et encore moins si vous êtes adepte de l'imaginaire.

Avant de commencer sérieusement cet article, je tiens à remercier les éditions Malpertuis d'avoir accepter de répondre à mes questions et encore plus de leur réactivité. J'espère que j'aurais tout dit. 

J'avoue avoir repéré quelques titres qui attirent ma curiosité. D'ailleurs, c'est leur point fort : les résumés. Ils affichent le ton tout en nous poussant à ouvrir le livre afin de comprendre un élément. Certains donnent la couleur (on devine l'horreur) tandis que d'autres on ne sait pas trop.

Les livres qui me font envie





 Oui, ça en fait un peu beaucoup mais c'est ça quand on ne prend pas le temps de consulter le net. (Vive le déménagement).
Et pourquoi une anthologie Malpertuis.

1) Qu'est-ce qui vous a donné envie de créer cette maison d'édition et pourquoi? 

La passion du fantastique d'abord, l'envie de défendre cette littérature, de donner leur chance à de jeunes auteurs. Et plus directement, l'envie de concrétiser deux projets de publication : "Le roi en jaune" de RW Chambers, et l'anthologie annuelle Malpertuis.  

2) En quoi est-elle différente des autres?  

Peu de gens se consacrent au fantastique, ça fait déjà une singularité. Maintenant j'ai aussi l'impression qu'on s'attache, peut-être plus que d'autres, à ne pas juste publier des choses distrayantes ou d'évasion, qu'on exige une certaine force ou intensité qui va au-delà de ça.  

3) Quelles sont les valeurs que vous souhaiteriez défendre?

Le fantastique ! Sous toutes ses formes, de l'horreur la plus frappante à l'onirisme le plus délicat. La qualité d'écriture. L'authenticité .  

4) Combien de livres publiez vous par an? Aimeriez vous en publier plus sur le long terme?

On fait entre 3 et 6 livres par an. Plus, on aimerait bien, mais ça demande des moyens, et il faut rester raisonnable.  

5)Comment voyez-vous l'avenir de votre maison d'édition?

 L'avenir, bien malin qui peut le voir...

Et vous? Qu'en pensez vous? Ça vous donne envie?

mardi 23 mai 2017

Les porteurs #1 : Matt de C.Kueva

Les porteurs
Auteur : C.Kueva
Maison d'édition : Thiery Magnier
Date de sortie : Avril 2017
ISBN : 979-10-352-0016-9
Pages : 304
Prix : 14.90

Résumé : Gaëlle a choisi d’être femme, Flo hésite encore. Matt, lui, sait que dans trois mois, il deviendra un homme. Dans cette société, tous les enfants naissent hermaphrodites. à seize ans, les adolescents doivent choisir leur sexe. Tous, sauf ceux atteints d’une déficience qui les condamne à un autre destin. On les appelle les Porteurs. Matt découvre qu’il est l’un de ceux là. Mais que cache vraiment la déficience des Porteurs ? Pourquoi l’État les tient-ils sous haute surveillance ? Une formidable histoire de manipulation, de secret d’Etat, et bien entendu, d’amour. 


MON AVIS : Quel roman! Il est juste incroyablement dans l'air du temps et au-delà de ça. L'écriture est très belle et juste. L'auteur a su adapter son écriture à chaque personnage mais également adopté le point de vue nécessaire extérieur lorsqu'il le fallait. C'est fait avec intelligence et beaucoup de réflexion. Et oui, ce roman n'est qu'en partie une dystopie. On a donc un roman mettant en avant les personnages et leur psychologie. 

L'histoire de ces adolescents devant choisir leur sexe à 16 ans est originale. C'est ce qui permet à ce roman d'être encore plus originale par la suite. En effet, on nous explique le pourquoi dans ce futur, tous les adolescents passent par cette phase...sauf certains dont Matt fait partie. On découvre cette société futuriste avec le passage de Flo. Ce personnage m'a beaucoup touché au début. Par la suite, je ne sais pas si ce personnage me touchera encore. Je ne sais que penser de son comportement. Ensuite, nous avons Gaëlle, fière d'être une femme. Elle est le stéréotype d'une femme. On pourrait reprocher à l'auteur ce fait mais non. Il n'en est rien. 

Le but de ce roman n'est pas seulement de montrer les différences entre les hommes et les femmes mais également de montrer qu'entre les femmes nous sommes différentes et toutes ne se comportent pas de la même façon de même chez les garçons.  Et c'est fait avec brio. La découverte de la féminité est développé dans le roman avec intelligence tout comme les changements chez les adolescents devenant femmes. Heureusement Gaëlle évolue. Mais je pense que nous n'en avons pas fini avec elle.

Enfin Matt, un jeune hermaphrodite intelligent et réfléchi mais qui passe son temps à fuir. Il en a parfaitement conscience et assume ce côté lâche. Le concernant, rien ne se passera comme prévue. Son évolution est surprenante. On se rend compte de l'impact des hormones sur l'être humain. L'aspect scientifique de ce roman est très bien mené. On ne s'ennuie pas.

Enfin, nous avons Lou. Un être mystérieux et pas tout a fait ce qu'il prétend être. Je n'en dirais pas plus. Je l'ai adoré dès son arrivé. Il a une aura particulière. Et je n'ai pas souvenir d'un personnage comme lui en littérature. Il séduira beaucoup de lectrices et lecteurs croyez moi. Ses longs cheveux et son regard...bref, passons. Nous ne savons rien de lui jusqu'à la fin du roman...Mais pas de spoiler.

Il est dans l'aire du temps simplement parce qu'il ne plaira pas aux extrêmes ni aux pures catholiques ni à ceux du sens commun... Enfin, à ceux qui ne sont pas tolérants. On y parle de thèmes d'actualités comme l'homosexualité féminine et masculine ainsi que de bisexualité, des LGBT, de l'adolescence et ses problèmes hormonales, des relations ado-parents, de l'avenir professionnel...Et tant d'autres thèmes.

En bref, ce roman est juste génialissime. Je vous le recommande vivement. Ce roman devrait d'ailleurs être lu par tous.


samedi 20 mai 2017

Les enfants de la baleine tome 5 &6 de Abi Umeda

Les enfants de la baleineLes enfants de la baleine

Mangaka : Abi Umeda
Maison d'édition : Glénat
Date de sortie : 2 novembre 2016 / 15 février 2017
ISBN : 9782344014905 / 9782344019849
Pages : 196 / 208
Prix : 6.90 euros

Résumé : Dans un monde où tout n’est plus que sable, un gigantesque vaisseau vogue à la surface d’un océan de dunes. Il abrite des hommes et des femmes capables pour beaucoup de manipuler le saimia, un pouvoir surnaturel qu’ils tirent de leurs émotions. Ce don les condamne cependant à une mort précoce.
À bord de la “Baleine de glaise”, ils vivent leur courte vie coupés du reste du monde.
Jusqu’au jour où, sur un vaisseau à la dérive, le jeune Chakuro fait une étrange rencontre…


MON AVIS : Ce manga est vraiment complexe lorsqu'on laisse un long moment s'écouler entre deux tomes. Cela ne m'a pas empêché d'être surprise par la suite des évènements. J'avais un peu peur justement que la série ne soit trop longue mais non. Au vue des évènements, rien ne peut être prévue. Nous connaissons enfin les secrets de la Baleine de glaise mais maintenant que faire?

Les personnages se révèlent les uns après les autres et de nouveaux apparaissent. Je pense que concernant ces nouveaux venus, nous ne sommes pas au bout de nos surprises à mon avis. J'ai adoré la relation qui s'est créée directement entre Roxalito et Suoh. Elle est très drôle et fraternelle. 

Les dessins sont magnifiques. La créativité est présente et surprenante. Rajoutons de la magie dans tout ça et c'est juste beau. On nous emmène dans ce monde inconnue et on y croit. 

En bref, une série qui me surprend et que je continuerais à suivre avec plaisir.

vendredi 19 mai 2017

Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques, de la lecture et de l'imagination de Neil Gaiman

Pourquoi notre futur dépend des bibliothèques, de la lecture et de l'imagination


Auteur : Neil Gaiman
Maison d'édition : Au diable vauvert
ISBN : 9782846269469
Date de sortie : 15 Novembre 2014
Pages : 24
Prix : gratuit

Résumé : Le 14 octobre 2013, Neil Gaiman a donné une conférence à l'invitation de la Reading Agency, au Barbican Centre de Londres' Voici une retranscription intégrale de son discours.

Né en 1960 en Angleterre, Neil Gaiman est auteur de célèbres comics, scénariste et romancier. lauréat de nombreux prix, il est lu dans le monde entier. 

MON AVIS : Comment n'ai-je pas connu ce petit texte plus tôt? C'est une honte pour une lectrice comme moi qui fait de son mieux pour partager sa passion du livre. Cette retranscription du discours est superbe. Pour tous les amoureux du livres, c'est à lire d'urgence. Certains passages m'ont fait sourire (l'envie irrésistible de tourner les pages de ne pouvoir s'empêcher de lire encore). Bref, vous avez compris où je veux en venir. Certes, il parle du milieu littéraire britannique mais en France c'est pareil. Il y a un réel problème. Quand je pense que c'est les chinois qui sont les premiers à admettre que les littératures de l'imaginaire valent autant que les autres...Il y a comme qui dirait un paradoxe.

Oui, l'autre intérêt de ce texte est que l'on apprend beaucoup de choses sur le milieu, sur ce qu'il s'y passe et sur nos devoirs de citoyens et/ou lecteurs vis-à-vis des différents maillons de la chaîne du livre. Entre autre, les bibliothèques. Il nous en parle avec tant d'amour mais également tant de réalité...Il y est question des maisons d'éditions qui ferment à tour de bras...comme en France et de ce que l'on peut faire pour empêcher que cela continue.

En bref, tout citoyen doit lire ce texte s'il tient à ce que la culture puisse continuer à vivre. Je n'ai rien d'autre à dire. Je suis quasiment sûre de le relire ce texte.

mercredi 17 mai 2017

Édition Plume blanche

Je me souviens que je m'étais engagée à faire des articles sur des maisons d'édition. Je sais. Il n'y en a pas beaucoup à l'heure actuelle. Néanmoins, vous allez en avoir deux. Et oui, mes problèmes de santé et mon déménagement terminés, j'ai pu enfin consacré sur temps à ces articles prévu depuis un certain temps.

Je tiens à remercier les Édition Plume blanche d'avoir pris le temps de répondre à mes quelques questions et de leur disponibilité.

Édition plume blanche

Comment l'ai-je découverte?

Je l'ai découverte grâce à un auteur : Westley Diguet. En effet, il a publié "le règne du sang" que j'avais adoré (comme tous les romans de cet auteur). Pourtant, ce n'est pas à ce moment-là que je m'y suis réellement intéressée. Il a fallu que je m'intéresse au travail de Léna Jomahé pour apprendre qu'elle allait publier un nouveau roman. Je suis toujours dégoutée de ne pas avoir acheté le précédent. Ensuite, les halliénales. Un stand consacré à cette maison d'édition. J'y ai rencontré Léna Jomahé et Angela Arekin (pardon je n'ai pas encore lu le livre mais je le ferais promis). Depuis, ma wish list s'est considérablement allongé.


Les collections :

Quels sont les romans qui me font envie?

Je vous vois venir d'ici. Vous vous dites "tous". Et bien non même s'il y en a pas mal.
- À ma vie, à ta mort
- Ray Shepard
- Au delà des limbes
- Salem (j'avais failli lors des halliénales).

Ok, ça fait la quasi totalité du catalogue et en plus je ne parle pas des sorties à venir mais bon. Ils sont tentant. Je vous mets le lien de la maison d'édition : http://plumeblanche-editions.fr/

Questions/Réponses

1) Qu'est-ce qui vous a donné envie de créer cette maison d'édition et pourquoi?

Avant d’être éditrice, j’étais auteur et j’ai fais des années d’étude dans les Métiers du Livre et un jour, je me suis dis : pourquoi pas moi ? J’étais ce jour-là avec Sandra Triname, aujourd’hui l’une de mes meilleures auteurs (Salem et A ma vie à ta mort). Ainsi est née Plume Blanche. Durant des mois il a fallu réfléchir très précisément sur la ligne éditoriale, les collections, le nombre de parutions, la charte graphique, etc. Bref, cette maison d’édition c’est une grosse partie de moi, de ce que j’aime et les livres qui sortent sont tous des coups de cœur. 

2) En quoi est-elle différente des autres?

Juste à cause de ses coups de cœur, je pense. Je ne publie que 6 titres par an, soit un tous les deux mois et il s’agit vraiment de romans qui ont apporté quelque chose de magique. Je souhaite faire partager aux lecteurs un bout de rêve, un nouveau voyage au sein d’un univers qui vaut le coup !

3) Quelles sont les valeurs que vous souhaiteriez défendre?

Déjà, je défends les romans versions papier par rapport aux numériques même si on soigne les deux Ensuite, je tiens à la relation auteur-éditeur. Mes auteurs, je les connais tous, je discute avec eux, je compose avec chaque personnalité, essayer de les comprendre pour travailler au mieux leur roman. Ils mettent tous des mois, voire des années à écrire un texte qu’ils me remettent… et duquel il faut prendre soin !

4) Combien de livres publiez-vous par an? Aimeriez-vous en publier plus sur le long terme?

Actuellement, je publie 6 livres par an. J’espère, d’ici 2019, pouvoir sortir 10 titres à l’année et je n’irai pas au-delà. Il faut prendre le temps de mettre en avant chaque roman. Je veux essayer de faire en sorte que chaque titre rencontre son public, et donc, pour cela, il ne faut éviter d’en sortir trop !

5) Comment voyez-vous l'avenir de votre maison d'édition?

J’espère qu’on va continuer encore très très très longtemps d’exister !!!! Et de grandir ! Encore et encore jusqu’à ce que l’on trouve tous nos titres en librairie !!!     


Et voilà! Alors dites-moi tout! Vous aimez? Avez-vous repéré des titres qui pourrait potentiellement atterrir dans votre PAL?

lundi 15 mai 2017

Lena Wilder tome 1 : Sauvage de Johan Heliot

Lena Wilder
Auteur : Johan Heliot
Maison d'édition : Lynks
Date de sortie : 4 mai 2017
ISBN : 978-2916323640
Pages : 303
Prix : 16,90

Résumé : Ballotée d'un bout à l'autre des Etats-Unis depuis sa plus tendre enfance, Lena fuit. Quoi ? Lena l'ignore, puisque sa mère n'a jamais voulu le lui dire. Jusqu'au jour où elles débarquent à Arkhoon, sa prison, ses abattoirs, patelin paumé au milieu de nulle part. Pendant que sa mère découpe des quartiers de viande avec la majorité des autres ouvriers de la ville, Lena tente de s'intégrer à son nouveau lycée. C'est sans compter ses fringales, sa soudaine puberté, et l'éveil de sa nature profonde. Un éveil qui la mènera sur les traces de son père et le mystère de ses origines. Un éveil qui la confrontera aux Démarcheurs, prêts à tout pour éradiquer ceux de son espèce et à la terrible Horde, menée par l'ennemi juré de son père. Et puis, il y a Gerry, qui fait battre son cœur et dont son instinct hurle de se méfier... 

MON AVIS : Je tiens à remercier les Éditions Lynks pour ce SP

Sans le savoir, j'ai déjà lu un roman de cet auteur. J'avais été surprise par le côté atypique de l'écriture de l'auteur. Et ici, ce fut le cas une fois de plus. L'écriture est simple et efficace. Tout se joue dans l'atmosphère qui rend les romans de cet auteur particulier. L'histoire s'installe doucement tout en distillant dès le début des questions et des mystères. Qui est le père de Léna? Pourquoi ces particularités? Et tant d'autres que je ne donnerais pas de peur de vous spoiler. Et c'est comme ça que l'on se retrouve plonger dans un roman efficace qui nous oblige à lire afin d'obtenir nos réponses. À cela s'ajoute les évènements qui s'enchainent qui nous accroche encore plus.

Lena Wilder m'a plus dès le début. Elle est forte, courageuse et s'assume parfaitement. Certes, elle commence à se poser des questions mais ne s'inquiète pas. Sa mère est là pour ça. Jill, sa mère, nous semble parano et en même temps très inquiète pour sa fille. C'est une mère qui se veut juste et qui aime profondément sa fille. Gerry est un bad boy à l'état pur mais qui garde un côté enfantin. C'est assez surprenant. 

Malheureusement, ce roman n'a pas que des points positifs. En effet, l'auteur a utilisé, à mon sens, un faux effet de surprise concernant Gerry. Il a trop préparé le lecteur à ce qu'il s'est passé. Ensuite, j'aurais aimé qu'il traite vraiment la face caché de Lucinda. On nous le montre mais sans plus.

Concernant les thématiques, la différence est un thème fort. La tolérance est crié par Léna et Gerry tandis que d'autres n'en veulent pas. L'amour, l'adolescence, la relation mère-fille sont d'autres thèmes abordés. Nous avons également le devoir de mémoire. L'auteur fait référence aux nazis et à d'autres évènements historiques. Choses assez rares qu'il faut préciser et d'actualités...

En bref, un roman intéressant dont je suis curieuse de lire la suite. Si vous souhaitez lire quelques choses d'atypiques, foncez, vous ne serez pas déçu.

samedi 13 mai 2017

À nos amours de J.P.Nishi

à nos amours


Mangaka : J.P.Nishi
Date de sortie : 17 mars 2017
Maison d'édition : Kana
ISBN : 9782505069300
Pages : 168

Résumé : Jean-Paul Nishi, auteur japonais, nous raconte dans ce manga tranches de vie sa rencontre avec sa future épouse Karen, une Française. Avec beaucoup d’humour et d’autodérision il dépeint la vie de couple, le mariage, la grossesse, la naissance du bébé et les anecdotes des mois passés à s’occuper du nourrisson à la maison, pendant que sa femme part travailler. C’est aussi l’occasion pour lui d’aborder toutes ces petites différences culturelles et normes sociales françaises qui étonnent, voir déstabilisent nos amis Japonais.

 MON AVIS : J'ai découvert par pur hasard ce manga sur internet. J'avais adoré les extraits. J'ai donc craqué et acheté le manga. Effectivement, le graphisme est particulier et fait plus BD mais ce n'est pas grave. Au contraire, cela va parfaitement bien à l'esprit du manga. On y trouve beaucoup d'humour, d'autodérision et surtout de tolérance. En effet, la différence entre la France et le Japon est plus forte que l'on pourrait le croire. 

On a toujours tendance à idéaliser un pays qui nous passionne mais est-il tel qu'on l'imagine? La réponse est non. C'est toute la magie de ce manga. Ne serait-ce que dans la rue, on le voit. J'ai adoré l'apprentissage des garçons et filles à l'adolescence. Il y a tellement d'humour et surtout de vérité. Au Japon, c'est beaucoup plus tranché qu'en France dans les établissements scolaires. Le rapport des parents à l'enfant, la relation amoureuse, les cafés, les transports en commun...Tant de choses qui nous différencient complètement. Pourtant, nos deux pays s'apprécient. C'est assez hallucinant...Et jouissif tant les remarques, les dessins et les impressions des deux sont comiques. 

En bref, un manga bien sympa qui m'a fait rire et halluciner par moment que je vous recommande.

jeudi 11 mai 2017

Quand la nuit devient jour de Sophie Jomain

Quand la nuit devient jour
Auteure : Sophie Jomain
Édition : France Loisirs
Date de sortie : 27 Avril 2016
ISBN : (chez Pygmalion) 9782756419176
Pages : 240
Prix : 16,00 (à 12,80 chez France Loisirs)


Résumé : Camille, 27 ans, souhaite mourir par euthanasie volontaire assistée. Le combat qu'elle mène contre sa dépression est sans fin et ni Dieu, ni la science, ni la médecine, ni le sport, ni l'amitié ne l'ont aidée. Elle a rendez-vous dans une clinique belge pour exaucer son vœu. Pourtant, là-bas, elle fait une rencontre qui pourrait changer le cours des choses. 


MON AVIS : Sophie Jomain sort des sentiers battus et ça lui va bien. Son écriture est forte, humaine et sensible. Ne serait-ce que pour cette raison, ce roman doit être lu. On ressent pleinement les émotions de Camille. On vit son histoire. Et la seule question que l'on peut se poser est : que ferait-on à sa place? Personnellement, je n'en ai aucune idée. A-t-on déjà souffert à ce point?

C'est le genre de roman que l'on lit et qu'on ne juge pas. Toute personne n'ayant aucun avis sur ce livre n'est pas humain. Les mots sont forts, leur impact tout autant. Ajoutons à cela le thème abordé : l'euthanasie. Je vous arrête. Je sais. Il est déprimant: c'est ce que vous vous dites. Je vous réponds oui et non. Oui parce que Camille a choisi de mourir et non par le biais de cette rencontre des plus surprenantes qu'elle fait. Je pense qu'à sa place, j'aurais changé d'avis. Mais en même temps, je la comprends. Elle a du se dire "c'est trop beau pour être vrai". Le thème est dur et tabou, rarement traité dans la littérature. Heureusement que Sophie Jomain a pris le risque.

Concernant les personnages, Camille est une jeune femme forte, réfléchie et intelligente. Elle sait ce qu'elle veut et ce qu'elle n'accepte pas. Elle est méfiante, curieuse, solitaire et manque profondément de confiance en elle. Ses parents sont admirables. Certes, sa mère ne réagi pas bien mais quel parent saurait réagir à ce genre d'annonces. Son père est le plus "optimiste". Nous croisons Brigitte. Elle est adorable. On aimerait tous connaitre une personne comme elle. Quand à Marc, je l'ai adoré. Il est surprenant, rafraichissant et que sais-je encore...

En bref, ce roman est à lire si vous souhaitez ressentir des émotions, vous sentir vivant et pourquoi pas apprendre des choses.

mardi 9 mai 2017

The ancient magus Bride tome 6 de Kore YAMAZAKI

The ancient Magus bride

Mangaka : Kore Yamazaki
Maison d'édition : Komikku
Date de sortie : 9 Mars 2017
ISBN : 9782372872355
Pages : 208
Prix : 7.90


Résumé : À la croisée des sentiers où cheminent les humains et les êtres surnaturels, Chisé a décidé de suivre sa propre route, à son rythme. Après avoir reçu une lettre, elle se rend à Londres en secret, où elle retrouve Alice, l’apprentie de Renfred. Les voilà toutes deux en train d’arpenter les rues bondées... mais dans quel but ?

MON AVIS : Ce manga suit son propre chemin. Après un moment de détente, on reprend l'apprentissage de Chisé et ses découvertes. On pourrait penser que l'intrigue s'arrête déjà mais je ne pense pas. Je ne pense pas non plus que Alice ait appelé Chisé par pur hasard. Le comportement de son maître est toujours incompréhensible et c'est l'un des points forts de la série.

Chisé ne manque pas de courage. À sa place, j'aurais eu peur et j'aurais fuit depuis longtemps. D'autant plus, au vue de ce que fait son maître. La question est : est-ce pour son bien ou non? That is the  question. Je pense qu'un nouvel arc commence et qu'on ne va pas s'ennuyer.

En bref, j'ai passé un bon moment. J'ai hâte de voir si mon pronostique est le bon. Gros point fort, pas de romances à l'horizon et surtout pas de bastons comme dans les shonen classique.

dimanche 7 mai 2017

Les architectes de l'illusion : les animaux fantastiques

Les architectes de l'illusion : les animaux fantastiques
Avant-propos : Stuart Craig
Auteur : Dermot Power
Maison d'édition : Harper Collins
Date de sortie : 16 Novembre 2016
ISBN : 1033900036
Pages : 265

Résumé : Bienvenue dans l’univers de la talentueuse équipe emmenée par Stuart Craig, directeur artistique plusieurs fois récompensé aux Oscars. Avec la nouvelle aventure tant attendue du monde des sorciers de J.K. Rowling, vous allez découvrir des personnages, des décors et des animaux inoubliables.

Les Architectes de l’illusion, édité par Dermot Power, illustrateur du film, vous fait entrer dans le processus de création, un voyage extraordinaire qui n’a rien à envier à celui de Norbert Dragonneau, depuis les toutes premières confrontations entre artistes, concepteurs et réalisateurs, jusqu’à la phase cruciale de la post-production dans les studios Leavesden.

MON AVIS : Quel beau livre! Certes, effectivement, il y a beaucoup d'illustrations et le mot "artbook" convient mais on en apprend beaucoup sur la création des décors et surtout des animaux fantastiques. C'est dans ces moment-là où l'on voudrait pouvoir s'incliner devant ces personnes qui donnent vies à toutes ces créatures qui nous ont fait rire ou ressentir une émotion. C'est dingue de voir le nombre d'essais par créatures qu'ils ont fait. 

On voit également les progrès technologique du cinéma. On nous mentionne des logiciels, des techniques nouvelles mais les anciennes sont toujours d'actualités et ça me plaît de voir que le cinéma mélange tradition et modernité. En tout cas, j'espère qu'ils ne changeront pas l'équipe. En tout cas, l'un d'entre eux étaient têtu comme une mule. Il adore les chouettes.

Pour revenir aux dessins et illustrations, elles sont justes sublimes. Elles se savourent, se dévorent des yeux. Ils n'engagent pas n'importe qui. Les créatures qu'ils ont créé sont toutes plus crédibles les unes que les autres (même si je préfère les version finales évidemment). Le travail est fabuleux et je ne parle pas des détails.

En bref, ce livre est une œuvre d'art. Si vous aimez les jolies illustrations ou dessins, allez-y et si vous êtes fan de l'univers Harry Potter.

vendredi 5 mai 2017

13 Raisons

 Commençons par le livre :

J'ai lu ce livre il y a plusieurs années. Je l'avais beaucoup aimé. Pour ceux qui penseraient qu'il n'est que pour les adolescents, erreur. Il s'adresse à tout le monde. Hannah a fait 13 cassettes. Chaque cassette correspond à une personne qui lui a fait du mal volontairement ou non et qui l'a poussé au suicide. Ces cassettes passent d'une personne à une autre. On suit l'écoute des cassettes par Clay. 

Ce livre parle de beaucoup de thèmes de société important. On y traite du harcèlement, de l'adolescence, des apparences, de l'impact des rumeurs et/ou mensonges, du suicide, du viol et tant d'autres que j'oublie très certainement. On y parle surtout du fait que jamais on ne connaitra réellement une personne. C'est fait avec brio. On tremble de bout en bout et surtout la fin est juste géniale.

Lorsque j'ai appris qu'une série allait sortir, j'étais plus que dubitative. Je ne voyais pas comment une série pourrait fonctionner. En plus, je ne suis pas écran pour un sous même si je m'améliore (ou pas. Ça dépend du point de vue). Néanmoins, je suis sympa. j'ai regardé la bande annonce. Je me suis dit "tiens, pourquoi pas" mais toujours avec ce "mais" insistant me prévenant que probablement la série ne serait jamais au niveau du roman. Alors qu'en es-il de la série?

La série :

J'ai commencé avec pas mal de retard la série. À force de voir les avis positifs des blogueuses, en sachant que ces dernières n'apprécient pas ou peu les adaptations, j'ai craqué. Je me suis lancée sur le premier épisode pensant que je trouverais ça bien mais pas exceptionnel. Je pensais sincèrement que je ne la regarderais pas jusqu'au bout comme la majorité des séries que j'ai commencé sur internet. Et bien erreur : ELLE EST ADDICTIVE!!

En effet, les acteurs sont tous tellement dans leur personnage que l'on y croit et à fond. On ne se dit pas c'est le personnage, on dit "c'est lui" point final. Les émotions sont là, l'atmosphère du roman est là. Tout y est et même plus encore. Là où dans le roman on a que le point de vue de Clay, dans la série on a le point de vue des autres. Les propos d'Hannah sont remis en cause. La série adapte également le roman à son époque. Dans le roman, on y parle pas de l'impact des réseaux sociaux puisque très peu présent au moment où le roman a été écrit. Dans la série, si. 

J'aime beaucoup les retours dans le passé afin de bien visualiser les évènements. Certains personnages ont conscience du mal qu'ils ont fait et d'autres pas du tout. La place de Tonny est plus forte que jamais. Je ne me souvenais que vaguement de lui dans le roman. Finalement, dans la série, son rôle est accentué et tant mieux. Sky apparaît plus tôt et tant mieux aussi. J'aurais aimé en apprendre plus sur elle dans le roman. À voir si c'est le cas dans la série.

Concernant la fin, comme beaucoup le disent, il y a tant de possibilité. Soit on arrête là et on se contente de la première saison. Soit une seconde saison en mode thriller soit une seconde saison en mode que deviennent-ils? Bref, bien frustrant.

En bref, je prie pour qu'une chaîne de télévision ait l'intelligence de la diffuser à une heure de grande écoute. Elle en vaut plus que la peine et la bande son est juste génialissime.

mercredi 3 mai 2017

Loïc Nottet

Loïc Nottet

Je l'ai découvert par hasard en regardant les clips. Ou plutôt, j'écoutais. Sa voix m'a surprise et encore plus lorsque j'ai compris que c'était lui qui chantait ce titre que tout le monde a entendu au moins une fois "millions eyes". Cette chanson possède une profondeur qu'on entend rarement. Il y a une atmosphère, une émotion qui se dégage qui vous prend au plus profond de vous. Vous ne pouvez pas passer à côté. Je ne parle même pas de la qualité du clip et de la chorégraphie qui ajoute un plus non négligeable à la chanson.

En temps normal, je n'achète pas un album sans l'avoir écouté en streaming avant sauf exception. Et bien, pour lui et sa voix si unique, j'ai craqué...et je ne l'ai pas regretté. Son album reste de bout en bout dans cette ambiance qu'il nous propose dans le single. On dirait une bande son d'un film mais alors quelle qualité! 

Je n'ai rien d'autres à dire si ce n'est qu'en plus les thèmes abordées me semblent important. Et vous, qu'est-ce que vous en pensez?

lundi 1 mai 2017

C'est le 1er, je balance tout #4

Bonjour, nous sommes le 1er Mai. Voici venu le temps de notre rendez-vous mensuel créé par Lupiot du blog Allez vous faire lire

TOP & FLOP

TOP


Juste incroyable ce livre. Rien que d'y repenser, je suis encore surprise et ravi d'avoir lu ce roman qui, de prime abord, ne me tentait pas plus que ça.

Quel bouffée d'air frais malgré le thème abordé! À lire! Ça fera du bien à tout le monde. Il rassure ce livre. Rien n'est impossible.









Quel roman! Je l'ai lu hier donc la chronique ne sera pas pour tout de suite mais foncez. C'est une obligation sauf si vous êtes contre tout ce qui est LGBT.









FLOP

Pas vraiment un flop mais la fin m'a un peu déstabilisé.










1 CHRONIQUE D'AILLEURS

Si j'ai choisi ce blog, ce n'est pas parce qu'il y a des tas de choses sur le Japon mais pour une de ses chroniques (en vrai il y en a plusieurs mais par soucis d'honnêteté, j'ai choisi la dernière en date) concernant un livre que je ne suis pas prête de lire mais qui me fait vraiment envie. Malheureusement je ne possède pas les tomes 2 et 3 de la saga donc patience. Au pire, je vais me les faire offrir. Je vous présente la chronique du roman "la musique du silence" de Patrick Rothfuss par Tanuki : https://tanukinomonogatari.wordpress.com/2017/04/18/la-musique-du-silence-patrick-rothfuss/comment-page-1/#comment-1943

UN LIEN HORS LITTERAIRE

http://www.lci.fr/societe/les-francais-de-plus-en-plus-fatigues-attention-ce-n-est-pas-forcement-du-a-un-manque-de-sommeil-2044887.html?utm_campaign=Echobox&utm_medium=Social&utm_source=Facebook#link_time=1492163266
Je sais. C'est de l'information mais je suis tombée dessus par hasard. Étant particulièrement fatiguée en ce moment, cet article a attiré mon regard. Comme quoi, on en apprend tous les jours. Je le savais mais quand même ce n'est pas inutile. (cliquez sur l'image pour lire l'article)

CE DONT JE SUIS FIÈRE

Je suis déçue. Je voulais aller à Troll's et légendes mais du fait de mon emménagement, ce sera pour une autre fois. Sinon, bonne nouvelle, je vis enfin dans mon appartement et the must : je sais cuisiner! Ça paraît idiot mais quand on connait ma capacité à me couper facilement avec un éplucheur (c'est idiot, je vous l'accorde. D'autant que l'éplucheur est déjà cassé), je peux vous assurer que c'est magique. Je ne parle pas de ma maladresse, mes jambes s'en souviennent. J'ai plein de bleu partout. Bref, je sais me servir de ma plaque de cuisson, je n'ai encore rien fait brûler. Je suis fière de moi.

Et vous, quoi de neuf? De quoi êtes-vous fier? Qu'avez-vous lu de mieux ou de pire sur le mois?