jeudi 9 mars 2017

La guerre du lotus tome 1 : Stormdancer de Jay Kristoff

Stormdancer
Auteur : Jay Kristoff
Maison d'édition : Bragelonne
Date de sortie : 17 septembre 2014
ISBN : 9782352947905
Pages : 408

Résumé :
On disait éteinte la race des griffons, ces créatures mythiques menées par les danseurs d’orage. Pourtant, Yukiko et son père reçoivent l’ordre d’en capturer un pour le cruel shogun des îles de Shima. Contre toute attente, ils y parviennent, mais Yukiko se retrouve perdue dans une forêt sauvage, avec pour seule compagnie un griffon mutilé qu’elle nomme Buruu.
Unis dans l’adversité, la jeune fille et l’animal s’entraident. Yukiko serait-elle la véritable danseuse d’orage, ultime espoir du peuple ?
 MON AVIS : Ça fait un moment que je voulais lire ce roman. Je le prenais, je le reposais et je le reprenais et le reposais. C'était agaçant mais maintenant c'est chose faite. Au début, j'ai eu un peu de mal. J'ai même eu un peu peur de le lire sur le long terme. Je ne sais pas s'il est ou non préférable d'avoir des connaissances sur le Japon. Les décors sont tellement différents par certains aspects du Japon qu'on est perdu mais sur d'autres il y a un réel respect du Japon de l'époque, du shoguna et des mythes. C'est assez surprenant ce mélange. Pour les amoureux du Japon, le début est un peu perturbant puisqu'il faut oublier tout ce que l'on retient des décors fabuleux de ce pays sans parler de s'habituer au vocabulaires japonais ou aux mots inventés par l'auteur. Une fois que cette phase est passée, la lecture est beaucoup plus fluide.

L'auteur a un style très vivant. C'est assez paradoxale avec mes lectures très apaisantes de ces derniers temps. Ce décalage a du avoir un rôle dans ce début de lecture difficile. Il écrit très bien. On ne se pose pas de questions. Certaines scènes sont très fortes. On les voit défiler sous nos yeux. Lorsqu'il est question des légendes, elles sont très bien racontées. Je n'ai pas grand chose à dire à ce sujet.

Concernant les personnages, quel bonheur! Nous n'avons pas le trio habituel, une fille entourée de deux garçons de son âge amoureux d'elle. On a une fille avec son père et un ami de ce dernier. J'avoue que j'en étais ravie. Yukiko est une jeune mature pour son âge. Cela ne l'empêche pas de manquer de confiance en elle. Elle ne se laisse pourtant pas aller. Elle lutte lorsqu'il le faut. Elle apprend la vie souvent à ses dépends. Heureusement, n'ayant plus ses illusions, elle ne se morfond pas pendant des heures. Lorsque l'on rencontre son père, j'ai eu le sentiment de vivre une scène d'un film ou drama japonais. C'est un stéréotype qui nous fait sourire. Cet homme nous réserve beaucoup de surprise. Ne jamais se fier aux apparences. Akihito, l'ami fidèle est trop peu présent pour en parler. Kin, ce jeune homme qui sort du lot, est mon préféré. C'est bien seulement sur ce sujet que j'ai eu envie de gifler Yukiko. 
Enfin, j'oublie l'essentiel : buruu. Je l'ai adoré. Quel tête de mule! La relation qui l'unit à Yukiko est incroyable. J'aurais même aimé que l'auteur exploite encore plus la complexité de cette relation. Buruu est tellement fier mais l'humanité de Yukiko va le toucher. Lorsqu'ils combattent ensemble, on sent réellement à quel point ils sont unis. Le fait de l'écrire d'un point de vue extérieur aux leurs est une excellente. On en ressort à la fois émerveillé et effrayé (j'avoue plus émerveillé quand même).

L'intrigue est très bien ficelée. De la simple capture d'un animal légendaire, on se retrouve dans des intrigues complexes au sein de la cour du shogun, personnage psychopathe au possible. On ne peut pas se contenter d'adorer le détester. On attend le moment fatidique pour savourer. Pas bien de dire ça mais c'est vrai. Pire qu'un monstre.Il n'est pas question seulement du shogun mais de l'organisation du pouvoir au sein du pays, du rôle des samouraïs et de tant d'autres de choses. Ce tome ne fait que distiller un début d'histoires beaucoup plus grandes.

Les thèmes abordés sont vastes. On évoque l'écologie, l'impact des inventions de l'homme sur un pays et le sacrifice des hommes pour ces inventions. On y fait mention des massacres perpétrés au Japon sur certaines populations notamment les étrangers. J'avoue que cette partie n'est qu'effleurée mais je n'ai pas forcément envie d'en savoir plus. Ça m'a rappelé les massacres de la seconde guerre mondiale. On y aborde les premiers émois amoureux, la trahison, le mensonge, la manipulation, les apparences et la stratégie. 

J'ai tout de même un bémol sur ce roman. Concernant le traitre. J'aurais trouvé ça plus fin si cela avait été Aïsha. Mais non, on retombe dans le classique de la trahison. J'ai même eu envie d'insulter Yukiko d'avoir eu l'audace de penser à la personne présente avec elle à ce moment (faudra lire le roman pour comprendre). Trop honnête pour trahir. Bref, tout ça pour dire que j'ai trouvé ça trop facile. Je n'ai pas été surprise par l'identité du traitre. Les indices avaient été disséminés. 

En bref, malgré un début difficile, cette lecture fut agréable et je suis plus que curieuse de lire la suite mais pas tout de suite. Place à quelque chose de plus léger mais ce sera une surprise.

1 commentaire:

  1. oh il m'intrigue celui ci ! dommage qu'il ne soit pas en poche... mais je note

    RépondreSupprimer