jeudi 16 février 2017

Le Paris des Merveilles tome 1 : Les enchantements d'ambremer de Pierre Pevel

Le paris des merveilles
Auteur : Pierre Pevel
Maison d'édition : Bragelonne
Date de sortie : 20 mai 2015
ISBN : 978-2352948483
Pages : 384

Résumé : À première vue, on se croirait dans le Paris de la Belle Époque. En y regardant de plus près, la tour Eiffel est en bois blanc, les sirènes ont investi la Seine, les farfadets, le bois de Vincennes, et une ligne de métro rejoint le pays des fées... Dans ce Paris des merveilles, Louis Denizart Hippolyte Griffont, mage du Cercle Cyan, est chargé d'enquêter sur un trafic d'objets enchantés, lorsqu'il se retrouve impliqué dans une série de meurtres. Il lui faudra alors s'associer à Isabel de Saint-Gil, une fée renégate que le mage ne connaît que trop bien... 

MON AVIS : J'ai adoré Haut Royaume du même auteur. Lorsque j'ai appris qu'il sortait une série steampunk, il me la fallait absolument. J'ai profité de la présence de l'auteur aux halliennales pour acheter le tome 1 (avec une série, je suis toujours prudente). Alors est-ce du bon steampunk? Est-ce un bon cru bragelonnien?

Que dire de l'aspect steampunk? Et bien, oui, cela se passe à la Belle Époque. Les femmes portent de jolies robes et ces messieurs leurs beaux costumes. Leur façon de parler correspond à cette époque. Les décors nous rappellent sans cesse l'époque à laquelle nous évoluons mais à part la moto particulière de Griffont, pas de machines ni robots ou quoique ce soit qui nous montreraient ce côté mécanique. Si c'est ce steampunk-là que vous cherchez, oubliez. 

Néanmoins, l'univers que nous propose Pierre Pevel n'est pas seulement du Steampunk. Nous nous retrouvons entourés de créatures fantastiques avec un soupçon de conte de fée saupoudré d'un polar et d'un peu de thriller sans oublier la magie. Bref, un mélange détonnant et surprenant...Qui peut parfois être un peu dur à suivre. En effet, les personnages ont beau être tous géniaux qu'on les aime ou non, les quelques descriptions à rallonge au début du roman ont failli me faire abandonner.

Heureusement, je ne l'ai pas fait mais ce fut compliqué sur une partie du roman. Plusieurs affaires en même temps. On ne sait plus quel est le but de l'histoire tant il y a d'intrigues. On en oublie l'essentiel. Sans oublier ses descriptions (l'opéra Garnier par exemple) qui ralentissent l'intrigue. Du coup, j'ai eu tendance à sauter les descriptions. Puis tout à coup, l'essentiel revient. Ou plutôt devrais-je dire, les intrigues s'assemblent et on peut enfin comprendre ce qui se trame. Certes, c'est très originale mais l'auteur a failli me perdre avec tant de choses.  

J'ai envie de dire dommage. Griffont a l'élégance des hommes parisien d'époque. Il a l'intelligence, ne prend pas les autres pour des idiots et reste humain. Isabel peut nous casser les pieds comme elle le fait avec Griffont mais elle donne une énergie particulière à ce roman. Rien que pour ça je l'ai adoré. J'avoue avoir été très surprise concernant les révélations faites à son sujet. Cécile n'est que très peu présente pour que je puisse juger. Le chat ailé de Griffont est juste incroyablement pénible mais j'ai adoré les moments où il apparait.

Une chose également qui m'a un peu agacée, c'est la facilité avec laquelle les personnages se tirent d'affaires. À certains moments, je me suis dit "on se croirait presque dans un conte de fée". Cela ne durait pas longtemps mais l'impression était là. Peut-être volontaire de la part de l'auteur. Après tout, il y a le mot "merveilles" dans le titre du premier tome. 

En bref, malgré une intrigue alléchante, des personnages très bien construits, un genre littéraire que j'aime et une maison d'édition qui a toute ma confiance, je n'ai pas été plus emballée que ça par cette lecture. J'ai même été un peu déçu. Peut-être en ai-je trop attendu? peut-être que je voulais plus de steampunk que de fantastique ou merveilleux? Je ne sais pas. Tout est que personnellement, je suis loin d'être emballée.

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire