dimanche 31 décembre 2017

Le jardin des épitaphes tome 1 : celui qui est resté debout de Taï-Marc Le Thanh

Le jardin des épitaphes tome 1 : celui qui est resté debout de Taï-Marc Le Thanh
Auteur : Taï-Marc Le Thanh
Maison d'édition : Didier Jeunesse
Date de sortie : 28 Septembre 2016
ISBN : 9782278085569
Pages : 384
Prix : 17

Résumé :
Suite à une série de catastrophes, appelées  « épitaphes », le monde se retrouve plongé dans le  chaos.  Un ado, doté de super pouvoirs mais qui émerge de deux  années d’amnésie, retrouve son petit frère et sa petite  sœur cachés à Paris. Ensemble, ils font route vers  le Portugal, seul endroit où ils pourront prendre la mer  afin de rejoindre leurs parents à San Francisco.  Mais leur chemin sera semé d’embûches et de grands  dangers. Il leur faudra affronter les conséquences  d’un monde dévasté, abritant désormais des zombies,  des machines tueuses, des hommes fous, des mutants,  et peut-être bien pire encore…
Rock et castagne sont au programme de ce roman post-apocalyptique. Un road-trip d'une grande intensité qui ne néglige ni l'humour ni la tendresse !

 MON AVIS : J'aime beaucoup les romans de cet auteur. Celui-ci est tout de même plus sombre que les autres puisque c'est un roman post apocalyptic. On y croise des zombies, des cannibales et autres joyeusetés. Je vous rassure. Aucune raison d'avoir peur. En effet, Hypoténuse est une sorte de super-héros qui va emmener son frère et sa sœur dans un road-trip intense ponctué de rencontre plus ou moins bienveillante et surtout de moyen de transport.

Hypoténuse est attachant. Il est amnésique et surtout il possède dans la tête comme des fiches qui l'aide en cas de combat sans parler des règles qu'il a mis en place. Double-peine est toute mignonne et très sensible. Je pense qu'on est loin de tout savoir la concernant. On en saura sûrement plus lors du prochain et dernier tome. Quand à Poisson pilote, il possède une maturité assez surprenante tout en conservant les inquiétudes légitimes d'un enfant de son âge.

Étonnamment, ce roman n'est pas aussi sombre que ça. Hypoténuse passe son temps à faire rire ou sourire son frère et sa sœur; La bande son qui accompagne leur voyage met du rythme et ça fait du bien. L'écriture de l'auteur est toujours aussi fabuleuse et adapté au rythme qu'il veut donner.

En bref, j'ai passé un agréable moment avec ces personnages. Je lirais la suite avec plaisirs.

vendredi 29 décembre 2017

Tu as promis que tu vivrais pour moi de Carène Ponte

Tu as promis que tu vivrais pour moi de Carène Ponte
Autrice : Carène Ponte
Maison d'édition : Michel Lafon
Date de sortie : 1 Juin 2017
ISBN : 9782749932194
Pages : 362
Prix : 18,95

Résumé :
ET SI ON PRENAIT LE RISQUE D'ETRE HEUREUX ?
Quand on a trente ans, on n’est jamais préparé à perdre sa meilleure amie. C’est pourtant le drame que Molly doit affronter quand Marie est emportée par la maladie en quelques mois à peine. Juste avant de mourir, celle-ci demande à Molly de lui faire une promesse : vivre sa vie pleinement, pour elles deux. Elle y tient, alors Molly accepte.
Mais par où commencer ? Lâcher son travail de serveuse ? Rompre avec Germain? Certes, il est comptable et porte des chaussons, mais il est gentil.
Lorsque Molly reçoit quelques jours après l’enterrement un mystérieux paquet contenant douze lettres de Marie, elle comprend que son engagement va l’entraîner bien plus loin que ce qu’elle imaginait…
UNE PETILLANTE COMEDIE SUR L'AMITIE ET LE COURAGE DE PRENDRE SA VIE EN MAIN

MON AVIS : J'avais adoré son premier roman "Un merci de trop" au point d'acheter celui-ci les yeux fermés. Au vue du titre, j'aurais m'attendre à quelque chose d'un peu triste mais je n'y ai pas prêté attention. Je suis fautive. Néanmoins, a-t'il été à la hauteur?

Mon avis est partagé. D'abord l'écriture était, à mon avis, moins addictive que sur le précédent. Je sais que je ne devrais pas comparer mais soyons honnête. On le fait tous. Passé ce cap, j'ai été surprise de voir des fautes sur quelques pages assez énormes. En effet, certains mots ne sont pas les mots. Ce n'est que des mots de liaisons mais ça perturbe la lecture et surtout ça nous perd en tant que lecteur. C'est d'autant plus difficile quand on connait la thématique de base : le décès de la meilleure amie de Molly. C'est déjà sombre, pas facile à lire (et donc à l'opposé du précédent) si en plus il y a des erreurs, je ne vous raconte pas. 

Heureusement, une fois que l'héroïne ouvre les yeux vraiment (je ne dévoilerais pas quoique ce soit), tout va beaucoup mieux. Tout est beaucoup plus fluide et simple. J'ai adoré rencontrer Nadège, Lou qui est juste adorable, Gabriel et John. J'avoue que pour ce dernier, il a du caractère et du répondant. Ça m'a vraiment plu. On croise d'autres personnages avant : Viviane qui nous surprend au fil de l'histoire, Germain m'a horripilé au pas possible et Sacha est attachant et juste comme il faut.

Autre point qui m'a agacé dans le roman : le comportement de l'héroïne au début de l'histoire. Elle n'arrête pas de se plaindre de son petit ami mais elle reste avec lui. J'ai vraiment pas compris surtout qu'on sait tout de suite qu'elle va le quitter. Comme je n'ai pas compris sa réaction vers la fin du roman. Elle devrait plutôt se réjouir mais non, elle pète un câble. J'avoue que je n'ai pas trop compris. Après, elle a tout de même de la personnalité et du répondant. D'ailleurs les échanges avec John m'ont franchement bien fait marrer.

J'ai eu aussi un manque. J'aurais aimé connaître le contenu des autres lettres que Marie laisse à Molly. Personnellement, j'ai été un peu frustré. Au vue de la personnalité de Marie, je n'ose imaginer ce qu'elle a pu inventer. D'ailleurs, l'idée des lettres étaient excellentes quand même. 

En bref, j'ai un sentiment partagé sur ce livre. Pour moi, c'est oui mais...

mercredi 27 décembre 2017

Les forces du mal : le carnet magique

Les forces du mal : le carnet magique
Auteur : Collectif
Maison d'édition : Gallimard Jeunesse
Date de sortie : 12 Octobre 2017
ISBN : 9782075086202
Pages : 48
Prix : 19,90

Résumé : Retrouvez Gellert Grindelwald, Lord Voldemort, les maléfices et les terribles créatures du monde magique, ainsi que les héros qui les ont affrontés : élèves de l'armée de Dumbledore, membres de l'Ordre du Phénix mais aussi Aurors du MACUSA et Non-Maj'.
Un carnet aux surprises étonnantes : avis de recherche, cartes à collectionner, stickers, et bien d'autres encore. 

MON AVIS : Voici un livre sur les forces du mal dans Harry Potter et Les animaux fantastiques. À tous ceux qui n'ont pas lu les livres ou vu les films, ne l'ouvrez pas. Il y a pleins de spoilers. Le livre, en plus d'informations connus arrive à nous apprendre deux ou trois petites choses. Le véritable intérêt de ce livre sont les bonus que l'ont trouve. En effet, on a des copies d'objet du film tel que la liste des membres de l'armée de Dumbledore ou des avis de recherche. Pour les fans de ces sagas, c'est juste génial.

Concernant le contenu, beaucoup sont connus. On n'apprend pas grand chose voir rien du tout pour les plus fans. Il n'en reste pas moins que l'objet livre est très beau. Est-ce qu'il en vaut la peine? Je ne sais pas. Pour moi, le livre en lui-même n'est pas indispensable mais pour les goodies, ça en vaut la peine.

En bref, ce livre rapide à lire me laisse partager. Sans les goodies, je ne l'aurais pas acheté.

lundi 25 décembre 2017

Les 7 de Babylon de Taï-Marc Le Thanh

Les 7 de Babylon de Taï-Marc Le Thanh
Auteur : Taï-Marc Le Thanh
Maison d'édition : Slalom
Date de sortie : 7 Septembre 2017
ISBN : 978-2-37554-093-0
Pages : 384
Prix : 14,90

Résumé :
Quand les personnages de tes livres d'Histoire deviennent des super-héros...
Jasper, 13 ans, est recruté par Victor Hugo (alias Toth), Vercingétorix (alias Verse), Mozart (alias Wolf) et quelques autres personnalités historiques afin de mener à bien, avec eux, une mission ultra secrète : empêcher leurs ennemis de toujours, menés par Léonard de Vinci, de réunir des fragments des 7 merveilles du monde, qui leur permettraient d'acquérir un pouvoir destructeur.
Promis : tu ne verras plus jamais Victor Hugo comme avant !

MON AVIS : J'avais hâte de lire ce livre. À la base, je ne devais pas acheter ce livre mais l'auteur me l'a tellement bien vendu que je l'ai acheté. Et vous savez quoi? J'ai ultra adoré. 

L'écriture de l'auteur est vivante. On suit l'histoire à travers les yeux de Jasper. On s'attache à lui de suite. Lors des courses-poursuites, on les vit. La lecture s'accélère, on est en apnée. Lors des moments plus calme, on prend notre temps. On ressent tous ce que ressent Jasper. L'auteur possède vraiment ce talent dans l'écriture de changer de rythmique. Jasper rencontre Wolf que j'ai juste adoré. J'ai hâte de le retrouver. En réalité, il se nomme Mozart. Oui, rien que ça. On rencontre d'autres personnages historiques dont Victor Hugo (très attachants. un père spirituel). Tous ces personnages réservent leur lot de surprises. 

De voir tous ces personnages historiques dans ces conditions au 21ème siècle était vraiment marrant. j'ai eu souvent le sourire. Entre l'image que l'on a d'eux et les idées de l'auteur, il y a quand même un gouffre. Du coup, c'est fun, on sourit, on s'éclate et par moment j'ai même rit (surtout à la fin mais pas de spoiler). En plus du fait de les voir au 21 ème siècle, ajoutez les inventions de Léonard de Vinci et ajoutez des courses-poursuites digne de film d'action et vous imaginez un peu le côté complètement dingue de ce livre.

En bref, j'ai passé un excellent moment avec ces personnages que je n'avais pas envie de quitter. Vivement le mois d'avril afin de lire la suite. 


samedi 23 décembre 2017

Haut-royaume tome 2 : l'héritier de Pierre Pevel

Haut-royaume tome 2 : l'héritier de Pierre Pevel
Auteur : Pierre Pevel
Maison d'édition : Milady
Date de sortie : 26 Août 2016
ISBN : 9782811217730
Pages : 623
Prix : 8,20


Résumé : La Garde d’Onyx, garante de l’autorité du souverain, est en deuil. Après les événements qui ont déchiré le Haut-Royaume, le prince Alan a pris le commandement de ces hommes alors que la reine, aussi ambitieuse qu’impitoyable, est bien décidée à gouverner à la place de son époux mourant. Menacé par la guerre civile et les luttes de pouvoir, le Haut-Royaume ne cesse de se fragiliser… Car les desseins du Dragon du Destin sont obscurs, mais finissent toujours par s’accomplir.


MON AVIS : J'avais adoré le premier tome de cette saga. Je me suis enfin décidée à lire le dernier tome. J'ai eu énormément de mal à le lire. Deux semaines de lecture...Que ce fut laborieux. L'écriture de Pierre Pevel reste aussi agréable que dans le premier tome. Alors que s'est-t'il passé?

La première chose qui m'a gêné est l'entrée en matière. Un évènement s'est produit entre la fin du premier le début du deuxième tome. Il faut attendre 150 pages pour voir revenir Lorn et plus pour comprendre le pourquoi du comment quant à l'évènement en question. Du coup, pendant ma lecture, j'ai été déçu. Je pensais retrouver Lorn de suite et il n'en est rien. Quant à l'évènement, attendre autant de pages pour comprendre m'a empêché de me concentrer sur ma lecture.

Mais, me direz-vous, après ça a été ? Mieux mais pas complètement. J'ai eu le sentiment de perdre l'essence du premier tome. Je ne sais pas ce que j'attendais exactement mais j'espérai au moins des réponse. Je n'en ai eu qu'une seule. À la fin, je me suis même demandé s'il n'y avait pas un tome 3 tant il y a de questions sans réponses et de nouvelles qui se posent. Il semblerait qu'une saga arriverait en 2018 pour faire suite à celle-ci. J'avoue que je ne suis pas sûre de me lancer dans sa lecture.

En bref, je suis déçue concernant cette lecture. J'ai eu le sentiment de me faire avoir complètement surtout en sachant que c'est une fin de saga.

vendredi 22 décembre 2017

Bilan lecture Décembre 2017

Voici le bilan de mes lectures de décembre. J'explique également pour quelle raison vous l'avez maintenant et pas en début janvier.

jeudi 21 décembre 2017

Tailor and scion de Kamome Oshima

Tailor and scion de Kamome Oshima
Mangaka : Kamome Oshima
Maison d'édition : Boy's love idp
Date de sortie : 9 Septembre 2016
ISBN : 978-2-36877-485-4
Pages : 162
Prix : 7,95

Résumé : Fils de bonne famille, Shûichirô Takamiya vit depuis qu'il est enfant un amour à sens unique pour Akira Katayama, propriétaire d'une petite boutique de vêtements sur-mesure. Avec la différence d'âge qui les sépare, Shûichirô ne s'attend pas à ce que ses sentiments soient réciproques, mais il décide tout de même de lui faire sa déclaration... et se fait sèchement rejeter par Katayama !
Mais Shûichirô ne compte pas abandonner. À force d'opiniâtreté, parviendra-t-il à faire fondre le cœur de l'impassible tailleur ?
Découvrez sans tarder l'histoire captivante d'un étudiant innocent et d'un homme incapable de montrer ses sentiments !

MON AVIS : J'aime beaucoup cette maison d'édition mais j'avoue que j'en attendais plus concernant ce titre. On découvre Shûichirô, un jeune homme tombé amoureux du propriétaire d'une boutique de vêtement, Akira. La relation est vraiment étrange. Elle ne m'a pas vraiment touché sur une partie du manga. En effet, j'ai trouvé Shûichirô niais et assez agaçant. Il ne lâche pas l'affaire. Quant à Akira, il est froid et distant au point qu'on pense à un amour à sens unique mais pas tant que ça. Il faut attendre le point de vue de Akira pour le comprendre. Heureusement que la mangaka l'a rendu aussi classe. C'est ce qui permet de tenir la lecture.

Concernant les graphismes, ils sont un peu atypiques mais parfois la mangaka, à vouloir montrer Akira de manière différente, m'a un peu perdu. Je ne savais plus qui était dessiné. Dommage. Il n'en reste pas moins que les graphismes sont beaux. Pour une fois les personnages semblent avoir des proportions acceptables. Ils ne sont pas longilignes et surtout l'un des deux n'est pas forcément un top modèle. Ça fait du bien. C'est un jeune homme plutôt banal. C'est rafraichissant.

En bref, ce manga a été très moyen à mon goût. Il n'est pas à jeter mais il n'est pas indispensable non plus. À vous de voir.

mercredi 20 décembre 2017

Les moutons électriques


Comme vous le savez, ces six derniers mois, je recevais 1 roman par mois de la maison d'édition Les Moutons Électriques dans le cadre d'un abonnement. Je l'ai reconduit pour les six prochains mois. Appréciant la plupart de leur roman, j'ai eu envie d'en savoir plus sur eux. Je vous partage donc l'interview que je leur ai proposé. Je les remercie beaucoup d'avoir accepté d'y répondre.

Pour l'abonnement des six prochains mois, c'est par ici :  https://moutonselectriques.wixsite.com/abonnement2017-2


1) Qu'est-ce qui vous a donné envie de créer cette maison d'édition?
Je pense pouvoir répondre à la place d'André-François Ruaud sans me tromper : les Moutons électriques est née d'une passion (partagée avec ses actionnaires fondateurs) pour les littératures de l'imaginaire, ainsi qu'une volonté de proposer quelque chose de neuf aux lecteurs : des essais ludiques sur la culture populaire, qu'ils soient plus classiques (les Miroirs, essais universitaires, mais avec un ton décontracté et de l'humour), ou plus expérimentaux (la Bibliothèque rouge, où l'on démontre que James Bond a vraiment vécu, que Hercule Poirot a rencontré Sherlock Holmes, etc.) 


2) En quoi est-elle différente des autres maisons d'édition?
D'abord pour sa spécialisation sur les essais précédemment cités. Ensuite, en ce qui concerne les fictions, une volonté de publier d'abord des créations francophones, mais aussi de belles plumes. Nous sommes très exigeant sur le style, n'hésitons pas à faire retravailler nos auteurs quand le besoin s'en fait sentir, et cela nous permet de publier quelques livres sublimes : le plus connu est sans doute Jean-Philippe Jaworski et son "Gagner la Guerre", où le langage se fait aussi poétique qu'il peut être canaille et vulgaire. Mais nous publions des livres d'autres auteurs dont l'écriture est magique : Stefan Platteau, Nathalie Dau, Dominique Douay, Christine Luce, Brice Tarvel... et tout le reste de notre catalogue.

Autre différence de taille : le look de nos livres. Déjà, le format est original, cet aspect de rectangle un peu large, et ses grandes marges centrales... Mais surtout les couvertures : pour cela on remercie notre graphiste, Melchior Ascaride, ainsi que son prédécesseur, Sébastien Hayez. Je ne pense pas que l'on puisse confondre les livres des Moutons électriques avec des ouvrages d'autres éditeurs.

L'idée était de donner un aspect un peu plus british, différent en tout cas des couvertures classiques de fantasy très figuratives. Avec Melchior, on tente de nouvelles expériences : des livres dont la couverture évoque plus qu'elle ne montre, et clairement l'artiste nous gâte. 



3) Quelles sont les valeurs que vous souhaiteriez défendre?
Nous aimons dire que pour nous, « populaire » rime avec « qualité », tout comme « livre » rime avec « exigence esthétique ». 


4) Combien de livres publiez-vous par an? Aimeriez-vous en publier plus sur le long terme?

Plus d'une vingtaine. Pour le moment, nous ne comptons pas grossir ce chiffre. 


5)Comment voyez-vous l'avenir de votre maison d'édition?
D'un oeil optimiste. Bien sûr, les temps sont durs, l'heure est sombre, et la fin du monde guette. Mais je pense que les Moutons électriques ont réussi à imposer auprès du lectorat une certaine réputation de qualité littéraire, et d'honnêteté dans nos pratiques commerciales. Même si le marché est en crise, nous continuons à publier et à vendre des auteurs de talent et des livres que nous aimons (et qu'en tant que lecteur, nous adorerions trouver en librairie). Les Moutons électriques est peut-être parfois un peu secoué par les eaux d'un marché du livre fatigué, mais c'est un bateau qui s'obstine à ne pas chavirer. 


6) Vous avez créé le collectif des Indés de l'imaginaire avec ActuSF et Mnémos. Quel est votre objectif?

Les Indés reposent sur un ensemble de valeurs communes : une passion pour les littératures de l'imaginaire et ce qu'elles procurent à son public. Le collectif a un objectif très simple, et très réussi : tripler nos forces, que ce soit bien sûr en librairie, à l'aide d'opés (la rentrée de la fantasy, le mois Lovecratf, les pépites, etc.) et avec notre chargé de relations libraires, en réseaux sociaux, et évidemment en salon avec la possibilité de prendre de plus grands stands en mutualisant nos moyens.

En outre, comme tous les aventures, on n'est jamais mieux qu'accompagné. Les discussions des Indés sont en général fructueuses. 


7) En France, les littératures de l'imaginaire sont mal perçues. Comment convaincre le public qu'elles ont de l'avenir et qu'elles sont de qualité?

En publiant de bons romans. Le reste suivra : déjà avec l'invasion de la culture comics et manga, l'imaginaire est partout. Seuls quelques vieillards fermés d'esprits pensent encore que la littérature de l'imaginaire est une sous-littérature. Il suffit de lire 1984 pour se rendre compte que la littérature de l'imaginaire est visionnaire au vu de l'actualité. 


8) Dans un article de Actualitté (https://www.actualitte.com/article/monde-edition/les-litteratures-de-l-imaginaire-veulent-la-reconnaissance-du-prix-goncourt/83739), les maisons d'édition demandent la reconnaissance du prix Goncourt, pouvez-vous nous expliquer pour quelles raisons?

La question précédente répond à celle-ci : le désir que la littérature de l'imaginaire soit reconnue comme de la vraie littérature, partageant avec la littérature classique des chefs-d'œuvre et une influence certaine sur le monde réel. 


J'espère que cette interview vous a plu. N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez et surtout à me dire si vous en avez lu.

mardi 19 décembre 2017

Le petit Tokaido de Hiroshige

Maison d'édition : Hazan
Date de sortie : 29 Septembre 2012
ISBN : 9782754106443
Pages : 274
Prix : 19

Résumé : Dans les années 1830, Hiroshige fut l’auteur de plusieurs séries de gravures illustrant la célèbre route entre Tokyo et Kyoto qui inspira tant de scènes aux poètes et romanciers japonais.
Réédition séparée sous étui du plus petit album consacré par Hiroshige à cette route: une reproduction en fac-simile qui figurait dans le coffret Hiroshige. Sur la route du Tokaido, lui-même accompagné d’un album montrant les autres types d’estampes traitant du même motif. L’ouvrage est accompagné d’un livret écrit par Nelly Delay expliquant l’origine et la fortune du thème d’inspiration que représente cette route et décrivant toutes les planches de l’album consacrées à autant de stations de cette célèbre voie de communication.

MON AVIS : Depuis le temps que je voulais ce livre...Vous n'avez pas idée! Mes merveilleux libraires l'ont mis en rayon. J'ai résisté un mois et j'ai craqué. Une admiratrice du Japon aimant de surcroit les beaux livres se devait de craquer. Mais quel bonheur d'avoir craquer.

Comme vous le voyez sur la photo, il s'agit d'un coffret comportant un livre dépliant avec les œuvres de hiroshige sur le parcours du Tokaido et un livret expliquant chacune des étapes. Au début, je me suis demandée quelle était l'utilité de ce petit livre. Heureusement qu'il était là puisque j'ai appris des choses. Ces œuvres permettent également de voir à quel point le Japon à changer depuis cette époque. Certaines villes sont réputées et ont radicalement changer. C'est aussi intéressant de voir que le mont Fuji apparaît souvent. 

On parle souvent de Hiroshige et Hokusai comme de deux visions du Japon. Ayant déjà vu quelques œuvres de Hokusai, effectivement, c'est très différent. Hokusai propose quelque chose de figé tandis que Hiroshige préfère le mouvement. Je ne sais pas combien de fois je l'ai feuilleté depuis que je l'ai acheté. J'en suis vraiment dingue de ce livre. Il est magnifique. On peut, en plus, s'amuser à étendre le livre afin de faire le voyage et de voir l'évolution des paysages au cours du périple.

En bref, ce petit livre ne s'adresse pas uniquement aux amateurs du Japon. Il s'adresse également à ceux qui aiment les beaux livres, l'art ou tout simplement qui veulent s'émerveiller.



dimanche 17 décembre 2017

La ballade de l'impossible de Haruki Murakami

Auteur : Haruki Murakami
Maison d'édition : 10/18
Date de sortie : 2 Avril 2009
ISBN : 9782264047731
Pages : 448
Prix : 8,90

Résumé : Au cours d’un voyage en avion, le narrateur entend une chanson des Beatles : Norwegian Wood. Instantanément, il replonge dans le souvenir d’un amour vieux de dix-huit ans. Quand il était lycéen, son meilleur ami, Kizuki, s’est suicidé. Kizuki avait une amie, Naoko. Ils étaient amoureux. Un an après ce suicide, le narrateur retrouve Naoko. Elle est incertaine et angoissée, il l’aime ainsi. Une nuit, elle lui livre son secret, puis disparaît… Hommage aux amours enfuies, La Ballade de l’impossible est un magnifique roman aux résonances autobiographiques, d’une tendresse et d’une intensité érotique saisissantes.

MON AVIS : Voici le grand classique de murakami! Qu'est-ce que j'ai pu en entendre parler lorsque je me suis intéressée au Japon. C'est le premier livre japonais que j'ai lu hors manga. C'était il y a 10 ans environ. J'étais déjà longue pour en lire un à ce moment-là. Je le suis toujours mais il y a une nette différence par rapport à avant. Maintenant, j'ai ce qu'on appelle la maturité nécessaire pour l'apprécier. Pourquoi?

Murakami a une écriture unique, un style pas si simple qu'on ne le pense. Certes, les phrases sont simples mais la construction du roman fait qu'au final, on a l'impression de passer à côté de certaines choses ou de ne pas comprendre d'autre. Ceci, c'est seulement lorsqu'on manque de maturité notamment littéraire (ce n'est que mon point de vue).  Aujourd'hui, je peux dire que j'ai compris ce roman et que je comprends que les critiques soient si élogieuses à son sujet tant les thèmes abordés sont difficiles pour certains et d'autres complexes à amener avec autant de pudeur.

Cela peut paraître surprenant ce que je dis pour ceux qui l'ont lu. J'ai trouvé ça incroyable la capacité de Murakami a rendre beau ce qui devrait choquer. Pour dire, un passage du roman est consacré à Reiko, une femme fragile au passé compliqué. Je l'ai tout de suite apprécié. Pourtant, sur un épisode de sa vie, sur le coup je n'ai pas été choqué. Ce n'est qu'après que je me suis dit "ce n'est pas normal". Il a également une autre force, c'est justement de mettre en avant les paradoxes de la société japonaise à la fois si pudique sur les sentiments et si obsédé sur d'autres. C'est fait avec justesse.

Concernant les personnages, on suit Watanabe, un jeune homme qui vient de perdre son ami Kizuki. Il est assez solitaire, plutôt taiseux et a une manière de parler considérer comme unique. Par moment j'étais d'accord mais à d'autres non. Peu importe. Le fait est que c'est quelqu'un que l'on pense comprendre mais qui, au final, n'a fait que suivre les autres et n'a pas vraiment vécu pour lui. Naoko est une jeune fille fragile qui va essayer de s'en sortir. Elle est douce et tendre. Elle semble magnifique. Watanabe va tout faire pour la soutenir même à distance. Tout se fait avec pudeur et tendresse. Watanabe va croiser également la route de Midorie, une jeune femme tout à fait surprenante, d'une franchise incroyable à la limite de la provocation. Il faudra être patient pour comprendre ce que ça cache.

Chaque personnage de ce roman possède ses secrets. Ils ont tous des qualités et défauts qu'on ne peut pas leur reprocher tant ils sont humains. Ils ont hontes de certaines choses et vont évoluer au cours de l'histoire en étant en contact les uns avec les autres. Pour certains ce sera plus durs que pour d'autres. On aborde dans ce roman le thème universel de l'amour sous toutes ses formes (ou presque), la sexualité, le suicide, le mal être, la solitude, l'impact de la société sur tous, le travail, les études et les relations peu importe leur forme.

En bref, je me suis plus que surprise en relisant ce roman qui m'avait échappé il y a 10 ans. Cette fois-ci, je peux vous le dire : j'ai apprécié ma lecture bien plus subtile qu'il n'y paraît. J'essaierais de voir le film si je le trouve.


Bonus : J'ai pu enfin voir le film. Il respecte parfaitement le film (ou en tout cas l'essentiel). Cependant, je recommande la lecture du livre avant de voir le film. Certaines subtilités pourraient vous échapper. Ce n'est que recommandation, pas une obligation. Je l'ai beaucoup aimé et je peux vous dire que de me retrouver emporté par un film sur un ordinateur et ne pas vouloir que ça se termine, c'est dire que je l'ai apprécié.


vendredi 15 décembre 2017

le maître des livres tome 12 et 13 de Umiharu Shinohara


Mangaka : Umiharu Shinohara
Maison d'édition : Komikku
Date de sortie : 22 Juin 2017 / 14 Septembre 2017
ISBN : 9782372872386 / 9782372872393
Pages : 190 chacun
Prix : 8,50

Résumé : Mikoshiba est un homme simple, presque banal, mais dans la bibliothèque où il travaille, il excelle. Découvrez ou re-découvrez en sa compagnie les grands classiques de la littérature jeunesse. Retrouvez ces émotions et sentiments enfouis qui vous ont fait vibrer dans le passé et apprenez de nouvelles leçons de vie pour avancer encore plus loin. Shôta, l'un des jeunes habitués de «La rose trémière», a depuis quelque temps une attitude étrange. Il semblerait que ce soit à cause de ce que lui aurait dit l'un de ses camarades d'école... Un onzième tome rempli de tracas et de joie, où les protagonistes débattront sur la façon de devenir un adulte et un grand frère !! Découvrez ou redécouvrez tous ces grands classiques de la littérature jeunesse qui ont fait vibrer des enfants et des adultes dans le monde entier.

MON AVIS : On sent la fin du manga arrivé. Plus que deux tomes. J'ai hâte et en même temps, ce manga me manquera. 

Dans le tome 12, on découvre comment sont gérer les bibliothèques scolaires au Japon. Je ne savais pas du tout que ça fonctionnait de cette façon. Ebi, la bibliothécaire, est vraiment charmante et on l'apprécie de suite. On s'aperçoit très vite que les relations entre le personnel scolaire et la bibliothécaire sont complexes. Heureusement que les enfants sont là. On découvre comme souvent des œuvres littéraires connus. Justement, cela permet de casser les préjugés sur ces œuvres que l'on méconnait souvent.

Dans le tome13, on découvre enfin comment la rencontre entre les trois personnes de la rose trémière ont débuté dans cette bibliothèque pour enfant. Cela n'a pas été simple entre le caractère de Mikoshiba fidèle à lui-même même pire encore à ce moment-là et Itaya qui découvre ce métier auquel elle ne connaît rien. L'arrivé de Mizuho va apaiser les tensions.

Pour les graphismes, comme d'habitude, ils sont de qualités même s'ils n'ont rien d'exceptionnels. On ressent les émotions des personnages. Les attitudes de chaque personnage sont tellement différentes qu'on ne se pose jamais la question de savoir qui est qui.

En bref, j'adore ce manga. Vivement la suite que je sache enfin ce qu'il se passe entre Miyamoto et madame Aoi.

jeudi 14 décembre 2017

TAG - Les livres préférés


Voici les questions de ce tag. N'hésitez pas à me donner votre avis et à vous abonnez à la page youtube.

1) Quel est votre livre one-shot préféré (livre en un seul volume qui n'a pas de suite) ?  
 
2) Quelle est votre série préférée ? (Si vous répondez Harry Potter, citez également votre 2e série livresque préférée.) 
 
3) Quel est votre auteur préféré ? 

4) Quelle est votre meilleure lecture de l'année en cours ?

5) Citez un livre dont vous n'attendiez pas grand-chose et qui est finalement devenu l'un de vos livres préférés. 
 
6) Quel est votre PKJ préféré ?

7) Quel livre conseillez-vous souvent autour de vous ?

8) Quel était votre livre préféré lorsque vous étiez enfant
 
9) Citez un de vos livres préférés dans un genre que, normalement, vous aimez moins. 
10) Citez un de vos livres préférés que peu de gens connaissent.
 
Et non, je ne vous mets par les réponses. je vous laisse les découvrir en vidéo.  À bientôt

mercredi 13 décembre 2017

Spécial Didier Hermand et édition Audience


Vous savez à quel point j'aime cet auteur et cette maison d'édition! Je me suis dit qu'en image ce serait mieux. J'espère réussir à vous convaincre d'en lire.

Et vous, quel est votre auteur préféré?

Le fantôme du conservatoire de Cécile Guillot et Mina M

Le fantôme du conservatoire de Cécile Guillot et Mina M
Autrice : Cécile Guillot
Illustratrice : Mina M
Maison d'édition : Miroir aux troubles
Date de sortie : 23 Novembre 2017
ISBN : 979-10-93585-67-3
Pages : 88
Prix : 10


Résumé : Comme tous les ans, Hugo se rend à Montsuris. Il participe à la master class d'été de l'école de musique du bourg. C'est l'occasion d'y retrouver Ben et de faire la connaissance d'Ariel, une goth' aux cheveux roses. L'école de musique étant en travaux, ils logeront dans l'ancien conservatoire. Un vieux manoir que l'on dit hanté...



MON AVIS : J'adore Cécile Guillot! Mais si vous ajoutez les illustration de Mina M, c'est le combot gagnant d'office. Ce roman est un peu particulier puisqu'il est destiné aux personnes dyslexiques et probablement à un public plutôt jeune. Ça se ressent dans l'écriture. C'est là où l'on ressent tout le talent de cette autrice. Elle a une capacité d'adaptation de son style d'écriture que je trouve rare à ce niveau-là.  

Je pense que le but premier de ce livre est de permettre aux personnes ayant ce livre de prendre goût en douceur avec une histoire sans fioriture et courte. Le lecteur n'aura pas à se dire "mais c'est long" tout simplement parce que ça ne l'est pas. C'est écrit très grand pour une lecture plus facile. On suit Hugo qui se rend à une master class dans un vieux conservatoire...hanté. J'avoue qu'au vue de l'heure où je l'ai lu, je me suis dit que j'aurai pu attendre le lendemain. Heureusement l'histoire n'a pas pour but de faire peur mais juste de faire frissonner. Et quand on comprend le pourquoi du comment, on trouve juste ça très beau. 

Je trouve ça d'ailleurs assez fort d'avoir parlé de la guerre dans ce tout petit roman et sans fioriture. Ça pourrait donner envie à certain de s'y intéresser de plus prêt. Je ne doute pas que ce genre de situation pendant la guerre a du se produire à plusieurs reprises. C'est vraiment bien de le rappeler parce qu'on n'en parle pas ou très peu à mon goût.

En bref, pour ceux qui voudraient se lancer dans la lecture avec quelque chose de fin et simple, essayez. C'est court et en plus, les illustrations sont très belles.

lundi 11 décembre 2017

Despicable de Psyche Delico

Despicable de Psyche Delico
Mangaka : Psyche Delico
Maison d'édition : Boy's Love IDP
Date de sortie : 23 Février 2017
ISBN : 978-2-36877-537-0
Pages : 212
Prix : 7,95


Résumé : Utsugi, jeune détective privé, est engagé par un professeur à l'université, Seinosuke Yamashiro, pour enquêter sur l'infidélité de sa femme. Lors d'une mission de surveillance, Utsugi découvre que l'amant de la femme de Yamashiro est un homme qu'il a connu dix ans plus tôt, Shûji Okuzono, et dont il était amoureux. En fouillant un peu plus, il découvre que les deux hommes ont un passé commun qui remonte jusqu'au lycée, et que depuis cette époque, Okuzono vole régulièrement à Yamashiro toutes ses conquêtes amoureuses. Utsugi, qui n'a jamais réussi à oublier Okuzono, n'a plus qu'une seule envie : s'impliquer dans cette relation toxique, afin d'obtenir ce qu'il souhaite vraiment. Pour ça, il peut peut-être compter sur l'aide de Yamashiro...

MON AVIS : Ce manga est vraiment particulier. On suit un jeune détective privé. Dans le cadre de l'affaire en cours, il va se retrouver face à l'homme dont il est amoureux. Néanmoins, celui-ci est amoureux d'un autre. Ça peut paraitre classique sauf dans le cas de cette histoire pas banal puisque Yamashiro et Okuzono ont une relation vraiment toxique. Le seul lien qui les unissent concernent les personnes qu'ils "échangent". En temps normal, je ferme le manga avant la fin. Pourquoi l'ai-je terminé?

Tout simplement parce que j'ai trouvé les personnages francs dont un plus que les autres et touchants malgré le côté tordu du manga. Les dessins sont très beaux. Je dirais même un peu atypique. Pour une fois que l'ont parle d'hommes d'âges mûrs, ça change pas mal. En parallèle, on suit un autre détective privé très peu de temps qui vit une rupture amoureuse un peu violente. C'était un passage assez drôle. Ce manga parle vraiment de ces personnes qui n'osent pas se déclarer ou qui vivent leurs sentiments dans l'ombre. C'est, certes, tristes mais je n'ai justement pas trouvé ce manga déprimant. C'est assez surprenant. Cela reste parfaitement tordu et limite mais avec beaucoup de pudeur même dans les propos tenus. C'est pour ça que ça passe.

En bref, ce manga était sympa. Je ne pourrai pas vous le recommander cent pour cent au vu de la thématique assez particulière et de son ambiance qui l'est tout autant. À vous de voir.

dimanche 10 décembre 2017

Acquisitions du mois de décembre

Coucou à toutes et à tous,
Voici la vidéo concernant mes réceptions du mois. Régalez vous. Tout est en barre d'infos.

samedi 9 décembre 2017

J'ai dix ans mais... de Pierre Zylawski

J'ai dix ans mais... de Pierre Zylawski
Auteur : Pierre Zylawski
Maison d'édition : Le riffle
Date de sortie : 12 Septembre 2016
ISBN : 978-2916204727
Pages :
Prix : 17

Résumé : J’ai dix ans, mais … aussi loin que je m’en souvienne je n’ai jamais vécu l’enfance d’un garçon de dix ans. A aucun moment. Jamais.
Du 4 juillet 1980 au 4 juillet 1990, dans le petit pays des Ch’tis, au sud du Nord, la solidarité de tout un quartier va accompagner le cheminement de Gabin parti de rien.
Non, de moins que rien.
Alban, Ch’ti Gros, Mains d’or, Gino, Jeanne, Pauline, Tatiana … apporteront chacun leur pierre.
Ces pierres grâce auxquelles ce Gabin pas ordinaire deviendra quelqu’un.
J’ai dix ans, mais … est un roman attachant et original qui relate une trajectoire hors norme, portée par le souffle de l’optimisme et les ailes de l’enthousiasme. 

MON AVIS : J'appréhendais un peu ma lecture tant j'ai entendu de bien le concernant. Dès les premières lignes, j'ai su que j'allais apprécier ma lecture. On suit l'histoire de Gabin, un petit garçon addict à la lecture vivant dans une famille chaotique. On s'attache très vite à ce gamin ayant une écriture particulière. On comprend très vite pour quelle raison. Il est courageux et surtout très modeste. Il est très proche de ses amis et des personnes du quartier qui l'aident.

Le titre est très bien choisi puisqu'on suit l'histoire de Gabin sur 10 ans de sa vie. On le voit évoluer, mûrir et grandir. On ne peut que comprendre tout ce qu'il traverse tant nous pouvons être concerné. Pour l'aspect familiale, je trouve qu'il s'en sort très bien. C'est d'ailleurs un énorme point fort de ce roman. On ne déprime pas. Certes, certains passages sont un peu triste mais l'auteur ne s'y attarde pas. Il préfère mettre en avant le fait que Gabin peut s'en sortir malgré sa vie familiale et son niveau social.

Pour les autres personnages, on s'attache à tous. Personnellement, j'ai une nette préférence pour Alban, un homme âgé mais possédant une culture impressionnant. La sœur de Gabin a un caractère bien trempé. On apprend à l'apprécier au fil du temps et surtout elle prend des responsabilités qui ne devraient pas être les siennes.

Pour les thèmes abordés, on y parle des parents indignes d'avoir des enfants, d'addiction, de la culture. On aborde également les problèmes au sein de l'école, les apparences, les stéréotypes mais aussi la bonté, la chaleur humaine, le partage et tant de choses positives.

En bref, j'ai passé un excellent moment en compagnie de Gabin et de touts ces personnages chaleureux et rempli de bonnes intentions.

jeudi 7 décembre 2017

Lectrice et buveuse de thé




Bonjour à toutes et à tous,

Chose promise, chose due! Pour ceux qui me suivent sur la page facebook, vous vous doutez de ce dont il s'agit. Pour les autres...Aussi : rien que par la photo ci-dessus. 

J'ai remarqué que, dans la blogosphère, on aime beaucoup le thé avec le chocolat (les kinders....C'est toute ma vie!) lors de nos lectures. Du coup, je me suis dit que ce serait sympa un petit article sur les différends thés que je bois.

Avant je buvais du café. Mais un jour, j'ai commencé à avoir le sentiment que le café m'endormait (c'est le lot des hypersensibles. Le café épuise). J'ai essayé le thé Bancha que j'avais trouvé à Lidll dans le cadre du nouvelle an chinois. Je n'en ai plus mais en magasin bio, il y en a de très bonne qualité. À côte, vous voyez le sencha. Il est très réputé et très bon. Leur goût est très doux. Rien ne vous empêche de le corser un peu.

Les deux suivants, je pense que vous connaissez la marque : Le palais des thés. J'en ai deux différents : le Geisha (je le préfère en vrac au palais des thés que celui en bio en individuel) et le thé du hammam. Leur goûts sont différents. j'ai une nette préférence pour le hammam.


Au magasin bio, il y avait un coffret pour noël de tisane. C'était l'occasion de tester. Pour le moment, je n'ai bu que "joli rêve" (très efficace) et "plaisir digestif" (très bon alors que je n'aime pas la réglisse normalement).




Enfin, j'ai trouvé en grande surface complètement par hasard. Rien que le nom, j'ai craqué. Ce n'est pas mon préféré mais c'est vrai qu'il fait du bien. Il s'appelle "Sur mon nuage". On sent légèrement le goût de l'eucalyptus.

J'en ai dégusté d'autres mais je ne les ai pas acheté parce qu'il faut déjà boire ceux-là.

Et vous? Thé ou café ou chocolat chaud? Un goût en particulier? Dites moi tout.


mardi 5 décembre 2017

L'enfant et le maudit tome 2 de Nagabe


Mangaka : Nagabe
Maison d'édition :
Date de sortie : Komikku
ISBN : 9782372871983
Pages : 196
Prix : 7,90


Résumé : Elle avait l’interdiction de toucher qui que ce soit… La main noire et froide qui s’est posée sur la joue de Sheeva n’est pas celle du Professeur…
À présent, la fillette est-elle condamnée à se transformer elle aussi en une créature de l’extérieur ? Le Professeur est horrifié de n’avoir pu la protéger, elle qui est si fragile… Et qui est donc cette “maman” vers qui la créature de l’extérieur souhaite conduire la fillette ?

MON AVIS : Le premier tome m'avait laissé avec beaucoup de question et une impression assez unique. À la lecture de ce deuxième tome, on en apprend plus mais on a aussi énormément de questions en suspens. 

Sheeva est toujours aussi mignonne et innocente. Elle est honnête et très sensible. Elle n'a pas conscience de l'implication de beaucoup de choses. Le professeur fait tout pour la protéger. Il est très humain et l'aime beaucoup. Il prend ses responsabilités et commence à découvrir la véritable raison de son existence.

Ce n'est pas le genre de manga qui va surprendre le lecteur. Le but est de faire découvrir un univers au lecteur et de lui proposer une histoire aux graphismes originaux et uniques sous forme de conte à l'atmosphère unique.

En bref, c'est un manga dont je lirais la suite. Je suis très curieuse d'en apprendre plus sur cet univers et de comprendre surtout les enjeux concernant Sheeva et le professeur.



dimanche 3 décembre 2017

Grisha tome 1 : Les orphelins du royaume de Leigh Bardugo

Grisha tome 1 : Les orphelins du royaume de Leigh Bardugo
Autrice : Leigh Bardugo
Maison d'édition : Milan
Date de sortie : 11 Octobre 2017
ISBN : 978-2-7459-9552-0
Pages : 350
Prix : 15,90

Résumé : OMBRE. GUERRE. CHAOS.
Un royaume envahi par les ténèbres.
Une élite magique qui se bat sans relâche contre ce mal.
Des citoyens envoyés en pâture aux créatures qui peuplent le Shadow Fold.
Parmi eux : Alina Starkov.
ESPOIR. DESTINÉE. RENOUVEAU.
L’avenir de tous repose sur les épaules d’une orpheline qui ignore tout de son pouvoir.
L’Invocatrice de lumière.

MON AVIS : J'ai tellement aimé "Six of crows" que je n'ai pu attendre avant de lire ce roman qui se concentre sur les grishas. J'ai un peu appréhendé et surtout je pense que j'aurais du attendre avant de le lire. Pourquoi? Parce que les avis sur ce livre sont tellement enthousiastes que j'en ai attendu, peut-être, un peu trop.

On retrouve l'écriture de l'autrice qu'on aime tant avec de nouveau personnage. Ici, on rencontre Alina, une jeune femme comme les autres qui se découvre Grisha. Elle manque de confiance en elle, est fragile et plutôt effacé. Elle a quand même une sacrée répartie. Malgré tout ce qu'on peut penser d'elle, je l'ai apprécié aussi bien pour ses forces que pour ses faiblesses. Ses réactions m'ont semblé parfaitement logique. On rencontre également Mal, qu'on a un peu envie de gifler. Vous savez ce genre de personnage qui ne voit pas la vrai beauté et qui va à droite et à gauche? Bah voilà. Heureusement il va évoluer et en bien. Que serait Alina sans lui? Enfin le Darkling. J'ai été sous le charme au début même si je me suis dit qu'il y avait quelque chose de louche. Je ne sais toujours pas à quel point ce personnage est nauséabond. Il n'en reste pas moins qu'il est charismatique. Je vais également vous parler d'un personnage secondaire : Genya que l'on voit déjà dans Six of crows. Je l'aime tellement. J'ai pu mieux comprendre certaine chose à son sujet. Elle a du caractère mais connait l'art de la diplomatie.

Concernant l'histoire en elle-même, elle n'est pas exceptionnelle. Le scénario et les rebondissements ne m'ont surprise outre mesure. Je m'attendais à mieux. En même temps, une fois qu'on a lu Six of crows, on en attend tellement...Cela reste un roman de qualité et créatif de part les différents grishas et les qualité de chacun. Je ne parle pas non plus des décors. On s'y croirait vraiment. Néanmoins, j'ai été un peu déçu de l'éternel triangle amoureux, un peu différent ici, je vous l'accorde. Je n'en dirais pas plus pour ceux qui ne l'ont pas lu.

En bref, un livre sympa mais qui n'est pas du même niveau que Six of crows. J'en attendais mieux.

samedi 2 décembre 2017

Achats et plus

Coucou, 
voici une petite vidéo pour vous expliquer pourquoi j'ai craqué! Oui, j'ai perdu mon défi 0 achat! Mais bon, ça ne m'empêche pas de le reprendre.

vendredi 1 décembre 2017

Le mois de Ariel Holzl

Bonsoir à toutes et à tous,

(il va falloir que je vous trouve un petit nom quand même pour que ce soit moins officiel comme préambule)

Je ne sais pas si vous vous en souvenez. Le mois dernier (je crois. Je suis un peu paumée dans les dates ce qui explique l'oubli de cet article), j'ai tenté ma chance et ait été retenu pour participer au mois de Ariel Holzl chez les vénérables de Book en stock

N'hésitez pas à vous rendre sur leur blog régulièrement et à y participer également. On pourra poser pleins de questions à l'auteur et surtout vous pourrez découvrir d'autres blogs qui ont également lu soit le tome 1, soit les deux tomes (ba oui, parce que lire un tome 2 sans lire le premier...C'est un peu bête quand même).

Au passage, cette image a été créé par les vénérables et je me permets de leur emprunter.

En espérant que ça vous plaise et vous intéresse,

je vous souhaite une bonne soirée.


C'est le 1er, je balance tout#11

Bonjour, nous sommes le 1er Décembre. Voici venu le temps de notre rendez-vous mensuel créé par Lupiot du blog Allez vous faire lire


TOP & FLOP


  TOP:

Un immense coup de cœur. Je n'ai pas encore lu la suite mais je pense qu'en début d'année prochaine, ce sera lu.

 









Le tome 1 était déjà d'un niveau incroyable mais e tome 2 met la barre un peu plus haut. Que dire si ce n'est que j'attends la suite avec impatience.


FLOP : Pas de flop ce mois-ci mais une lecture qui ne m'a pas servi à grand chose. J'ai même eu l'impression de perdre mon temps.

1 CHRONIQUE D'AILLEURS


Pour être tout à fait honnête, ce mois-ci, je suis allée sur la blogosphère mais assez rarement. Je ne sais pas pourquoi. Néanmoins, j'ai découvert une blogueuse spécialisée sur l'Asie BookManiac qui m'a convaincu de tenter un autre roman de la maison d'édition d'ouest en est, "Le meurtre d'Alice" de Yasumi KOBAYASHI.

La seconde chronique qui m'a permis de me décider concerne la saga Néachronical de Jean Vigne. Les fantasy d'Amanda en a fait une chronique qui m'a convaincu de me laisser tenter.

UN LIEN HORS LITTERAIRE

Vous savez que je suis une fan des B.A.P, un groupe de Kpop. Et bien, des fans ont créé un magazine qui leur est consacré super bien fait et intelligent. On ne parle pas seulement des membres du groupe. On a des explications de textes et des infos auxquelles on n'a pas accès en France sauf si on parle coréen ou japonais. Le magazine s'appelle le Daily's Magazine.

CE DONT JE SUIS FIÈRE

Le mois dernier, je vous avais annoncé que je me lancer deux défis : lire les services presses et livres dédicacés d'ici le 31 décembre 2017 et ne pas acheter un seul livre.

Pour le second défi, je tiens bon malgré les tentations reçues par mon libraire qu'il s'est empressé de me présenter voulant ainsi tester ma capacité de résistance. Et bien, j'ai gagné! Mais, vous allez me demander ce que je faisais chez mon libraire! J'ai acheté les cadeaux de noël. Je vais devoir y retourner pour un cadeau qu'il me manque. 
Concernant le premier défi, je vous avez averti que la pile à lire de fin d'année était provisoire. Et bien, mon instinct était excellent. En effet, au 10 livres, 8 livres se sont ajoutés. 
Pourquoi? Et bien, les deux derniers achats concernaient un roman d'une maison d'édition que je défends (Audience) et le second est le deuxième tome de la saga les porteurs dont je suis dingue. Je ne pouvais pas attendre l'année prochaine. Une autrice (que je remercie) m'a proposé de lire son roman steampunk que j'ai beaucoup aimé. Decrescenzo a eu la gentillesse de me proposer des services presses. J'ai lu les deux et les remercie encore une fois. Je participe également à la lecture commune de Saefiel concernant le roman Grisha. Je participe également au mois de Ariel Holzl au mois de décembre et ait lu le roman. Enfin, j'ai gagné un album jeunesse dans le cadre de la masse critique babelio. Pour résumer, en lecture, ce fut intense. J'ai lu moins de livres mais je n'ai lu que deux mangas ce qui explique le chiffre un peu faible par rapport à d'habitude. Il n'en reste pas moins que, sur les 18 livres à lire, j'en ai lu 9 et un en cours ainsi qu'un manga qui n'était pas prévu. Je trouve que c'est pas mal.

Dernier point, j'ai enfin fait ma première vidéo youtube afin d 'expliquer comment recouvrir les livres. Je la trouve pas mal pour une première fois avec les moyens du bord. Je vous rassure pour les prochaines vidéos, j'ai acheté du matériel. Maintenant, je dois juste trouver comment je vais filmer tout ça. Et comme je dois bien faire ma promotion, je vous remets le lien : https://youtu.be/jpE1eMhIBqM.
Avec ce bilan, il y aura toujours une vidéo bilan avec toutes mes lectures dont voici la première : https://youtu.be/6DNgBWBP_aI

Voili voilou! Pour moi ce sera tout pour le mois qui vient de s'écouler! Et vous, comment s'ets passé ce mois de novembre?



mercredi 29 novembre 2017

Louis Pasteur contre les loups-garous de Flore Vesco

Louis Pasteur contre les loups-garous de Flore Vesco
Autrice : Flore Vesco
Maison d'édition : Didier Jeunesse
Date de sortie : 21 septembre 2017
ISBN : 9782278085552
Pages : 224
Prix : 15

Résumé :
Louis Pasteur, 19 ans, entre comme boursier à  l’institution royale Saint-Louis, animé par un seul  désir : assouvir sa curiosité pour les sciences.  Il est loin d’imaginer que sa première année d’étude  va être bouleversée par des meurtres aussi terribles  que mystérieux, perpétrés dans l’enceinte même  de l’école. Il va mener l’enquête avec la jeune  Constance, une pensionnaire intrépide et courageuse.  Entre loups-garous et complots, ils useront de vaccins  autant que de coups d’épée pour sauver les élèves  et même… le roi Louis-Philippe !
Un roman d'un genre nouveau : le policier fantastico-historico-scientifico-romantique !

MON AVIS : Ayant beaucoup aimé le premier roman de Flore Vesco, j'ai profité de sa présence lors d'un salon pour lui acheter le second. J'ai retrouvé un peu les ingrédients du premier (les mots compliqués et autres) avec quelque chose en plus. Ici, on suit un étudiant boursier dans un monde d'étudiants aisés à l'époque. 

Louis Pasteur m'a beaucoup amusé avec son esprit ultra scientifique incapable d'exprimer ce qu'il ressent autrement que par l'analyse scientifique de ce qu'il se passe dans son corps. Il analyse tout tout le temps, dort très peu et mange peu. Constance va croiser sa route. De la jeune femme modèle, elle va découvrir qui elle est vraiment au contact de Louis. Nous rencontrons également Octave, un type imbuvable (un peu stéréotypé mais on pardonne facilement. Personnellement, je l'oubliais très vite). 

Concernant l'intrigue, on rentre presque tout de suite dans le vif du sujet. L'intrigue est progressive. De quelques évènements, on finit par se consacrer entièrement à l'enquête. Honnêtement, mes soupçons ne se portaient pas sur la personne concernée même si je n'ai pas eu complètement tort. J'ai adoré l'idée de l'autrice d'inviter le roi Louis Philippe. Comme sur son précédent, le roman est sérieux avec une pointe d'humour et d'ironie bienvenue.

En bref, j'ai passé un super moment en compagnie de Louis pasteur. Je serais curieuse de savoir ce que devienne les personnages dans l'esprit de l'autrice.

lundi 27 novembre 2017

Les porteurs tome 2 : Gaëlle de C.Kueva

Les porteurs tome 2 : Gaëlle de C.Kueva
Autrice : C.Kueva
Maison d'édition : Thierry Magnier
Date de sortie :  Novembre 2017
ISBN : 979-10-352-0105-0
Pages : 250
Prix : 14,90


Résumé :
Dans le premier tome de la trilogie Les Porteurs, C. Kueva nous entraînait dans un monde où les enfants naissent hermaphrodites. À 16 ans, homme ou femme, il faut choisir… Le tome 2 débute là où commençait le tome 1, mais cette fois, c’est à travers les yeux de l’héroïne Gaëlle que nous suivons l’intrigue. Elle découvre que Matt, son amoureux, est un Porteur. Gaëlle est prête à tout pour que Matt puisse devenir un homme. La jeune fille se rapproche alors des réseaux naturalistes. Mais qui sont-ils vraiment ?
Pourquoi les autorités s’opposent-elles à ce mouvement alternatif ? Est-elle prête à transgresser les lois, celles de l’État mais aussi celles de l’amour ?
Dans ce deuxième volume, la tension monte d’un cran entre nos héros et les autorités du pays. Les personnages vont redoubler d’efforts pour percer les secrets dans ce monde inquiétant où la manipulation génétique gouverne. À qui peut-on vraiment faire confiance ?

MON AVIS : JE VEUX LA SUITE! Quand je pense que je redoutais ce tome...Explication : au vue des évènements précédents, j'avais peur de lire ce tome du point de vue de Gaëlle. Finalement, c'était intelligent de la part de l'autrice. En effet, on a une image à la fin du tome précédent pas très reluisante de cette jeune femme. Écrire de son point de vue permet, d'une part au lecteur de comprendre le pourquoi du comment et d'autre part de revivre une partie de l'histoire de son point de vue.

Certains vont me dire "oui mais du coup, il faut se souvenir du premier tome?" C'est mieux. Je m'en souviens assez bien ce qui m'a permis d'avoir une vision plus vaste de l'univers créé par Cat Kueva. On ne suit plus seulement le trio d'ami et Lou, on suit un mouvement et plein d'autres choses qui dépassent Gaëlle. À vouloir aider ses proches, elle va se retrouver dans une histoire dont elle n'avait pas conscience. Elle se montrera ouverte d'esprit, courageuse et pleine d'énergie malgré tout ce qui va se passer et s'enchaîner.

Son comportement vis-à-vis de Matt est de ce fait plus compréhensible. Je ne dis pas que je l'apprécie mais je comprends sa réaction. Elle est remontée dans mon estime et heureusement, elle a conservé son humanité ce qui l'a rend vraie. Quand à Matt, on en a une vision très différente de celle que j'en avais. Pour être plus précise, c'est en partie la vision que j'en avais mais pas complètement. Quand à Flo, ce personnage m'a surpris. Il n'a pas du tout évolué comme je l'aurais imaginé. Je vous rassure. J'ai adoré son évolution. Je pense que j'emprenterais le chemin qu'il choisit bien plus courageux que les autres au final.

Concernant les thématiques, on reprend celle du premier tome c'est-à-dire le pouvoir des laboratoire, les décisions de l'Etat, l'éducation et la sexualité. À ceux-là, ajoutons le devoir de mémoire, la culture, l'apprentissage, la découverte de soi, les responsabilités, la résistance et sûrement d'autres qui ne me viennent pas au moment où j'écris ces lignes.

Autre énorme point fort : elle a surpassé Gabriel Katz. Ce n'est pas rien de le dire. Déjà dans le tome 1, je sautillais partout dans mon appartement après la voir fini en hurlant que je voulais la suite (ok, j'ai pas hurlé mais je l'ai dit), alors avec ce tome, au vue de toutes les révélations qui s'enchainent, je me suis redressée et je l'ai lu debout (chose que je ne fais jamais) en écarquillant sûrement les yeux et je ne parle pas des dernières lignes...Si Cat Kueva avait été là, je l'aurais supplié de me donner la suite. 

En bref, j'ai juste plus qu'adoré ce deuxième tome et il me tarde de lire le troisième qui sera, je pense, le summum au vu du personnage à l'honneur. Alors C. Kueva, quand sortira la suite s'il vous plait?