vendredi 30 décembre 2016

Kit Collector

kit collector dobbykit collector le quidditchkit collector niffleur




kit collector le démonzémerveille
Maison d'édition : Gallimard jeunesse
Date de sortie : octobre 2016

Contenu : le kit comprend les pièces pour monter la maquette avec le mode d'emploi. On y trouve également des conseils pour personnaliser les maquettes. Avec le kit, il y a un livre autour du thème.






MON AVIS : J'ai adoré faire ces maquettes. Elles sont toutes très simples à faire. Comptez environ 15 minutes pour faire chacune d'entre elles sauf le démonzémerveilles. J'ai vraiment galéré. J'ai mis plus d'une heure pour la faire. J'ai eu un soucis au niveau des pièces. Je peux vous dire que celle-ci, ne laissez pas un enfant de 8 ans la faire seul. Je n'ai pas pris le risque de les personnaliser. J'avais peur de les rater. 

Concernant les livres, on y apprend beaucoup de choses concernant le tournage de certaines scènes. C'est vraiment très intéressant. Les acteurs du nouveau film sont présents. Ils donnent leur avis sur leur arrivé dans la saga ou ce qui les ont marqué.

En bref, je ne regrette pas ces achats. Bien au contraire, j'ai même pris goût à ça. Je les ai faite en deux jours. Il me manque juste Buck. Pour Aragog, je n'en veux pas. Je déteste les araignées.

mercredi 28 décembre 2016

Border tome 4 de de Yua Kotegawa et Kazuki Kaneshiro

border
Scénariste : Kazuki Kaneshiro
Dessinateur : Yua Kotegawa
Maison d'édition : Komikku
Date de sortie : 15 septembre 2016
ISBN : 9782372871099
pages : 208

Résumé : Parce qu’il a été touché à la tête au cours de ses investigations, Ango Ishikawa, inspecteur au sein de la 1re unité de recherche du Département de la Police Métropolitaine de Tokyo, se trouve à vagabonder dans les abîmes de la mort. Or, après avoir été miraculeusement ramené à vie, il se découvre "une capacité à communiquer avec les morts" ! Dès lors, Ishikawa se pose à l’écoute des victimes assassinées, se confrontant aux affaires les plus difficiles pour les libérer de leurs regrets.

Morts et vivants, loi et justice, vérité et mystification... Ici commencent nos enquêtes entre mystère, suspense paranormal et extrasensoriel !

MON AVIS : Dernier tome de cette série! J'ai adoré cette saga et j'avais hâte de lire ce tome-là. Le graphisme est toujours aussi magnifique. On y ressent l'essentiel. Plusieurs évènements s'enchainent tous relié les uns aux autres. Certes on a la résolution de l'enquête. Pourtant, ce qui se passe se centre vraiment sur les pensées de l'enquêteur. Son entourage le pousse à parler mais c'est compliquer. Il n'a pas cette habitude. Les personnages évoluent, leur passé dévoilé. On y critique la société, y explique le pourquoi des choix de certains. On peut en être dégouté et ne pas comprendre ou inversement comprendre. L'humain est vraiment mis en avant.

Concernant la toute fin, j'avoue que je m'attendais à tout autre chose. J'ai été très surprise...et frustrée. Je pense qu'un autre tome n'aurait pas été de refus. On a beau savoir la fin concernant l'enquêteur, on aurait aimé voir comment ça se passe. Je crois que c'est mon seul regret.

En bref, ce fut un manga très bon dont le seul défaut réside dans la fin.  J'aurais vraiment aimé avoir une fin concernant l'enquêteur lui-même.

lundi 26 décembre 2016

La tristesse de l'éléphant de Nicolas Antona et Nina Jacqmin

La tristesse de l'éléphant
Auteur : Nicolas Antona
Illustratrice : Nina Jacqmin
Maison d'édition : Les enfants rouges
Date de sortie : janvier 2016
ISBN : 978-2-35419-082-8
Pages : 80

Résumé : L'histoire se passe en France au début des années 60. Elle met en scène Louis, un jeune homme un peu rondouillard, pas le style de garçon qui plait aux femmes. Orphelin, il grandira jusqu'à sa majorité dans un orphelinat, élevé par les frères jésuites. Son embonpoint naturel et ses problèmes de vue ne plaident pas en sa faveur lors de l’adoption, il verra ses camarades partir les uns après les autres. De toute façon, il n’a pas vraiment d’amis, Louis est le souffre-douleur de tous.
Les seuls bons moments que connait Louis, sont ceux qu'il passe dans le cirque Marcos qui vient planter son chapiteau dans un terrain vague de la ville. Là, tout s'illumine en lui, il sourit, il s'égaie et puis il y Clara, la dompteuse d'éléphants. Clara, magnifique, qui au gré des retours du cirque dans la ville devient sa confidente, son amie, son amante...
Clara s’éprend de Louis et quittera sa famille et son cirque pour vivre avec lui.
Ils connaitront des jours heureux et insouciants....

MON AVIS : Cet album évoque tant de choses en même temps en si peu de mots et de pages...c'est incroyable. L'histoire est racontée sans fioriture en toute simplicité. Il émane de ce livre beaucoup de douceur, de pureté et d'amour. Cela fait du bien. Pourtant tout n'est pas rose. On le referme les larmes aux yeux. Certains, je pense, pleurent réellement. 

Les graphismes sont très beaux. Ils nous montrent bien la France des années 60 tout en étant, malgré tout, ancré dans notre réalité. Cette histoire peut parler à tout le monde. On y évoque le harcèlement, les stéréotypes, la loi des apparences...Tous ces thèmes qui font toujours échos de nos jours. Mais on nous montre également que tout le monde n'est pas comme ça.

Les personnages sont attachants. On aimerait tous avoir un ami comme Mr Manuel ou Raul. Clara est une jeune fille très solaire, lumineuse. On ne peut que l'apprécier. Louis manque de confiance en lui et pourtant, il changera suite à sa rencontre avec Clara.

En bref, cet album d'une simplicité parfaite exprime beaucoup de choses que nous avons oublié. Il exprime l'humanité dans toute sa splendeur. Je vous la recommande si vous n'avez pas peur de pleurer.

samedi 24 décembre 2016

Noragmi tome 12 de Adachitoka

noragami
Mangaka : Adachitoka
Maison d'édition : Pika
Date de sortie : 5 octobre 2016
ISBN : 9782811631352
Pages : 196

Résumé : « Enchanté ! Je suis Yato, le dieu à votre service! » Rencontrer un dieu, c’est possible ? Si vous appelez ce numéro, Yato, dieu mineur sans temple, vous apparaîtra ! Pour seulement 5 yens, il exaucera votre vœu ! Mais loin de l’image divine, ce dieu-là, orgueilleux et égoïste est insupportable ! Hiyori, une jeune lycéenne, va l’apprendre à ses dépens ! Alors qu’elle lui sauve la vie, elle se fait renverser par un bus. Devenue un esprit vagabond, son âme quitte son corps inopinément lui permettant de voir les créatures qui vivent entre le monde des vivants et celui des morts ! Coincée avec Yato jusqu’à ce qu’il trouve un moyen de lui rendre son aspect originel, Hiyori le suit dans toutes ses galères et son ascension vers le culte suprême…

MON AVIS :  Un nouveau tome des plus intéressants. On en apprend plus sur le passé de Yato et les motivations de son père. Concernant l'univers des dieux, on découvre de nouvelles choses. Tout ne peut être dit sans conséquences. Yukine est impressionnant et Yato devient plus solaire. On ressent ces changements dans le dessin. Yato que l'on voyait toujours en noir et plus lumineux même dans son regard. On a même du mal à le reconnaître mais c'est pour mieux le distinguer de l'ancien Yato.

Hiyori, quand à elle, apprend toutes ses choses et se pose beaucoup de questions. Elle aura ses réponses mais par hasard. On ne sait pas comment elle réagit au passé de Yato. On ne le saura qu'au prochain tome. Yato cache tout de même ce qu'il ressent et ressasse. On s'aperçoit qu'on ne pourra jamais le cerner complètement.

En bref, ce manga est très intéressant. La mangaka nous dévoile doucement mais sûrement les éléments utiles à l'histoire. On ne s'ennuie pas une seconde. Vivement la suite.

jeudi 22 décembre 2016

Qu'est devenu l'homme coincé dans l'ascenseur? de Kim Young-Ha

Qu'est devenu l'homme coincé dans l'ascenceur?
Auteur : Kim Young Ha
Maison d'édition : Philippe Picquier
Date de sortie : Avril 2011
ISBN : 2-8097-02583
Pages : 146

Résumé : Chez Kim Young-ha, les vampires ne mordent pas, les écrivains ont peur de leur ombre, et c'est par amour qu'un homme devient invisible. Lorsque ses histoires se colorent de fantastique, c'est une étrangeté qui serait comme l'empreinte rémanente d'une vérité philosophique. Parfois, dès le réveil, vous avez le pressentiment que tout ira de travers. Une de ces journées où les gestes les plus simples comme se raser, prendre le bus ou monter dans un ascenseur peuvent avoir des conséquences désastreuses. Où la succession de catastrophes devient une cascade de gags révélateurs de l'absurdité de notre condition.
Entre Kafka et Buster Keaton, des nouvelles scintillantes d'humour noir. Un régal !

MON AVIS : C'est la deuxième fois que je lis un roman coréen et comme la fois précédente, c'est un plaisir. Cet auteur est très réputé. Je ne le savais pas mais je vais m'intéressais de très près à ce qu'il fait. Ici, nous avons un recueil de nouvelles. Je vais vous dire ce que j'ai pensé de chacune d'elle :

La première porte le titre du livre. Au moment où j'écris ces lignes, sachez que j'ai une poisse phénoménale depuis un mois. Apparemment, elle aurait tendance à s'arrêter (espérons). Si je vous explique ça, c'est parce qu'il est question de la journée désastreuse d'un homme. En lisant cette nouvelle, je me suis dit que je n'étais pas si poissarde que ça finalement. En plus de donner le sourire, parce que avoir la poisse à ce niveau là, quand même, il faut le faire, cette nouvelle rassure pour les personnes comme moi. C'est même de l'art au niveau de ce monsieur.  Elle est excellente. Le plus incroyable surtout, c'est qu'on s'aperçoit qu'on ne sait pas finalement ce qu'il advient à la fin. Et le pire, on s'en fout un peu. L'auteur nous montre tout de même certains aspects pas très reluisant de l'humanité et ses conséquences.

Deuxième nouvelle : L'auteur a publié le récit d'une de ses lectrices qu'il a reçu sous enveloppe. Habituellement, je ne lis pas ce genre de choses. Ça ne m'intéresse pas. Mais j'avoue que, comme l'auteur, l'histoire nous prend et nous transporte sans qu'on ne s'en aperçoive. Avis à mes proches, si vous voulez me caser, je veux bien un homme comme son mari. Il est certes un peu bizarre mais au moins il respecte les femmes et n'est pas un obsédé. Bref, trêve de bavardages. Sachez tout de même qu'elle y parle de sa vie privée. Elle est un peu loufoque et un peu fantastique mais on se retrouve embarquer dedans sans s'en rendre compte. 

Troisième nouvelle : L'amour à haute tension. J'ai été moins enthousiaste pour une raison un peu stupide. Je suis toujours un peu gênée lorsqu'il est question de relation physique écrite de cette façon. J'avoue que ça m'a un peu rebuté même si ça fait partie intégrante de l'histoire. J'ai eu le sentiment que la femme n'était pas respectée. Maintenant la question est de savoir qui des deux se fait vraiment avoir...J'ai tendance à penser que c'est monsieur mais bon. Je pense que chacun aura sa vision de cette nouvelle. Elle puni plus ou moins le comportement de l'homme mais la femme on ne sait pas. On y découvre également une facette de la société coréenne. le mariage n'est pas forcément amoureux, les difficultés financières. L'invisibilité reflète le fait que l'humain  n'existe pas tant que ça. Tant que tu peux permettre de rapporter de l'argent on te voit sinon tu es inexistant. Un peu comme partout ailleurs.

Quatrième et dernière nouvelle : l'homme qui n'avait pas d'ombre. Un écrivain suit son instinct. Il est fidèle et loyal mais n'a pas vraiment confiance en lui malgré ce qu'il peut montrer. Nous découvrons les relations assez complexes de ses deux amis. Au final, il est très peu question de lui. Il le fait même plus ou moins remarqué mais de manière subtile. C'est l'ami qui écoute mais ne se confie pas. Je n'en dirais pas plus de peur de spoiler. Elle m'a beaucoup touché. Je l'ai même trouvé triste au final. on ne s'en aperçoit qu'en fermant le livre.

Concernant le style d'écriture, l'auteur nous offre des phrases simples et efficaces. Pas de fioriture ni descriptions. C'est inutile et futile. Ces personnages sont très forts à chaque fois. On se retrouve embarquer dans leur quotidien involontairement avec force. Lorsque la nouvelle se termine, on en voudrait un plus sur l'avenir de ces personnages même si on se doute que l'on apprendra rien de plus. 

En bref, je l'ai à peine commencer que je l'ai terminé. Tout de suite, j'ai voulu lire un autre livre de cet auteur voir si sur un roman l'effet serait aussi fort. Je crois que je préfère la plume coréenne à la japonaise.

mardi 20 décembre 2016

Kasane tome 5 &6 de Daruma Matssura





 Mangaka : Daruma Matsuura
Maison d'édition : Ki oon
Date de sortie : 22 septembre 2016 / 10 novembre 2016
ISBN : 9782355929946  / 9791032700099
Pages : 208 / 200

Résumé : Kasane est une fillette au visage repoussant, presque difforme, régulièrement moquée et maltraitée par ses camarades de classe. Sa mère, actrice de premier plan célèbre pour son immense beauté, lui a laissé pour seul souvenir un tube de rouge à lèvres, et une consigne mystérieuse : « Si un jour ta vie devient trop insupportable, maquille tes lèvres, approche l’objet de ta convoitise, et embrasse-le. »
Le jour où, au bord du désespoir, Kasane s’exécute, elle fait une découverte incroyable : le rouge à lèvres légué par sa mère lui permet de s’approprier le visage de ses victimes ! À la fois malédiction et bénédiction, cet héritage va offrir à la jeune femme un avenir auquel elle n’osait rêver jusqu’à maintenant…
« La beauté est une bénédiction : elle permet de tout obtenir… même quand elle n’est qu’illusion.»

MON AVIS : L'intrigue de ce manga devient de plus en plus intense. Kasane a pris ses habitudes. Elle en oublie sa condition d'avant mais jusqu'à quand? Elle a bon cœur et sait que ce qu'elle fait n'est pas bien. Elle est entrée dans un cercle vicieux dont elle ne peut plus sortir même avec toute la bonne volonté du monde. Elle s'est brûlée les ailes mais on ne sait pas si elle va apprendre de ses erreurs ou non. Son agent de l'ombre est impitoyable. Seul l'argent et le résultat compte. Il n'y a pas d'état d'âme à avoir. Nogiku semble gentille mais nous découvrirons sa noirceur, je pense, plus tard.

Les dessins sont toujours très bien fait non seulement esthétiquement parlant mais également dans ce qu'ils dégagent. On devine les dessins sur lesquels Kasane a son véritable visage et inversement. Les planches représentant les pièces de théâtres sont des plus réalistes. On s'y croirait. On en arrive à défendre Kasane puis à se rappeler que c'est mal. Pourtant on ne peut s'empêcher de se demander ce qu'on ferait à sa place. Elle est je pense autant victime que ses victimes. Pour comprendre, lisez le manga. Je ne voudrais pas spoiler. Tout est que la noirceur de l'être humain et à tous les niveaux est bien représenté ici.

En bref, vivement la suite au mois de janvier. Je trouve réellement ce manga extrêmement bien fait. L'intrigue est tout à fait cohérente. 

Pour lire la chronique du tome précédent, cliquez ici 

dimanche 18 décembre 2016

Les regards des autres de Ahmed

Les regards des autres
Auteur : Ahmed Kalouaz
Maison d'édition : Rouergue
Date de sortie : Février 2016
ISBN : 9782812609954
Pages : 96

Résumé : Harcelée au collège par une bande de filles, Laure a bien du mal à réagir. Elle finit cependant par alerter le principal et ses parents lorsque des élèves plus fragiles qu’elle se trouvent pris comme cible.



MON AVIS : J'ai déjà lu un livre de cet auteur chroniqué sur ce blog. J'avais beaucoup aimé. J'aime beaucoup la collection doado de cette maison d'édition. Le thème abordé dans ce roman me touche beaucoup. Je n'ai pas été victime à proprement parlé de harcèlement mais j'ai failli. J'ai juste appris à me rendre invisible afin de ne pas subir plus de brimades. Vous vous doutez bien que ce livre à une saveur particulière pour moi mais il a beaucoup d'avantages. Je vais vous expliquer pourquoi.

J'ai tout de suite reconnu cette façon d'écrire si particulière de l'auteur alors que je n'en ai lu qu'un seul pour l'instant. Un peu de poésie pour alléger ce qui blesse dans l'écriture et des mots forts, clairs, net et précis. Il ne nous parle que très peu de ce que subit laure. C'est mentionné juste ce qu'il faut; Le but n'est pas de la plaindre mais de comprendre ce qu'elle ressent, de nous permettre de se mettre à sa place et ça fonctionne. J'ai lu d'autres romans sur le sujet que je trouvais trop ou pas assez bien traité. Celui-ci est juste ce qu'il faut. Il devrait être lu par ceux qui font subir ces humiliations et coups aux autres. Même si je doute que ça les fasse changer.

Laure est une jeune fille attachante souffrant réellement de ce qui lui arrive. On comprend parfaitement ce qu'elle ressent, son incompréhension et son empathie vis-à-vis de ceux qui vivent la même chose voir pire. Éric est un garçon rêveur qui ne se laisse pas atteindre par toutes ces insultes. Il est très mûr pour son âge et réfléchi. Perrine, la tante de laure est abordable. Elle voit bien ce que traverse Laure sans en parler pour autant. La mère de Laure tente de la faire parler mais il faudra atteindre le point de non retour pour ça. Enfin son père, quoique grand rêveur, est un homme droit qui n'aime pas l'injustice et qui aime sa fille. J'aime beaucoup le mot qu'il lui laisse à la fin du livre. Laure devrait pourtant comprendre ce qu'il veut lui dire.

En bref, un roman simple, court mais qui dit tout ce qu'il y a à dire sur le sujet, tout ce qui n'est pas dit dans les campagnes contre le harcèlement et ces différentes formes. Je le recommande vivement.



vendredi 16 décembre 2016

Le mari de mon frère tome 2 de Gengoroh Tagame

Le mari de mon frère
Maangaka : Gengoroh Tagame
Maison d'édition : Akata
Date de sortie : 10 novembre 2016
ISBN : 2369741643
Pages : 180

Résumé : La petite Kana est aux anges ! Entre son nouvel oncle venu du Canada, mais aussi l'arrivée surprise de sa mère, la fillette a de nombreuses raisons de se réjouir ! Mais tout le monde, dans le voisinage, ne regarde pas d'un oeil bienveillant l'arrivée d'un homosexuel dans le quartier… Une occasion parfaite, pour Yaichi, de continuer à remettre en cause ses certitudes.

MON AVIS :  Que j'aime ce manga! Il devrait être lu par tout le monde afin d'ouvrir l'esprit des gens faisant preuve d'étroitesse d'esprit. On y parle toujours de l'homosexualité et de son impact aussi bien sur les proches que sur la personne découvrant son homosexualité. On y découvre que le Japon comme tous les pays a une mauvaise image de cette façon d'aimer, ce qui est fort dommage. Les propos tenues peuvent paraitre choquant. Pourtant, en France on entend bien pire que ça. Autre thème abordé : certaines formes de discrimination au Japon qui nous paraissent insensé à nous étranger mais qui peuvent se comprendre là-bas. Pourtant, on se pose tout de même des questions. La culture japonaise y est abordée.

Yaichi commence à accepter les choses mais il reste tout de même encore un peu campé sur ses principes. Cependant, en voyant la réaction des autres, il se rend compte de son comportement et du mal qu'il fait. Mike est toujours aussi joyeux et ouvert. On l'apprécie toujours autant. On se pose des questions sur ce qu'il a promis à son mari. Kana reste fidèle à elle-même. Elle a des réactions tellement honnête et franche qu'on ne peut que l'apprécier d'avantage. Elle montre l'absurdité de la réaction des adultes qui ne demandent jamais aux enfants ce qu'ils pensent d'une situation alors que leur regard a son importance. On rencontre la mère de Kana. On l'apprécie mais on se pose beaucoup de question. 

En bref, je suis dingue de ce manga et n'ait qu'une hâte : lire la suite. Je trouve ça incroyable qu'il soit publié en France et même au Japon où la vision de l'homosexualité et pire qu'en France. Merci beaucoup à ces éditeurs osant publiés ce genre de manga si utile à la société.

La chronique du premier tome se trouve ici

mercredi 14 décembre 2016

Les mots

les mots
Un mot est composé de lettres. C'est un mélange de voyelles et consonnes qui résonnent à nos oreilles tout le temps, tous les jours. Ils sont écrits, tagués, lus ou entendus. Certains sont futiles, d'autres positifs. Et d'autres encore font voyager. Leur assemblage diffère selon la langue. C'est la plus belle forme de communication lorsqu'il s'agit de faire des compliments, de fêter quelques choses ou de dire "je t'aime". Il y a ceux qui réconfortent, qui rassurent. Et il y a les autres....
Il y a ceux qui font mal, qu'on préfèrerait oublier, ces insultes qu'on ne devrait pas dire. Et puis il y a ces phrases qui font mal. Pourtant chaque mot qui la compose semble innocent. Cela n'empêche pas ce couteau sous forme de mots de se planter toujours plus profondément, de remuer à chaque instant. Il ne faudrait surtout pas oublier cette douleur. Et cette plaie qu'on voudrait refermer se rouvre tous les jours. Puis un autre jour, une autre phrase et la plaie s'agrandit. 

Mais il y a pire encore. C'est lorsque la personne en face de vous nie ce mal qu'elle vous fait. La blessure s'ouvre encore plus. On ne veut pas montrer sa douleur mais elle est là, persistante. On la trimballe tous les jours et nos épaules ploient toujours un peu plus...Jusqu'à l'effondrement.

Abyssia de Diane Ozdamar & Tiphaine Zanutto

Abyssia
Auteur : Tiphaine Zanutto
Illustratrice : Diane Ozdamar
Maison d'édition : Chat noir
ISBN : 9791090627598
Date de sortie : Novembre 2014
Pages : 48


Résumé :
À une époque dominée par les technologies et les industries polluantes, les hommes détruisirent ce qu’il restait de la couche d‘ozone, gage de leur vie sur Terre. Contraints de coloniser un autre monde les abritant du rayonnement solaire meurtrier, ils trouvèrent leur salut dans les profondeurs marines.
Abyssia, cité encerclée par l’étrangeté aquatique, dernier bastion de l’humanité, se heurta à un peuple doué de conscience : les Nouveaux Atlantes.
Lui, presque homme, n’aurait, dans un monde normal, jamais dû ouvrir les yeux. Il n’en fut pas ainsi.
Elle, si humaine, promise à une vie superlative, fut hélas condamnée à errer dans les abysses.
Comment Ernestine, créatrice funeste, scientifique funambule oscillant entre devoir et moralité, scellera-t-elle son destin et celui de Grim ?

MON AVIS :  Cela fait plusieurs années que j'ai découvert cet artbook mais je n'ai pas craqué. J'ai beaucoup hésité. J'ai beau adoré ce genre, je sais que tous ne sont pas de qualité. Cependant, j'ai fini par craquer. Les illustrations sont absolument exquises. Les couleurs sont très bien choisies et utilisées. La couverture résume assez bien le livre. Elle donne réellement envie de feuilleter cet objet-livre. Merci beaucoup à l'illustratrice pour ce travail fabuleux. Je suis toujours admirative face aux illustrations que je croise.

Concernant l'histoire, on y parle des erreurs de l'humanité, des limites du monde scientifique. On y parle également du l'écologie et du rapport des humains vis-à-vis des espèces autre que la leurs. A ce sujet, c'est extrêmement bien fait; On s'y croirait dans ce monde du XXIII ème siècle. L'auteur nous montre que les hommes n'apprennent jamais de leurs erreurs passées. Et c'est tellement vrai. Il suffit de voir ce qu'il se passe à l'heure actuelle. L'écriture est fluide et simple. L'auteur nous décrit les personnages mais je pense que c'était superflu. Les illustrations suffisaient. Je pense qu'elle avait besoin de commencer par l'héroïne, Ernestine. L'histoire est très cohérente. On y voit encore les stéréotypes de l'homme. L'autre, on ne le connait pas alors forcément il est méchant. 

Ernestine est une scientifique talentueuse ayant des principes parfaitement humain. Elle considère que la science est bien tant qu'on n'en franchit pas certaines limites. Elle est profondément humaine et sensible. Pourtant, ses principes sont mis à sac. Yvan est un homme que j'aurais aimé découvrir un peu plus. Il est très peu bavard et préfère ses algues aux humains. Pourtant, il apprécie beaucoup Ernestine. Moria est un peu trop dure et brutal comme n'importe quel soldat. Elle pense avant tout à la survie des hommes. 

Petit bémol : lors de l'impression, une page a été oublié. Du coup, ils l'ont intégré avec une feuille volante. Je ne trouve pas ça terrible. D'autant que l'illustratrice s'est tout de même cassée la tête à faire des illustrations couleurs sur une double page et qu'on se retrouve avec un format A5 en noir et blanc. Certes, ils se sont excusés mais bon, ça gâche le plaisir de lecture.

En bref, j'ai passé un très bon moment. Entre les illustrations qui émerveillent le regard et l'histoire tellement proche de la réalité, on ne peut qu'en être satisfait comme souvent lorsqu'il s'agit des éditions du chat noir.

lundi 12 décembre 2016

Ikumen after tome 2 de Kazuma Kodaka

Ikumen after
Mangaka : Kazuma Kodaka
Maison d'édition : Taïfu
Date de sortie : 22 septembre 2016
ISBN : 9782375060087
Pages : 178


Résumé : Jeune entrepreneur surmené et père célibataire d'un petit garçon, monsieur Asakura a du mal à gérer sa situation professionnelle et l'éducation de son fils en même temps. C'est alors qu'il rencontre Kentarô, lui aussi dans la même situation familiale. Les deux hommes au caractère et au rang social totalement opposé deviennent alors amis, avant de prendre petit à petit conscience de leurs sentiments réciproques...

MON AVIS :  Deuxième et dernier tome de ce manga. J'avoue être assez surprise de constater qu'il n'y a que deux tomes. J'ai un peu un sentiment de manque à la fin du manga. Je me suis dit "vivement la suite" pensant qu'il y en aurait une. Et bien non. En même temps si la série avait continué, peut-être que cela aurait été lassant. Dommage au vue du thème abordé. Je pense que cela aurait été intéressant de voir la réaction des enfants et les parents leur expliquer ce qu'il en est de leur relation.

Concernant les dessins, certes ils ne sont pas exceptionnels mais je les trouve mieux que sur les précédents. J'ai beaucoup aimé les graphismes concernant Asakura. Ses réactions comme celles de Kentarô sont très bien mises en évidence non seulement par le texte mais également dans le dessin très expressif. Autre chose que j'ai apprécié, c'est le fait qu'on ne tourne pas en rond. Les personnages se cherchent mais pas pendant douze tome. Ils ne peuvent pas lutter contre leur sentiment.

Les personnages sont touchants chacun à leur niveau. Asakura semble pure alors qu'il ne l'est pas tant que ça. Il est très sensible et un peu naïf mais en a conscience sans parler de sa gentillesse et bonté. Kentarô n'est pas très doué et pense surtout à trouver une solution à ses problèmes qui ne l'arrange pas forcément. Quand aux enfants, je les adore. Ils m'ont bien fait rire. Entre leur innocence et leurs réflexions si honnêtes. Le mieux c'est leurs pères qui pensent les protéger alors qu'ils sont loin d'être bête ces enfants.

Les thèmes abordés restent autour de l'homoparentalité ainsi que la découverte de l'homosexualité mais pas seulement. Le regard des enfants est très important. Les parents réagissent comme tout le monde. Ils ne veulent que leur bien mais les enfants acceptent très bien la situation. Petit reproche mais partiel : leur relation est cachée aux yeux du monde sauf leur proche évidemment. On maintient la honte et c'est dommage. Même si cela reflète une réalité.

En bref, un second et dernier tome génial qui se lit très vite même trop à mes yeux. Je trouve la fin très bien. Elle nous laisse le loisir de choisir la suite à donner à ce couple attachant et à leur vie de famille.

La chronique du tome précédent est ici

samedi 10 décembre 2016

Artbook black & white de Mathieu Coudray

Artbook
Illustrateur : Mathieu Coudray
Maison d'édition : Maz édition
IBSN :979-10-93004-31-0
Pages : 48

Résumé :
Chaque artiste est à lui seul un patchwork d’univers qui ne demandent qu’à exploser !
Dragons, chimères, chats aventuriers, paysages étranges et dérangeants, tout cela compose l’œuvre de Mathieu Coudray.
MON AVIS : J'ai découvert cet illustrateur par la biais d'un roman illustré acheté lors des halliennales que je n'ai pas encore lu "le carnival aux corbeaux". J'ai beaucoup aimé ses illustrations. En furetant sur son site officiel, j'ai découvert un livre illustré autour des chats que j'ai également acheté en plus de celui-ci.

Concernant celui-ci, j'ai savouré chaque illustration. Elle reflète un univers différent à chaque page que l'on tourne. On peut ainsi savourer son talent et l'étendu des capacités de l'illustrateur. J'ai une réelle préférence pour les forêts. Les illustrations sont certes en noir et blanc mais on a le sentiment qu'elles sont tellement réalistes qu'on pourrait penser avoir une photo entre les mains. Pour certaines, le réalisme est tel qu'on a le sentiment que l'on pourrait pénétrer dans l'illustration.

En bref, ce artbook est magnifique. Il ne raconte pas d'histoire mais nous permet de découvrir le travail de Mathieu Coudray. On peut prendre le temps de voir les détails et même de voir une ébauche déjà extrêmement belle. Si vous aimez les illsutrations, vous aimerez. Je tiens à vous préciser qu'il n'est disponible que sur le site de l'illustrateur.

jeudi 8 décembre 2016

Cosmographia de Mathieu Guibé et Nicolas Jamonneau

Cosmographia
Auteur : Mathieu Guibé
Illustrateur : Nicolas Jamonneau
Maison d'édition : Chat noir
Date de sortie : 2 novembre 2016
ISBN : 9782375680230
pages : 48

Résumé :
Les constellations ne sont pas les seuls messages que le ciel nous adresse. Les étoiles et leurs cycles, dans leur improbable répartition, nous racontent une histoire dont nous sommes les propres acteurs. Nous ne savons pas qui est de l’autre côté de la plume, nous ne pouvons que supposer. Mais si l’univers est en permanente expansion, c’est parce que le récit continue. Mon frère et moi sommes les seuls à pouvoir déchiffrer les secrets célestes.
Nous sommes Cosmographes, nous sommes lecteurs d’étoiles.

MON AVIS : Les illustrations sont absolument sublimes. Elle dégagent une force et des sentiments incroyables. Rien que par les illustrations on devine parfaitement la personnalité des personnages : la sensibilité de Ankaa, la honte et la colère de Eclipse ou l'arrogance de Gienah.

Mathieu Guibé a toujours cette écriture que j'aime tant. La poésie y est présente même lorsque la part sombre des personnages se dévoile. On ne perd pas de temps et pourtant on a l'impression de prendre son temps. C'est un sentiment paradoxale. Je ne dirais pas que c'est zen mais plutôt apaisant. Le suspens est parfaitement maitrisé. J'avoue avoir été surprise par certaines révélations faites au bon moment.

Concernant les personnages, j'ai beaucoup apprécié Ankaa. Elle est douce, curieuse et ouverte d'esprit même si elle manque de confiance en elle. Gienah est très arrogant et trop sûr de lui. Il oublie les autres et méprise sa sœur par moment. Eclipse est un personnage plus étrange au début qui surprend. Il est très solitaire mais se montre plus curieux qu'il ne le voudrait.

En bref, j'ai adoré cet arbook. J'aime vraiment ce genre et les éditions du chat remportent le premier prix une fois de plus. Merci beaucoup pour cette qualité qui ne vous fait pas défaut une fois de plus.

mardi 6 décembre 2016

Les animaux fantastiques le film

Les animaux fantastiques
Moi, fan de Harry Potter, je me devais d'aller voir ce film. Alors qu'en ai-je pensé?

Pour ceux qui s'attendent à retrouver l'ambiance de Harry Potter, oubliez. Nous retrouvons la magie de la saga mais le reste est réellement différent. ON a une ambiance très british alors que l'histoire se déroule à New York. L'humour est pareil, british. On rit bien plus que dans Harry Potter (la scène de la parade nuptial est juste extraordinaire). Les effets spéciaux sont bien meilleur que dans la saga. On voit que les techniques ont évolué au cinéma.

Quand aux personnages, mon préféré est Croyance. Il m'a vraiment touché. Son histoire est très dur. Je ne parle même pas de ce qu'il y a autour de lui. Je n'en dirais pas plus pour ne pas spoiler ceux qui l'ont vu. Norbert Dragonneau est émouvant, sensible, drôle et parfois on se demande dans quel monde il vit. En tout cas, pas dans le notre. Il aime tellement ses animaux qu'ils seraient prêt à se sacrifier pour eux. Sa relation avec eux est magnifique. Il est juste pas très doué en communication. Dina est une aurore sympathique qu'on n'arrive pas trop à suivre. Elle défend les gens qu'ils soient ou non sorciers. Elle défend ses principes. Sa sœur, Queen est incroyable. Elle m'a fait sourire à plusieurs reprises. Sa relation avec le non maj, Jacob Kowalski, est sublime. Quand à M. Graves, je n'ai jamais su si je devais l'apprécier ou non jusqu'à la fin.

Concernant l'intrigue, elle est très bien ficelée et très simple. On suit deux histoires en parallèle qui finissent par hasard par se rejoindre. Sans Norbert, malgré toutes les catastrophes qu'il engendre, rien n'aurait pu être résolu. J'ai beaucoup aimé les thèmes abordés qui renvoient à notre société actuelle. On se rend compte que finalement quelque soit le camps dans lequel on est, tout le monde a sa part d'ombre, qu'il n'y a pas de bon et de méchant. il faut juste accepter l'autre tel qu'il est  et ne pas avoir peur de l'inconnu. On nous renvoie également à la différence, au discrimination ainsi qu'au relation mixte (une sorcière et un non maj).

Bref, ce film est un immense coup de cœur. Je regrette juste de ne pas l'avoir vu en 3D. Je pense que je l'aurais encore plus apprécié. Je vous le recommande vivement.

dimanche 4 décembre 2016

Corbeau noir cygne blanc de Isabelle Genlis et Qu Lan

Corbeau noir cygne blanc
Auteur : Isabelle Genlis
Illustrateur : Qu Lan
Maison d'édition : Picquier jeunesse
Date de sortie : 20 octobre 2016
ISBN : 978-2809712087
Pages : 70

Résumé : Dans le ciel de ce paysage, Corbeau noir et Cygne blanc accompagnent de leur course un conte qui nous rappelle que dès l’origine étaient le métissage et la fraternité.
Déplié sur toute sa longueur (8.50 m), cet album devient un très grand rouleau où toute l’histoire peut se lire d’un seul coup d’œil. Comme un paysage plein de beauté et d’enseignement que l’on découvrirait du haut d’une montagne. 

MON AVIS : Rien qu'à la couverture, on ne peut que craquer pour cet album. Lorsque j'ai vu la maison d'édition, je n'ai pu résisté. J'aime beaucoup ce qu'ils font. Et je suis dingue des cultures asiatiques. Je m'attendais à ce que cela se passe dans un pays en particulier et il n'en est rien. Je dis tant mieux. Cela surprend et le charme opère encore plus.

Les graphismes sont réellement sublimes. Je vous donne juste un conseil : essayez de le lire en ayant déplié complètement le rouleau (ou la fresque). L'effet en est réellement décuplé. Je salue l'audace de la maison d'édition. Une véritable magie opère. Lors de ma première lecture, je n'ai pu savouré la fresque dans son ensemble. Je n'ai pas de place dans ma chambre. Je l'ai fait tout de suite après tant les graphismes m'ont éblouie par leur douceur et leur force. Je n'avais qu'une envie : le relire encore et encore. 

L'histoire est très simple. Elle est belle, pure et douce. La poésie apporte encore plus de douceur. Ce conte est tout bonnement fabuleux. Je n'en dirais rien de peur de spoiler ou de vous gâcher le plaisir de la lecture et/ou des yeux. Les sujets abordés sont, qui plus est d'actualité. On y parle de l'appartenance à un groupe, de l'ouverture à l'autre, de l'entraide et tant d'autre sujet. On pourrait dire qu'il s'agit d'un appel à la tolérance. 

En bref, je n'ai qu'une chose à vous dire : savourez cet album aussi bien sur le fond que sur la forme. N'oubliez pas de prévoir une pièce de plus de 8m50 de long minimum et ne tenez pas le livre vers le bas sinon vous aurez une mauvaise surprise. Cela ne change rien à la qualité de cet album.

vendredi 2 décembre 2016

Le fabuleux pop-up des grandes scènes magiques

Le fabuleux pop-up des grandes scènes magiques
Auteurs : James Diaz, Sergio Gómez Silván
Maison d'édition :Gallimard jeunesse
Date de sortie : 16 novembre 2016
ISBN : 9782075076326
Pages : 12

Résumé :  Un sublime pop-up collector pour revivre la magie des films «Harry Potter» et «Les Animaux fantastiques».
Ouvrez les portes aimantées de ce fabuleux pop-up et pénétrez dans une incroyable galerie de créatures et d'objets fascinants. Grâce à d'ingénieux mécanismes à manipuler, de superbes illustrations jaillissent du livre pour recréer les scènes mythiques des films. Explorez le coffre de la banque où se cache le Niffleur que poursuit Norbert Dragonneau, soyez aux premières loges quand le Choixpeau magique attribue sa maison à Harry Potter... Et découvrez au fil des pages les secrets des réalisateurs!   

MON AVIS : J'avoue. J'ai craqué. J'ai acheté la plupart des livres sorties autour des animaux fantastiques et Harry Potter même celui-ci. Je fais vraiment ma fan de Harry Potter. N'empêche, je suis toujours impressionnée en ouvrant un pop-up. Je trouve ça fascinant. Je serais curieuse de voir l'un des créateurs à l'œuvre. Comment d'une scène de film, ils arrivent à donner vie à cette dernière en papier. Je n'ose imaginé le travail. Les scènes sont réellement cultes même s'il est impossible de toutes les représenter. Elles sont très bien faites mise à part celle de la banque. C'est peut-être aussi parce que je n'ai aps encore vu le nouveau film à l'heure à laquelle j'écris ces lignes.

Concernant les petits textes à chaque page, elles expliquent la scène et comment ont procédé les décorateurs pour les incorporer au film. C'est très intéressant et simple. Pas de fioritures. Le but est vraiment d'observer les pop-up, de les détailler.

En bref, je ne vais pas m'étendre sur ce livre. Il est vraiment très bien fait mais je pense que les fans de Harry Potter qui en ont lu des livres, ne seront satisfait que par les pop-up qui a eux seuls sont vraiment magnifiques.