mercredi 30 novembre 2016

Boutique Musica

Qu'est-ce que c'est?

La boutique Musica, aussi appelée Asiaworldmusic, est une boutique spécialisée dans l'importation de produits culturels asiatiques. On y trouve des albums, vêtements, goodies entre autre chose. La boutique a été créé en 1985 dans le but de permettre aux pays occidentaux d'avoir accéder à ces produits.


Pourquoi en parler?

Je sais. La question est un peu stupide. Ceux qui me suivent savent que j'écoute beaucoup de musique asiatique. Je n'achète pas forcément tout puisque certains articles coûtent vraiment chère. Du coup, j'attends les fêtes de fin d'année pour me faire plaisir. J'ai découvert la boutique par le biais d'un ami qui m'avait offert un DVD des Super Junior. Je n'étais pas censée recevoir la facture mais je l'ai eu. Je n'ai pas regardé le prix.

Quelques années plus tard (l'année dernière en fait), je voulais absolument la veste B.A.P que vous voyez ci-dessous. Ma meilleure amie ne sachant pas quoi m'offrir, m'a proposé de participer au frais au moment des fêtes. Et je salue vraiment la boutique. C'est la première fois que je commandais sur internet. C'est vraiment d'une simplicité incroyable. J'ai même appelé la boutique. On m'a vraiment bien renseigné. Bref, j'adore cette veste. Elle tient bien chaud et au vue du nombre de fois ou je l'ai mise, je peux vous dire que c'est du solide.
Blouson Bap
Et cette année, au mois de novembre, nouveau craquage. J'ai acheté non seulement le nouvel album des B.A.P mais également le pack DVD live on earth du même groupe. j'avais un bon de réduction de 5 euros. Je n'allais pas passer à côté quand même. Alors je tiens à le signaler. Les DVD asiatiques ne se lisent peut-être pas sur tous les lecteurs DVD (seulement sur les multizone) mais vous pouvez dézoner votre lecteur. N'hésitez pas à me demander comment faire si besoin. C'est la boutique qui me l'a expliqué puisque le mien censé être multizone s'est avéré ne pas l'être du tout. Néanmoins, j'en ai deux et sur l'autre après l'avoir dézoné, quel bonheur.
DVD BAP
Pack DVD BAP
album bap
Album "noir" de BAP
LEURS POINTS FORTS

Ils en ont plusieurs. Outre le fait que l'on peut encore payer par chèque chez eux, on a un vrai suivi de la commande. Dès que vous avez clôturé votre commande, il vous envoie un mail récapitulatif. Ensuite, il vous envoie un mail à réception du règlement puis un autre concernant la préparation de la commande et enfin sur l'acheminement du colis jusqu'à ce qu'il arrive chez vous. En bref, vous n'avez absolument pas à vous inquiéter. C'est l'une des raisons pour lesquels je commande chez eux. En plus de la qualité de leur produit, vous avez ce suivi qui vous évite toute inquiétude et qui arrive à rassurer les paranos...j'avoue je le suis un peu. Dès que je commande sur internet, je pose toutes mes questions avant de savoir quoi.

Ensuite, ils sont à l'écoute. Vous pouvez leur poser n'importe quelles questions même la plus stupide, ils y répondent en toute franchise. Je les ai bien fait rire lorsque je les ai appelé l'année dernière pour prendre les mesures pour ma veste. Je pensais, stéréotype affligeant, que les tailles asiatiques et françaises n'étaient pas les mêmes. Et bien si. Encore aujourd'hui (jour ou je fais cette chronique), je les ai appelé pour un soucis avec le DVD. La jeune femme que j'ai eu au téléphone m'a super bien renseigné. J'aimerai vraiment aller un jour réellement dans leur boutique...Au risque de me ruiner.

LEURS POINTS FAIBLES

Est-ce qu'ils en ont seulement? Je ne sais pas honnêtement. Même les colis n'ont aucun défaut. Pas un seul coup ni même sur les produits. Je pourrais mentionner une seule chose et encore ce n'est pas leur faute. La sortie du dernière album des BAP étaient prévu pour le 7 novembre mais la sortie a été repoussée sans prévenir personne. Ils ne m'ont pas prévenu de la sortie repoussée. Ils m'ont juste prévenu qu'ils attendaient les produits pré-commandés. Mais honnêtement, je ne leur en veux absolument pas. C'est indépendant de leur volonté. Surtout qu'il est sortie en France le jeudi 10 novembre à 16h. Ils l'ont envoyé le samedi matin et je l'ai reçu le mardi midi.
Bref, rien de dramatique.

En bref, je vous recommande vraiment cette boutique si vous cherchez à acheter des produits culturels asiatiques. Vous êtes assuré à tous les niveaux de recevoir votre commande. Au moment où vous lirez ces lignes, j'écoute le dernier album des B.A.P. Ça me donne bien envie de me commande une nouvelle veste B.A.P ou le DVD des wagakki band.

lundi 28 novembre 2016

Les oubliés tome 2 : jour 1 de Léna Jomahé

Les oubliésAuteur : Léna Jomahé
maison d'édition : Plume Blanche
Date de sortie : 8 novembre 2016
ISBN : 979-10-94786-12-3
Pages : 328


Résumé : An 250 après la IVème guerre mondiale.
Seules quelques grandes villes parviennent à subsister et leurs populations à survivre grâce aux coupoles qui les protègent du monde extérieur.
Chaque année, le Nouvel Ordre Mondial détermine l’avenir des jeunes de seize ans.
Et chaque année, certains d’entre eux disparaissent.
On les appelle les Oubliés.

MON AVIS : Je tiens à remercier les éditions plume blanche pour l'envoie de ce service presse. De part mes soucis de santé, j'ai mis plus de temps que prévu pour le lire mais ça y est, je l'ai fini.

L'écriture est beaucoup plus mûre sur ce tome. On sent que l'héroïne a grandi en très peu de temps. L'intrigue s'intensifie. Les personnages se dévoilent un peu plus. L'horreur du NOM est pire que ce que l'on imagine même si comme les personnages, on espère que ce ne sera pas le cas. Éléa est constamment proche de la mort. Les évènements s'enchaînent rapidement. On a à peine le temps d'enregistrer une information que l'action repart. C'est vivant et écrit avec beaucoup de sensibilité. Et c'est toute la force de ce roman. On ne nous embrouille pas avec trop de baratin. Tout est clair net et précis et en même temps, l'auteur met en avant les sentiments et les relations entre les personnages.

Concernant ces derniers, les hommes restent machos. Autant certains se font une raison, autant d'autres mériteraient bien des claques. Lisa est excellente. Anais est très performante et sensible mais ce qu'elle fait a des répercussions. Izzy est moins présente. Dommage, je l'aime beaucoup. Elle change beaucoup tout de même. Ce qu'elle traverse est très difficile. Simon reste fidèle à lui-même. Il ne se rend compte de ses erreurs que lorsqu'il est trop tard. Alex, on ne sait pas si on doit le détester ou non. Je pense qu'au final je l'ai apprécié mais sans plus. Aurore est adorable même si peu présente. Éléa a beaucoup évolué. Ce qu'elle traverse dans l'histoire est horrible. Lire ces passages ont été éprouvant mais très bien fait. J'avais le sentiment de voir la scène se déroulait devant mes yeux. Gabriel finit par accepter le côté tête de mule de Éléa. Il montre un visage différent. J'avoue avoir été des plus surprises par ce qui lui arrive. Je ne m'y attendais pas. Quand à Clara, son destin ne m'a pas surprise. Elle est à la fois forte et fragile mais c'est parfaitement équilibré.

En bref, j'ai apprécié ce deuxième et dernier tome de cette saga. Je tiens tout de même à préciser que j'aurais préféré une fin plus joyeuse même si elle est logique. Une histoire telle que celle-ci ne peut se terminer bien. Et cela reste une dystopie.

samedi 26 novembre 2016

La différence invisible de Mademoiselle Caroline et Julie Dachez

La différence invisible
Dessinatrice : Mademoiselle Caroline
Auteur : Julie Dachez
Éditeur : Delcourt
Date de sortie : 31 Août 2016
ISBN : 978-2-7560-7267-8

Résumé :
Marguerite a 27 ans, en apparence rien ne la distingue des autres. Elle est jolie, vive et intelligente. Elle travaille dans une grande entreprise et vit en couple. Pourtant, elle est différente.
Marguerite se sent décalée et lutte chaque jour pour préserver les apparences. Ses gestes sont immuables,
proches de la manie. Son environnement doit être un cocon. Elle se sent agressée par le bruit et les bavardages incessants de ses collègues. Lassée de cet état, elle va partir à la rencontre d’elle-même et découvrir qu’elle est autiste Asperger. Sa vie va s’en trouver profondément modifiée.

MON AVIS : Vous savez que je ne suis pas fan de bd. Et bien, je tiens à remercier l'association des amis de la librairie par mots et merveilles. C'est par leur biais que je l'ai découverte. Même si je connais assez bien le syndrôme d'asperger pour avoir vu des reportages à la télévision ou sur internet, nous n'avons aucunes idées des difficultés qu'ils traversent sans parler de cette société vivant tranquillement avec ses stéréotypes sans se poser une seule seconde les bonnes questions. Je pense sincèrement que cette BD ne devrait pas seulement être disponible dans toutes les bibliothèques et médiathèques mais également être débattu dans les établissements scolaires. J'ai appris beaucoup de choses notamment par rapport aux femmes. Leur diagnostiqué est beaucoup plus difficile parce qu'elles savent parfaitement s'adapter que les hommes. Les réactions des gens sont épouvantables et la RH, je n'en parle même pas. Ça ne m'a tout de même pas surprise. N'oublions pas qu'en France, il existe des lois mais qu'elles sont loin d'être appliquées. 

Quand aux dessins, ils ont été fait pour que l'on comprenne réellement ce qu'il se passe du point de vue de marguerite. Sa vision des choses et de la vie est si différente. Et je trouve ça parfaitement bien fait. J'ai également appris de nouveaux mots. Marguerite est une jeune femme que personnellement, j'aurais trouvé atypique mais justement pour cette raison je l'aurais apprécié. Elle se prend des réflexions qu'on m'a déjà faite. Dès que j'ai ouvert la BD sur le texte de Julie Dachez sur les différences et le fait de les assumer, j'ai jubiler, adoré. Ça fait du bien de lire ça et je suis entièrement d'accord avec elle.

En bref, je vais lui mettre un énorme coup de cœur. J'espère sincèrement qu'un jour les gens arrêteront de juger les autres et qu'ils s'intéresseront à l'autre pour de bonne raison et pas seulement pour réagir en se moquant ou humiliant. Le message passe parfaitement. Merci beaucoup.

jeudi 24 novembre 2016

Test/tag Les couleurs

Je vais même me lancer un défit : je ne vais citer que des livres que je n'ai pas encore lu.

1) Un des mots du titre est une couleur.
 La trilogie du magicien noir de Trudi Canavan

2) La couverture est en majorité jaune.
La face cachée de Margot de John Green

3) Tous les tomes de la saga sont dans les mêmes tons de couleurs.
 Totem de Thomas Villatte

4) Les couleurs de la couverture reprennent celles du drapeau de votre pays.
 Tugdual de Anne Plichota et Cendrine Wolf

5) Le titre du livre est de couleur rouge.
 Gengis Khan de José Frèches

6) La couverture est aux couleurs de l'automne.
 Witch song de Amber Argyle

7) La couverture reprend uniquement 3 couleurs.
 Felicity Atcock de Sophie Jomain et Maxime Gillio (version france loisirs)

8) Il y a un effet brillant sur la couverture.
 Oniria de B.F Parry

9) La couverture est en majorité verte.
Harry Potter et la chambre des secrets illustré

10) La couverture est de votre couleur préférée (si jaune ou vert, le livre doit être différent de ceux cités précédemment).
 A la poursuite du livre des secrets de Eric Sanvoisin

11) La couverture reprend au moins les 7 couleurs de l'arc-en-ciel (rouge, orange, jaune, vert, bleu, indigo, violet).
La voie de l'oracle de Estelle Faye

12) La couverture est noire et blanche.
Tant que nous sommes vivant de Anne Laure Baudoux

mardi 22 novembre 2016

B.A.P "NOIR"

bap noir

Je vous ai déjà parlé de ce groupe fabuleux : B.A.P. Ne fermez pas cet article si vous ne les aimez pas. Vous pourrez trouver votre compte avec cet album. Il y en a pour tout les goûts. De la chanson jazzy au funk passant par le hip hop, le rock au ballade. Bref, croyez moi il y a matière à faire. Je vais vous donner un petit aperçu. 

Il a fait son retour le 7 novembre avec l'album NOIR dont vous pouvez voir les différentes versions de l'album en vente. Oui, sept versions : une normal et les autres à l'effigie de chaque membre. Ne voulant pas faire de jaloux, j'ai commandé la version normal. Petite particularité, le comeback ne se fait qu'à 5, le leader étant malade mais ils assurent. Lisez l'article. Oubliez tout ce que j'ai pu dire sur ce groupe de malade. Ils ont progressé et évolué à tout les niveaux.

Présentation du nouvel album

Le concept est basé sur les films noirs que l'on pouvait voir auparavant. L'idée est de découvrir qui est "X"? Je n'en dirais pas plus de peur de spoiler l'histoire. Je sais que j'ai partagé le clip mais vous ne l'avez peut-être pas tous regardé. Sachez juste que ces messieurs m'ont fait mentir et m'ont encore plus bluffé que ce soit sur l'aspect musicale, en danse ou sur leur qualité en tant que comédien.

Quoi? Comédien? Oui, le clip est un court métrage, un peu dans l'esprit des films noirs. Si vous aimez les intrigues de ce genre ou les films d'action, foncez. Vous allez adorer. Je n'aime pas du tout ce genre mais j'ai regardé le clip trois fois déjà. J'avoue qu'après la première vue, j'ai eu le cœur serré. Je ne pensais pas pouvoir le regarder encore et finalement si.  Le single s'intitule "skydive". Il est absolument génialissime mais pas le meilleur titre de l'album. Je vous mets le lien du clip et le live en bas de l'article mais lisez le. Regardez le live pour la chorégraphie. Daehyun me fait flipper. Les danseurs ont pas intérêt à se planter. Ils font ça, ils se font virer d'office, je pense. Et les fans vont devenir folles...



Tracklist

1. La noir
Chanson jazzy écrite et composé par Yongguk. Il a travaillé avec un pianiste de jazz pour cette chanson d'ouverture. On n'entend que la voix de jongup et un peu Yongguk. Elle est très belle et donne envie d'écouter la suite.

2. Skydive
Single du groupe écrite partiellement par Yongguk. Le son rappel les titres de leur début tout en étant différent. Toujours ce rock en fond présent, cette puissance qu'on leur connait si bien mais il y a une certaine maturité qui change tout. La chanson résume parfaitement l'ambiance de l'album entre les passages puissants et d'autres plus calme mais appuyant le suspens. Et la musique seul est incroyable. je n'aime pas les version instrumentale mais celle-ci je la garde.

3.Ribbon in the sky
Qu'est-ce que j'aime cette chanson...Le début est incroyablement simple mais si efficace. En même temps, Yongguk a presque tout fait. C'est toujours synonyme de qualité dans ce cas là. Les sons se marient à merveilles. les voix sont absolument dingue. J'ai failli faire un arrêt cardiaque en entendant Daehyun. Je ne pensais pas qu'il pourrait encore progresser en chant. Et bien si. Je me régale. Et cette sonorité pop et en même temps qui rappellent les musiques des films d'avant. Juste parfait.

4. Killer
Le refrain...C'est ce qui me marque le plus dans cette chanson. Elle a un côté très funky dans les sonorités. Et ça me rappelle également des chansons déjà entendu mais avec leur qualité à eux. "she's a killer". Ça rentre dans la tête avec une facilité. Première partie de la chanson chanté par les quatre voix et le deuxième couplet en rap. Parfaitement équilibré. Le rap n'est pas agressif et en plus, ils expriment vraiment quelque chose par leur voix.

5. Fermata
L'une de mes favorites de cet album. Elle me fait vibrer dès les premières notes. Je ne parle même pas de la voix de Daehyun (désolé mais il m'a achevé sur cet album). Il monte dans les notes à une puissance...Il aurait pu la faire seul sans problème. Il a le plus de passage chant je crois. C'est une balade et pas un seul rappeur sur celle-ci. Seul quatre membres posent leur voix. Himchan se révèle dessus également. Il est rarement mis en avant mais sa voix est très belle aussi. Je maintiens tout de même que Daehyun est le meilleur. J'en frissonne rien que d'y penser.


6. Pray
L'unité rap seul au commande. Le début rappelle les chants chorales. Elle donne des frissons. On ajoute deux ou trois sons pop en fond. Le rap commence et les sons purement pop progressent sur la chorale qui reste en fond. Et là, vous avez un rap magistral. Merci messieurs Yongguk et Zelo. Chacun rap à sa façon mais avec un talent incroyable. Je suis dingue de cette chanson qui possède une puissance et une ambiance très forte. Autant vous dire qu'elle fait partie des meilleurs de leur répertoires. Ces deux-là avait déjà fait un duo au tout début de leur carrière. Oubliez le. Retenez celui-là. Zelo et Yongguk à l'écirture et yongguk à la composition.


7. I guess i need you
Chanson préférée des membres sur l'album...Et je suis d'accord. Une ballade pop un peu soul. Rap et chant se marient parfaitement et au bon moment. Les chanteurs assurent comme d'habitude. Les placements de voix se font comme il faut et dans le bon ordre. Daehyun et Himchan suivie par Jongup et Youngjae. Les couplets en rap. Et surtout la note vocale de Deahyun à la fin...Je me duis dit "je peux mourir tranquille". Je déconne. Au contraire, je dois l'écouter encore et encore. Je suis fan. L'une des meilleurs. Précision, Zelo a écrit les parties rap de la chanson.

8.Chiquita
Pour apporter le sourire dans cette album, c'est celle-là qu'il vous faut. Elle me rappelle "be happy" un peu différente. Le but est de s'amuser et ça se ressent dès le début. Et c'est là que l'on se rend compte qu'ils sont capable de changer leur façon de chanter et de rapper. Les chanteurs se montrent apte en tant que rappeur. Bref, elle est rafraîchissante et solaire.

9. Walking
Ballade acoustique un peu classique et déjà entendu. J'ai été surprise de la vois de Daehyun. Je le préfère sur les autres sauf le passage juste après le refrain. Elle est sympa mais loin d'être au niveau des autres. Il s'en dégage une atmosphère assez fraîche. On s'imagine se baladant dans la rue. Apparemment, c'est le but recherché.

10. Now
Titre en solo de Jongup. Oui, ce n'est pas Daehyun. Dommage mais bon Jongup est loin d'être mauvais. On s'en contentera. La chanson est pas mal du tout. Elle existait déjà lors de leur tournée. C'était son solo et elle a fait un carton pas possible. Les fans ont demandé le single. A défaut elle est sur l'album. J'avoue que je la trouve pas mal. La guitare acoustique est bien mise en valeur et la voix de Jongup est superbe. Le rap est aussi fait par lui. Je pensais que c'était Zelo mais non. Il a tout fait tout seul. C'est d'ailleurs lui qui l'a écrite et composé.

11. Kingdom
Cette chanson a été faite d'abord pour les japonais en japonais. Maintenant en coréen. Elle va bien avec l'ambiance voulu également. Mais on sent la différence avec les autres. En effet, elle existe depuis plusieurs années. Avant leur conflit avec leur agence. Forcément, ils ont évolué depuis et donc leur chant ou rap n'est pas le même. Elle reste super sympa et nous permet même d'apprécier encore plus leur évolution. 


Voilà, j'espère que vous allez aimer. N'hésitez pas à me dire ce que vous en pensez. Maintenant, je n'ai plus qu'à espérer que Daehyun nous face quelque chose en solo un jour.

dimanche 20 novembre 2016

Colère

Que va devenir notre pays? J'aime mon pays mais je suis en colère. En colère face à ces émissions abrutissant les spectateurs. Certes, ils ne sont pas obligés de regarder ces émissions mais ça m'agace quand j'entends ou lis ces mêmes personnes criées aux scandales. Afin que ces émissions cessent, arrêtez de les regarder. Je ne parle pas seulement de ces pseudos téléréalités dont le but est d'aider des gens à trouver l'amour. Je trouve ça malsain mais chacun son choix. Je parle de la télévision de Bolloré. Celle où Ciryl Hanouna trouve ça drôle d'humilier un de ces chroniqueurs, de se comporter en pervers narcissique et ça ne choque personne. Tout le monde trouve ça drôle ces propos homophobes prononcés habituellement par des fascistes. Ça m'écœure. 
Mais il n'y a pas que ça. La télé a éduqué les hommes. Elle leur a appris que la femme n'était finalement qu'un objet, que si elle dit non elle pense oui. Une caméra caché l'a prouvée...Et je suis une femme. Je l'ai vécu. Heureusement, dans mon cas rien de grave. Mais un homme ne comprend que si on dit non, c'est définitif. Et quand je vois le genre d'émission que M6 va lancer, je crains le pire. Un pseudo sociologue qui apprend aux hommes a "dresser leurs femmes" va pousser deux parfaits inconnus à se dire oui devant le maire parce qu'ils seraient compatibles à une vie à deux...Comme si l'amour était le premier but dans la vie. C'est comme dire à toutes ces personnes préférant le célibat, "c'est pas bien d'être seul". Je fais ce que je veux et je vous...bref, vous avez compris.


En bref, la télévision est une ordure dont je voudrais bien me débarrasser. Je n'en ai pas besoin de toutes ces informations pas toujours intéressantes et pas toujours justes. Je n'ai pas besoin de ces émissions de pseudo coaching qui veulent m'apprendre à vivre, à m'habiller, à manger ou je ne sais pas quoi. Ça me donne envie de vomir cette télévision qui voudrait me faire ressembler à un robot, à un clone bien élevé et bien dans les rangs. Je veux de la vrai culture, que l'on parle de l'histoire de ce pays, de ces artistes qui le font vivre qu'ils soient peintre, auteur, dessinateur ou chanteur. Peu importe. Eux ils apportent quelque chose. Et bon sang, cher télévision, s'il faut vivre avec toi, éduque correctement nos gamins au lieu de les pervertir, de les rendre cons.

vendredi 18 novembre 2016

The ancient Magus Bride tome 5 de Kore Yamazaki

the ancient magus bride
Mangaka : Kore Yamazaki
Maison d'édition : Komikku
Date de sortie : 22 septembre 2016
ISBN : 978-2-8126-1132-2
Pages : 208

Résumé : Chisé Hatori a 15 ans. Elle n’a ni famille, ni talent particulier, ni aucun espoir dans la vie. Un jour, elle est vendue à un sorcier, un non-humain dont l’existence remonte à la nuit des temps... Il la prend sous son aile pour faire d’elle sa disciple et lui annonce qu’à terme, elle deviendra son épouse. Alors, les aiguilles qui semblaient à tout jamais figées dans son cœur se mettent à tourner de nouveau, petit à petit...

MON AVIS :  Plus les tomes passent et plus ce manga, au début si proche de Black Butler s'en éloigne. Il possède sa propre histoire mélangeant féérie et réel. Chisé apprend toujours son métier auprès de Elias qui lui apprend à se comporter comme un humain. Leur relation est très belle. Elias s'adoucit et s'attache un peu plus à Chisé. Quand à elle, elle progresse et a un cœur en or. Elle peut paraître naïve. Pourtant, elle est loin de l'être. L'histoire de ce tome est surtout de connaître les traditions en certaines périodes de l'année et nous montrer que chaque pays a ses traditions.

Concernant les graphismes, ils sont comme toujours très beaux. Sur certaines pages, on les admire. il y a une douceur et un côté merveilleux qui émergent. C'est juste magnifique. L'humour est plus poussé. Je pense que ce tome nous permet de poser une future histoire plus coriace pour eux.

En bref, j'ai passé un bon moment avec ce manga sans que ce ne soit exceptionnel. Il est sympa reposant et parfois drôle.

mercredi 16 novembre 2016

La maraude de Ahmed Kalouaz

La maraude
Auteur : Ahmed Kalouaz
Maison d'édition : Rouergue
Date de sortie : Octobre 2016
ISBN : 978-2-8126-1132-2
Pages : 112


Résumé : Le père de Théo a disparu depuis deux semaines. Un voisin dit l'avoir aperçu dans une rue de Grenoble, à la dérive. Parti à sa recherche, l'adolescent va découvrir durant trois jours le monde des sans-domicile-fixe, leurs terribles conditions de vie, leur histoire personnelle, ainsi que l'aide que leur apportent les équipes de maraude. Dans une belle langue, un roman émouvant sur le peuple souterrain des grandes villes.

MON AVIS : Ce roman est très beau. Théo veut réellement retrouver son père. J'ai apprécié le fait que l'auteur ne se contente pas seulement de parler de l'escapade de Théo à Grenoble. Il laisse la parole aux SDF que croisent Théo. Chacun parle de son passé, explique le pourquoi du comment il en est arrivé là. Ils possèdent encore cette humanité qui nous manque tant même s'ils ont arrêté de rêver. Ils se raccrochent à leur passé pour survivre. Voir cet adolescent chercher son père leur apporte beaucoup. L'auteur mentionne également les associations qui viennent leur servir à manger et discuter avec eux. Ce roman est juste, vrai. Il n'est pas mielleux. Son but n'est pas de nous pousser à culpabiliser mais juste de nous montrer qu'on ne choisit pas forcément de vivre dans la rue. Cela peut paraitre évident mais est-ce que ça l'est tant que ça? Les différents personnages abordent le regard des autres et leur conséquences sur eux. Certains apprécient, d'autres pas. Mais ont-ils le choix?

Quand à Théo, son histoire le pousse à visiter Grenoble, à rencontrer du monde et à découvrir le monde de la rue. Il est loin d'être idiot. Il écoute son instinct et les bonnes personnes. Les personnes qui l'aident le protègent. Il n'y a aucune violence dans ce roman même si elle est sous-jacente. On apprend que la vie ne fait de cadeau à personne, que personne n'est à l'abri du malheur. Les difficultés à trouver un emploi, à faire sa vie...Tant de choses abordées qui nous montrent qu'il faut se battre tout au long  de sa vie. Que rien est gagné d'avances. La fin est simple, sans fioriture et très belle. 

Dernier point, l'auteur arrive à adapter son style d'écriture selon ses personnages. On pourrait dire qu'il écrit comme un comédien. Lorsqu'on lit les chapitres du point de vue d'un SDF, on change radicalement de style. On pourrait même l'entendre parler, imaginer un personnage, un décors.

En bref, j'ai beaucoup apprécié cette lecture qui nous apprend tellement sur le monde sous-terrain. Je le recommande. Vos préjugés s'en trouvent complètement envolé.

lundi 14 novembre 2016

Les oubliés tome 1 : derniers jours de Léna Jomahé

Les oubliésAuteur : Léna Jomahé
Édition : Plume Blanche
Date de sortie : 8 septembre 2015
ISBN : 9791094786031
Pages : 362


Résumé :
An 250 après la IVème guerre mondiale.
Seules quelques grandes villes parviennent à subsister et leurs populations à survivre grâce aux coupoles qui les protègent du monde extérieur.
Chaque année, le Nouvel Ordre Mondial détermine l’avenir des jeunes de seize ans.
Et chaque année, certains d’entre eux disparaissent.
On les appelle les Oubliés.

MON AVIS : Pourquoi n'ai-je pas acheté ce roman l'année dernière? Je savais que j'allais m'en mordre les doigts. J'en ai lu des dystopies et même si j'apprécie beaucoup ce genre, je trouve celle-ci plus cohérente que les autres. Hunger games est génial, Divergente pas mal mais celle-ci est très différente. Dès les premières lignes, j'ai pensé à "Divergentes" mais rien à voir.

Je tiens à le préciser. J'étais malade lorsque j'ai commencé à le lire. Je pense sincèrement que je l'aurais encore plus apprécié si j'avais été en forme.

On est dans une société futuriste tout à fait plausible. Plus personne ne décide de son avenir, c'est le gouvernement qui s'en charge lorsque vous avez 16 ans. On y rencontre Éléa, Aurore et Simon, 3 amis extrêmement proche. J'avoue que ce type de relation change pas mal par rapport à d'habitude. On a bien le trio mais c'est deux filles et un garçon. En plus, pour me faire bien plaisir, pas de triangle amoureux. Je n'en dis pas plus mais c'est quelque chose qui m'agace. Dans toutes les sagas il y a un triangle amoureux et ici non. Ou en tout cas, pas pour l'instant. Éléa à un sale caractère que j'adore. Elle a des sautes d'humeur digne d'une ado. Elle fait réellement son âge et ses réactions sont tout à fait logique. On est loin des héroïnes de dystopie qui savent tout et qui passent de l'ado à l'adulte en un claquement de doigt. Merci Léna Jomahé rien que pour ça. Aurore est plus difficile à cerner pour des raisons évidentes. On la prend pour une fille un peu dans la lune mais ses réflexions sont justes. Elle doit être bien plus intelligente qu'on ne le pense. Et Simon, qu'est-ce que j'ai pu changer d'avis à son sujet...Je l'ai adoré puis détesté puis adoré à nouveau. Bref, il est humain, fait des erreurs et les reconnait (pas donné à tout le monde). Il n'assume pas complètement tout de même. Gabriel fait son apparition. Pour le moment je l'apprécie mais je ne sais pas pourquoi, il y a un truc qui me gêne. Il est trop parfait à mes yeux.

Concernant l'intrigue, elle est cohérente. Par moment on a le sentiment que la construction de l'histoire est fragile mais c'est volontaire. Les incohérences qu'on pense trouvé finisse par être expliqué. Je trouve même ça très bien de suivre les pensées de Éléa. On se pose les même questions qu'elle. On obtient les réponses au fur et à mesure. Ça ne traine pas en route. J'ai d'ailleurs apprécié qu'on nous passe sous silence la formation. Je ne pense que cela aurait été utile. Je n'ai qu'un tout petit regret. Les femmes sont mises quand même pas mal sur le côté. A part Éléa, aucune d'entre elles ne va sur le terrain. Dommage. Ce qui me rassure, c'est que Gabriel le mentionne même si ça semble le rassurer. Un peu macho tout ça. Autre chose qui pourrait en agacer, les larmes. Ça pleure beaucoup dans cette histoire. A juste titre mais certains pourrait s'en plaindre. PAr contre, gros point positif. On rit. Oui, on rit. Il y a des moments qui font sourire voir rire et ça fait du bien. Dans toutes les autres dystopie, on ne rit quasiment pas. Et ici si. Et c'est là que je dis que c'est plus logique. Je pense que lorsqu'on lutte contre un gouvernement, on ne passe pas son temps à pleurer ou se tirer dessus. Il y a des moments où l'on doit décompresser.

Quant aux thématiques abordées, outre le côté patriarcal, on y aborde la guerre et ses conséquences, l'écologie par les coupoles (excellent comme idée), l'importance de l'amitié, la confiance, l'amour et l'éducation. En tout cas, c'est celles qui me viennent à l'esprit.

En bref, j'ai passé un très bon moment et je vais commencer la lecture du tome 2. Vous aurez, je pense la chronique la semaine prochaine. Ou en tout cas je vais essayer. Si vous avez envie d'une dystopie différente des grandes dystopies, allez-y.

dimanche 13 novembre 2016

Hommage

Je ne pensais pas faire quoique ce soit en cette journée d'hommage au victime. Je n'ai rien à dire de plus que ce qui est dit dans cette chanson :





samedi 12 novembre 2016

Le maître des livres tome 9 de Umiharu Sinohara

Le maître des livres
Mangaka : Umiharu Shinohara
Maison d'édition :  Komikku
Date de sortie : 22 septembre 2016
ISBN : 9782372870894
Pages : 224

Résumé : Dans Le Maître des livres, Umiharu Shinohara nous amène à la bibliothèque pour enfant « La rose trémière ». Dans celle-ci on rencontre Mikoshiba, un bibliothécaire connu pour son fort caractère et son goût immodéré pour les livres jeunesse. De nombreuses personnes, adultes ou enfants, viennent lui demander conseil. Tel un « sommelier des livres », Mikoshiba trouve toujours le bon livre qu’il faut au bon moment. Au fil des rencontres et des histoires, on s’aperçoit que cet homme d’apparence si dure, excelle non seulement dans son métier mais se révèle également extrêmement charmant.

MON AVIS : Le neuvième tome de cette série est incroyable. Comme toujours, le graphisme est excellent. Chose surprenante, l'un des habitués de la bibliothèque n'apparaît que très peu. On s'aperçoit assez rapidement de son absence. Pourtant, cela n'enlève absolument rien au charme de ce manga. On suit l'adaptation encore difficile d'une mère au Japon. On y découvre l'envers du décors de l'histoire de Peter Pan loin d'être aussi magique que la version enfantine. J'en avais vaguement entendu parler mais je ne la connaissais pas. On y découvre également les coulisses du métier de bibliothécaire. Non seulement, l'aspect positif mais également négatif. Certains éléments nous rappellent la situation des bibliothèques françaises. Comme quoi, ce n'est pas forcément mieux ailleurs. 

Concernant les personnages, ils restent fidèles à eux-mêmes. Mikoshiba conserve son mauvais caractère même s'il est loin d'être stupide. Il est même un peu empathique. Sa patronne me fait toujours autant rire. Certes, on ne la voit pas souvent mais le peu qu'on la voit ne s'oublie pas. Et elle n'apparaît jamais sans raison. Les autres employés ne sont pas en reste. On rencontre d'autres personnages qui, j'imagine réapparaîtront. ils apprennent de leurs erreurs.

En bref, encore une fois ce manga arrive à nous apprendre des choses sur les métiers du livre et ses difficultés tout en abordant des thèmes de sociétés universels. Rendez-vous en décembre pour le prochain tome.

jeudi 10 novembre 2016

BTS "WINGS"

BTS WINGS

Qui sont-ils?

Il s'agit d'un groupe coréen composé de sept membres. Du plus âgé au plus on jeune, on a :

rap monster
Rap Monster

jin
JIN
suga
Suga







j hope
J HOPE

jimin
JIMIN
V
V
junkook 







Junkook
Ils ont entre 19 et 22 ans. Rap monster en est le leader et Junkook le maknae. Ils font parti du milieu de la Kpop. Leur carrière a commencé en 2013 avec le titre "no more dreams". Ils voguent entre la pop, le hip-hop et le rap. Parfois une chanson aux influences plus jazzy peut faire son irruption. La plupart des membres écrivent et/ou composent des chansons pour le groupe. On compte trois rappeurs (Rap monster, Suga et J-hope) pour quatre chanteurs dont certains peuvent faire quelques parties rap (Junkook, Jimin, V et Jin ). Sachez tout de même que Junkook est celui qui a le plus de parties chants dans les chansons.

Pourquoi ne parler que de l'album "wings"?

J'aime beaucoup ce groupe. Je le suis depuis ses débuts mais jusqu'à maintenant, je ne voyais pas de réel évolution dans leur musique. ils semblaient assurer leur position sans se renouveler complètement. Les albums ne se ressemblent pas pour autant mais je n'ai jamais eu de réelles surprises à me dire "là, ils m'ont bien eu" ou "voilà une facette que je n'aurais pas imaginé chez eux". En bref, ils ne prenaient pas de risques. Mais soyons honnête, "wings" est différent. Il possède ce petit quelque chose en plus. Est-ce le fait également que le membre le plus jeune soit majeur maintenant qui change les choses? Peut-être. En tout cas, c'est ce qu'ils ont fait de mieux.

Quelles en sont les particularités?

C'est l'un des rares groupes à proposer un album de plus de 10 chansons. Il faut savoir qu'en corée, les groupes proposes des albums comportant en moyenne 6 chansons avec de la chance. C'est ce qu'ils appellent des mini albums. Vous trouverez majoritairement ce type d'albums. Et il y a ces groupes connaissant une popularité suffisamment forte pour faire des "full album" soit plus de 10 chansons. Les BTS en font parti. Ils l'avaient déjà fait pour le précédent mais cet album regroupé leurs deux précédents albums avec des remix et trois chansons inédites. Bref, passons. Ils ont fait encore plus fort puisqu'ils nous proposent 15 chansons sans une seule version instrumentale.

Autre particularité : chaque membre a droit à une chanson en solo et/ou en duo. J'approuve parfaitement cette idée. Certains membres ont peu voir trop peu de partie dans les chansons. Cela leur permet de montrer leur capacité. D'autant plus qu'ils travaillent sur leur propre titre pour la plupart. Par exemple V (ou Taeyang de son vrai nom). J'aime beaucoup sa voix. Je la préfère largement à celle de Junkook. J'aimerai vraiment entendre plus souvent V. Bref, c'était mon moment fan girl. Et pour les fans de passage, ne m'insultez pas. J'aime quand même sa voix mais chacun ses préférences. Ils sont tous bourrés de talents, travaillent beaucoup trop et leur rythme de vie m'effraie mais avouons-le, on en redemande encore et toujours. Le paradoxe des fans. Je vous le dis. 

Ce nouvel album dévoile également un nouvel aspect du groupe. Les sons sont moins agressifs, plus élégants et parfois même sensuels ou jazzy. Par le biais des solos, on ressent beaucoup plus les émotions. Mention spécial à Suga. Chaque fois qu'il est en solo, une émotion à l'état brut se fait ressentir. Par contre, son album solo est peut-être un peu trop pour moi. Respire Suga. On ne veut pas te perdre quand même. On sent également une harmonie dans le groupe. Ils se connaissent depuis tout petits. Ils ont grandi ensemble et ça se ressent. Concernant l'esthétique de l'album et du clip, j'ai eu l'impression que c'était plus travaillé qu'auparavant ou plus poussé en tout cas. Jusqu'à maintenant ils se la jouaient toujours un peu bad boy mais là c'est la maturité qui prime. Bref, ils ont grandi.

Des défauts?

Leur popularité grandissante. Pour vous donner une idée, ils sont les premiers à se classer dans le top 100 aux États-Unis. Ce n'est jamais arrivé dans l'histoire de la Kpop. Pour ajouter à ça, dès la sortie l'album en Corée du Sud, ils ont fait un all-kill dans les charts du pays. Pour préciser, ça veut dire qu'ils se sont classés numéro un dans tous les classements. Ne parlons pas du clip qui cumule au moment où je tape cet article plus de 37 millions de vues en sachant que le clip est sortie le 9 octobre. Vous allez me dire, tout ça ne présente pas un défaut. Pour moi si. En effet, leurs fans peuvent assombrir leur image. C'est ce qui est arrivé à un autre groupe, EXO. Les comportements des fans peuvent également être dangereux. Elles ne se gênent pas pour aller dans leur dortoir, les suivre partout où ils se rendent. bref, je n'ose imaginer ce qu'ils se passent dans leur tête. Un des membres a failli être blessé dans la foule qui se trouvait autour de lui tant les fans se poussaient pour l'apercevoir à l'aéroport.  Je ne donne que les exemples rapportés sur les réseaux sociaux.

Autre chose qui leur a été reproché : leur pseudo sexisme. En effet, dans certaines de leur chansons, ils évoquent des talons que les femmes portent. Je ne vois pas ce qu'il y a de sexiste là-dedans. leur chanson ont pour but de dénoncer pour certaines. Néanmoins, j'admets que l'un des membres a un geste qui m'a plus que gêné dans un clip envers la figurante. Là, effectivement ce n'est pas super bien. Mais fait étrange, à ce moment-là le groupe n'avait pas du tout la même popularité donc c'est passé quasiment inaperçu. C'est seulement deux ans après que les gens (ou des anti BTS) s'en sont aperçu.

Bref, c'est pas tout ça mais au final, vous n'avez toujours pas entendu la chanson et vu le clip magnifique qu'ils ont fait. Oui, pour une fois je trouve qu'un clip coréen a d'autant plus d'intérêt qu'ils se déroulent partiellement dans un musée, que les œuvres d'arts ont une place centrale. Je n'en dis pas plus. En tout cas, ils poussent à l'ouverture d'esprit.
 J'espère que cela vous plaira. En tout cas, je suis fan.


mardi 8 novembre 2016

Porcelaine de Estelle Faye

Porcelaine de Estelle Faye
Auteur : Estelle Faye
Maison d'édition : Mnémos
Date de sortie : 2 Septembre 2016 (pour la version poche)
ISBN : 9782361832759
Pages : 288

Résumé : Chine, vers l’an 200. Xiao Chen est un comédien errant, jeté sur les routes par un dieu vengeur. Un masque à forme humaine dissimule son faciès de tigre, tandis que son cœur est de porcelaine fêlée. Son voyage va durer plus de mille ans. Au cours de son périple, il rencontrera Li Mei, une jeune tisseuse, la Belle qui verra en lui plus qu’une Bête. Celle qui, sans doute, saura lui rendre son cœur de chair. Cependant Brume de Rivière, fille-fée jalouse et manipulatrice, intrigue dans l’ombre contre leur bonheur.Pendant presque quinze siècles, rivalités et amour s’entrecroisent, tissant une histoire de passion, de tendresse et de sacrifice, sur fond de magie et de théâtre.

MON AVIS : Voilà un livre qui n'était pas du tout prévu à l'achat lors des halliennales. J'ai eu la mauvaise idée d'être interpellé par la couverture du grand format. En conséquence, j'ai lu le résumé et là, j'ai craqué. Comment pourrais-je imaginer un seul instant résister à l'achat d'un livre dont l'intrigue se déroule en Chine? Ce n'est pas la peine. Je n'ai hésité qu'une poignée de secondes. J'ai pris le format poche pour réduire les dépenses mais en toute honnêteté, la couverture grand format est bien plus belle. Je vous mets la couverture. Comme ça, vous ferez votre choix.
Porcelaine
Comme vous pouvez vous en douter, j'ai rencontré Estelle Faye. Elle est vraiment gentille et on a eu une discussion vraiment intéressante sur le théâtre et un peu la Chine. D'ailleurs l'une des périodes historiques abordées est ma préféré : les trois royaumes. Mais revenons au début.

Il y a une chose à savoir. Généralement, un auteur occidental qui veut écrire une histoire se déroulant en Asie, à moins d'une autobiographie, ce n'est pas la peine. Je ne les lis pas parce qu'ils ne possèdent pas la magie, l'écriture des romans écris par les asiatiques. Cela peut paraître être un préjugé mais une fois que vous avez découvert les plumes asiatiques, vous ne pouvez pas vous contenter de la plume occidentale. Mais Estelle Faye est une exception. Je n'ose imaginer le travail qu'elle a fait pour l'écrire. Non seulement sur l'aspect historique mais également sur la vie des troupes de théâtres de l'époque. Merci infiniment pour toutes ces informations. De plus, elle a réussi à donner à ce roman vraiment l'atmosphère et l'ambiance si particulière que possèdent ces romans asiatiques. Ce n'est vraiment pas donné à tout le monde.

Pour résumer, je n'ai strictement rien à reprocher concernant l'écriture. Même moi qui ne connait que très peu la culture chinoise, je peux vous assurer que je n'ai pas eu besoin de dictionnaire ou définition. Elle arrive à simplifier la culture chinoise sans rien omettre de cette dernière. Je ne sais pas comment elle a fait mais chapeau. Je n'en ai pas mais on va faire comme si. A moins que Xiao Chen accepte de me prêter le sien...

On est sur une histoire qui pourrait être un véritable conte en Chine. Elle est à la fois magnifique par l'histoire d'amour, cruelle de part certains personnages, violente par les combats. On y aborde à peu près tous les thèmes existants sur terre. On en retire différentes leçons. Xiao Chen est un personnage qui évolue tout au long de l'histoire. On le suit du jeune garçon curieux à l'homme angoissé par l'image que les gens ont de son visage. Li Mei est un modèle pour moi. Elle m'inspire la femme par excellence. j'espère que Xiao sait à quel point il a de la chance de l'avoir. Brume de rivière cache bien son jeu. Au début on l'apprécie. En fait, on est comme Xiao. On se fait purement et simplement avoir. Ensuite, on la déteste purement et simplement. Comment peut-elle avoir le cœur aussi froid et rempli de colère? Pieds-de-cendres me fascinait au début mais je me doutais que ça se terminerait mal pour lui. Il représente toutes les déceptions de l'être humain.

En bref, je découvre la plume de cette auteure (ou autrice) avec un immense plaisir. J'aimerai vraiment en parler en long en large et en travers avec elle. Je suis bluffée par le résultat et je m'incline. Si vous aimez le fantastique et la culture asiatique, foncez. Tous les ingrédients y sont réunis pour vous faire plaisir et que vous préfériez la partie fantastique ou l'aspect culturel.

dimanche 6 novembre 2016

Je marche donc je suis de Pierre Zylawski

Je marche donc je suis de Pierre Zylawski
Auteur : Pierre Zylawski
Maison d'édition : Édition du Riffle
Date de sortie : Avril 2013
ISBN : 978-2-916204-61-1
Pages : 310

Résumé : Anéanti par la disparition de son Héloïse,
Jean de Mady s’est jeté sur le chemin des étoiles, jusqu’à Compostelle…
Des millions de pas, pour tenter de redonner un sens à sa vie.
Accompagnez-le dans son cheminement.
Pas à pas, vous serez ce pèlerin laïc qui va se nourrir de rencontres magnifiques. Ecoutez-le, il vous parle :
Des jeunes, des vieux, des quatre coins du monde. Un chef indien sorti de son Amérique. St Jacques sous son porche. Deux parents qui ont perdu leur fille vivante. Cette vierge noire sur un tas de sacs. Un jeune nanti qui veut changer de vie. Deux ravis au cœur d’or. Roland de Roncevaux sans sa légende. Des cathédrales. Des étoiles filantes. Des chants, des chants, Ultreïa… et ce gamin qui n’avait qu’une main… et Fred… et Ludo… et Zoé… et Léonie… et tous les autres.

MON AVIS : Alors là, je reste sans voix. Je ne sais pas comment chroniqué ce roman mais je vais essayer. Pour preuve, je ne ferais pas comme d'habitude. J'ai mis un peu de temps à m'immerger dedans. Je suis vraiment sortie de ma zone de confort livresque. Je n'ai pas l'habitude de ce style-là et encore moins par les choix de l'auteur. Je n'ai pas eu du tout ce à quoi je m'attendais. Si vous pensez lire juste le périple d'un homme sur le chemin de Compostelle, je vous direz "c'est en partie vrai". Et j'ajouterai même que c'est l'histoire d'un homme qui se cherche et de sa personnalité. C'est aussi le portrait d'une France éloignée des nouvelles technologie où la nature est mise en avant. On traverse un bout d'Espagne et c'est pareil. C'est rafraichissant. On respire. Pierre Zylawski nous pousse à la réflexion, à faire également ce cheminement de l'esprit et de l'âme mais sans la marche. Tant mieux, je ne suis pas sportive pour un sous. C'est pour ça que j'ai mis du temps à rentrer dans l'histoire. Le chemin de Compostelle n'est qu'un prétexte pour rencontrer le monde. Je n'arrivais pas à trouver la voix qui s'exprimait. Mais au fil du temps, j'y suis parvenu.

Le roman est découpé en deux parties. J'ai largement préféré la deuxième. La première est sympa mais pousse à lire en douceur, à savourer, à prendre son temps. Et je ne suis pas la meilleure à ce sujet. Quand à la deuxième, c'est tout ce que j'aime. Certaines expressions me sont restées en tête. J'ai mis du temps à comprendre le principe des poèmes ou haïkus. Mais au final, j'ai trouvé que peut-être on pouvait voir ça comme une répétition mais également comme un moyen de marquer l'esprit du lecteur. Concernant Jean de Mady, il a eu toute ma sympathie. Si des hommes comme lui existaient en France et même dans le monde, on se porterait tous mieux. Je remercie au passage l'auteur de m'avoir induite en erreur concernant une chose à son sujet. J'ai imaginé Jean d'une façon tout au long et à la lecture de la dernière page, je me suis prise une claque monumentale. Chapeau pour cette révélation. Ça nous prouve à quel point les mentalités n'évoluent pas tant que ça et à quel point les stéréotypes ont la vie dure. Je pense que je m'en souviendrais.

En bref, si vous aimez les instants de vie saupoudrés de rencontres qui nourrissent l'âme, si vous aimez ces romans qui s'impriment non par leur écriture mais par leur âme, foncez. Il y a un quelque chose qui rend ce roman vraiment particulier. Ce n'est pas un coup de cœur mais on en retire une leçon qui ne peut que vous faire grandir humainement et ce à n'importe quel âge.

vendredi 4 novembre 2016

L'autre

La vie défile. Les secondes, minutes et heures s'écoulent. La routine s'est installée. L'esprit tranquille continue cette mécanique huilée. Tout semble parfait. Métro, boulot, dodo comme le dit l'expression. Seulement cette routine peut devenir poison. On pense son passé derrière soi et il se rappelle à vous. L'autre en vous se réveille jubilant de pouvoir vous torturer. 

Après des années à lutter contre lui, il recommence ce qu'il a commencé. Insidieusement, sans prévenir, une pensée négative puis une autre et encore une autre vous assaille. Comment le faire taire? Comment faire taire cette voix rappelant ces mauvais souvenirs? Il faut encore lutter malgré les années passées, malgré cette vie calme et posée. Il n'y aucune raison pour qu'il vous assaille et pourtant, quelque chose l'a réveillé. Mais quoi? Aucune idée.

Telle une guerre des anges contre les démons, vous et le démon vous battez. Qui en sortira vainqueur? Qui trouvera le moyen de faire taire l'autre? Ce poison, vous le connaissez mieux que personne. Vous avez appris à le combattre. Vous pensiez l'avoir vaincu une fois pour toutes il y a plusieurs années. Seulement, lui s'est juste caché attendant le bon moment pour surgir. Il est patient. Ne fait qu'observer. Et il s'abat sournoisement. Vous avez commis l'erreur de ne pas le voir surgir à nouveau une première fois mais maintenant vous savez. A tout moment, il peut revenir. Vous n'êtes plus surpris mais espérez son départ définitif. 

Pourtant, la vie elle-même le fait vivre. Il suffit d'entendre les informations, de regarder la télé, d'un reproche, une critique ou quoique ce soit de négatif et il revient. Maintenant, c'est plus difficile. Cette vie-là même qui le fait vivre vous endurci, vous apprend à affronter ce monde qui peut vous détruire ou vous faire vivre.

Mais en chacun de nous sommeille un démon prêt à nous brouiller au moindre coup. Il faut juste se tenir droit, regarder droit devant et apprendre à lutter.

mercredi 2 novembre 2016

La part des ombres tome 1 de Gabriel Katz

La part des ombres de Gabriel Katz
Auteur : Gabriel Katz
Maison d'édition : Scrinéo
Date de sortie : 13 octobre
ISBN : 978-2-3674-0443-1
Pages : 436

Résumé :
La Goranie était jadis une terre de conquérants, elle n’est plus aujourd’hui qu’un pays occupé, avec à sa tête un roi fantoche. Dix ans déjà que les Traceurs, peuple guerrier descendu des montagnes pour « pacifier » le pays, règnent en maîtres sur le royaume. Discipline, terreur, corruption, tout semble fonctionner sans le moindre accroc jusqu’au jour où tout bascule. Une noce qui tourne au drame, un massacre tenu secret… et un homme qui se dit revenu d’entre les morts, pour lever le peuple contre l’occupant. On l’appelle le Fantôme, et pour animer la lame de fond qui renversera le régime, il a besoin de combattants – des mercenaires de haut niveau, capables d’encadrer, de former, et d’affronter les terribles guerriers de la Trace.
C’est ainsi qu’entrent en scène trois personnages venus des quatre coins du monde (et surtout des autres séries de Gabriel Katz) : une maîtresse de guerre, un gladiateur de haute volée et… un beau gosse qui ne sait pas très bien comment il s’est fait entraîner là-dedans.

MON AVIS : Que je peux aimer ce que fait cet auteur! Mais j'ai tout de même deviner quel personnage de sa saga "le puits des mémoires" revenait. Je ne dirais pas ce qui m'a mis sur la piste. Le résumé a suffi. On retrouve la maitresse de guerre qui a bien changé. J'ai d'ailleurs été un peu déçu d'apprendre certaines choses sur ce qui lui est arrivé entre la fin de l'histoire et celle-ci. Dommage mais en même temps, il ne fallait pas s'attendre à autre chose. Concernant le dernier personnage principal, je l'ai découvert n'ayant pas encore lu "Aeternia". Je vous vois venir. Peut-ton lire ce roman sans avoir lu le reste? La réponse est oui. Il n'y a aucun spoiler concernant les précédents romans ou sagas. L'auteur s'amuse à coup de sous-entendus que seuls ceux ayant lu les romans pourront comprendre. Quant à ceux qui ne les ont pas lu, ils auront juste envie de se jeter sur les autres romans. C'est malin et très bien fait. Les références au passé des personnages mettent l'eau à la bouche et donnent envie d'en savoir plus.

Concernant l'écriture, c'est Gabriel Katz. On est habitué. Il y a moins de surprises mais ce n'est rien. C'est comme un ami qu'on retrouve. En plus, on sait que l'on va retrouver des personnages d'autres romans. Vous imaginez un peu à quel point j'en ai été ravie. D'autant que "le puits des mémoires" est une de mes sagas préférés. Et le personnage qui revient est le plus marrant. Il est toujours aussi maladroit et conserve son talent inestimable mais qui le met toujours dans des situations pas possibles mais je pense que cette fois-ci, il va le payer très cher. La maitresse de guerre est pire qu'avant. Quand au dernier que j'ai découvert, je l'ai adoré en seulement un paragraphe. C'est dire. Pourtant, je ne m'en ferais ni son amie ni son ennemi. Merci mais non merci.

L'intrigue est assez basique. Des méchants occupent un pays. Des rebelles décident de rendre le pays au roi mais il faut organiser tout ça. Alors où réside la force de ce roman? Les personnages. J'ai parlé des trois principaux mais ils ne sont pas les seuls. Nous en avons qui émergent au fur et à mesure. Tous plus fourbes ou hypocrites les uns que les autres. Penser à ses propres intérêts avant tout. C'est le maître mot. Sauf la princesse. Sacré tempérament. C'est également le point fort. Les femmes dans les romans de Gabriel Katz ne restent pas à l'arrière. Elles agissent certes dans l'ombre mais c'est celles qui portent les coups durs à la partie adverse, qui lui mettent des bâtons dans les roues.

Concernant la fin, je suis frustrée mais pas autant que sur les autres. Je lierais la suite. j'ai apprécié ma lecture mais pas autant que pour les autres même si par moment, j'ai été assez surprise par les choix faits. J'espère que mon pronostic concernant la princesse sera le bon. J'espère que le beau gosse s'en sortira quand même. Rien de grave...Enfin pour l'instant et d'autres encore. Plein de questions et d'espoirs pour la suite qui sortira, j'imagine aux alentours du mois d'octobre 2017 et pourquoi pas en avant première aux halliennales. (je dis ça, je dis rien. je ne réclame absolument pas).

En bref, j'ai passé un bon moment mais cette fois-ci, ce ne sera pas un coup de cœur. C'est un peu un album de famille réunissant les personnages des différentes sagas. C'est parfois drôle, un peu sanglant et parfois élégant (le danseur...) malgré l'évènement décrit.

Un autre roman du Gabriel Katz est chroniqué sur le blog : cliquez ici