vendredi 9 septembre 2016

Eve dead things your love de Mathieu Guibé

even dead things feel your love
Auteur : Mathieu Guibé
Maison d'édition : Édition du chat noir
Date de sortie : Mars 2013
ISBN : 9791090627154
Pages : 276

Résumé :
Au terme de votre vie, à combien estimez-vous le nombre de minutes au cours desquelles vous avez commis une erreur irréparable ? De celle dont les conséquences régissent d’une douloureuse tyrannie vos agissements futurs jusqu’au trépas. Mon acte manqué ne dura pas plus d’une fraction de seconde et pourtant ma mémoire fracturée me renvoie sans cesse à cet instant précis tandis que la course du temps poursuit son inaltérable marche, m’éloignant toujours un peu plus de ce que j’ai perdu ce jour-là. Je me demande si notre dernière heure venue, les remords s’effacent, nous délestant ainsi d’un bagage bien lourd vers l’au-delà ou le néant, peu importe. Puis je me souviens alors qu’il s’agit là d’une délivrance qui m’est interdite, condamné à porter sur mes épaules ce fardeau à travers les âges, à moi qui suis immortel.
L’amour ne devrait jamais être éternel, car nul ne pourrait endurer tant de douleur.


MON AVIS :  Je découvre enfin la plume de cet auteur. J'ai eu du mal à avoir son roman mais je l'ai eu. Niark! Bref, passons. Là n'est pas la question. Certes, je ne savais pas vraiment à quoi m'attendre mais j'avoue avoir été agréablement surprise par ce roman et ce pour des tas de raisons. Ça m'a fait un bien fou de lire un roman sur les vampires si différents de ce que j'ai pu lire jusqu'à maintenant. Pour ceux qui se disent "quoi? Encore des vampires?" Je vous arrête tout de suite. Lisez et vous comprendrez. Le style est excellent. Il évolue en fonction de l'époque où l'on se trouve. Au début, on a un style très XIXème siècle. J'ai adoré. C'est juste excellent. Puis les années passent et le style d'écriture s'adapte aux années. Le style est moins dans l'élégance et plus dans les faits sans fioritures. Pour résumer, c'est écrit brillamment et avec logique.

Concernant les personnages, c'est loin d'être le vampire et la fille qui tombe amoureuse qui finit métamorphosée. Bien au contraire. Le vampire, Josiah, est un homme de la haute société torturé au passé pas facile. Il est loin d'être aussi mauvais qu'on ne le pense. Jusque là, on se dit "bref, le vampire classique bien gentil qui ne fait pas de mal sauf pour se nourrir". Et bien, non. Il faut bien qu'il se nourrisse. Mais par moment, il perd complètement les pédales et s'adonne à des choses très vampires méchants extrême. Je n'en dirais pas plus afin de ne pas spoiler. Abigale est une jeune femme rafraichissante loin d'être soumise et qui sait ce qu'elle veut. Elle est prête à tout pour Josiah Ça peut surprendre cette jeune femme si paradoxale. Elle n'en reste pas moins courageuse et forte même si tout n'est pas facile. Rudolf, le majordome, est un homme toujours présent et j'ai bien cru ne pas le revoir d'ici la fin de l'histoire. Je crois que mon préféré est lui. Il est discret mais présent. Il est la figure paternel de Josiah et aussi un vampire. Je ne fais pas de spoiler. C'est l'une des premières choses que l'on apprend.

Concernant l'intrigue, ça va être difficile d'en parler sans spoiler. Une chose est sûre. Rien ne se passe comme on l'imagine. J'ai été surprise par pas mal de chose. Au moment où l'on se dit "c'est bon. On sait comment ça va se passer", paf. Il se passe l'exact opposé et je peux vous dire que ça fait du bien. L'évolution des personnages est à la fois une torture et très romantique, très gothique pour résumer. C'est surtout logique lorsque l'on connait la personnalité de Josiah à la fois très fier et très sensible. Autre surprise : il n'y a pas que des vampires. Je sais. Ce n'est pas le seul roman contenant plusieurs créatures mais ici j'avoue que je ne m'attendais pas à trouver...Stop, je ne dirais rien. Vous verrez bien. En tout cas, c'est bien plus varié qu'on ne le pense au premier abord même sur des thèmes si peu aborder sauf dans certain type de roman que je ne lis pas. Pour ce qui est de la fin, j'avoue que je ne m'attendais pas à ça mais c'est logique. J'ai même trouvé excellent l'idée de ne pas mentionner le nom de la personne présente. Les choses sont claires mais pas dites. C'est d'autant plus beau. 

En bref, ce roman est une excellente surprise qui saura plaire aussi bien aux amateurs de vampire (j'en connais une) qu'aux autres. Il est varié, ouvert d'esprit et écrit avec intelligence. Je me suis régalée et tant mieux. Je n'ai plus qu'à espérer pouvoir rencontrer Mathieu Guibé aux Halliénales. (oui, son nom a été rajouté sur la liste entre-temps mais j'avais prévu de le lire avant de le savoir. C'est juste de l'intuition cette fois-ci).

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire