dimanche 31 juillet 2016

Mes futures lectures

Qu'est-ce que je suis bête! Oui, je suis bête. Les Halliénales sont au mois d'Octobre. Je n'ai encore rien lu pour le salon et je parle même pas du Val'joly imaginaire (si j'y vais, je ne sais pas encore).
Bref, tout ça pour dire que j'ai de quoi lire d'ici là et que c'est faisable mais avant, je dois finir ma lecture actuelle.

LECTURES ACTUELLES

- "Le sang de l'alliance" de James Rollins et Rebecca Cantrell
Le sang de l'alliance
- "1Q84 livre 2 : Juillet - Septembre" de Haruki Murakami
Haruki Murakami

 FUTURES LECTURES

- "Haut-Royaume tome 1 : le chevalier" de Pierre Pevel
Pierre Pevel
- " Les loups chantants" de Aurélie Wellenstein
Aurélie Wellenstein
- "Les chroniques de Halow tome 1 : Le ballet des ombres" de Marika Gallman
Marika Gallman
- " Le choix de Bérénice" de Fabien Clavel
Fabien Clavel
- "Feuillets de cuivre" de Fabien Clavel
Fabien Clavel

Au total, cinq livres à lire pour le 8 octobre. C'est largement faisable. Ça fait un total de 1738 pages. Sans parler du val joly. Je n'ai aucune information sur le salon pour le moment si ce n'est qu'il aurait lieu les 30 et 31 octobre.
Et vous? Que lisez-vous et qu'avez-vous prévu de lire?

Spécial manga

Comme dit dans ma présentation, je lis de tout notamment des mangas. Je me suis dit que ce serait intéressant de faire un petit quelque chose sur le sujet. Dans cet article, je vais vous faire la liste des mangas que je suis activement :

A SILENT VOICE

A silent voiceRésumé : "Shoko Nishimiya est sourde depuis sa naissance. Même équipée d’un appareil auditif, elle peine à saisir les conversations, à comprendre ce qui se passe autour d’elle. Effrayé par ce handicap, son père a fini par l’abandonner, laissant sa mère l’élever seule.
Quand Shoko est transférée dans une nouvelle école, elle s’emploie à surmonter ses difficultés mais, malgré ses efforts pour s’intégrer dans ce nouvel environnement, rien n’y fait : les persécutions se multiplient, menées par Shoya Ishida, le leader de la classe. Tour à tour intrigué, fasciné, puis finalement exaspéré par cette jeune fille qui ne sait pas communiquer avec sa voix, Shoya décide de consacrer toute son énergie à lui rendre la vie impossible.
Psychologiques puis physiques, les agressions du jeune garçon se font de plus en plus violentes... jusqu’au jour où la brimade de trop provoque une plainte de la famille de Shoko, ainsi que l’intervention du directeur de l’école. À cet instant, tout bascule pour Shoya : ses camarades, qui jusque-là ne manquaient pas eux non plus une occasion de tourmenter la jeune fille, vont se retourner contre lui et le désigner comme seul responsable..."
Pourquoi lire ce manga?
Cette série est certes terminée mais je vous la recommande vivement. Elle parle de sujet de société important tel que le harcèlement, le handicape et l'amitié. Je suis ravie d'avoir suivie chaque tome jusqu'à la fin. J'ai été émue, soulagée et parfois la gorge nouée. Le plus par rapport aux autres mangas : on ne nous épargne rien. Les évènements sont présentés avec bien plus de réalise que pour n'importe quel autre manga sur le sujet. Série terminée en 7 tomes.

Innocent

Innocent tome 1Résumé : Suite à la paralysie de son père, Charles-Henri prend sa succession et devient bourreau officiel. Il enchaîne les exécutions, met à mort les figures les plus importantes de la révolution comme Danton et Robespierre et torture les condamnés à mort. Seul problème : être bourreau le dégoûte. De ce paradoxe va naître une personnalité trouble et fascinante qu’Innocent se propose d’explorer.
Pourquoi le lire?
Il s'agit d'un manga historique à ne pas mettre entre toutes les mains. Rien ne nous est épargné non plus. Il est classifié à juste titre de seinen (manga destiné à un public masculin adulte). Les graphismes sont sublimes même plus. Je crois avoir rarement vu un manga pourvu d'un tel niveau de réalismes. Je ne vois ce que je peux dire de plus sans spoiler le manga à part lisez-le. Première saison en 7 tomes (toujours en cours). 9 tomes au total prévu.

ORANGE

Orange tome 1Résumé : Un matin, alors qu'elle se rend au lycée, Naho reçoit une drôle de lettre… une lettre du futur ! La jeune femme qu'elle est devenue dix ans plus tard, rongée par de nombreux remords, souhaite aider celle qu'elle était autrefois à ne pas faire les mêmes erreurs qu'elle. Aussi, elle a décrit, dans un long courrier, les évènements qui vont se dérouler dans la vie de Naho lors des prochains mois, lui indiquant même comment elle doit se comporter. Mais Naho, a bien du mal à y croire, à cette histoire… Et de toute façon, elle manque bien trop d'assurance en elle pour suivre certaines directives indiquées dans ce curieux courrier. Pour le moment, la seule chose dont elle est sûre, c'est que Kakeru, le nouvel élève de la classe, ne la laisse pas indifférent…
Pourquoi le lire?
J'ai longuement hésité avant de le lire et j'ai fini par lire le premier tome. J'en suis tombée sous le charme et à chaque tome lu, je regrettais de ne pas avoir acheter le suivant tellement le suspens y est présent. Ce manga possède une puissance émotionnelle très rare. J'ai eu les larmes aux yeux en le lisant. Il y a un beau débat sur la fin. Est-elle positive ou non? Personne ne le sait. Je n'ai pas trouvé la réponse de la mangaka. Je ne suis même pas sûre qu'elle va y répondre. Série terminée en 5 tomes.

BLACK BUTLER

Black butler
Résumé : Ciel Phantomhive est l'héritier d'une grande famille de la noblesse anglaise. C'est sur les épaules de ce jeune garçon d'une grande beauté, très intelligent et mature pour son âge, que repose l'empire familial commercialisant entre autres des jouets et des friandises.
Ciel fait également partie des "chiens de garde de la reine", ces membres de la gentry travaillant pour le gouvernement en vue d'éradiquer le crime du pays. Ce qui ne manquera pas de le placer dans des situations plutôt périlleuses.
Ciel vit seul dans un grand manoir. Enfin, seul, pas vraiment, puisque Sebastian, son majordome, toujours en livrée noire, impeccablement stylé dirige la maison, accompagne Ciel partout et lui sert en quelque sorte de garde du corps. Sebastian doit également s'occuper de May Linn, la femme de chambre et de Finnian, le jardinier, tous deux plutôt loufoques. En matière d'érudition, d’éducation, d'art culinaire, rien à redire, Sebastian est parfait. Mais il ne faut pas se fier à ses belles manières car des gangsters menaçant la vie de son jeune maître ont entre autres découvert à leurs dépends, sa vraie nature… Ciel aurait-il signé un pacte avec le Diable…?!
Pourquoi le lire?
Pour l'esprit typiquement britannique et l'ironie présente. Cette série est extrêmement populaire. Je ne sais même pas pourquoi je la présente ici mais je l'aime beaucoup. C'est une obligation pour moi d'en parler. Chaque "enquête" est superbement menée. On attend toujours l'intervention de Sebastian et d'en apprendre plus sur les serviteurs qui ne sont de simples serviteurs.  Série en 21 tomes actuellement. Toujours en cours

NORAGAMI

Noragami
Résumé : Yato est un dieu à tout faire, capable de terrasser des monstres venus de l’au-delà. Mais son orgueil et son égoïsme le rendent aussi impopulaire parmi les esprits que parmi les humains. C’est cet éternel loser que Hiyori croit sauver, au péril de sa vie, en l’empêchant de se faire renverser par un bus. Au seuil de la mort, cette dernière acquiert la capacité de séparer son âme de son corps et de voir les créatures qui hantent notre monde. Coincée avec Yato jusqu’à ce qu’il la rende humaine de nouveau, elle le suit dans toutes ses galères. Lui n’a qu’un objectif : devenir riche et célèbre, quitte à remplir les missions les plus risquées…
 Pourquoi le lire?
Ce manga est progressif. Au début, on s'amuse, on rit beaucoup. Au fur et à mesure, l'intrigue s'assombrit et se dévoile. Chaque problème réglé soulève le voile sur autre chose. C'est très intelligent et intéressant. On ne s'ennuie pas une seconde. Yato est de plus en plus surprenant. Certes, il est égoïste et radin mais seulement en apparence. Il est le premier à rendre service aux autres sans rien attendre en retour. Série en 10 tomes. Toujours en cours.

ADEKAN

Résumé : Shirô, un fabricant de parapluie lascif et sensuel, ancien maître d’arme de l’ombre, détestant par-dessus tout porter des sous- vêtements, rencontre Kôjirô, un lieutenant de police au sang chaud et amoureux de justice, dans un univers fantastique où l’extraordinaire surpasse bien souvent la raison. Ils se retrouvent tous les
deux confrontés à une série d’incidents rocambolesques et paranormaux dans les bas-quartiers de leur ville...
Pourquoi le lire?
J'adore. C'est ma meilleure amie qui me l'a conseillée. Je suis sous le charme des graphismes uniques. Ils sont juste époustouflants. Je me suis même achetée le artbook de la mangaka. Je l'ai déjà feuilleté je ne sais combien de fois. Pour en revenir au manga Adekan, on y trouve un duo improbable d'un vendeur de parapluie en apparence et d'un policier. Justement, c'est ce duo qui fait le charme de cette série comme tous les personnages croisés. Ils ont tous quelque chose de particulier. Les situations cocasses entre Shirô et Kôjirô sont juste drôles. Elles permettent d'alléger l'ambiance particulière de manga. On y parle de choses diverses qui peuvent déranger. Personnellement, j'accroche totalement. Le mélange est parfaitement maîtrisé. Je n'ai rien d'autre à dire. À part, foncez.


 

Voilà, je vous ai présenté un article consacré aux séries de mangas que je ne lâcherai pour rien au monde. Sachez simplement que c'est une partie de la liste. Ceux qui restent font parti d'une seule et même maison d'édition qui fera l'objet d'un article prochainement. D'autres séries ont été démarrées mais sont encore trop récentes pour que je puisse dire que je les suivrais à coup sûr à chaque sortie.

La fée des glaces de Maxence Fermine

La fée des glaces
Auteur : Maxence Fermine
Maison d'édition : Michel Lafon
Date de sortie :  7 novembre 2013
ISBN :  9782749919782
Pages : 150

Résumé :
En imaginant ses vacances au ski, Malo était loin de se douter que dès le premier jour il serait pris dans une étrange tempête de neige… Lorsqu’il recouvre ses esprits, l’adolescent tombe nez à nez avec une belle et mystérieuse jeune fille, qui vit dans un château de gel. Son nom ? La Fée des Glaces. Sa mission ? Accueillir les voyageurs égarés au Royaume des Ombres de l’hiver.
Malo retrouve donc pour la troisième fois ce Royaume des Ombres qu’il chérit tout autant qu’il le craint. Et si cette aventure n’était pas le fruit du hasard mais l’occasion pour lui de répondre aux questions qu’il se pose ? Aidé de la Fée des Glaces, il devra pourtant affronter bien des périls avant de trouver sa voie.

MON AVIS : Dernier tome de la trilogie "la petite marchande de rêves". On retrouve Malo au ski. Assez surprenant comme début mais pourquoi pas. Ça change. Les parents de Malo l'ont envoyé chez sa tante Urticaire. J'aime beaucoup le surnom. Je n'ai jamais su si je devais l'apprécier ou non. A défaut, je m'en suis méfiée. Je me suis surtout faite avoir. Malo a grandit et mûri. Il se retrouve à nouveau au royaume des ombres. La fée est mystérieuse et délicate. C'est comme ça que je me la représente. Je l'ai adoré tout de suite. Tous les personnages ont leur particularité qu'ils soient bons ou mauvais. Big up aux marmottes. Elle m'ont bien fait rire et m'ont rappelé certaines personnes que j'ai pu croisé. Septimus fait son retour et un nouveau méchant fait son entré. J'ai pu savourer une fois de plus le vermot. Je songe sérieusement à apprendre ce langage. Je le trouve vraiment drôle.
 
Concernant l'intrigue, elle est toujours aussi simple et apporte à peu près les mêmes messages que le tome précédent "La poupée de porcelaine" (chronique ici)  : les apparences, la beauté ainsi que de nouveaux (les rêves et l'imagination). Ce roman vous renvoie en enfance ou vous pousse à y rester. C'est juste magique. Au final, je ne sais toujours pas si Malo a rêvé toutes ces aventures ou si il les a vraiment vécu. Mais peu importe, la magie et les rêves sont là.

En bref, j'ai adoré cette saga que je vous recommande vivement. Les personnages sont attachants. Les enfants y apprendront des choses et riront du langage parfois utilisé. Juste un pur bonheur.

samedi 30 juillet 2016

La poupée de porcelaine de Maxence Fermine

La poupée de porcelaine
Auteur : Maxence Fermine
Edition : Michel Lafon
Date de sortie : 30 mai 2013
ISBN : 274991969X 
Pages : 170


Résumé : Retour au Royaume des Ombres!
Voilà bientôt un an que Malo est revenu du Royaume des Ombres. Depuis lors, Lili, la marchande de rêves au regard d’or, occupe toutes ses pensées.
Quand, dans une fête foraine à Édimbourg, le jeune garçon rencontre deux habitants du pays imaginaire, il les suit, bien décidé à revoir son amie.
Hélas, le Royaume des Ombres tient plus du cauchemar que du rêve éveillé. Et l’intérêt de Sir Luke, chez qui Malo a trouvé refuge, pour une étonnante poupée de porcelaine ne le rassure en rien. Le mystérieux fabricant de jouets ne cacherait-il pas de noirs desseins ?
Malo doit plus que jamais rester sur ses gardes, mais l’amitié mérite de prendre tous les risques…

MON AVIS : Ce roman est la suite de "La petite marchande de rêves" (chronique ici). Autant vous dire que j'ai retrouvé Malo avec plaisir. Concernant ses parents, je les trouve toujours aussi égoïstes et matérialistes. Ils n'ont rien appris de ce qu'il s'est passé la première fois. Le style de l'auteur est toujours aussi léger et unique. Il n'y aucunes fioritures. On ne perd pas de temps. Et c'est là que l'histoire est agréable. Là où l'histoire pourrait se complexifier, pas du tout. Au contraire, les choses se déroulent avec une facilité déconcertante. Je suis toujours aussi fan du vermot, le langage du royaumes des ombres. Par moment, ce langage est bien plus logique que les mots que l'on emploie. J'en ai quelques uns en tête en rapport avec les chats que je pourrais utiliser.

Concernant les personnages, on retrouve Malo, Lili et Septimus. Trois personnalités différentes mais si proches. Malo entre dans l'adolescence. Il a pris un peu en maturité. Son instinct a son importance. Lili est toujours aussi charmante et colorée, la touche de lumière dans ce royaume. Quand à Septimus, le roi de vermot, rien que pour ça je l'aime (et aussi pour la cravate). Un nouveau personnage fait son entrée parmi d'autres : Louison, la poupée. Elle est mignonne, craintive...En bref, ce que l'on attend d'une poupée mais pas dépourvue de courage.

Ce roman n'a pas seulement pour but de conter une jolie histoire pouvant s'apparenter à un conte. Il apporte différent message à destination des plus jeunes. Nous, adultes, sommes déjà rouillés mais pas la jeunesse. IL ne faut pas se fier aux apparences ni aux inconnus, garder espoir dans les moments difficiles. Le rêve est agréable mais les cauchemars existent. Cela symbolise également les bons et mauvais moments à passer dans la vie. J'ai même lu un passage éfleurant un sujet philosophique : "qu'est-ce que la beauté?". Très bonne question. Pour les parents, répondre à cette question peut s'avérer compliqué. Et bien, la réponse est très clair dans ce livre. Bien plus qu'avec un court de philosophie (pourtant j'aimais bien). Pour résumé, chacun a sa vision de la beauté.

En bref, cette saga est juste géniale. Je vous la recommande vivement. Je ne la mettrais pas en coup de cœur. Pour moi, c'est une respiration, un moment de pause. C'est tout ce dont j'ai besoin. C'est le genre de roman qui redonne espoir. Il me reste un tome à lire qui devrait être lu assez rapidement, je pense.

vendredi 29 juillet 2016

Et puis après de Kazumiko Murakami

Kazumiko Murakami
Date de sortie : 4 mai 2016
Nombre de pages : 112
Maison d'édition : Acte sud
ISBN : 9782330063207


Résumé : Ce matin-là, Yasuo, directeur syndical des pêcheurs du village, perçoit immédiatement l’inhabituelle violence des premières secousses. Tout près de lui sur la plage, les hommes penchés sur leurs filets sont inquiets. Et quand brusquement la mer semble reculer à l’extrême, quand Yasuo n’écoutant que son intuition se met à hurler, tous obéissent, le suivent, s’échinent à pousser leur navire sur le sable ; puis, comme lui, s’élancent, passent la vague encore accessible et atteignent ainsi l’au-delà du tsunami.
À près de dix kilomètres au large, Yasuo coupe le moteur, jette l’ancre et se retourne. Le paysage qui s’offre à lui est effrayant. À l’endroit où s’étendait la plage se dresse maintenant un mur noir et luisant. Cinq ans après la terrible catastrophe survenue le 11 mars 2011 au Japon, ce roman inquiétant explore le cheminement d’un homme confronté à l’incertitude de son geste. Entre découragement et culpabilité, il va devoir vivre l’instant et se reconstruire en dehors de toutes les évidences propres à nos sociétés, sûres de leur puissance et animées d’un extravagant sentiment d’éternité.


MON AVIS : Émouvant, fort, intense et brutal...Je ne sais pas quels mots employés après la lecture d'un tel livre. Je ne sais pas si Yasuo existe réellement. Une certitude demeure. L'auteur s'est appuyé sur des témoignages de sinistrés et sur l'avis d'une psychologue pour écrire ce roman ainsi que de ce qu'elle a vu en tant que bénévole dans les centres d'hébergements. On y découvre d'autres choses qui se sont produites suite au tsunami, ce qui a créé ce tsunami aussi monstrueux. Les sentiments des sinistrés sont justes, sincères et humains. Rien n'est romancé. Il n'y a pas de censure. Chaque personne est touché de manière différente mais au final, tout le monde ressent la même chose.

Je remercie l'auteur pour ce roman. Je ne fais pas confiance aux médias. Ils exagèrent ou annoncent ce qu'ils veulent bien. Par le biais de ce roman, j'ai appris bien plus sur cette catastrophe qu'avec n'importe quel reportage. Je tiens à préciser que ce roman ne parle pas de la catastrophe nucléaire. Peut-être est-ce le choix de Kazumiko que de n'exploiter que ce à quoi l'être humain est confronté est rien d'autre. Et heureusement. Tout a été dit sur Fukushima. Ici on parle d'autres zones sinistrées, des pêcheurs mais pas seulement. On y parle de l'humain qui se reconstruit, qui sort de sa paralysie ou tout autre sentiment.

En bref, ce roman est très intense, très beau et ne se note pas. Certes, son prix peut sembler élevé ce qui m'a refroidi un bon moment avant de l'acheter mais il en vaut la peine. On en ressort quelque chose de fort et d'humain. Je vous laisse le choix de le lire ou pas. Personnellement, je ne le regrette pas.

mercredi 27 juillet 2016

Magisterirum tome 1 : l'épreuve de fer de Cassandra Clare et Holly Black

Magisterium
Auteurs : Cassandra Clare et Holly Black
Maison d'édition : PKJ
Date de sortie : 16 avril 2015
Pages : 384
ISBN : 9782266237079


Résumé
Dans une grotte, un nouveau-né abandonné. Gravée dans la glace, une inscription de la main de sa mère : « Tuez cet enfant »
Douze ans plus tard…
Callum Hunt est devenu un garçon comme les autres. Ou presque. Car il a tout fait pour ignorer la magie qu’il portait en lui. Mais à présent Cal est rattrapé par un don qu’il n’arrive pas à maîtriser, et il doit intégrer le Magisterium. Un endroit fabuleux et terrifiant, où il va découvrir les secrets obscurs de son passé. L’Épreuve de Fer commence à peine. Le plus grand défi reste à venir…

MON AVIS : Ce roman est une valeur sûr à mes yeux. Je savais qu'il me plairait. Je n'avais aucune inquiétude. Le style est simple et efficace. On ne nous fait pas tourner en rond. Le prologue est très utile et annonce la couleur. L'histoire est traditionnelle. On a un jeune homme qui se retrouve dans une école de magie entouré de deux amis Tamara et Aaron qu'il se fait sur place. Le méchant est également dans l'esprit de Voldemort. Rien de bien nouveau à  l'horizon. Pour ceux à qui ça rappellerait Harry Potter, je vous dis oui. Effectivement, Tamara a beaucoup de point commun avec Hermione. C'est peut-être les seuls éléments communs à ces deux sagas. Je me suis même dit dommage qu'on ressente autant l'influence de Harry Potter. Mais ça s'arrête là.
Il y a tout de même quelque chose qui nous permet d'apprécier l'histoire. Ne serait-ce que le comportement de Callum en vaut la peine. Il est sarcastique et fait le contraire de ce qu'on lui dit en obtenant le même résultat voulu. Il ne nous semble pas très doué mais on l'apprécie très rapidement. Il est à l'opposé de Harry Potter. Son père Alastair semble bien paranoïaque. Est-ce qu'il a raison? La question demeure.  Tamara ressemble certes à Hermione mais jusqu'à quel point? A la fin de ce tome, je me dis qu'elle lui ressemble, certes beaucoup mais pas tant que ça. Aaron est le genre de personnage que l'on aurait imaginé en héros dans le roman et c'est là l'originalité. Il semble brillant, parfait, gentil, généreux et j'en passe mais à quel prix? Lui-même le dit. Maître Rufus est pour moi unique. Je pense qu'on est très loin de savoir ce qu'il se passe dans sa tête. Qui sait s'il ne connaît pas déjà la vérité? Jasper est détestable. Célia me paraît un peu trop gentille et souriante. Concernant Drew, je n'aurai jamais cru ça. J'avoue avoir été surprise.
Malgré la ressemblance avec Harry Potter, je me suis prise une méga claque concernant l'identité du méchant si c'est bien vrai. En effet, les révélations faites, on se pose autant de questions sur la suite que Callum mais à la toute fin, les co-auteurs remettent en cause ces même révélations. Au final, elles arrivent à maintenir le suspens. C'est d'ailleurs horrible. J'ai envie de savoir ce qu'il va se passer. J'ai plein d'hypothèses en tête et j'ai beau les retourner, je sais que je n'aurai pas les réponses sans avoir lu les romans. Sinon, je veux le même louveteau appelé Carnage à la maison. Ça m'a fait sourire.  Il est adorable cette petite bête.


En bref, une saga sympathique qui possède un fort potentiel. Dommage qu'on ressente trop l'influence de Harry Potter même si elle reste très superficielle.

mardi 26 juillet 2016

Top Ten Tuseday 26.07.2016

Nouveau rendez-vous top ten! Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous initialement créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Frogzine. Voici le thème de cette semaine : Les 10 univers de livre dans lesquels vous aimeriez aller :

1- Le nom du vent de Patrick Rothfuss
L'univers de ce roman est très riche. J'aime beaucoup les forêts et les différents décors décrits. Je me verrai bien déambuler dans les rues et tenir le bar de Kote.
Le nom du vent
2- L'héritage des rois passeurs de Manon Fargetton
En lisant ce livre, j'ai imaginé tout, chaque rue, chaque auberge, chaque pièce. J'ai eu l'impression d'y être, d'avoir tout visité et déambuler dans les rues, d'avoir passé les postes frontières.
L'héritage des rois passeurs

3- Harry Potter de J.K Rowling
Ça me semble évident. Poudlard, la salle sur demande, le lac, la maison des Weasley....Tant à voir.
Harry Potter
4- La passe-miroir de Christelle Dabos
Quelle créativité dans ce roman! J'ai été ébloui par les descriptions. Elle sont juste éblouissantes. Ça me donne juste envie de visiter les lieux surtout à la manière d'Ophélie.
La passe miroir
5 - Oniria de B.F Parry
Le pays des rêves semblent certes dangereux mais personnellement je n'ai qu'une envie : le visiter. On peut y créer ce qu'on veut et y faire de belles rencontres.
Oniria
 6 - La cité des ténèbres, les origines de Cassandra Clare
J'adore cette saga et j'aime particulièrement les chasseurs d'ombres et leur capacité incroyable.
La cité des ténèbres, les origines
7 - Les chroniques lunaires tome 1 : Cinder de Marissa Meyer
Ne serait-ce que pour l'atelier de Cinder... Ça me plairait bien je pense.
Cinder
8 - Le puits des mémoires de Gabriel Katz
Les terres de cristal sont peut-être très froides mais j'imagine des décors majestueux. Les différents pays que les héros traversent semblent magnifiques. 
Le puits des mémoires
9 - L'herbier des fées de Benjamin Lacombe
Je veux voir ces petites fées si belles et élégantes.
L'herbier des fées
10 - Tara Duncan de Sophie Audoin Mamikonian
Pour ceux qui connaissent, je pense que c'est évident. Voir des dragons, sirène et nain entre autre. Autre mon de est extravagant, épuisant mais tellement fun. Je pense que j'adorerais y vivre malgré l'impératrice un peu folle qui y règne.

Voilà pour la liste des romans dont j'aimerai visiter l'univers. Et vous? Quels sont-ils?

lundi 25 juillet 2016

Jolie libraire dans la lumière de Frank Andriat

Jolie libraire dans la lumière
auteur : Frank Andriat
Edition : Desclée de Brouwer
Date de sortie : 1 octobre 2015
ISBN : 9782220075853
pages : 156


Résumé :
"Elle a lu la quatrième de couverture, a frissonné d'étonnement. Ce récit ressemblait à s'y méprendre à un épisode de son existence. Elle a déposé l'ouvrage sur le comptoir et est allée ouvrir la porte de la librairie. À neuf heures, les clients sont encore rares et, dans la lumière du matin qui glissait sur la vitre, elle a commencé à lire ce texte inattendu."
Les événements de notre vie, même les plus obscurs, sont posés dans la main des anges. Dans le cocon de sa librairie, une jeune femme tombe sur un récit bouleversant : elle y reconnaît un drame enfoui dans son passé. Et si cela donnait un sens nouveau à sa vie ? 
Un roman fort, un hommage à la puissance des livres.

MON AVIS : Pour être tout à fait franche, j'ai terminé ce livre le 2 juillet 2016. J'ai déjà fait la chronique sur d'autres réseaux sociaux mais je veux la mettre sur ce blog. La raison en est simple : c'est un bijou. Ce roman n'est pas un simple roman, c'est bien plus que ça. C'est le genre de livre que vous n'oublierez pas, qui vous suivra avec bonheur. Ma mère vient de me l'emprunter (il y a plus de 3 heures maintenant) et elle en est tombée également sous le charme comme ma libraire et comme moi. D'ailleurs, ma mère m'a dit que j'aurai pu appelé mon blog "le jardin des livres". C'est vrai mais plus maintenant.

J'ai découvert ce livre par pur hasard et je ne regrette absolument pas de l'avoir acheté.
Je l'ai savouré en douceur comme le contenu resplendissant de ce roman. La poésie et les métaphores autour du livre y sont omniprésentes. L'auteur met en avant plus que sa poésie, c'est le respect du livre et de l'humain. Les personnages sont vrais dans leur force et fragilité. Je me suis retrouvée en grande partie dans le personnage de Maryline. Son fils est blessé mais optimiste. Laurent est touchant. La construction est extraordinaire et surprenante. L'histoire est prenante. On a besoin de savoir, de comprendre. A la fin du roman, on le referme satisfait et le sourire aux lèvres. 

Que vous soyez amoureux ou non des livres, lisez le et vous comprendrez que le livre n'est pas qu'un objet mais bien plus que cela. Il vous apporte tellement non seulement vis-à-vis de vous-même mais aussi des autres. L'auteur montre que le livre permet de créer des sociaux et n'est pas contrairement à ce qui se dit beaucoup,
une activité solitaire.

Pour résumer, ce livre est une de ces perles rares qui font du bien et ouvre les yeux avec beaucoup de douceur et de poésie.
AU-DELÀ DU COUP DE CŒUR

Urban China

Comme promis, voici un petit article sur une jeune maison d'édition française :

Urban China

Je tiens à remercier les Éditions Urban China de m'avoir autorisée à faire cet article.

Urban China est une petite maison d'édition qui a ouvert ses portes début 2015. Leur but est de faire découvrir le manhua et la culture chinoise. Le manhua est l'équivalent du manga au Japon mais le graphisme est différent et généralement plus beau. C'est purement subjectif comme avis mais pour le moment tout le monde est d'accord avec moi.  Ils se font connaître par le biais de salons comme la Japan Expo. Ils peuvent ainsi communiquer leur passion et le bouche-a-oreille fonctionne. 

Comment ai-je découvert Urban China?

La bonne question. Je ne me souviens plus. Je me souviens seulement d'avoir vu la couverture de "Little Yu". J'en suis tombée sous le charme. Le résumé m'a conquise et j'ai craqué. J'ai commandé le premier tome ainsi que le premier tome d'une autre série du même auteur "La princesse vagabonde".
Ces deux séries sont d'immenses coup de cœur. Les graphismes sont éblouissants. Tout ce que je peux vous dire, c'est : savourez. Les histoires, certes différentes, vous permettent d'apprendre tellement de choses. 
La princesse vagabonde

 Quelles sont leurs forces?

Par le biais des titres publiés au sein de leur maison d'édition, on peut découvrir une culture chinoise très vaste tout en se faisant plaisir. Une magie s'opère. Vous admirez la couverture. Vous ouvrez le manhua, vous êtes ébloui par la beauté qui se dégage de ses œuvres. Un de leur dernier titre me fait particulièrement envie : "Mei Lanfang" consacré à l'un des plus grands artistes chinois. Rien que pour les graphismes, je craque. La couverture est déjà un gage de qualité. Ayant feuilleté les premières pages, je peux vous dire que ce manhua possède un graphisme incroyable et connaissant un peu Mei Lanfang dans les grandes lignes, je ne doute pas de me laisser emporter avec plaisirs par ce titre. D'autres me font envie mais il va falloir être raisonnable.


Mei Lanfang

Preuve de la qualité de cette maison d'édition, lorsque j'ai commandé les deux séries "little yu" et "la princesse vagabonde", ma libraire a adoré l'esthétique de ces œuvres et les a commandé. Je m'y suis rendue une fois alors que j'avais un tome de retard. La librairie l'avait en rayon. Que pouvais-je faire d'autre que de l'acheter? Maintenant j'attends le tome 6 et fin août je me commande "Mei Lanfang".

En bref, cette maison d'édition à elle seule est une invitation au voyage. Le design de leur manhua est juste incroyable. J'espère vous avoir convaincu de visiter leur site (cliquer sur le logo en haut) et pourquoi pas de craquer pour un de leur titre. Si ce n'est plus.

dimanche 24 juillet 2016

BURIDANE

QUI EST CETTE JEUNE FEMME? 

Buridane est une chanteuse française que j'affectionne beaucoup. Elle a sorti un premier EP "En attendant" dont je connais quelques chansons et un premier album "Pas fragile" avec lequel je l'ai découverte. On ne sait pas grand chose d'elle à part qu'elle est de Rouen. Dans peu de temps, on devrait avoir droit à un deuxième album.
Je la suis sur sa page facebook. J'y apprends beaucoup de choses. Elle nous apprend énormément par le biais de ses activités et découvertes. C'est très intéressant. Elle est ouverte d'esprit et voit l'être humain avant toute chose. Je vous mets le lien vers son site officiel : http://buridane.fr/

Qu'est-ce qu'il me plaît chez elle?

Sa voix dégage beaucoup de chose. Sa musique acoustique est légère. Cela permet de contrebalancer des textes ambigües. En effet, ses textes sont loin d'être joyeux mais la poésie occulte la négativité. Le tout forme quelque chose de très frais et agréable à écouter. J'écoute peu d'artistes féminines françaises. Je considère que les artistes françaises ne tirent pas leur épingle du jeu. Buridane est l'exception à la règle. Je voulais écouter les nouveautés françaises sur un site d'écoute gratuite légale "Deezer". Je suis tombée sur cette jeune femme et je suis tombée sous le charme.
Je vous mets la vidéo du premier clip que j'ai vu à la télé "Parfois on recule":
 
- Voilà ma chanson préféré "Vice et vertu"
Je vous avez promis une artiste française. Voilà. J'espère que ça vous plaît.

vendredi 22 juillet 2016

Fairy tail magazine

Fairy tail magazine est composé toutes les six semaines d'un DVD comprenant quatre épisodes et un fanbook. Je n'achète pas la série manga. Il y a trop de tomes et je préfère éviter de me ruiner. Ça ne m'empêche pas d'aimer cette série. Cette saison compte en tout 13 volumes. Je possède les 12 premiers. Je n'ai pas encore vu ni lu l'avant dernier volume.

Pourquoi en parler dans la partie chronique? Tout simplement parce qu'il y a un petit livre accompagnant chaque DVD permettant d'en apprendre plus sur la saga et les personnages ainsi que le staff travaillant sur l'anime. En plus, nous avons droit à deux spin off. Un consacré à Grey et l'autre à Mavis. Vous voyez où je veux en venir?

J'ai acheté le premier volume sans savoir si j'allais continuer la série mais je suis tombée sous le charme des épisodes et des spin off dont l'un consacré à l'un membres fondateurs de la guilde.
Commençons par Mavis : on découvre les début de Mavis et ce qui la conduit à Magnoria. Je viens de lire le dernier chapitre du volume 11 et on apprend des choses plus que surprenante et frustrante. En effet, pour lire le fanbook, il est préférable d'avoir vu les épisodes avant. Pour les spin off, ce n'est pas nécessaire. On peut faire sans. N'empêche que je vais devoir attendre avant d'avoir les réponses à mes questions. En tout cas, le retournement de situation est excellent. Merci à Hiro Mashima.
Passons à Grey, on connaît son histoire mais ce qu'il se passe entre le moment où il se retrouve seul et celui où il intègre la guilde, on en sait rien. C'est tout l'intérêt de ce spin off. On voit l'évolution de Grey enfant et son apprentissage de la vie. C'est mignon, drôle et sous-tension. J'adore le personnage de Drombo.
Pour ce qui est de la série, il y a un arc consacré aux esprits célestes et j'ai trouvé cette idée excellente. Cet arc ne figure pas dans le manga. Les esprits célestes sont des esprits pourvus de pouvoirs venant en aide aux mages constellationnistes. L'humour est toujours présent par le biais de Jubia ou Natsu entre autre.

En bref, c'est une série que j'affectionne particulièrement. Certes, comme beaucoup de shonen, c'est un peu stéréotypé avec Natsu, un peu stupide avec un bon fond, qui s'en sort toujours mais il y a tellement de personnages, tellement de choses à en retirer qu'elle est attachante. Petite préférence pour plue. So cute.


mercredi 20 juillet 2016

Regards Noirs de Emilie Perez-Piron

Regars noirs de Emilie perez Pirons
Auteur  : Emilie Perez-Piron
Maison d'édition : Audience
ISBN : 979-10-96454-00-6
Page : 260


Résumé :
Mathilde et Elliot sont mariés et ont un enfant. Elliot n’est jamais là et Mathilde s’ennuie. Leur couple moderne goûte aux affres de la routine.
Hugo, l’ami d’enfance de Mathilde, photographe de charme, voyage autour du monde et collectionne les conquêtes, jusqu’au jour où, de retour à Lille, il rencontre Madeleine. Lorsque Mathilde apprend le retour d’Hugo en ville, son univers vacille…
Les difficultés de la vie à deux, les glissements du désir, les contradictions d’un certain féminisme, la violence séculaire des hommes envers les femmes, mais aussi celle de certaines femmes envers les hommes, tels sont les thèmes abordés dans ce roman. Un couple tel que celui de Mathilde et Elliot peut-il y survivre ?
Sans concession, l’auteure nous fait passer du point de vue de Hugo à celui de Madeleine, de celui de Mathilde à celui d’Elliot, elle nous entraîne ainsi dans une alternance de situations et de sentiments qui tient le lecteur en haleine jusqu’à la dernière page.

Mon avis : Quel roman! Il y a tant à dire. L'essentiel est qu'il est humain. Les thèmes abordés sont d'actualités. Ces derniers sont les violences conjugales, le suicide, les relations entre les individus, l'importance du passé sur le présent, un soupçon d'homosexualité et le regard que l'on porte sur soi entre autre. Je suis sûre que j'en oublie mais c'est ceux que j'ai retenu. Probablement parce qu'ils me tiennent à cœur. Je ne rentrerai pas dans le détail afin de ne pas spoiler. Pour vous rassurer, ça n'en fait pas un roman déprimant. Plus je lis et plus je deviens sensible. Sur ce roman, je n'ai pleuré qu'à la fin et encore j'ai essayé de résister.

Concernant la construction, je vous avoue que j'étais tellement prise par ce roman que je n'ai pas prêté plus attention que ça à la construction. Tout ce que je peux en dire, c'est que l'on suit l'histoire par le biais de quatre points de vue différents : Hugo, Mathile, Madeleine et Elliot. C'est une très bonne idée puisqu'ils pensent et analysent de manière tellement différente.

Concernant le style, rien à dire à part une ou deux maladresses qu'on pardonne largement tant le reste est prenant et parfait. Le lecteur n'est pas pris pour un idiot et ça fait plaisir mais là, il faudra me faire confiance. Il faut lire le livre pour comprendre pourquoi je dis ça.
Concernant les personnages, Hugo est détestable au début. Au fur et à mesure, on découvre qui il est. On l'apprécie à nouveau puis on le déteste et au final, on ne sait pas si on l'apprécie ou non. Je pense que j'ai pitié de lui mais c'est pire que tout. Madeleine est charmante mais je déteste ce genre de femme, celle qui manipule parce que c'est bien ce qu'elle fait. J'ai envie de dire qu'elle n'a que ce qu'elle mérite. Pourtant, je ne souhaite ça à personne. Heureusement qu'elle ne se laisse pas avoir longtemps. Passons à Elliot. Quel idiot. La communication existe pour une simple et bonne raison : communiquer. S'il avait parler, peut-être que les choses se seraient passées différemment. Raphaël, personnage secondaire et fils de Elliot et Mathilde, est juste adorable et tellement vrai. Je le résumerai en une seule phrase : "la vérité sort de la bouche des enfants". Enfin, je l'ai gardé volontairement en dernière, Mathilde. Tout ce qu'elle ressent, je l'ai compris. Je me suis identifiée à elle sur quasiment tout les sujets sauf Hugo. Lisez pour comprendre. Je ne dirai rien de plus la concernant si ce n'est qu'à sa place, j'aurai peut-être fait la même chose. C'est dur mais vrai. Les plus grands maux inexpliqués sont plus difficiles à soigner.
Petit bonus, j'ai eu l'impression de me lire entre les pages 112 et 128. C'est très précis mais c'est la vérité. Tout ce que je suis y est. J'ai été stupéfaite.
Pour la petite histoire, j'ai eu l'occasion de rencontrer l'auteur le 2 juillet. C'est tout récent. C'est la première fois que je rencontrais un auteur dont je n'ai jamais rien lu et dont je ne connais pas le travail. Elle m'a convaincu de l'acheter encore plus. Elle est très gentille et à l'écoute. Elle me l'avait présentée en mettant en avant les violences conjugales. Je pense qu'elle pouvait aller plus loin. 

En bref, je me suis prise une claque. Je ne m'attendais pas à ce que ce livre me plaise autant. On n'est pas au coup de cœur. Ce roman est à part. On pourrait débattre des heures autour de tant de sujet tous plus importants les uns que les autres. Je vous le recommanderai jamais assez tant il est réaliste et humain comme la maison d'édition que le publie.

mardi 19 juillet 2016

Top Ten Tuesday : Les 10 meilleurs romans coup de coeur des 2 dernières années

Le Top Ten Tuesday est un rendez-vous initialement créé par The Broke and the Bookish et repris en français par Frogzine. Cette semaine, le thème concerne les 10 romans qui ont été des coup de cœurs ces deux dernières années.

Sachez que je ne ferai pas tous les top ten tuesday. Je ne sais pas répondre à tous. C'est parfois difficile. D'ailleurs, il m'a donné du fil à retordre mais ça vous permettra de découvrir une liste de livres que j'ai chroniqué sur d'autres réseaux sociaux qui ne figurent pas sur le blo. Si vous souhaitez lire les chroniques, je vous mets les liens vers booknode sur les titres (commentaires de Zaphrina Makichan):

1. "Embrasse les vivants pour moi" de Didier Hermand.
Je sais que j'ai déjà parlé de lui mais je considère que ce roman n'a jamais été autant d'actualité. Il touche une corde sensible surtout sur la fin. Et puis, c'est Didier Hermand...Que dire de plus.
 2."Les déviants" de Westley Diguet
Ce roman est juste bouleversant. Il nous montre ce que pourrait, malheureusement, devenir notre pays si la haine continue de monter. Je n'ai pas pleuré parce que je considérais que je n'en avais pas le droit. D'ailleurs, à la fin de l'année, il y aura la version BD du roman ainsi qu'un autre livre autour de cet univers.
3."Le puits des mémoires" de Gabriel Katz
Quelle saga! Je me souviens que j'avais commencé le roman sans trop savoir ce que j'en attendais. Dès les premières lignes, j'ai été happée. Je n'avais que le tome 1 et lors d'un salon, j'ai acheté les deux derniers que j'ai lu à la suite. j'avais ce besoin de connaître la suite.
4."Willow hall" de Cécile Guillot et Mina M
Je l'ai lu très rapidement. Les illustrations sont éblouissantes et servent l'histoire de cette nounou qui ne sait où elle a mis les pieds. Je l'ai, je crois, lu trois fois tellement ce livre est magnifique.
5."La passe-miroir" de Christelle Dabos
Un livre coup de cœur de Phebusa qui est devenu mon coup de cœur. Ophélie a tout de l'anti héroïne. Elle est à l'encontre de tous les personnages. Je l'adore toujours autant. On découvre un monde absolument incroyable. Ophélie rencontre son fiancé imposé, Thorn et son monde en sera bouleversé. Chaque personnage y est travaillé en profondeur. Je suis sûre qu'on est encore loin d'avoir tout découvert. Les voiles se lèvent en douceur. Les décors sont incroyables. On se croirait au cinéma tant les décors sont précis.
6."Six of crows" de Leigh Bardugo
Je me doutais qu'il me plairait. Je pensais que le fait que les héros soient des méchants y serait pour quelque chose et pas du tout. Ce que j'ai adoré, c'est l'enchaînement des évènements et la profondeur des personnages. Les apparences sont trompeuses pour chacun d'entre eux.
7."Le secret de l'inventeur" de Andrea Cremer (pas de chronique. j'ai du oublié à ce moment-là)

J'ai découvert le steampunk avec ce roman...que j'ai dévoré. Mes yeux ont du briller de mille feux par moment. Les personnages ont tous leur qualité et leur défaut. Les décors sont juste incroyables (je pense encore à l'armoire steampunk. C'est juste magique). Et surtout, la fin bien frustrante alors qu'on n'a pas la suite sous la main.
8."Le passeur" de Lois Lowry (apparemment pas faite non plus la chronique. j'ai du commencé après)
Le précurseur de la dystopie...Je l'ai lu sans voir le film alors que j'ai découvert le livre par le biais de la bande annonce. Je ne pense qu'un film était nécessaire. Le livre se suffit à lui même. J'aime beaucoup les dystopies mais croyez moi, Lois Lowry est à un niveau bien plus élevé. Sa dystopie est psychologique et frappe plus fort sans violence ou très peu. C'est à l'opposé des sagas que l'on connaît et c'est son point fort.
9."Le faire ou mourir" de Claire-Lise Marguier
Un roman très dur mais réaliste sur les conséquences que les mots et le harcèlement peuvent avoir sur un adolescent mal dans sa peau. Il traite également du regard des autres et du jugement sur les apparences. A la fois très beau par la relation entre les deux personnages principaux et très violent par moment, il ouvre les yeux et fait bien mieux la prévention que n'importe quel pub ou formation que j'ai pu faire sur le sujet.
10."Satan était un ange" de Karine Giebel
Karine Giebel m'a réconciliée avec le thriller. Je n'aime pas ce genre ou en tout cas ne suis pas une adepte. Je m'y suis tentée. Je n'ai pas vu le temps passé. Lorsque j'ai fermé le livre, j'étais surprise d'avoir autant apprécié la lecture. Je me suis attachée à ces personnages si humains avec leur qualité et leur défaut. J'ai un autre de ses romans dans ma PAL. Nous verrons si elle arrive encore à me convertir.

Voilà les 10 romans coup de cœur. Beaucoup de français dans ce classement. J'en suis moi-même étonnée. Et vous, y a-t-il un ou plusieurs roman(s) coup de cœur?

lundi 18 juillet 2016

Hygiène de l'assassin de Amélie Nothomb

Auteur : Amélie Nothomb
Date de sortie : Octobre 2004 (pour la dernière version en date)
Maison d'édition actuelle : le livre de poche
ISBN : 9782253111184
Pages : 224


Résumé : Prétextat Tach, quatre-vingt-trois ans, prix Nobel de littérature, n'a plus que deux mois à vivre. Monstre d'obésité et de misanthropie, il joue avec une cruauté cynique à éconduire les journalistes venus l'interviewer. Les quatre premiers fuient épouvantés. La cinquième, Nina, aura raison de lui et de son secret : sous les mots se cachent le crime, et sous l'œuvre, l'imposture. La littérature, la vraie, est faite de larmes et de sang.


Mon avis : Ma meilleure amie m'avait parlé de ce roman il y a au moins un an si ce n'est plus. Elle pensait qu'il me plairait et surtout qu'il me ressemblait. Sur ce dernier point, je ne sais pas comment je dois le prendre mais je ne suis pas d'accord. J'ai trouvé une ancienne édition à l'occasion d'une brocante. Je n'ai pas hésité une seconde. J'ai déjà lu deux romans de Amélie Nothomb que j'avais tous deux beaucoup aimés.
Concernant "Hygiène de l'assassin", je ne m'attendais pas à ça du tout. On retrouve Amélie Nothomb et sa plume particulière et fluide. Elle exploite avec une dureté incroyable mais vrai les aspects les plus retords de l'être humain par le biais de l'écrivain. Ce personnage est bien pire que ce qui est décrit dans le résumé. Par moment, Prétextat, l'auteur, est jubilatoire pour nous lecteur. J'ai été soufflée par les horreurs qu'il pouvait dire. En tant que lectrice et femme, il m'a poussé dans mes retranchements. Je l'aurai bien massacré sur ces passages.
Passons aux journalistes, ils ne le sont pas pour rien. L'écrivain les manipule, les humilie d'une manière atroce. Je me suis même dit que ça ne ferait pas de tort à certains journaliste existant de subir ça. Bref, on n'est pas là pour ça. J'ai même failli vomir comme l'un d'entre eux. Je me serai passée des descriptions. Nina est la seule à le coincer. Il ne peut pas se débarrasser d'elle. Ce huit clos nous permettra de comprendre des choses. Et nous confirmera à quel point Prétextat est cinglé. Certains éléments important révélés sont oubliés rapidement, les envolées des dialogues nous y obligeant. Je devais me rappeler à l'ordre en me disant "n'oublie pas l'ordure qu'il est". Je ne dirais rien sur ces révélations mais elles sont à la fois horrible dans leur fait et magnifique par la poésie employée. C'est un coup de maître surtout que je déteste ce genre de choses.

Petit bémol, j'aurai aimé une fin plus courte une fois les révélations faites. Je n'ai pas trouvé crédible le lien entre Nina et Prétextat qui se faisait. Les vingt à trente dernières pages ont été assez longues à lire. Je trouvais que ça s'éternisait. Ça ne m'a rien apporté et même déçu pour Nina. La fin en elle-même était bonne mais pas dans ces conditions.

En bref, j'ai apprécié ce livre que j'aurais préféré plus court. Je ne le conseillerai pas à n'importe qui et je ne suis pas d'accord avec ma meilleure amie (je crois que je vais lui en parler). J'en attendais mieux de la part de Amélie Nothomb.

Half Bad tome 3 : Quête noire de Sally Green

Auteur : Sally Green
Date de sortie :
Maison d'édition : Milan
ISBN : 9782745965820
Pages : 374

Résumé :
L’alliance des sorciers libres a été dispersée. Comme tous ses compagnons, Nathan se cache. Mais il ne renonce pas à la guerre, sa guerre. Une amulette secrète lui donnerait le pouvoir de sauver l’Alliance.
Nathan part à sa recherche, au risque de s’y perdre, et de perdre tout ce qu’il aime.

Mon avis : Le dernier tome de la saga est lu. J'avoue ne pas savoir quoi dire. Ce tome est plus percutant et rythmé que les autres et plus humain d'une certaine manière. Le dénouement et les affrontements s'enchaînent. Petit moment de bonheur : Gabriel et Nathan. Je n'en dis pas plus. J'étais ravie de voir Nathan enfin accepter une partie de lui-même qu'il rejetait depuis le début. L'auteur a choisi un affrontement original et différent de ce qu'on a pu voir jusqu' à maintenant si on compare à Hunger Games ou Divergente, sagas que j'apprécie beaucoup.
Ce tome nous rappelle encore une fois les atrocités de la seconde guerre mondiale, les différents camps qui s'affrontent et ce qu'on y perd. Une leçon en ressort. On peut combattre mais on en ressort différent. On perd une partie de soi-même.
Pour être honnête, j'ai retenu surtout la fin. J'ai eu la gorge serrée. Pour une autre saga, j'en aurai voulu à l'auteur mais je pense que cette saga ne pouvait pas se finir autrement. J'ai beau y repensé, Gabriel présentait depuis le début cette fin tout comme Ledger.  

En bref, j'ai apprécié cette lecture qui m'a émue. La fin est excellente et ne tombe pas dans le pathétique. Ce n'est pas un coup de cœur mais une lecture juste. juste dans le sens où il n'y rien en trop et rien en moins. Ça sonne juste.

 Chronique du tome 2